AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Heureux soit le hasard, malheureux fut l'amour !

avatar
Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Messages : 1779
Membre du mois : 94
Date d'inscription : 05/11/2016
Age : 34
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Kanala
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel



Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Heureux soit le hasard, malheureux fut l'amour !   Mar 11 Juil - 23:07

Le 22 janvier 2018





Ce premier jour de la semaine avait été des plus tranquilles… voir même un peu trop mais je n’allais pas m’en plaindre. Je ne le ferai pas car un rendez-vous de dernière minute m’avait amené un client fortuné qui ne comptait pas se laisser dépouiller par un employé incompétent. Ce cas n’avait rien d’intéressant en lui-même à l’exception près que l’homme m’avait précisé qu’il dépenserait ce qu’il faudrait pour gagner face à cette vermine qu’il avait embauché. Évidemment il ne m’en avait pas fallu plus pour lui donner un nouveau rendez-vous en lui demandant de me rapporter de quoi étayer le dossier. Concernant l’ex-employé j’avais déjà mis un de mes indics sur le coup pour prouver que ce dernier n’était qu’un fainéant cherchant à extorquer de l’argent à un honnête patron.
Je me rendais alors compte que ce nouveau contrat méritait d’être fêté. J’allais dans la salle de repos de mon cabinet pour enfiler une tenue un peu moins professionnelle. Jean brut, t-shirt blanc et veste en cuir feraient l’affaire. Arrivé au pied de l’immeuble, je regardais autour de moi pour partir au hasard quand mon téléphone perso sonna pour afficher un numéro que je ne connaissais pas. Je fronçais les sourcils, hésitant, puis je finissais par répondre pour tomber sur une demande de rendez-vous. J’aurais refusé net si la voix ne m’avait pas étrangement semblé familière et si je n’avais pas été aussi curieux de savoir comment cette personne avait obtenu mon numéro personnel pour obtenir un rendez-vous professionnel.

Après plusieurs minutes de marche durant lesquelles j’avais fumé deux cigarettes et attaqué une troisième, je m’étais retrouvé devant un pub où je n’avais jamais encore été. Jetant un coup d’œil autour de moi je me demandais même si j’avais déjà mis les pieds dans cette rue. Cette remarque me fit sourire alors que j’écrasais ma clope au sol pour pénétrer dans l’établissement dans lequel je devais retrouver la jeune femme qui avait modifié mes plans inexistants.
Séducteur né, mon regard se posa d’office sur la serveuse blonde derrière le bar auquel j’aurais volontiers pris place si mon attention ne s’était pas porté sur une séduisante brune qui ne m’était pas inconnue. Sans aucune gêne je la détaillais, légèrement étonné. J’avais du mal à croire que la jeune femme en question puisse être celle de l’appel et pourtant… cependant, je me trompais peut-être et une autre femme m’attendait dans ce pub ou allait arriver pour me voir.



- Jaana ? Quel plaisir, déclarais-je en toute franchise en allant à sa rencontre. Je ne pensais vous revoir… ou du moins pas aussi rapidement. Un nouveau rendez-vous avec une amie ? demandais-je curieux.


Cela aurait été amusant… du moins si j’avais l’ombre d’une chance pour que mon rendez-vous à moi ne vienne pas ! Cela n’était malheureusement pas très envisageable. Après tout, mon éventuelle future cliente avait réussi à obtenir mon numéro perso pour avoir un rendez-vous rapide. Il serait étonnant qu’elle ne se présente pas non ?
J’observais d’ailleurs les lieux, à la recherche d’une femme seule. Il n’y avait que la serveuse et je ne pensais pas qu’elle soit à l’origine de l’appel. Sinon, il y avait Jaana sur qui je reportais mon attention.



- Moi c’est un rendez-vous professionnel de dernière minute qui m’amène ici, racontais-je simplement. D'ailleurs j’espère que ma cliente ne me tiendra pas rigueur de ma tenue pas très... pro, déclarais-je en apercevant mon reflet dans le miroir derrière le bar. Parce que je ne colle pas vraiment à l’image que l’on se fait d’un avocat en cet instant précis, dis-je en souriant à l’attention de la brune.




..

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Mortal ♦ Agent de l'Etat
Messages : 519
Membre du mois : 40
Date d'inscription : 05/11/2016
Célébrité : Gal Gadot
Crédit : Kanala
Caractère : Intelligente » Travailleuse » Rieuse » Déterminée » Tacticienne » Esseulée »
Métier : Directrice du CNRB

Mortal ♦ Agent de l'Etat
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Heureux soit le hasard, malheureux fut l'amour !   Mer 26 Juil - 18:34

Je ne pensais pas que ce jour arriverait. Oh évidemment, il aurait fallu être aveugle pour continuer de me leurrer plus longtemps, pour croire que tout allait encore bien avec Philippe et que notre mariage ne partait pas à vau l'eau. Mais je ne pensais pas que nous pourrions en arriver à ce point-là, à ce que je commence à me dire qu'il n'y a plus aucune possibilité de sauver notre mariage. Et je ne sais pas quoi penser. A dire vrai, depuis quelques jours, je suis partagée entre la fatigue, l'incrédulité, la tristesse et la colère. Beaucoup trop de sentiments qui s'entrechoquent, qui remontent à la surface sans que je sois vraiment capable de savoir ce qui prend le pas sur le reste. Et si j'avais déjà du mal à dormir ces derniers temps, autant dire que l'insomnie est devenue une compagne récurrente. Je ne sais pas quoi faire, comment agir, comment me comporter avec Philippe ou les enfants.

Alors, plutôt que d'attendre que les choses empirent et n'aimant pas ne pas contrôler les choses, je suis allée voir Kyara. Pour lui demander le numéro d'un avocat qui pourrait me conseiller. Non que j'ai décidé de divorcer, je n'ai pas encore vraiment acté quoi que ce soit et je n'ai pas encore envie de faire une croix définitive sur la moitié de mon existence, mais je veux être au courant de ce qui m'attend. Et surtout, je veux en savoir plus sur ce qu'a pu faire Philippe et savoir jusqu'où je peux aller. Je sais, venant de moi, avec ce que j'ai pu faire de mon côté, c'est profondément ironique, mais je m'en moque. J'ai appelé l'avocat et, si la voix m'a vaguement semblée familière, je n'y ai pas prêté plus d'attention que cela alors que je me rends au lieu de rendez-vous, un peu en avance. Si je suis étonnée de me retrouver dans un bar, je me dis que le fait d'être dans un cadre moins formel rendra la situation moins difficile à appréhender, moins réelle peut-être. Je sais, c'est stupide et il faudra bien que je me décide à faire face à la réalité. Mais, en attendant, je commande un verre de vin que je sirote distraitement. Avant de ciller quand j'entends une voix familière.

Je lui tends la main, me bricolant un sourire, alors que je souffle, d'un ton léger. "Et bien, j'avoue que je ne pensais pas vous recroiser ici. Il semblerait que le hasard aime à nous mettre sur le même chemin à des moments pour le moins inattendus. Je n'ai pas rendez-vous avec une amie par contre…" Je fronce les sourcils, réalisant que la voix de l'avocat et celles de Samuel sont les mêmes. Pourquoi cela ne m'étonne même pas ? Je laisse filer un silence alors qu'il m'explique être là pour des raisons professionnelles, me confirmant bien que c'est à lui que je vais avoir à faire. Voilà qui est pour le moins ironique quand on sait l'envolée lyrique relative au mariage à laquelle il a pu avoir droit lors de notre première rencontre. Je réprime la grimace qui me viendrait spontanément et je le fixe un instant, la tête légèrement penchée sur le côté. "Vous ne collez pas à l'image que j'aurais pu me faire d'un avocat, il est vrai. Mais je ne vous en tiendrait pas rigueur, au moins, je me sentirais plus détendue que j'aurais pu l'être si nous nous étions vus dans votre bureau." J'attrape mon verre et je me relève, désignant une table un peu à l'écart. "Je crois que cette fois-ci, vous n'aurez pas à vous demander si votre rendez-vous professionnel a décommandé ou pas Samuel. On va s'assoir là-bas ?" Histoire de gagner quelques précieuses secondes pour lui raconter ce qui m'arrive et ce que j'attends de lui.

_________________


 
Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi, ils vivent à l’intérieur de nous. Et parfois… ils gagnent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Messages : 1779
Membre du mois : 94
Date d'inscription : 05/11/2016
Age : 34
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Kanala
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel



Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Heureux soit le hasard, malheureux fut l'amour !   Mer 26 Juil - 23:56

Le 22 janvier 2018






J’aurais pu faire tout autre chose mais non, j’avais accepté un rendez-vous professionnel de dernière minute uniquement par curiosité. En y repensant je me disais qu’il fallait être sacrément con ! Mais dans le même temps je pensais également que j’avais le bon choix ; je le savais car je n’avais pas hésité assez longtemps pour que cela soit une connerie de parte de temps. Cette voix de femme m’avait semblé familière mais elle ne l’était pas assez pour expliquer le fait qu’elle appelle sur mon téléphone personnel. Qui pouvait-elle être et comment avait-elle eu mon numéro ? Il ne faisait aucun doute que je poserais les questions à l’intéressée que j’allais rencontrer.  
Je me rendais compte qu’elle n'avait fait que me demander un rendez-vous en dehors du cabinet. Mais je ne savais pas à quel propos elle voulait me voir. J’optais pour la réponse la plus courante : le divorce ! De plus, il était assez tard. Peut-être était-ce une femme battue ! Non, elles allaient avant voir les flics puis moi, très rarement ! Je ne devais pas être le premier nom qui sortait de la bouche des flics dans ce genre de cas. Ils savaient que j’étais un requin et que mon niveau de compassion n’était pas plus élevé que celui de l’animal. Une femme trompée alors ! Cela collait mieux.

Écrasant ma cigarette je me disais que j’aurais vite ma réponse ! Du moins j’espérais que ma potentielle cliente savait à quoi je ressemblais car j’ignorais tout d’elle. Dès mon entrée, mon regard se posa sur le cul de la jolie barmaid blonde qui était en équilibre sur un tabouret pour récupérer une bouteille. Cela me fit sourire… Elle finirait aussi tard que moi avec un peu de chance ! Mais je chassais cette pensée de mon esprit en voyant et reconnaissant la jolie brune sirotant un verre de vin au bar. Pas une seule seconde je n’hésitais à aller à sa rencontre en souriant. Je serrais la main que Jaana me tendait et écoutais ses paroles.



- Le hasard fait sûrement cela pour vous contredire, déclarais-je. Je me souviens parfaitement de cette soirée où vous avez prétendu que nous ne nous reverrions peut-être plus jamais. C’est raté puisque c’est la deuxième fois que nous nous croisons depuis, lui rappelais-je avec un clin d’œil. C’est le destin !


Je venais également de me souvenir avec qui se trouvait la jolie brune lorsque je l’avais croisé pour le réveillon de la Saint-Sylvestre et je sus sans lui demander où elle s’était procurer mon numéro perso. Sacrée Kyara ! Et j’étais certain que cette démone ne lui avait même pas dit que le numéro n’était pas le professionnel. Je m’en chargerais moi-même ! Mais je le ferais plus tard car les paroles de Jaana prenaient une tournure étrange. Pourquoi me dire qu’elle ne tiendrait pas rigueur de ma tenue puisqu’elle n’était… Je fronçais légèrement les sourcils sans être certain d’avoir bien compris. Elle ne pouvait pas être mon rendez-vous ! Ou alors je m’étais complètement trompé en cherchant à deviner les raisons de l’entretien.
Jaana m’avait chanté les louanges du mariage et de tout ce qu’il apportait. Elle ne pouvait donc pas être ici pour un divorce ! Mais alors… avait-elle des ennuis ? Je hochais la tête concernant la table mais me tournais avant vers la barmaid avant.



- Un Hennessy, un double ! Merci…


Puis je suivais Jaana sans prendre la peine de jeter un coup d’œil à la blonde qui montait de nouveau sur le tabouret. En même temps j’avais beaucoup plus intéressant à regarder devant moi. Je m’installais en face de la brune et prenais la parole.


- Je ne me rappelle pas vous avoir dit quel métier j’exerçais lors de notre soirée. Kyara en est sûrement à l’origine ! Cela étant dit, elle vous a donné mon numéro personnel… Non pas que je m’en plaigne. Au contraire, précisais-je en souriant. Je suis d’ailleurs ravi d’avoir fait l’effort de répondre à ce numéro inconnu. Puis je marquais une pause lorsque mon verre fut amené. Et maintenant que nous sommes servis, trêves de bavardages. Vous vouliez voir un avocat, je suis là ! Mais vous n’avez pas d’ennuis j’espère ? demandais-je sincèrement.



..

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Mortal ♦ Agent de l'Etat
Messages : 519
Membre du mois : 40
Date d'inscription : 05/11/2016
Célébrité : Gal Gadot
Crédit : Kanala
Caractère : Intelligente » Travailleuse » Rieuse » Déterminée » Tacticienne » Esseulée »
Métier : Directrice du CNRB

Mortal ♦ Agent de l'Etat
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Heureux soit le hasard, malheureux fut l'amour !   Lun 21 Aoû - 9:58

J’aurais peut-être du discuter encore avec Philippe avant de songer à une telle extrémité. Et pourtant, d’une certaine façon, je suis soulagée de pouvoir faire quelque chose de concret. Même si cela ne donnera rien, encore que, j’en doute fortement, je serais parée à toute éventualité. Parce que je ne veux pas que tout m’échappe encore un peu plus. Je vois déjà mon mariage s’effilocher, j’ai du mal à remettre le centre sur pied, autant dire que là, j’ai besoin de quelque chose de tangible, de savoir où je mets les pieds. Même si c’est pour penser au pire. Parce que, dans le fond, c’est bien comme ça que les choses vont finir non ? Philippe ne montre clairement aucune envie de sauver les meubles et je ne sais pas si j’ai envie de le faire de mon côté, si j’ai envie de brasser du vent en attendant que tout se finisse. J’ai besoin d’y réfléchir, de savoir ce que je ressens vraiment pour lui et si ça en vaut vraiment la peine. Si nous en valons encore la peine. En attendant de rencontrer cet avocat, je ne peux que sourire devant Samuel, que le hasard a encore mis sur ma route. Et je souffle un rire à ses propos, haussant une épaule, la mine un rien malicieuse. « Le hasard est contrariant, je veux bien vous l’accorder. Mais pour autant, je ne sais pas si c’est une si mauvaise chose que cela. Enfin, j’avoue que j’aurais aimé vous recroiser dans d’autres circonstances, tant la dernière fois qu’aujourd’hui. » J’ai tout de même un sourire amusé. « Le destin a donc de grands projets pour nous, c’est ça ? »

Finalement, je réalise que c’est forcément lui que je viens voir et là, je trouve que le destin, le hasard, ou qui que ce soit dans le même genre, se fout bien de ma gueule. Oui, je n’ai pas de tournure moins vulgaire pour le coup et, pour un peu, je partirais presque en fou-rire nerveux à cette idée. Je reste pourtant autant impassible que possible et je le précède avant de m’assoir, inspirant longuement et l’écoutant, alors qu’il reprend la parole. Et j’ai un sourire avant de souffler, d’un ton complice. « Oui, vous étiez resté bien secret mon cher mais n’oubliez jamais la capacité d’une femme à tout savoir. Enfin, j’ai été aidée, j’avoue. Et quand je lui ai dit qu’il me fallait un avocat qui ne soit pas directement lié à ma famille ou à mes affaires, elle m’a donné votre nom. Et ce numéro. J’espère que vous ne lui en tiendrez pas rigueur. » Je bois quelques gorgées avant de reprendre, d’un ton plus hésitant. « Je ne sais pas si l’on peut parler d’ennuis. Mais disons que je peux joyeusement m’assoir sur tout le bien que j’ai pu vous dire sur le mariage lors de notre diner. Je ne sais pas comment vont évoluer les choses mais j’ai besoin de conseils. Pour éviter de me retrouver dans une situation difficile. » Je le fixe un instant, guettant sa réaction, avant de souffler, d’un ton plus léger. « Vous pouvez rire, surtout après toute l’envolée lyrique que j’ai pu vous faire à propos des joies de la vie de couple.  Je ne vous en tiendrais pas rigueur. » A sa place, je rirais en tout cas. Parce que je me sens particulièrement ridicule avec tout ce qui s’est passé.

_________________


 
Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi, ils vivent à l’intérieur de nous. Et parfois… ils gagnent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Messages : 1779
Membre du mois : 94
Date d'inscription : 05/11/2016
Age : 34
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Kanala
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel



Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Heureux soit le hasard, malheureux fut l'amour !   Mer 13 Sep - 0:36

Le 22 janvier 2018






Il n’y avait pas à dire… Le destin me faisait croiser la route de nombreuses femmes ces derniers jours mais pas de celles qui finissaient dans mon lit. Non, elles avaient du caractère et m’intriguaient ! La première de ma liste était Saara, dont je n’avais pas eu la moindre nouvelle depuis sa visite surprise. Elle s’était enfui sans demander son reste au petit matin, me faisant subir ce que moi-même j’imposais à de nombreuses femmes !
Et maintenant voilà que je tombais sur celle avec qui j’avais passée une soirée totalement improvisée mais aussi très agréable. Quand nous nous étions séparés je ne savais rien d’elle si ce n’était qu’elle travaillait peut-être dans un domaine en rapport avec l’art. Mais en réalité son job n’avait absolument rien à voir avec cela puisqu’elle travaillait avec Kyara. En faisant des recherches j’avais donc appris qu’elle dirigeait le CNRB, rien que ça ! Je savais aussi qu’elle était la belle-sœur de mon assistante mais cela, je ne pouvais pas le lui révéler puisqu’on employée m’avait donné la fausse identité d’Anne Labro. Cependant, cette rencontre hasardeuse pourrait peut-être m’en apprendre plus.

Mais avant toutes choses je fronçais les sourcils légèrement lorsque Jaana parla des circonstances qui nous amenaient à nous recroiser. Et tout en cherchant mon éventuelle cliente du regard, je répondais à la brune séduisante.



- Les circonstances importent peu selon moi… seul le résultat final compte, déclarais-je en souriant. Le destin peut se montrer aussi contrariant qu’il le souhaite si cela me permet de croiser une personne de si charmante compagnie.  Je réfléchissais ensuite à la question de Jaana en la regardant dans les yeux… Elle avait toujours cette aura autour d’elle qui semblait la rendre inaccessible. De grands projets pour nous ? Selon moi, la grandeur d’un dessein dépend de l’importance que l’on peut et l’on veut lui donner… et je ne pense pas que vous et moi puissions former un ‘nous’ ! annonçais-je avec un haussement d’épaules amusé.


Après tout… Elle était marié et heureuse en ménage ! Du moins c’était ce que je croyais jusqu’à ce qu’elle m’annonce qu’elle était bien la cliente que je devais rencontrer. J’avoue que cela me laissa bouché bée quelques secondes ! Elle ne savait pas que j’étais avocat… Puis je me souvins de notre brève rencontre lors du réveillon du nouvel an et du fait qu’elle était avec la SD rouquine.
Une fois installés et servis, je bus une gorgée avant de lui préciser qu’elle avait mon numéro personnel et surtout lui demander si elle avait des ennuis. J’étais peut-être un être avec un niveau de compassion très bas mais cela ne m’empêchait pas de me soucier des séduisantes personnes que je connaissais ou que j’aurais aimé connaître davantage.

J’esquissais un sourire lorsque la brune parla de la façon dont elle avait obtenu mon numéro et espéra que je n’en voudrais pas à sa collègue.



- Je ne lui dirais rien ! Surtout après le mauvais coup que je lui ai joué la dernière fois que je l’ai croisé… Rien de bien méchant, cela va de soit. Juste une soirée gâchée !


Puis Jaana me rassura sur le fait qu’elle n’avait pas vraiment d’ennui avant de me laisser perplexe. Je la regardais, étonné, sans prononcer le moindre mot. Le divorce !!! C’est pour cela qu’elle avait besoin d’un avocat ? Je bus une logue gorgée qui me réchauffa la gorge et le palais. Cela permit à Jaana de reprendre la parole pour me dire que j’avais le droit de rire ! Cependant, cela ne m’était pas venu à l’esprit… aussi tordu soit-il ! Au contraire… J’étais sur le cul et comme tout bon SD qui se respecte je me demandais si j’aurais eu ma chance si je l’avais tenté lors de notre première rencontre au lieu de faire une promesse débile.
Chassant cette question, je haussais es épaules et la fixant droit dans les yeux.



- Je ne trouve pas cela drôle vous savez… Je n’ai jamais été réellement en couple et je n’ai donc jamais vécu avec personne mais vous étiez presque parvenue à me convaincre que cela était bien et méritait d’être vécu, déclarais-je. Alors non, je ne rirais pas ! Et vous savez… Vous n’avez pas à vous sentir gênée ou ridicule. On ne gagne pas à tous les coups et il arrive aussi que tout ne soit pas perdu. Je marquais une pause. Je lui cachais le fait que je n’avais jamais vu aucun de mes clients renoncer au divorce ou se remettre ensemble. Ma venue est-elle juste à titre d’information ou voulez-vous lancer une procédure ? demandais-je en pensant que la première solution était sûrement la bonne.




..

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Mortal ♦ Agent de l'Etat
Messages : 519
Membre du mois : 40
Date d'inscription : 05/11/2016
Célébrité : Gal Gadot
Crédit : Kanala
Caractère : Intelligente » Travailleuse » Rieuse » Déterminée » Tacticienne » Esseulée »
Métier : Directrice du CNRB

Mortal ♦ Agent de l'Etat
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Heureux soit le hasard, malheureux fut l'amour !   Jeu 14 Sep - 22:51

Garder la tête haute et faire comme si les choses n'étaient pas en train de s'effondrer. Je suis plutôt douée pour jouer le jeu, donner le change. Plus que je ne l'aurais cru en tout cas. Enfin, il faut dire que je ne pensais pas être confrontée à ce genre de situation un jour. Tout comme je ne pensais pas me retrouver de nouveau face à Samuel. Je ne pensais pas que le destin pouvait se montrer aussi ironique en tout cas, c'est certain. Mais, difficile de reculer. Et puis, je devrais pouvoir lui faire confiance enfin, autant qu'on puisse faire confiance à un avocat, puisque c'est ce qu'il est visiblement. Au moins ça, ça ne m'étonne pas.

J'ai quand même du mal à lui annoncer de but en blanc que je suis le rendez-vous professionnel qui, cette fois-ci, ne lui fera pas faux bond. J'aurais tellement aimé pourtant. Oh, j'aurais pu me trouver tout un tas d'excuses aussi mais, à bien y réfléchir, aucune d'elle n'aurait vraiment tenu la route face au désastre qu'est devenu notre mariage. J'ai tout de même une pensée pour Philippe, me demandant, avec un pincement au cœur, ce qu'il est en train de faire. Avant de songer que je n'ai pas spécialement envie de le savoir. Je sais, c'est hypocrite mais, au fond, je suis sure que je ne serais pas la seule à penser comme ça. J'inspire, accrochant un sourire à mes lèvres qui, je l'espère, est convaincant, alors que Samuel engage la conversation avec la même aisance que lors de notre rencontre. "Le résultat final ? Voyez-vous ça. Je croyais que ce qui importait c'est le voyage et non la destination. Ou quelque chose du genre. Mais heureuse de voir que les hasards du Destin sont satisfaisants pour vous." J'ai quand même un rire en secouant la tête alors qu'il reprend et je hoche la tête. "Voilà un point sur lequel nous sommes d'accord. Mais est-ce que je dois me sentir vexée ou pas de vous voir aussi fataliste ?" Et je me fais plus amusée quand il parle de sa soirée gâchée, hésitant à le questionner sur ses liens avec Kyara.

Mais, peu importe dans le fond, surtout avec ce que je suis venue lui dire. Et l'annoncer, surtout après la discussion que nous avions pu avoir est bien plus difficile que je l'aurais cru. Pour la première fois dans cette histoire, j'ai envie de disparaitre, d'oublier tout ça et de fermer les yeux jusqu'à ce que les choses s'arrangent. Je ne suis pourtant pas du genre à baisser les bras et à ne pas combattre ce qui me fait face. Pourtant, c'est le cas. Je n'en ai pas envie. Je ne veux pas savoir ce qui m'attend après tout ça. Voilà qui est pour le moins inattendu, je le sais bien. Je reste tout de même surprise de sa réaction, visiblement, il ne s'y attendait pas du tout. Et n'a pas envie de rire donc. Tant mieux. Je suppose. Mon regard accroche le sien et je le fixe, même si j'ai un profond soupir à ses propos. "Presque… c'est le mot qui change toute la donne on dirait bien. C'était bien pourtant. Et, quelle que soit la façon dont tout ça finira, je peux vous assurer que ça vaut la peine d'être vécu." Je laisse filer un temps, baissant les yeux, avant de reprendre. "A titre d'information. Enfin, j'essaie de m'en persuader. Les choses sont compliquées et je ne suis pas sûre que quoi que ce soit de bon sorte de tout ça." Probablement que notre séparation sera à l'image de notre rencontre. Explosive.

_________________


 
Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi, ils vivent à l’intérieur de nous. Et parfois… ils gagnent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Messages : 1779
Membre du mois : 94
Date d'inscription : 05/11/2016
Age : 34
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Kanala
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel



Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Heureux soit le hasard, malheureux fut l'amour !   Ven 15 Sep - 23:25

Le 22 janvier 2018






Jaana était une femme séduisante mais également intelligente. Discuter avec elle était un réel plaisir même si d’autres désirs me revenaient à l’esprit en sa présence ! Tout comme la première fois où nos routes s’étaient croisées j’aurais volontiers tenté de la séduire mais à quoi bon ? Elle m’avait fait promettre de ne rien tenter avec elle à l’instant même où je lui avais proposé de dîner avec moi. Pourquoi la situation serait-elle différente aujourd’hui ? Et puis s’il y avait bien une chose que je détestais c’était perdre mon temps ! Cela étant dit, j’espérais que mon rendez-vous ne se pointe pas de suite afin de profiter de la ravissante jeune femme qui me faisait face quelques minutes supplémentaires.
Amusé, je passais mon index sur mon menton pour réfléchir aux paroles de la brune. Elle n’avait pas tort mais je privilégiais tout de même le résultat. A quoi cela servit-il d’avoir un trajet agréable si le résultat était catastrophique ? A rien selon moi et mes méthodes pour parvenir à mes fins n’étaient, justement, pas toujours douces.
Je haussais ensuite les épaules et la regardait sans m’en cacher. Elle savait déjà que je la trouvais séduisante alors pourquoi aurais-je tenté de dissimuler cette vérité.



- Je serais fou si je n’étais pas ravi de revoir une femme aussi ravissante que vous l’êtes, dis-je en souriant. Et il est vrai que c’est ce que l’on dit ! Que ce qui importe est le trajet… Mais à quoi faire un bon voyage si l’on s’écrase à la fin ?


Mon exemple n’était pas des plus joyeux ; il était même un peu morbide mais il représentait mon point de vue. Puis j’affichais un air triste quand elle déclara être d’accord avec moi… Le ‘nous’ ne nous concernerait jamais ! Sans la moindre hésitation je secouais la tête me manière négative… Elle n’avait aucune raison de se sentir vexée.


- Vexée ! Je ne voudrais pas que vous le soyez par ma faute, déclarais-je. Mes paroles n’ont pas ce but, elles se contentent de refléter ce que je pense. En l’occurrence, je n’aurais pas dit non à un ‘nous’ si cela avait été possible… mais ça vous le savez depuis notre première rencontre.


Une chance pour moi, je n’avais pas évoqué le fait qu’elle était mariée. J’avais choisi de me taire avant et cela avait été une excellente idée. Pourquoi ? Parce que Jaana m’avoua qu’elle était la cliente que je devais voir et après m’avoir rassuré sur le fait qu’elle n’avait pas de problème elle me fit comprendre qu’un divorce était en vu. Contrairement à ce qu’elle m’autorisa, je ne riais pas ! Un divorce n’avait rien de drôle et j’imaginais que la brune devait être gênée d’être tombée sur moi. Après tout, ne m’avait-elle pas chanté les louanges du mariage au point que j’aurais presque pu y croire ? Si ! Alors rire n’était ni professionnel et correct vis-à-vis de ce qu’elle vivait.
Je restais pensif quelques secondes après que Jaana est maintenu que tout cela valait vraiment la peine d’être vécu.



- C’est le voyage qui importe donc vraiment… pas la finalité, dis-je en sortant de mes pensées. Et je vous assure que je vous crois. Cependant, certaines personnes ne sont visiblement pas destinées à cette vie, déclarais-je en parlant de moi avec un haussement d’épaules. J’écoutais ensuite la réponse de Jaana qui me disait qu’elle voulait des informations. La première chose à établir en cas de divorce est de savoir s’il va s’agir d’un divorce par consentement mutuel ou d’un divorce contentieux. Dans le deuxième cas l’affaire est toujours plus compliquée à cause des biens, de la garde des enfants, et autres. Les époux ne peuvent pas être représentés par le mêmes avocat et la plus part du temps cela part en règlement de compte car chacun essaie de prouver les torts de l’autre, expliquais-je. C’est assez direct comme discours mais je préfère que vous sachiez. Je me taisais quelques secondes. Vous avez peut-être des questions précises ?




..

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Mortal ♦ Agent de l'Etat
Messages : 519
Membre du mois : 40
Date d'inscription : 05/11/2016
Célébrité : Gal Gadot
Crédit : Kanala
Caractère : Intelligente » Travailleuse » Rieuse » Déterminée » Tacticienne » Esseulée »
Métier : Directrice du CNRB

Mortal ♦ Agent de l'Etat
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Heureux soit le hasard, malheureux fut l'amour !   Dim 1 Oct - 19:52

Je me demande tout de même, l'espace d'un instant, si je n'aurais pas préféré tomber sur quelqu'un d'autre. Parce que Samuel s'était fait séducteur alors que j'avais brandi mon mariage comme bouclier. Bouclier qui a volé en éclats. En partie par ma faute, en partie à cause de Philippe. Difficile de savoir qui est le plus responsable de nous deux même si je suis persuadée qu'il dira que c'est moi sans la moindre hésitation. A cette pensée, je réprime difficilement une grimace, me focalisant sur mon interlocuteur avant de décider que, dans le fond, j'aurais pu tomber plus mal. Au moins sait-il de quoi il en retourne et je peux me permettre une certaine familiarité que je n'aurais probablement pas eu avec un autre avocat. J'ai tout de même un sourire à ses propos enjôleurs et je secoue la tête avant de lui souffler, avec un sourire en coin. "Je ne me souvenais pas que vous étiez aussi direct. Vous n'êtes qu'un vil flatteur mais, j'avoue qu'aujourd'hui j'en ai besoin." Je cille au reste de ses propos avant de secouer la tête. "Grands dieux, j'espère que ce ne sera pas mon cas. Ni le vôtre. Je n'ai pas particulièrement envie de m'imaginer en train de m'écraser, cela gâcherait tout de même le voyage."

Je laisse filer un silence quand il reprend, le fixant toujours aussi amusée. "Je me souviens que vous n'auriez pas dit non. Mais avouez que j'ai tout de même pris tout mon intérêt quand vous avez appris que j'étais intouchable non ? Et que nous aurions jamais partagé un moment aussi agréable si vous aviez eu pour but de me mettre dans votre lit." Et maintenant, est ce qu'un "nous" serait possible ? En réalité, je ne me suis même pas posé la question et je ne suis pas sure qu'elle soit d'actualité. Samuel est des plus séduisants, il faut bien que je l'avoue mais je m'attendais à tout autre chose pour cet entretien. J'ai définitivement besoin d'un verre. Je le suis des yeux alors que nous nous installons et que je lui explique je suis sa cliente, guettant sa réaction. Elle n'est pas vraiment celle que j'imaginais, autant le dire tout de suite. Pour autant, je ne suis pas ravie d'avoir à lui parler de tout ça.

Voilà pourtant, l'avocat qui pointe le bout de son nez et je réprime difficilement un sourire avant de l'écouter avec attention, jouant avec mon verre de vin lorsqu'il arrive à notre table. "A dire vrai, dans l'immédiat, j'aime à croire que le divorce sera d'un consentement mutuel. Mais je ne sais pas comment les choses vont tourner. L'amertume peut faire dire ou faire des choses terribles. Les enfants sont assez grands pour choisir où ils veulent aller et j'envisage de leur proposer d'avoir leur propre appartement. Notre maison n'aura plus de sens après tout cela. Autant la vendre et que chacun ait un toit. Ou quelque chose dans le genre. A dire vrai, je dis ça mais vous soulevez des questions tellement pratiques… auxquelles je n'ai pas songé. Si ça se trouve, je vous réponds n'importe quoi et mon cher mari voudra la garde, la maison et je ne sais pas quoi." J'ai une grimace quand il parle du fait que chacun essaie de prouver les torts de l'autre avant de souffler, avec un sourire sans joie. "L'aveu d'adultère est un tort suffisant ? Et c'est assez précis comme question ?" Ma main se crispe un instant, pendant que je me demande à quel point je suis hypocrite en cet instant précis. Encore plus que lors de mon engueulade avec Philippe je suppose. Mais, dans le fond, ça n'a pas grande importance. C'est lui qui a avoué non ?

_________________


 
Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi, ils vivent à l’intérieur de nous. Et parfois… ils gagnent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Messages : 1779
Membre du mois : 94
Date d'inscription : 05/11/2016
Age : 34
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Kanala
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel



Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Heureux soit le hasard, malheureux fut l'amour !   Jeu 5 Oct - 22:36

Le 22 janvier 2018






Un sourire apparu sur mon visage lorsque Jaana déclara ne pas se souvenir de cette facette de ma personnalité ! Rien d’étonnant puisque je n’avais pas été aussi direct la première fois… Mais aujourd’hui cela était différent. Je ne lui avais rien promis. Et comme on dit, qui ne tente rien, n’a rien.


- La dernière fois j’avais fait la promesse de ne pas vous séduire, dis-je amusé en lui adressant un clin d’œil. Nous sommes donc d’accord qu’un crash n’a rien de réjouissant. Peu importe que le voyage soit tumultueux si l’arrivée est agréable.


Je fus ensuite amusé par sa façon de penser ! Le fait de lui avoir promis de ne pas la séduire lui avait donné un intérêt mais ce dernier était déjà bien présent. Il n’avait été qu’accentué.


- Permettez-moi de vous dire que vous vous dénigrez en pensant cela. De l’intérêt j’en avais pour votre charmante personne avant même que vous n’ayez prononcé le moindre mot. Pour ce qui est de la finalité de notre rendez-vous je ne sais pas si le moment partagé en aurait été moins agréable… et nous ne le saurons jamais.


Et c’était encore davantage le cas ce soir puisque la séduisante brune m’annonçait finalement qu’elle était mon rendez-vous. Bien que la raison me paraisse surprenante, je ne riais pas comme elle me le permettait et je choisissais de me comporter en pro.
Je ne loupais pas le sourire de Jaana à partir du moment où j’entrais complètement dans mon rôle d’avocat. S’il s’agissait d’un rendez-vous professionnel je comptais bien l’être avec pour seule exception un verre d’alcool et des pensées loin d’être catholiques à l’égard de la brune. Je fronçais légèrement les sourcils en entendant les premiers mots de Jaana… Si je n’étais pas con, elle et son futur ex-mari n’avait pas vraiment abordé le sujet. Dans le cas contraire elle saurait à quel genre de divorce elle allait devoir faire face. Je me retenais de lui dire qu’il valait mieux ne pas espérer. J’avais assez d’expérience pour savoir que les divorces par consentement mutuel étaient rares et il arrivait parfois que ça parte en vrille tout de même.
Je ne m’étonnais pas d’entendre la brune me dire qu’elle n’avait pas pensé à toutes ces questions. Rien de surprenant puisque les personnes en instance de divorce n’aimaient pas les entendre. Elles leur rappelaient soit de mauvais souvenirs, soit de bons souvenirs d’un temps révolu… bref, ces interrogations apportaient de la douleur. Je haussais les épaules !


- C’est mon métier de connaître les bonnes questions à poser dans ce genre de cas. Pour les enfants, s’ils sont en âge de raisonner et donc de choisir aucun des deux parents ne peut en demander la garde. Les juges accordent de l’importance aux besoins et souhaits des enfants.


Puis la suite me surprit et cela dû se voir. Je bus une gorgée de mon verre avant de répondre. Je m’étais attendu à des questions mais aussi précises, sûrement pas. Après restait à savoir qui avait été l’infidèle.


- Effectivement ! Pour être précise, elle l’est cette question, avouais-je. En cas d'infidélité d'un époux, son conjoint peut invoquer une faute dans le cadre d'une procédure de divorce pour faute. Dans un tel cas, si le juge retient la notion d’adultère, en plus du prononcé du divorce il peut demandé à l'époux fautif de verser des dommages-intérêts.  Je marquais une pause. Si je puis me permettre une question… Est-ce bien votre époux qui a avoué ?


La question était légitime puisqu’elle m’avait chanté les louanges de son mariage lors de notre première rencontre. Mais en un mois, il pouvait s’en passer des choses !




..

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Mortal ♦ Agent de l'Etat
Messages : 519
Membre du mois : 40
Date d'inscription : 05/11/2016
Célébrité : Gal Gadot
Crédit : Kanala
Caractère : Intelligente » Travailleuse » Rieuse » Déterminée » Tacticienne » Esseulée »
Métier : Directrice du CNRB

Mortal ♦ Agent de l'Etat
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Heureux soit le hasard, malheureux fut l'amour !   Dim 8 Oct - 22:09

Son sourire a quelque chose d'aussi charmant que carnassier. Je le fixe un instant, secouant la tête, la mine amusée, même si le cœur n'y est pas complètement. Au moins, il parvient à me distraire quelques instants, même si ça ne me fera rien oublier. "Je me rappelle de votre promesse. Et surtout, de la façon dont vous avez l'air de croire que, sans elle, l'affaire était sans le sac. N'oubliez pas qu'il ne faut pas être trop présomptueux." Mon sourire se fane un peu mais je hoche la tête, un rien fataliste. "Sauf qu'on ne sait jamais vraiment comment sera l'arrivée et à force de trop de crashs, je me demande si on ne finit pas par ne pas vouloir arriver. Et je me demande si je suis claire. Pourtant, je n'ai encore rien bu." Je laisse filer un silence avant de hausser une épaule et de reprendre, d'un ton plus léger que je ne m'en serais cru capable. "Je suis d'accord avec vous sur le fait que nous ne le saurons jamais. Mais je maintiens que votre intérêt n'a été attisé que parce que j'étais inaccessible." Je l'étais ? Je le suis toujours ? Voilà des questions auxquelles je n'ai pas particulièrement envie de répondre, surtout au vu de la raison de notre petit rendez-vous.

Voilà qu'il se fait plus professionnel tandis qu'il me liste bien des choses auxquelles je n'aurais pas pensé, auxquelles je ne voulais pas me confronter. Je ne sais pas encore ce qui nous attend Philippe et moi mais, au vu de ce que nous nous sommes dits, difficile d'imaginer que les choses vont vraiment pouvoir s'arranger. Et je dois paraitre bien naïve au vu de la façon dont il me regarde. Mais, quand j'y pense, mon mari a été la seule relation sérieuse de toute mon existence. Voilà qui sonne encore plus pathétique dans mon esprit que je ne l'aurais cru. Je laisse filer un silence avant de souffler, la mine pensive. "J'avoue qu'à vous entendre, votre métier n'est pas le plus agréable du monde. Nos enfants sont largement en âge de raisonner. Ils le font probablement mieux que nous soit dit en passant. Et je refuse de les forcer à quoi que ce soit. De toute façon, vu leur caractère, je me garderais bien d'essayer." J'ai tout de même un soupir, jouant un instant avec mon verre et me mordillant la lèvre, indécise.

"Des dommages-intérêts ? Ca peut aller jusque là ? Je… je sais que ça peut paraitre totalement naïf, idiot ou ce que vous voulez, mais je n'ai vraiment pas envie qu'on en arrive là." Je soupire longuement et je souffle, avec une moue. "C'est mon époux qui a avoué oui. Je ne suis pas sûre que les détails sur le pourquoi du comment aient réellement leur importance mais, dans le fond, il semblerait que j'en sois responsable d'une certaine façon." Après tout ce que j'avais pu lui dire il y a quelques semaines, voilà qui est passablement ironique. Et, à cette idée, j'arque un sourcil et je lâche, d'un ton faussement neutre. "Je suppose que là encore, c'est habituel pour vous… je crois que j'ai besoin d'un autre verre." Peut-être même deux.

_________________


 
Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi, ils vivent à l’intérieur de nous. Et parfois… ils gagnent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Messages : 1779
Membre du mois : 94
Date d'inscription : 05/11/2016
Age : 34
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Kanala
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel



Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Heureux soit le hasard, malheureux fut l'amour !   Jeu 12 Oct - 17:06

Le 22 janvier 2018






En entendant les paroles de Jaana j’eus un sourire amusé avant de lever les yeux au plafond ; elle me connaissait si peu ! J’avais certes regretté la promesse que je lui avais pas mais pas pour les raisons qu’elle semblait imaginer. A aucun moment je n’avais pensé qu’avoir la sublime jeune femme sous mes draps aurait été simple si je n’avais rien promis et là était l’intérêt ! J’aimais les défis et elle en aurait été un. Bien entendu, je ne lui avouerais pas de la sorte mais je reprenais tout de même la parole.


- Dans ce cas les apparences vous ont trompé ! déclarais-je. A aucun moment je n’ai pensé que l’affaire aurait été dans le sac si je n’avais pas fait cette promesse.  Je marquais une pause en la fixant. Bien au contraire ! J’ai regretté quand j’ai compris que vous n’aviez rien à voir avec les femmes que je croise habituellement dans les bars et dont le seul souhait est de tomber sur un mec friqué, qu’il soit fréquentable ou pas.


Tant de franchise était hors norme de ma part mais elle ne me coutait rien ! Elle ne me porterait pas préjudice et ne m’apporterait rien en retour ; il en aurait été de même avec le mensonge.
Puis nous en venions à comparer la vie à un voyage ; car il s’agissait bien de cela. J’esquissais un sourire car je comprenais parfaitement ce qu’elle voulait dire. Mais les crashs m’étaient inconnus puisqu’il n’y avait jamais eu de voyage ! La vie à deux n’était pas pour moi et ne le serait sûrement jamais. Mais je ne rajoutais rien à ses paroles… Nos vies étaient trop différentes pour qu’il y ait un intérêt quelconque à le faire.
Puis j’éclatais de rire ! Elle était tenace… Elle ne démordait pas que mon intérêt pour elle venait du fait qu’elle était inaccessible.


- Incroyable ! Vous êtes vraiment têtue… mais cela n’ôte rien à votre charme, précisais-je. Après, je ne vois pas comment je pourrais vous prouver que mon intérêt ne venait pas juste du fait que vous êtes inaccessible. Vous n’avez que ma parole !


Car elle était toujours inaccessible de moins de mon point de vue. Et peu m’importait que sa venue soit en rapport avec un divorce. C’était surprenant quand on savait tout ce qu’elle m’avait dit à propos du mariage mais ça ne changeait rien au fait qu’il n’y aurait rien entre nous.
Je haussais les épaules face à son commentaire concernant mon métier et j’enregistrais ensuite toutes les informations qu’elle me donnait au sujet de sa famille. Dans le cas où je devenais son avocat elle n’aurait pas besoin de le répéter et surtout elle avait le droit à un rendez-vous gratuit… ce que je ne lui précisais pas ! Mais habituellement je ne donnais pas ce genre d’information sans contrepartie.


- S’ils ont votre caractère je ne doute pas qu’ils soient capables de faire leur propres choix ! dis-je simplement. Pour ce qui est de mon métier, je ne m’en plains pas. Il est plus difficile de se trouver face à des cas comme le vôtre lorsque l’on est soi-même marié, ce qui n’est pas mon cas.


Je n’avais donc pas un craindre qu’il m’arrive la même chose et ne l’aurais jamais. J’observais ensuite Jaana qui parue surprise à l’évocation des dommages-intérêts. Je hochais la tête pour lui confirmer que cela pouvait effectivement aller jusque là. J’allais lui préciser que ce n’était pas non plus une obligation lorsqu’elle me confirma que le fautif était bel et bien son mari mais qu’elle était en partie responsable. Je fronçais légèrement les sourcils en vidant mon verre. Laissez-moi deviner…


- Je me trompe ou votre responsabilité est que vous accordiez trop d’importance à votre travail ?


Oui, ce genre de cas était habituel mais je ne lui confirmais pas et je faisais un signe à la serveuse qui passait un peu plus loin.





..

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Mortal ♦ Agent de l'Etat
Messages : 519
Membre du mois : 40
Date d'inscription : 05/11/2016
Célébrité : Gal Gadot
Crédit : Kanala
Caractère : Intelligente » Travailleuse » Rieuse » Déterminée » Tacticienne » Esseulée »
Métier : Directrice du CNRB

Mortal ♦ Agent de l'Etat
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Heureux soit le hasard, malheureux fut l'amour !   Dim 5 Nov - 12:40

Etonnamment, alors que je suis venue pour aborder un sujet des plus déplaisants, discuter avec Samuel me fait du bien. Parce qu'il a le sens de la répartie, qu'il ne se sent pas intimidé devant moi, ce qui m'arrive pourtant bien souvent, et qu'il sait exactement ce qu'il veut. Alors, forcément, je parle peut-être un peu plus que je le devrais, certainement même. Mais j'en ai besoin. Ne serait-ce que pour avoir l'impression de ne pas être uniquement le monstre que j'ai le sentiment d'être lorsque je parle à Philippe. J'ai pourtant, un sourire à ses propos et je hausse les épaules, non sans une pointe de malice dans le regard. "Vraiment ? Et bien vous m'en voyez ravie. Si, si, au moins tout ça. Et effectivement, je n'ai pas vraiment le souhait de tomber dans les bras du premier mec friqué à peu près présentable que je pourrais croiser. Ne serait-ce que parce que j'aurais probablement plus d'argent que lui. Quant à ne pas être fréquentable… ça c'était ce que je pouvais chercher quand j'avais 20 ans." Est-ce que c'est encore le cas ? Difficile à dire et, surtout, la question ne se pose pas vraiment dans l'immédiat. J'ai déjà assez de problèmes comme ça en réalité.

Et puis, nous continuons de discuter. Un peu comme de vieilles connaissances qui se retrouveraient. Voilà qui est un peu paradoxal, vu que je le vois pour la 3ème fois mais, au fond, c'est l'impression que j'en ai. Et puis, ce n'est pas un mal non ? D'avoir le sentiment de pouvoir enfin discuter avec quelqu'un sans réelle arrière-pensée. Je lui décoche tout de même mon plus beau sourire quand je le vois éclater de rire et je hoche la tête à ses propos. "Une vraie tête de mule oui. Je dirais même que c'est ce qui fait mon charme. Ou pas selon les jours, d'accord. Mais je vais donc vous croire sur parole. Ou faire mine que je vous crois. Cela vous convient ?" La discussion se fait un peu plus sérieuse alors que je parle du désastre qu'est devenu mon mariage. Et du fait que, pour la première fois, j'envisage réellement le divorce. Parce que je ne suis pas sûre de pouvoir tenir longtemps comme ça, même si je me dis qu'une part de nous mérite de rester dans le bateau pendant qu'il coule. Cette image ne m'enchante guère même si je continue de discuter avec Samuel, hochant la tête à ses propos. "Ils sont aussi têtus que mois si c'est ce que vous voulez dire. Et ils sont déjà majeurs de toute façon. Enfin, j'ai parfois le sentiments qu'ils font leur propres choix depuis qu'ils ont l'âge de raison ce qui, pour eux, doit dater de leurs six ans ou quelque chose dans le genre." J'ai un sourire attendri alors que je pense à mes enfants avant de reprendre, alors qu'il évoque son métier. "Vous arrivez à avoir le recul qui nous est impossible d'imaginer. C'est le but je suppose mais, au moins ça doit nous permettre d'être un peu plus objectif. Ou quelque chose dans le genre."

Je me fais plus pensive, à l'idée que je pourrais lui demander des dommages-intérêts. Voilà bien quelque chose que je ne ferais pas, je n'en vois pas l'intérêt. Mais une petite voix insidieuse me souffle qu'il en serait capable, juste pour me prendre la tête. Je refuse de l'écouter, de me dire qu'on pourrait en être arrivés là et je hoche la tête, prenant une profonde inspiration. "Le travail a toujours été très important pour moi, ce n'est pas une nouveauté. Avant c'était lui. Quand il était militaire, il n'était jamais là. Je m'occupais des enfants, de mes études et de mon travail. Et puis j'ai fini par lui demander de faire un choix. Ce qu'il n'a jamais fait pour moi." J'essaie de masquer l'amertume dans ma voix, ma main se crispant légèrement et je finis par laisser filer un sourire sans joie. "Désolée, je ne veux pas paraitre pathétique mais j'ai du mal à me faire à l'idée qu'il ait lâché l'affaire et se soit précipité dans les bras d'une autre sans même essayer de sauver ce qui pouvait l'être. A croire que je n'en valais vraiment pas la peine." Difficile de poser des mots sur ce qui me fait vraiment mal. Et je fronce les sourcils de plus belle, essayant d'ignorer toute la réalité que viennent de prendre ces mots maintenant que je les ai prononcés à haute voix.

_________________


 
Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi, ils vivent à l’intérieur de nous. Et parfois… ils gagnent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Messages : 1779
Membre du mois : 94
Date d'inscription : 05/11/2016
Age : 34
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Kanala
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel



Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Heureux soit le hasard, malheureux fut l'amour !   Mer 8 Nov - 23:54

Le 22 janvier 2018






Ne venais-je pas de donner un indice à la belle brune quant au fait que je n’étais pas quelqu’un de fréquentable ? Évidemment que oui. Bien sûr, cela n’était pas une évidence pour elle car elle m’avait connu comme un gentleman séducteur. A aucun moment je n’avais eu une parole ou un geste déplacé à son égard même si mes pensées n’allaient pas du tout dans ce sens. Une chance pour moi, Jaana n’était pas télépathe et elle ne savait donc pas qui j’étais en réalité. Dans le cas contraire elle m’aurait fui ou tué !
J’arquais un sourcil à sa réponse, notamment concernant le fait qu’elle gagnait sûrement plus que les types qu’elle pourrait croiser. Faisais-je parti du lot ? Je m’en étonnais quand je me remémorais la façon dont je plumais les pigeons qui me servaient de clients. Cependant, je ne pouvais trop m’avancer puisque je ne connaissais pas grand-chose d’elle. J’eus un léger rire quand elle évoqua ses désirs de jeune femme.



- Vous étiez donc attirer par les mauvais garçons, déclarais-je. J’aurais donc pu vous plaire à l’époque, ajoutais-je avec un sourire séduisant.


Mais le destin n'avait pas choisi de nous faire nous rencontrer durant cette période de nos vies. Une chance pour elle car je n’aurais jamais été aussi charmant. Cette soirée que nous avions passée ensemble était d’ailleurs une étrange exception à mon comportement habituel. Mais cela avait été agréable alors il n’y avait pas de remord à avoir… si ce n’est que j’aurais aimé une autre finalité à cet échange. Cette pensée me fit sourire ! Jaana savait-elle à quel point elle était désirable ? J’en étais persuadé mais elle n’en jouait cependant pas.
Lorsque la conversation se poursuivit ce fut pour parler de son caractère. Elle semblait en avoir et c’était ce qui faisait son charme… ou pas ! Cela m’amusa avant que je ne fronce les sourcils.



- Je préférais savoir que vous me croyez sur parole et non pas que vous faite mine que ce soit le cas, avouais-je avec franchise. Et puis vous avez eu la preuve que je savais tenir parole non ?


Bien sûr ! Je n’avais rien tenté à la fin du dîner et pourtant ce n’était pas l’envie qui manquait ! Mais allez savoir pourquoi, j’étais resté gentleman jusqu’au bout. Quel dommage au final ! Après tout elle n’était pas l’épouse épanouie qu’elle avait semblé être et peut-être aurait-elle cédé à mes avances… ou pas !

Mais trêve de nostalgie inutile. La conversation devint plus professionnelle puisque Jaana m’avoua être ma cliente. Les premières questions furent anodines mais les réponses m’apportaient des informations. Du moins en apparence ! Je savais déjà beaucoup de chose concernant sa famille puisque je l’avais espionné pour le compte d’un inconnu. Je ne rajoutais donc rien concernant ses enfants qui seraient parfaitement capables de choisir leur camp ou au pire de se barrer de leur côté. Ce détail je le gardais pour moi car ce n’était pas le genre de chose qu’une mère voulait entendre.
Quand à la suite j’esquissais un léger sourire. Les propos qu’elle tenait n’était pas une surprise. Beaucoup avaient les mêmes.



- J’ai le recul nécessaire et surtout je ne m’identifie pas à l’un ou à l’autre. Je reste parfaitement neutre et il arrive que certain de mes confrères aient plus de mal à se comporter avec impartialité et justesse. Le but est quand même que notre client ne soit pas le dindon de la farce. C’est encore plus important quand on déteste perdre et c’est mon cas !


Oui, je me faisais de la pub mais Jaana était là pour un rendez-vous professionnel et non pas autre chose de plus privé… ce qui était bien dommage !
Mais je ne m’attardais pas et lui posais la question. Qu’est-ce que son mari lui reprochait ? Comme souvent, je tombais juste mais la réponse de Jaana fut plus complète que ce que j’aurais cru et me fit voir son époux comme un mec assez égoïste ! Je secouais la tête de manière négative.



- Je ne vous trouve pas pathétique et je vois ce que vous voulez dire. Vous devez vous sentir trahir et il y a de quoi ! Excusez-moi mais si votre époux a préféré se consoler auprès d’une autre c’est qu’il est faible. Et malheureusement, beaucoup de types choisissent cette option de facilité ou l’alcool… voir même les deux ! Je marquais une pause. Il faut avoir plus de cran de choisir de vivre seul parce qu’on n’est pas prêt à s’engager. C’est mon cas ! Et peu importe que certaines femmes me dénigrent… au moins je ne fais pas de fausse promesse en leur passant l’anneau au doigt. Mais je m’égare, avouais-je au moment où la serveuse se ramenait. Un Hennessy pour moi et pour vous ? demandais-je à Jaana.



..

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Mortal ♦ Agent de l'Etat
Messages : 519
Membre du mois : 40
Date d'inscription : 05/11/2016
Célébrité : Gal Gadot
Crédit : Kanala
Caractère : Intelligente » Travailleuse » Rieuse » Déterminée » Tacticienne » Esseulée »
Métier : Directrice du CNRB

Mortal ♦ Agent de l'Etat
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Heureux soit le hasard, malheureux fut l'amour !   Sam 18 Nov - 22:26

Plus le temps, plus je me rends compte à quel point les apparences sont trompeuses. Samuel est des plus charmants mais je me demande ce que cela peut bien cacher. Non que je n'apprécie pas sa compagnie, c'est même tout le contraire. A chaque fois que nous nous sommes croisés, j'ai été agréablement surprise, mais je suis particulièrement bien placée je crois, pour savoir à quel point on peut cacher des secrets et ne pas vraiment dévoiler qui l'on est. Et puis, c'est évident, à la façon dont il se comporte, qu'il a plus du prédateur que de la proie. Mais ce n'est pas vraiment ce qui me fera fuir, ayant depuis longtemps maintenant été habituée à fréquenter des hommes qui savent ce qu'ils veulent et qui savent s'imposer. C'est pourquoi j'ai un mince sourire à ses propos et je hausse les épaules avant de souffler, un rien mutine. "Je suis démasquée on dirait. Et les mauvais garçons sont toujours plus séduisants que les autres. Ca marche aussi pour les femmes ou pas ?"

Je laisse filer un silence amusé alors que nous continuons de discuter de tout et de rien. Ca me fait un bien fou, juste d'oublier quelques instants tout ce qui ne va pas. Je sais bien que c'est temporaire et que, lorsque je serais sortie d'ici, tout ce qui me tracasse se posera de nouveau sur mes épaules telle une chape de plomb mais, dans l'immédiat, j'essaie de ne pas trop y penser. Il est plus drôle d'échanger quelques piques sans conséquences. "Oh, mais on n'a pas toujours ce que l'on voudrait n'est-ce pas ? Vous préférez que je vous mente ? Enfin il est vrai, vous êtes un homme de parole. Mais vous voyez, je serais de mauvaise foi, je pourrais dire que c'est presque vexant de vous avoir arraché aussi facilement cette promesse." Je laisse filer un silence en le fixant avec curiosité avant de reprendre, toujours aussi amusée. "Je voulais juste voir votre tête pendant que je disais ça. C'est un peu méchant, j'avoue. Mais j'ai besoin de m'amuser un peu, désolée que vous en fassiez un peu les frais."

Surtout que les choses se font bien plus sérieuses. Je lui parle des raisons de ma venue, le visage un peu plus sombre, tandis qu'il me donne certains détails dont j'aurais bien aimé pouvoir me passer. Ne jamais avoir à vivre cela. Je sais bien, c'était totalement naïf, mais ça aurait pu non ? Continuer à bien se passer, ce genre de choses totalement stupides. J'ai un sourire sans joie quand il me répond et je laisse filer un silence avant de reprendre, d'une voix pensive. "Je dois m'estimer heureuse que vous détestiez perdre alors. En tout cas, j'aimerais beaucoup pouvoir être neutre et avoir du recul dans cette histoire. Je n'arrive déjà pas vraiment à le faire dans mon propre travail alors je suis admirative d'une certaine façon." Et puis, voilà qu'il m'interroge. Sur ce qui s'est passé, sur ce qui a provoqué le début de notre fin à Philippe et moi. Je grimace, me mordillant légèrement la lèvre alors qu'il reprend la parole. "Je me sens surtout idiote en réalité. De ne pas l'avoir vu venir, d'avoir cru qu'il essaierait de sauver les meubles avant de partir voir ailleurs. De me dire que ça n'en valait pas assez la peine à ses yeux." Je sais, pour quelqu'un qui le trompait depuis des mois, c'est un peu hypocrite mais j'ai réussi, sans trop savoir comment, à me dire que ma relation avec Leygh n'était rien d'autre qu'une relation professionnelle qui a dérapé, sans autre incidence qu'un peu de bon temps au travail. "Je ne sais pas s'il est faible. Peut-être qu'il a raison dans le fond. Quant à l'alcool, j'avoue, j'aurais préféré le voir boire je crois. Au moins, j'aurais eu moins de responsabilité dans cette histoire. Enfin j'aurais réussi à m'en convaincre en tout cas." Je fronce légèrement les sourcils au reste de ses propos et je souffle, d'une voix pensive. "J'avoue que la solitude me fait peur. Et que je viens de réaliser que je le suis plus que jamais, même en étant mariée. Mais vous avez raison, il faut du cran pour accepter de vivre avec sa propre solitude. Peut-être que je vais devoir apprendre à m'y faire alors." Je bats des cils avant d'esquisser un sourire. "La même chose pour moi. Je suis curieuse."

_________________


 
Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi, ils vivent à l’intérieur de nous. Et parfois… ils gagnent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Heureux soit le hasard, malheureux fut l'amour !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'amour est-il nécessaire au bonheur ?
» Le travail rend il l'homme heureux ?
» Je passe de l'amour total à l'agacement complet !
» Trouvé au hasard de mes recherches... Profession mendiant
» Roch Voisine - sauf si l'amour s'évapore

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ragnarök :: 
Valhöll
 :: 
Le Valtechnologie
 :: 
Restaurants & Bars
-
Sauter vers: