AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
|Livre I| Mauvaises interprétations

avatar
"Où le choix commence, finissent le paradis et l’innocence..."
Messages : 690
Membre du mois : 78
Date d'inscription : 22/04/2017
Célébrité : Lily James
Crédit : Kanala
Caractère : Attentionnée » Baisse facilement les bras » Douce » Discrète » Indépendante » Manque de confiance en soi » Passionnée » Sensible à l’art » Trouillarde
Métier : Directrice de VeriArt Galleri & Agent d'artistes (Gaïa)
Affinités :
Spoiler:
 



Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: |Livre I| Mauvaises interprétations   Dim 30 Avr - 17:04



Julien Guillemaud & Saara Nygård



Après le 6 janvier 2018, aux alentours de 22 heures

Durant son séjour à New York, Saara a repéré une belle pièce lors d’une vente aux enchères. Ayant présélectionné de potentiels preneurs, elle leur a transmis par mail le descriptif de la pièce d’orfèvrerie. Cela n’a pas fait long feu avant que l’un d’eux manifeste son coup de cœur. Le client intéressé est désireux de l’offrir pour un anniversaire dans la semaine. La voilà obligée de rentrer dans les meilleurs délais à Valhöll, les moments prévus pour le tourisme ou le shopping personnel passent donc à la trappe. Et dès qu’elle s’est acquittée de ses rencontres professionnelles, elle saute dans l’avion. Une chose est certaine, elle se démène pour sa clientèle. Elle leur prodigue des attentions de tous les instants pour qu’ils ne soient pas tentés d’être volages. D’une certaine façon, cela l’arrange d’avoir une bonne raison d’écourter son voyage. Elle voudrait avancer dans son rapprochement avec son frère.

Le train s’immobilise. Elle fait partie des rares passagers à descendre à cet arrêt. Elle se fout un peu de ce qui l’entoure, portée par la perspective de bientôt pouvoir se délasser chez elle. Elle s’empresse de se rendre à la station de taxi où elle trouve guichet clos. La pancarte indique la fin de service jusqu’au lendemain. C’est à ce moment qu’elle se souvient : le couvre-feu ! Elle a lu à ce propos dans les dépêches, mais Outre-Atlantique, toute l’implication de cette contrainte ne l’a pas percutée. Elle alpague un employé de la gare qui lui présente deux options : une nuit à l’hôtel ou le service de location de voiture. À tout choisir, elle aimerait dormir dans son lit. Va donc pour la voiture de location !

Sur la route, elle constate les effets du couvre-feu. Il n’est pas si tard et pourtant, tout un chacun s’empresse sur le trajet vers son domicile. Le changement d’ambiance est flagrant à l’approche du centre-ville. Hormis les hôtels, les autres établissements sont déjà toute lumière éteinte et les passants dans les rues se comptent sur le doigt d’une main. Elle s’interroge sur les décisions des autorités. Le couvre-feu ne sera pas une solution tenable bien longtemps. Le manque à gagner en fera gronder plus d’un. Au tournant d’une rue, elle ralentit et plisse les yeux avant de devoir s’arrêter. La rue qu’elle veut emprunter est fermée à la circulation. « C’est la poisse… ! ». Et c’est peu de le dire. Elle réfléchit à une alternative, mais le hic, c’est qu’elle manque de temps pour tout détour. Déjà que la zone piétonne rend mal aisé l’accès à sa galerie, mais si en plus, on ferme des rues… ça n’aide pas !

Parquée le long d’un trottoir, la galeriste appose dans élan de contrariété son front contre le volant que ses mains cramponnent. Le klaxon braille la faisant se redresser brusquement. D’accord, il faut qu’elle taise sa lassitude et tienne bon. Elle craquera une fois en sécurité et au chaud chez elle. Il est 21h43. Elle estime la distance d’ici à chez elle à une petite vingtaine de minutes à pied. Si elle presse le pas, ça devrait le faire. « Allez ce n’est pas la mer à boire.. », s’encourage-t-elle sans grande conviction. En temps normal, elle n’est déjà pas fan de l’ambiance des balades nocturnes. Là où certains raffolent du mystérieux sous le manteau de la nuit, elle ne ressent que le sinistre de ne presque rien y voir clair. Or, à présent, l’obscurité abrite des créatures assoiffées de sang. Peut-être. Elle n’achète pas totalement la version qui prône l’existence de vampires et de loup-garou parmi les humains. Elle mise plus sur l’évasion de mutants issus de clonages fumeux entre des espèces. Elle se contorsionne pour se saisir de son manteau sur le siège arrière et pour l’enfiler. Il vaut clairement mieux ne pas trop penser au contenu de la vidéo maintenant. Essayant de faire le vide dans son esprit, elle attrape son sac à main. Puis sort de la voiture. Le quartier est tellement charmant de jour. Et animé de nuit, habituellement. Elle trotte vers le coffre pour en sortir délicatement sa valise. « Ça va aller, tu es tout près.. », se murmure-t-elle pour chasser des pensées angoissantes.

Sans traîner outre-mesure, elle arpente une première rue. Le bruit de sa valise qui roule aurait pu être un ronronnement rassurant, mais dans le silence du quartier, l’entendre renforce seulement le sentiment de solitude. De même que la lueur des lampadaires qui est dénuée de charme, juste bon à créer des ombres hostiles. Sans ralentir, elle remonte le col de son manteau. Depuis quelques minutes, elle a la désagréable impression d’être talonnée. Pourquoi n’y a-t-il pas une gentille famille ou un groupe de bienveillants qui justement iraient dans la même direction qu’elle ? Son pas s’accélère, de même que les battements de son cœur. L’option qu’elle a choisie leur paraît très mauvaise. Pourquoi n’est-elle pas restée sagement dans la voiture ? Dans sa vision périphérique, elle croit distinguer des ombres filantes. Malgré elle, le scénario d’une horde qui se prépare à l’assaut prend corps dans son esprit. Se mettant presque à courir, elle tourne la tête en arrière pour en avoir le cœur net sur ceux qui la traquent. Elle percute subitement quelqu’un. Dans son état de panique, elle se croit enserrée et se débat confusément. « Lâchez-moi, lâchez-moi, lâchez-moi.. ! », s’écrie-t-elle, tandis que la main qui ne tient pas la valise, cherche à griffer son assaillant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Les enterrements donnent souvent des envies de sexe, cela va de pair avec la mort.
Messages : 297
Membre du mois : 35
Date d'inscription : 30/03/2017
Age : 29
Célébrité : Mads Mikkelsen
Crédit : Schizophrenic
Caractère : Ferme » Suspicieux » Créatif » Intransigeant » Discret » Dénué de compassion

Les enterrements donnent souvent des envies de sexe, cela va de pair avec la mort.
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: |Livre I| Mauvaises interprétations   Ven 5 Mai - 23:34





Le 07 Janvier 2018



En ce sept de janvier mon téléphone se mit à vibrer, et la nouvelle qu'il m'offrait n'était pas pour me déplaire. Saara Nygård rentrait en Norvège. La surveillance que j'avais activé à son encontre remplissait son office. Pour en connaître la raison il faudrait remonter dans le passé de la Lignée Myklebust, de cela plusieurs siècles. Une nuit l'une de nos propriétés fut attaquée par l'un de nos ennemis et s'il a été contraint à la fuite avec ses compagnons d'alors, ils emportèrent avec eux quelques reliques Myklebust en guise de trophées.

Retrouver ses reliques était une mission que je m'étais attribué de mon propre chef, et nous étions quelques uns à en avoir fait de même, pour l'honneur de notre Lignée. Nul promotion à la clé ne guidait notre quête, simplement la satisfaction d'agir pour les nôtres. Après une traque infructueuse au fil de l'Histoire, j'avais retrouvé la trace d'une de ces reliques, devenu un objet de famille chez les Nygård. Et récemment j'en suis venu à mettre sous surveillance l'un des membres de cette lignée humaine, Saara Nygård en l'occurence. Gallérie et marchande d'art elle devait voyager à travers le monde, et il était hors de question pour moi de m'éloigner des miens pour la surveiller. J'avais donc chargé quelque outil loyal de s'en charger, et c'était justement ce dernier qui venait de m'apporter par message la bonne nouvelle.

Je lançai de nouvelles instructions à mon contact, à savoir poursuivre sa surveillance et la suivre autant que possible sans être repéré par quiconque. N'étant pas de garde ce soir je pus quitter le domaine sans encombre et grâce aux indications de mon contact je m'élançai dans la nuit à pleine vitesse afin de rejoindre ma cible du soir. A cette allure nul oeil humain ne pourrait me détecter sinon au travers de cette sensation d'apercevoir un mouvement du coin de l'oeil mais qui donnait l'impression d'avoir tourné la tête pour rien.

Nouveau message de mon contact. Elle venait de quitter sa voiture et poursuivait à pieds. Parfait. J'accélérai ma course pour finalement la rejoindre, du moins à une distance qui me permettrait de l'observer un peu risquer d'être vu. Je voyais donc l'humaine et son suiveur et choisis alors d'amorcer le contact en forçant le hasard. J'indiquai à mon outil de se montrer légèrement moins discret afin d'effrayer sa cible, puis de disparaître lorsque je me serais présenté à elle.


Lâchez-moi, lâchez-moi, lâchez-moi.. ! furent ses premiers mots à mon encontre lorsqu'elle me percuta "par hasard" après que je me fus placé un peu en avant d'elle.

Pardonnez-moi mademoiselle, dis-je en apparence confus, en reculant d'un pas alors qu'elle griffait l'air entre nous, tentative vaine de se défendre.  Avec ce couvre feu j'étais en chemin pour rejoindre quelques amis et je ne vous ai pas vu. J'espère que je ne vous ai pas fait mal.




» PV ♦ 18
» FO ♦  3 – Bonus ponctuel non utilisé
» RL ♦  1  
» AF ♦  0 / Pas d’arme à feu – pas de balle en argent.
» AB ♦  2 - couteau de combat, lame en argent noir pour éviter les reflets la nuit
» PM ♦  0
» Actions effectuées dans ce post ♦ 1 - Julien créer le contact.

awards click ici :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
"Où le choix commence, finissent le paradis et l’innocence..."
Messages : 690
Membre du mois : 78
Date d'inscription : 22/04/2017
Célébrité : Lily James
Crédit : Kanala
Caractère : Attentionnée » Baisse facilement les bras » Douce » Discrète » Indépendante » Manque de confiance en soi » Passionnée » Sensible à l’art » Trouillarde
Métier : Directrice de VeriArt Galleri & Agent d'artistes (Gaïa)
Affinités :
Spoiler:
 



Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: |Livre I| Mauvaises interprétations   Mer 10 Mai - 23:12



L’insidieuse sensation d’être suivie met à cran Saara. En quelques minutes, une monté d’angoisse précipite son allure. Sa valise crapahute à sa suite. Elle n’a même pas une pensée pour le délicat bijou qu’elle transporte. Son seul objectif est de parvenir chez elle saine et sauve. Et ça, ce n’est pas gagné ! D’une seconde à l’autre, son poursuivant va fondre sur elle, lui bourdonnent les pensées paranos qu’elle ne peut taire. Elle bifurque à droite dans une rue où s’alignent des devantures de boutique. Habituellement, elle prend plaisir à flâner dans ce vieux quartier par goût pour l’architecture et le shopping. Mais baignées dans les ténèbres, les vieilles bâtissent paraissent abandonnées et lugubres. Elle maudit la mesure du couvre-feu dont l’effet pernicieux est de vider les rues de bonne heure. Elle veut courir, mais elle n’est pas chaussée pour piquer un sprint. À bout de nerf, elle tourne la tête en arrière pour évaluer la menace à ses trousses. C’est alors qu’elle percute un obstacle. Elle n’a pas l’esprit assez clair pour le contourner, et cherche à passer à travers. Immanquablement, elle bute contre. Les battements de son cœur s’affolent. Elle se sent piégée, tombée dans un guet-apens. Elle s’écrie pour qu’on la lâche, essaie de griffer. Puis d’un coup, elle perd l’équilibre et manque de trébucher en avant lorsque son agresseur amorce un mouvement de retrait. Elle se rend alors compte qu’elle était plus appuyée contre lui que sanglée par lui. Ce constat a de quoi rassurer, de même que les paroles de l’homme. Sauf que les mots ne percutent pas dans la caboche de Saara. Sa panique est encore trop aiguë. « Allez.. allez-vous-en... ! ». Dans l’idée, ça se veut un ordre ferme, mais son timbre ne suit pas et cela s’entend comme une supplication apeurée. Mine de rien, les paroles de l’homme font chemin jusqu’au centre de traitement de son cerveau. Le ton de sa voix n’avait rien de menaçant ni son attitude. Tout porte à croire qu’elle s’est trompée en beauté sur ses intentions. « ..Vous n’allez pas me faire de mal… ? ». Il y a encore une pointe de méfiance, mais elle ne demande qu’à être convaincue d’être en sécurité avec lui. Plus elle le dévisage, plus il lui apparaît comme un homme respectable. « Je suis désolée..J’ai eu peur de quelqu’un derrière moi.. J’ai paniqué.. », balbutie-t-elle penaud de s’être mise dans tous ses états. Néanmoins, elle ne peut pas écarter tout danger. Si l’homme qui lui fait face est un quidam inoffensif, il n’en n’est surement pas de même pour l’ombre qui la file. Elle jette un coup d’œil par-dessus son épaule pour scruter la nuit noire. A-t-il lâché l’affaire ou patiente-t-il jusqu’à ce qu’elle soit à nouveau à sa merci ? Elle reporte son regard sur le passant, dans lequel il peut lire un appel à l’aide. « Je suis désolée, je sais c’est ridicule, on ne se connaît pas, mais pourriez-vous m’accompagner jusqu’à un hôtel.. n’importe lequel, tout près d'ici... ? ». Tant pis si sa demande l’embête, mais toute grande fille qu’elle soit, elle ne peut se débarrasser de la peur au ventre. Elle renonce à rentrer chez elle ce soir, elle n’a pas assez de courage pour arpenter d’autres rues sombres et silencieuses. « Vous n’aurez pas enfreindre le couvre-feu, je vous réglerai une chambre pour la nuit.. ».

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Les enterrements donnent souvent des envies de sexe, cela va de pair avec la mort.
Messages : 297
Membre du mois : 35
Date d'inscription : 30/03/2017
Age : 29
Célébrité : Mads Mikkelsen
Crédit : Schizophrenic
Caractère : Ferme » Suspicieux » Créatif » Intransigeant » Discret » Dénué de compassion

Les enterrements donnent souvent des envies de sexe, cela va de pair avec la mort.
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: |Livre I| Mauvaises interprétations   Ven 12 Mai - 23:12





Le 07 Janvier 2018



La peur teinte sa voix de cette douce mélodie qu'il m'arrive d'apprécier chez mes proies. Mais ce soir nul désir de m'en servir pour satisfaire mes appétits, elle représente un tout autre intérêt et si nécessaire je "capturerais son regard" pour plier sa volonté à la mienne.

Pourquoi vous ferais-je le moindre mal? Ce n'est pas dans mes intentions de vous faire du mal pour une simple bousculade. lui dis-je en esquissant un sourire rassurant, peut-être que cela pourrait la détendre un peu.

Je n'ai pour le moment pas besoin d'user des capacités hypnotiques dont je suis affublé" en tant que vampire qu'elle me propose d'elle même une option dès plus pratique. L'accompagner jusqu'à un hôtel et qu'elle m'y loue une chambre pour la nuit. Peut-être qu'après tout j'allais finalement satisfaire l'un ou autre de mes appétits.


Ah? Il est vrai que les rues désertes ne sont guère rassurantes. Ecoutez, laissez-moi envoyer un message à mes amis pour décommander et je vous accompagne. ajoutai-je après ses paroles, faisant mine d'envoyer un message avant d'ouvrir une application pour dégoter un lieu où lui faire passer la nuit.

Je vois un hôtel disponible à quelques rues de là, si cela vous convient allons-y. lui proposai-je en ouvrant la marche.

Et si nous ne profitions pour faire un peu connaissance, après tout nous allons passer la nuit dans le même hôtel. Que faites-vous dans la vie? lui proposai-je en ouvrant la marche.

Je choisi de lancer un premier hameçon afin de développer le contact que nous venions d'instaurer suite à notre rencontre hasardeuse. Lui dérober grossièrement des informations quant à la relique ne pourrait qu'attiser sa méfiance, d'autant plus avec la peur qui la tenaillait toujours. Il fallait mieux selon moi apaiser son sentiment afin de la mettre en confiance. Peut-Être qu'en l'amenant à parler d'elle je pourrais la faire parler de sa famille et de ses biens, sujet pouvant aisément arriver sur la table via son métier.





awards click ici :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
"Où le choix commence, finissent le paradis et l’innocence..."
Messages : 690
Membre du mois : 78
Date d'inscription : 22/04/2017
Célébrité : Lily James
Crédit : Kanala
Caractère : Attentionnée » Baisse facilement les bras » Douce » Discrète » Indépendante » Manque de confiance en soi » Passionnée » Sensible à l’art » Trouillarde
Métier : Directrice de VeriArt Galleri & Agent d'artistes (Gaïa)
Affinités :
Spoiler:
 



Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: |Livre I| Mauvaises interprétations   Dim 14 Mai - 18:31



Saara a beau savoir que les apparences sont trompeuses. N’empêche qu’il y a quelque-chose de sécurisant dans la tonalité posée d’un homme qui présente bien. L’angoissant aidant, elle lui formule une requête insolite compte tenu qu’ils ne se connaissent ni de près ni de loin. « Oh merci… ». Sa voix n’est qu’un souffle qui, pourtant, expulse un immense soulagement. Avec cette ombre qui la piste, les rues plus désertes les unes que les autres et surtout les scènes horrifiques de la vidéo qui se rejouent sans cesse dans sa tête, elle est à deux doigts de crever de trouille. Le frottement et la chaleur de ses mains qu’elle fait glisser le long des bras calment ses tremblotements pendant que son compagnon d’infortune pianote sur son téléphone. Elle relève la tête vers lui, lorsqu’il annonce avoir déniché un hôtel à proximité. La lueur dans ses yeux exprime silencieusement sa reconnaissance envers sa bonne étoile d’avoir mis sur sa route un homme décent en qui elle peut se fier. Pour indiquer son approbation et son consentement, elle acquiesce vivement du chef. De la lumière dans tous les recoins, la barrière de murs infranchissables et pourquoi pas un verre de Glögg en prime, voilà les critères d’un refuge qui la rassura complètement. Elle agrippe de nouveau la poignée de sa valise et impose une bonne allure aux côtés de son escorte. L’heure fatidique du début du couvre-feu doit être imminente, arriveront-ils à l’hôtel avant, se demande-t-elle, soucieuse de ne pas les mettre hors-la loi. « Ce que je fais.. », répète-t-elle toujours un peu obnubilée par les menaces que la nuit dérobe à ses yeux. « .. Je tiens une galerie d’art.. et vous.. ? », demande-t-elle pour rendre la politesse, et non par intérêt. Elle n’est pas d’humeur à sociabiliser. Est-ce que cet homme sera assez costaud pour les défendre en cas d’agression ? Elle en doute fortement. Il semble peu habitué à user de ses poings. « Est-ce encore loin ? », le coupe-t-elle pour se renseigner sur la distance jusqu’à leur destination. Incapable d’entretenir une conversation agréable dans cet environnement qui lui paraît hostile, elle ramène l’échange sur ce qui la préoccupe. « J’étais à l’étranger ces derniers jours, est-ce qu’il y a eu une autre agression ? Vous savez, comme celle de la vidéo, avec des créatures qui ne devraient pas exister.. ». Elle s’est tenue au courant autant que son planning overbooké le lui a permis, mais peut-être qu’un fait nouveau lui a échappé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Les enterrements donnent souvent des envies de sexe, cela va de pair avec la mort.
Messages : 297
Membre du mois : 35
Date d'inscription : 30/03/2017
Age : 29
Célébrité : Mads Mikkelsen
Crédit : Schizophrenic
Caractère : Ferme » Suspicieux » Créatif » Intransigeant » Discret » Dénué de compassion

Les enterrements donnent souvent des envies de sexe, cela va de pair avec la mort.
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: |Livre I| Mauvaises interprétations   Dim 21 Mai - 1:25





Le 07 Janvier 2018



La peur guidait la jeune femme et lui embrumait l'esprit. La douce mélopée de son rythme cardiaque était presque jouissif, comme à l'époque des grandes chasses, lorsque nous chassions les esprits simples la nuit. Elle répondit à mes questions mais il était clair que l'envie n'y était pas. Elle était trop préoccupée et ne voulait qu'une chose, entrer en lieu sûr.

Oh intéressant, mon goût pour l'art vous paraîtra bien dérisoire, vous qui devez être une experte dans ce domaine. lui dis-je dans un premier temps afin de la valoriser un peu et que cela l'apaise un minimum avant de poursuivre dans ce sens.

Pour ma part je travaille dans la sécurité. ajoutai-je en cette demi-vérité. J'étais Garde après tout et m'assurais de la sécurité du domaine, tant qu'elle en ignorait la nature et la raison je pouvais rester dans le vrai.

Toujours était-il que me savoir dans cette branche pourrait l'amener à se rassurer quant à mes éventuelles compétences de protecter, notamment au sujet de sa personne.


Non, nous arrivons regardez. lui dis-je en désignant le bâtiment qui finirait de la rassurer, et peut-être l'amener à s'ouvrir davantage à moi.

Non aucune autre agression, du moins si l'on en croit les autorités. Et j'aime à croire qu'elles sauront nous protéger d'un autre évènement sinistre de ce type. De toute manière la sécurité est mon travail, je pourrais toujours assurer la vôtre si vous êtes inquiète à ce sujet. lui dis-je en esquissant un léger sourire alors que je lui tenais ouverte la porte de l'hôtel.

Deux chambres s'il vous plait. dis-je en sortant ma propre carte bancaire. Il s'agissait de celle que j'utilisais pour les opérations courantes et qui n'était pas liée à la lignée. Hors de question que je puisse ramener quiconque au domaine, même le fisc ou qui que ce soit.

Laissez-moi vous retourner la proposition, je vous offre votre chambre après toutes ces émotions. ajoutai-je d'un sourire amical. Souhaitez-vous boire un verre avant de rejoindre votre chambre, histoire de souffler un peu après cette marche rapide?

A moins que vous souhaitiez un peu de tranquillité à présent que nous sommes dans un lieu sûr. Auquel cas je vous laisserais afin de ne pas vous importuner.
lui dis-je enfin afin de ne pas m'imposer à elle. Mieux valait que cela vienne d'elle, elle serait plus disposée pour poursuivre notre conversation si je ne lui imposais pas ma présence.



awards click ici :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
"Où le choix commence, finissent le paradis et l’innocence..."
Messages : 690
Membre du mois : 78
Date d'inscription : 22/04/2017
Célébrité : Lily James
Crédit : Kanala
Caractère : Attentionnée » Baisse facilement les bras » Douce » Discrète » Indépendante » Manque de confiance en soi » Passionnée » Sensible à l’art » Trouillarde
Métier : Directrice de VeriArt Galleri & Agent d'artistes (Gaïa)
Affinités :
Spoiler:
 



Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: |Livre I| Mauvaises interprétations   Lun 29 Mai - 18:19



La voix de l’homme emplit la nuit, qui semble moins impénétrable. Saara aurait voulu pouvoir accrocher sur les mots, y rebondir, mais ceux-ci ne s’imprègnent pas dans son esprit désorganisé par d’angoissantes pensées. Il évoque un certain goût pour l’art. Son sujet privilégié et sur lequel elle peut être intarissable. Cependant, si elle l’entend, elle ne l’écoute pas et le comprend à côté. Il se dit dans la sécurité, elle le voit alors dans la sécurité informatique. Inquiète qu’il ne soit d’aucun secours si l’ombre se décide à passer à l’attaque, elle s’informe sur la distance qui les sépare de l’hôtel. Elle braque son regard à hauteur de l’enseigne qu’on lui désigne. Il reste encore quelques mètres. Elle maintient sa vigilance et se renseigne sur d’éventuels faits nouveaux. L’homme n’en a pas eu écho. Il se veut rassurant dans ses paroles, elle apprécie cela. Ils arrivent à l’entrée de l’établissement. Il pousse la porte et la tient ouverte pour elle. Elle aperçoit un hall baigné de lumière. Sans hésitation, elle s’élance vers l’intérieur… non sans marquer un temps mort en passant devant l’homme. Un endroit lumineux et protégé par des murs, elle n’avait que cela dans son viseur, et pourtant, son soulagement passe subitement au second plan. L’homme vient de dire quelque chose de terriblement charmant ! Et maintenant que sa crispation s’est relâchée, elle percute chaque mot. Elle tourne la tête pour le voir enfin. Dans la pleine lumière, le quidam n’apparait plus sous des traits communs. Un sourire timide flotte sur ses lèvres. Elle murmure un merci empreint d’une gêne qui n’est pas désagréable à ressentir. Si le merci va pour la porte, elle l’a surtout formulé pour la proposition de chevalier servant attaché à sa sécurité. Puis elle le dépasse finalement et entre.

Ils se dirigent vers la réception. L’atmosphère est calme et chaleureuse, comme dans beaucoup d’endroits du Vieux Valhöll. Jamais descendue dans cet hôtel, elle le connaît néanmoins de l’extérieur. Elle y passe devant de temps en temps. Elle le resitue alors par rapport à sa galerie… *5 minutes à tout casser*. Elle tourne la tête pour dissimuler la honte qui la gagne. Elle se trouve bien ridicule de dormir à deux pas de chez elle, mais passons. De toute façon, elle ne se sent pas de passer cette nuit seule dans son logement. La sensation d’être menacée est tenace. Et s’il s’était agi d’un humain qui la poursuit, elle se fierait à son système de sécurité. Sauf qu’avec les récents événements, elle ne peut déloger de la caboche la possibilité d’une créature surnaturelle à dents acérées. L’homme s’adresse le premier à la réception et leur demande deux chambres. Il sort sa carte bancaire. Elle s’en va pour lui rappeler qu’elle réglera pour les deux, mais à la voix de l’homme, on entend de la fermeté dans sa position. Elle a les moyens et cela se voit. Le geste de l’homme est de la pure galanterie, elle l’accepte donc en tant que tel. « Je ne saurai vous remercier assez de votre prévenance. Aurais-je rencontré mon ange gardien ? », le remercie-t-elle sans chichi ou maladresse, mais avec un sourire engageant. Il y a quelque chose de plus détendu chez elle et cela délie sa langue. Le réceptionniste leur glisse un formulaire d’enregistrement. Elle ôte ses gants pour se saisir malhabilement d’un stylo. Il lui faut tracer quelques lignes avant que son écriture récupère sa netteté habituelle. Une fois remplie, elle redonne la fiche. « Madame Nygård, Saara ? », demande le réceptionniste pour confirmation. « Oui, je n’ai pas très bien écrit, désolée. ». « Je peux vous proposer des chambres côte à côte ou face à face. ». *C’est du détail, peu importe… quoique*. Partager un mur en commun a un côté rassurant, alors puisqu’on leur donne le choix. « Côte à côte ? », fit-elle à l’homme pour avoir sa confirmation. Puis l’homme – dont tiens d’ailleurs elle ignore toujours l’identité – lui propose un verre. Cela serait mentir que de dire qu’elle n’avait pas secrètement espéré une telle invitation. N’empêche que s’il ne s’était pas lancé, elle n’aurait rien fait, aussi leur épargne-il une rencontre écourtée. « Vous pensez, c’est plus qu’un souhait, mais une nécessité pour mes nerfs en pelote. », se moque-t-elle gentiment d’elle-même. « Je boirai avec plaisir un verre avec vous, à la condition de pouvoir vous l’offrir et c’est non négociable. ». Le réceptionniste revient vers eux avec les cartes magnétiques pour déverrouiller les chambres. Elle range la sienne dans son sac à main et demande au réceptionniste s’il est possible de monter sa valise dans sa chambre. « Allons-y. », fit-elle avec un sourire à son compagnon pour lui signaler qu’ils peuvent se rendre au bar de l’hôtel.

Il y a quelques clients, mais encore de la place. Laissant les carrés aux groupes, elle les guide au bar vers deux tabourets disponibles. « Vous m’excusez un instant. », fit-elle au lieu de s’installer. Il lui faut d’abord un passage aux toilettes pour se rafraîchir un peu du voyage. À son reflet dans la glace, ce n’est pas du luxe. Elle ouvre le robinet pour se laver les mains et se tamponner le visage et la nuque. Elle sort de son sac du maquillage pour une retouche discrète et passe ses mains dans les cheveux pour réarranger sa coiffure. Si elle s’apprête, ce n’est pas tant pour séduire que par habitude de paraître impeccable. « Je ne vous ai pas fait trop attendre, j'espère. », fit-elle en se hissant délicatement sur le tabouret. « Je crois que nous ne nous sommes pas officiellement présentés. ». Elle pivote légèrement vers son interlocuteur. « Saara Nygård. Directrice d’une galerie d’art de jour et froussarde paranoïaque à la nuit tombée. ». Elle sourit, même si elle sait qu’il n’y a vraiment pas de quoi se vanter. « Vous savez, quand vous avez parlé de sécurité avant, j’ai cru avoir affaire à un informaticien. Ça ne m’avait pas beaucoup rassuré. ». Elle se rend mieux compte de sa carrure désormais. Le barman vient prendre leur commande. Elle lui demande s’il propose encore le Glögg. C’est le cas. « Parfait, un verre de Glögg pour moi alors. ». Elle lui transmet ensuite le numéro de sa chambre pour leur note.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Les enterrements donnent souvent des envies de sexe, cela va de pair avec la mort.
Messages : 297
Membre du mois : 35
Date d'inscription : 30/03/2017
Age : 29
Célébrité : Mads Mikkelsen
Crédit : Schizophrenic
Caractère : Ferme » Suspicieux » Créatif » Intransigeant » Discret » Dénué de compassion

Les enterrements donnent souvent des envies de sexe, cela va de pair avec la mort.
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: |Livre I| Mauvaises interprétations   Mer 31 Mai - 0:37





Le 07 Janvier 2018



Curieusement, son coeur semble s'emballer à nouveau alors que nous passions le pas de l'entrée de l'hôtel. Un autre rythme que celui imprimé plus tôt par la peur faisait désormais battre celui-ci. L'illusion de la sécurité l'ouvrait-elle à d'autres sentiments? Ou n'était-ce que le masque de chevalier blanc qui remplissait son office?

Allez-savoir, ne parle-t-on pas de créatures surnaturelles ces temps-ci? Ne pourrait-il en y avoir de bénéfiques? lui dis-je en esquissant un léger sourire, comme si je pouvais répondre à l'image que ce faisaient les humains d'un ange gardien. Si je pouvais lui apparaître ainsi c'était là la confirmation que mon approche à son égard avait été la bonne. Et je poursuivrai dans cette direction avec soin, veillant à ne pas basculer dans la caricature.

Je continuais à poser sur elle un regard protecteur mais pas oppressant tandis qu'elle maniait son stylo avant de confirmer son identité. Elle choisit ensuite des chambres côté à côté plutôt qu'en face l'une de l'autre. Soin de sécurité, ou de rapprochement? L'un pourrait nous amener à l'autre, et cela serait une bonne chose à bien des égards. Me rapprocher d'elle était mon objectif, à voir jusqu'à quel point notre "rencontre" pouvait pousser ce rapprochement entre elle et moi.


Julien Mc Borough. déclinai-je à mon tour à la même réceptionniste avec qui elle avait traité un peu plus tôt. Donner mon vrai nom était inutile ce soir, et si d'aventure ma véritable identité venait à lui être révélée, je pourrais aisément invoquer mon travail pour alibi. Côte à côté, c'est très bien. confirmai-je avant qu'elle n'accepte mon invitation.

J'émis un léger rire convainquant à la condition qu'elle y imposa néanmoins. Elle voulait m'offrir ce verre et c'était là une bonne chose dans mon plan de ce soir, en effet j'y voyais là le signe de la bonne progression de mon affaire. Je m'avançais après elle lorsqu'elle m'invita à l'accompagner au bar de l'hôtel. Tout en marchant je l'observais, détaillant sa silhouette discrètement, hors de question de passer pour un chacal en rut. Les courbes de son corps semblaient promettre monts et merveilles à qui saurait la prendre, mais avec un soupçon d'inaccessible qu'elle dégageait. Tous les ingrédients réunis pour en faire un met de choix que mes appétits commençaient à convoiter.


Et si tel était le cas, qui pourrait s'en plaindre? Pas moi en tout cas à présent que vous revoilà. lui dis-je en souriant alors qu'elle s'était absentée pour se rafraichir. Quel désir derrière cela, plaire ou bien présenter? Peu importait au final car elle était des plus ravissante et même sans fard elle s'avérerait un met délicat.

Enchanté Saara Nygård. ajoutai-je à sa suite en pivotant à mon tour sur mon siège pour lui faire face. Julien Mc Borough, travailleur indépendant dans la sécurité, de personnes ou de biens, et ange gardien lorsque l'on a besoin de moi. ajoutai-je à sa suite en pivotant à mon tour sur mon siège pour lui faire face, lui offrant un sourire au sien.

Cela se comprend aisément, que faire d'un clavier en pareille situation? demandai-je sans attendre de réponse. En revanche mon expérience d'ancien soldat vous aurait été bien plus profitable si nous avions rencontré le moindre agresseur ce soir. dis-je encore, jouant une nouvelle fois avec la vérité. Je commandais un verre de rhum vieux après sa commande avant de reprendre la parole.

Alors dites-moi, que pourrais-vous apporter d'autre votre ange gardien à présent que vous voilà en sécurité, au moins pour ce soir. lui demandai-je ainsi dans le but de l'amener à s'ouvrir davantage mais avec douceur.


awards click ici :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
"Où le choix commence, finissent le paradis et l’innocence..."
Messages : 690
Membre du mois : 78
Date d'inscription : 22/04/2017
Célébrité : Lily James
Crédit : Kanala
Caractère : Attentionnée » Baisse facilement les bras » Douce » Discrète » Indépendante » Manque de confiance en soi » Passionnée » Sensible à l’art » Trouillarde
Métier : Directrice de VeriArt Galleri & Agent d'artistes (Gaïa)
Affinités :
Spoiler:
 



Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: |Livre I| Mauvaises interprétations   Dim 11 Juin - 19:54



À bien y penser, la tournure de la soirée est déroutante… mais loin de Saara, l’envie de s’en plaindre ! Elle préférait cent fois cette issue que celle où on la découvre au matin vidée de son sang au fond d’une ruelle. Elle dépose son manteau et son sac sur le siège d’à côté avant de se hisser sur son tabouret. Quelques minutes plus tôt, une angoisse entêtante la tenaillait et à présent, tout est retombé comme un soufflet. Elle respire mieux. À nouveaux, elle peut s’ouvrir à des horizons plus larges que sa seule petite personne. Son intérêt s’est alors naturellement éveillé pour l’ange gardien qui l’a escorté à bon port. D’ailleurs, il accueille son retour avec des paroles plaisantes à entendre. Elle lui sourit. Une taquinerie tente d’éclore sur ses lèvres, sitôt rattrapée par la gêne. Sa main coule de sa nuque au creux de sa gorge, tandis qu’elle porte son regard sur les étagères où trônent différentes bouteilles. À quoi a-t-elle pensé en acceptant ce verre ? En vérité, elle n’a pas réfléchi outre-mesure. L’homme se montre posé et serein ; sa force tranquille fait clairement mouche sur elle. Sans parler qu’elle n’a pas tout de suite envie de se retrouver avec la nuit pour seule compagnie. Tout cela l’encline vers la curiosité d’en savoir plus sur sa nouvelle connaissance. Elle pivote pour se présenter. Il en fait de même. "Enchantée également." Puis sa tête s’incline légèrement. "Julien Mc Borough ne sonne pas vraiment scandinave.", attrape-t-elle l’occasion qui lui est donnée de lever une interrogation. Depuis qu’elle a entendu le nom à la réception, elle s’est demandé l’origine. Comme face à une toile à expertiser, ses yeux suivent des tracés imperceptibles sur le visage de son interlocuteur pour déceler des indices.

Dans la conversation, elle partage la méprise qu’elle a eue sur son métier. Il révèle un passé militaire. Elle s’en étonne dans un premier temps ; il n’a pas la tête de l’emploi. Mais à bien y regarder, cela colle avec sa façon d’être et de se tenir. "Je comprends mieux votre flegme, vous en avez vu d’autres." Sur le terrain des conflits armés, il a dû se confronter à des menaces plus fondées que la pénombre de la nuit. "Cela fait longtemps ? Que vous avez quitté les rangs de l’armée."

On vient prendre leur commande. Au lieu de chercher à paraître sophistiquée avec un verre de vin, son choix se porte sur une boisson réconfortante qui lui rappelle les soirées de Noël avec son père. Julien commande un verre de rhum vieux. Elle consomme rarement de l’alcool fort, toutefois, cela ne l’empêche pas d’apprécier les goûts fins en la matière. Elle suit distraitement le barman dans la préparation des boissons avant de revenir sur son ange gardien qui la prend au dépourvu avec sa demande. Elle n’est pas certaine de suivre ce qu’il sous-entend… ni s’il y a en fait un sous-entendu à comprendre ? Aïe essaie-t-il de les entraîner dans le flirt ? Non parce que dans les jeux de séduction, elle est une bille ! Elle n’a pas de bouton pause pour évaluer ses options, il faut répondre quelque chose, n’importe quoi. Elle lâche un rire qu’elle espère ne révèle pas trop son embarras. "Ne serait-ce pas exagéré, et même avide de ma part d’en vouloir plus de vous ?", botte-t-elle en touche. Il pourrait l’attirer... D’accord, il l’attire déjà. Mais elle n’est pas libre... D’accord, dans les faits, si, elle est libre comme l’air. Mais ce n’est ce qu'elle ressent dans son cœur, et ça c’est bien dément de sa part, d’être fidèle à quelqu’un avec qui elle n’est même pas dans une ébauche de liaison.

Le barman revient avec leur commande, apportant une distraction bienvenue. Il dépose un verre de glögg d'où émane un fumet épicé. "Je trinque en votre honneur : l’homme qui sait tomber à pic." Elle sourit, reconnaissante à lui et au hasard qui l’a mis sur son chemin. "Si vos amis vous tiennent rigueur de votre désistement, donnez-moi leur contact, je leur chanterai vos louanges." C’est le moins qu’elle puisse faire ; il s’est privé de la compagnie des siennes pour porter secours à une inconnue. Une doucereuse chaleur se diffuse dans son corps, après qu’elle ait bu une gorgée. Elle se remémore alors la dernière fois qu’elle bu du Glögg. C’était la veille de la cérémonie funéraire d’un garde du CNRB qui lui avait inspiré confiance pour assurer la sécurité des événements dans sa galerie et du transport d'objets d'art. "Dans la sécurité, ces temps, j'imagine que vous ne chômez pas. Vous devez refuser des contrats.", remarque-t-elle pour tâter le terrain.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Les enterrements donnent souvent des envies de sexe, cela va de pair avec la mort.
Messages : 297
Membre du mois : 35
Date d'inscription : 30/03/2017
Age : 29
Célébrité : Mads Mikkelsen
Crédit : Schizophrenic
Caractère : Ferme » Suspicieux » Créatif » Intransigeant » Discret » Dénué de compassion

Les enterrements donnent souvent des envies de sexe, cela va de pair avec la mort.
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: |Livre I| Mauvaises interprétations   Dim 2 Juil - 23:09





Le 07 Janvier 2018



Effectivement, c'est écossais.

Elle releva sans mal que le nom que je lui avais donné ne sonnait pas local. En effet son propriétaire n'était pas Norvégien, et rien ne subsistait plus désormais que son nom. Je pouvais l'affirmer avec certitude parce que je l'avais tué de mes mains.


On se targue toujours d'en avoir vu d'autres, jusqu'à la prochaine fois, et croyez-moi il y a toujours une prochaine fois. lui répondis-je sincèrement.

Une nouvelle fois je jouais avec la vérité, mêlant mon personnage et ma véritable personnalité. Depuis le temps que je foulais cette terre j'avais vu beaucoup de choses et rien désormais ne pouvait véritablement me surprendre, et pourtant c'était exactement tout ceci qui me rendait constamment suspicieux. Il ne fallait croire que l'on avait tout vu, car on risquait alors de se laisser surprendre par ses ennemis quels qu'ils soient, et un Garde Myklebust ne pouvait se le permettre.


Quelques années à présent. lui dis-je poliment alors qu'on avait apporté nos commandes. Et vous, depuis quand tenez-vous votre propre galerie? En dehors d'un héritage, j'imagine que devenir propriétaire de son propre établissement doit être le fruit d'un dur labeur.

Si je lui posais la question c'était avant toute politesse et nécessité pour l'amener à m'en dire davantage à propos de son histoire et de fait pour tenter d'obtenir des informations à propos de la relique que je recherchais. Mais pour l'heure il me fallait reprendre la parole.


Je ne peux répondre à cette question à votre place. lui dis-je en esquissant un sourire amusé avant de poursuivre. Et puis je ne suis qu'un ange gardien, et en tant que tel je protège et ne décide point.

A vrai dire je m'amusais de plus en plus à ce petit jeu dont je tirais les ficelles ce soir, et il se pourrait bien que j'y gagne davantage qu'une relique. Quand bien même je ne pouvais pas encore établir en quoi consisterait ce gain.

Je levai mon verre à ses paroles suivantes tout en écoutant ce qu'elle prononçait à présent avant de parler à mon tour.


Ne vous faites pas de souci à leur sujet, me connaissant ils sauront que seule une raison importante m'aura empêché de les rejoindre.

Quant à mon travail effectivement nous ne chômons pas, et le plus important est la sécurité de nos client. A ce titre nous n'acceptons effectivement qu'un nombre limité de missions afin de ne pas nous éparpiller.


Servir et protéger les miens, telle était ma seule mission. Mais elle ne pouvait que l'ignorer.


awards click ici :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
"Où le choix commence, finissent le paradis et l’innocence..."
Messages : 690
Membre du mois : 78
Date d'inscription : 22/04/2017
Célébrité : Lily James
Crédit : Kanala
Caractère : Attentionnée » Baisse facilement les bras » Douce » Discrète » Indépendante » Manque de confiance en soi » Passionnée » Sensible à l’art » Trouillarde
Métier : Directrice de VeriArt Galleri & Agent d'artistes (Gaïa)
Affinités :
Spoiler:
 



Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: |Livre I| Mauvaises interprétations   Sam 8 Juil - 12:10



"Un Écossais.", lui fait-elle écho pour s’approprier pleinement l’information. Elle projette mentalement Julien dans des paysages évocateurs de l’Écosse… En effet, il ne dénoterait pas dans une étendue de prairie luxuriante, au sommet d’une colline verdoyante, sur les sentiers d’une forêt insondable ou près des bords d’un loch étincelant. Le folklore s’invite équipant le Julien de ses pensées d’une cornemuse et d’un kilt… et ma foi, il aurait de l’allure ! Ce qui dans cet accoutrement n’est pas donné à tous les hommes. Elle a un sourire en coin fugitif avant de juger sage de mettre un frein à son imagination débridée. En reprenant la conversation, elle part sur un autre sujet et apprend qu’il est un ancien soldat. Cette fois, elle a plus de mal à le visualiser en contexte. C’est sans doute trop anxiogène pour elle. Il y a toujours une prochaine fois, assure-t-il. À sa façon de le dire, c’est pour lui une vérité maintes fois éprouvée. "Je veux bien vous croire.", glisse-t-elle avec un doux sourire en soutien. Sa vie à elle l’a plutôt épargnée, néanmoins, le peu d’épreuves qui l’ont jonchée ne l’incline pas à un optimisme béat en des lendemains lumineux.

Elle s’intéresse à quand remonte son retour à la vie civile. La réponse est évasive. Elle croit percevoir qu’il ne veut pas vraiment s’étendre sur le sujet. C’est assez typique des hommes de dévier dès lors que cela pourrait devenir trop personnel. Elle lève la tête en l’air pour calculer. "Alors… il me semble que cela va faire quatre ans." En fait, cela fait tellement longtemps qu’elle travaille en flux continu qu’elle en perd le compte des années. "C’est beaucoup de travail, c’est vrai, mais j’ai la chance de travailler dans un domaine qui me passionne. Faire ce qu’on aime, c’est un puissant moteur pour se donner à deux cents pourcent." De caractère initialement introverti, dans ses débuts, elle a dû énormément prendre sur elle pour initier le contact avec les autres. Même encore aujourd’hui, cela lui demande un temps pour se mettre en condition, mais une fois élancée dans la foule, elle nage désormais comme un poisson dans l’eau. "Cela marche beaucoup à la réputation pour avoir ses entrées dans le milieu de l’art. J’ai eu la chance que mon père ait parmi ses clients des collectionneurs. Il était un avocat d’affaires et lui-même amateur d’art. La confiance que ses clients avaient en lui, j’en ai bénéficié." Elle a un pincement au cœur. Cela va bientôt faire deux ans que son père est décédé dans un accident à la suite d’une sortie de route et il lui manque toujours autant. Elle avait commencé à trier ses affaires pour vendre leur maison familiale, mais au final, elle ne l’a toujours pas mise en vente. Elle peut se permettre de prendre son temps et puis, elle ne sait pas trop ce que ça va donner avec Ezeÿel. Peut-être devra-t-elle repartir à Oslo. "Je le réalise maintenant, je suis née sous une bonne fortune. Votre rencontre est une preuve de plus.", déclare-t-elle sur un ton léger. Elle n’a pas trop envie de s’appesantir sur le souvenir de la perte brutale de son père. D’ailleurs, elle s’étonne de parler si facilement à cet inconnu. Sans doute est-ce l’ambiance intimiste du bar et son besoin d’être en compagnie ce soir, ou simplement le bon feeling qu’elle ressent à son encontre.

Le barman vient prendre leur commande, à la suite de laquelle Julien pose une question déroutante. Elle croit – ou elle voudrait ? – y voir une amorce de badinage. Terrain ô combien glissant pour elle, qui rame à sortir des réparties électrisantes. Pourtant pas faute de savoir se montrer charmante dans son travail. Évidemment avec les relations professionnelles, il n’y a aucun rapprochement intime à la clé ; elle se prend du coup moins la tête. Elle égrène un rire, assurément gênée, même si ce sentiment n’est en rien désagréable. C’est flatteur de plaire, de surcroît à un homme séduisant et qui l’attire. Tiens cette configuration avec trois feux au vert est plutôt inédite pour elle… pourquoi ne le sent-elle pas de se laisser porter par le sens du vent ?! Même si on a envie de quelqu’un d’autre, on peut quand même se faire du bien… argh non ça ne marche pas comme ça pour elle ! Elle ne sait pas déconnecter les envies de son cœur et les envies de son corps. La voilà donc à esquiver l’appel du pied qu’on semble lui faire en y répondant par une question… Elle ne parvient pas à lire grand-chose dans la réaction de son interlocuteur. Mais il n’y a en tout cas pas une once de déception. *La nouille, me suis faite un film*. Après tout, on peut dire des choses charmantes, sans que cela ne signifie rien de particulier. Elle se donnerait bien une tape sur le front, mais n’étant pas seule, elle se contente d’un bref sourire désabusé pour elle-même. C’est dingue, il a juste posé une question et elle part au quart de tour à tirer des plans sur la comète ! À défaut d’un soupirant, elle garde donc un ange gardien, et c’est sans doute mieux ainsi. En tout cas, elle retrouve son aisance. "A ma protection, vous vous rouillerez à devoir combattre contre des moulins à vent.", plaisante-t-elle.

Le barman apporte leur boisson. Elle porte un toast en l’honneur de son héros du jour. Répondre à l’appel d’aide d’une inconnue a de l’importance à ses yeux ; ce n’est pas si commun par les temps qui courent. Elle sourit en se disant qu’en fait, c’est à elle que les amis de Julien en voudront pour les avoir privés de sa compagnie. Boire du Glögg lui rappelle qu’elle est toujours en quête d’un agent pour sécuriser le transport d’œuvres. Pour l’instant, elle fait appel à une entreprise réputée, mais elle n’a pas un répondant privilégié. À chaque fois, l’entreprise lui envoie des agents différents. Comme en plus, certains objets d’art proviennent de l’étranger, cela multiplie les transporteurs. C’est du coup très impersonnel. Pour ses clients et ses fournisseurs, de même que pour elle, elle préfèrerait confier les missions à un seul visage qui peut représenter par la même occasion l’image de sa galerie. "Je ne sais pas si cela peut vous intéresser, mais..." Elle se penche momentanément du côté de son sac pour y chercher une carte de visite. "Si vous pouviez assurer la sécurité de ma galerie, appelez-moi, je serai intéressée à ce que nous en discussion plus formellement." Elle lui présente sa carte. Évidemment, l’adresse de VeriArt y est mentionnée, mais il n’est pas censé deviner qu’elle loge au-dessus et que donc elle va passer la nuit dans un hôtel à deux pas de chez elle. "Les missions seront ponctuelles, mais elles demanderont parfois des déplacements à l’étranger. Cela peut ne pas convenir à une vie de famille." Est-ce qu’elle essaie de se renseigner l’air de rien ? Certainement, mais sans arrière-pensées ; juste curieuse de la personne qu’est Julien. De ce qu’elle a pu observer, il ne porte pas d’alliance.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Les enterrements donnent souvent des envies de sexe, cela va de pair avec la mort.
Messages : 297
Membre du mois : 35
Date d'inscription : 30/03/2017
Age : 29
Célébrité : Mads Mikkelsen
Crédit : Schizophrenic
Caractère : Ferme » Suspicieux » Créatif » Intransigeant » Discret » Dénué de compassion

Les enterrements donnent souvent des envies de sexe, cela va de pair avec la mort.
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: |Livre I| Mauvaises interprétations   Ven 21 Juil - 16:09





Le 07 Janvier 2018



Jécoutais ses mots tout en repensant à certains événements auxquels ils me renvoyaient. Se donner à deux cent pour cent, ce quo'n aimait, était très humain en définitive comme expression. Faire ce qu'il fallait, se donner jusqu'à la mort, voilà la version que je suivais pour ma part, notamment au service de ma lignée. Bien entendu ma réponse ne pouvait être celle-ci aussi optai-je pour d'autres mots.

Les sentiments sont en effet une source de motivation des plus puissantes. dis-je en esquissant un sourire aimable à son attention avant de répondre à ses paroles suivantes.

Pour combattre des moulins à vent, il me suffirait de faire cesser le vent. dis-je dans un premier temps. Ce qui nous laisserait ensuite le temps de combattre la rouille ensemble.

J'étais curieux de voir sa réaction et la manière dont elle interprèterait mes dires. Je prenais plaisir à converser avec elle, quand bien même l'origine de notre rencontre n'était que la chasse à la relique. Pour autant je n'avais pas prévu la proposition dont elle me fit part ensuite.

Une offre d'emploi, missions ponctuelles mais à l'étranger. Ma lignée devrait passer en premier mais il se pourrait que ce poste puisse avoir un intérêt. Bien entendu il me faudrait voir avec Maja si cela était utile ou encore compatible avec ma mission première au sein de la lignée.


Nul vie de famille pour les braves, en revanche mon travail me tient à coeur. Il me faut d'abord me rendre dans vos locaux pour établir une estimation des moyens nécessaires, pour votre galerie et vos missions ponctuelles. ajoutai-je en prenant sa carte de visite.

Assurer la sécurité de votre galerie ne devrait pas poser de problème, et sera même plaisant car nous serions amenés à nous revoir. finis-je en concluant sur un sourire.




awards click ici :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
"Où le choix commence, finissent le paradis et l’innocence..."
Messages : 690
Membre du mois : 78
Date d'inscription : 22/04/2017
Célébrité : Lily James
Crédit : Kanala
Caractère : Attentionnée » Baisse facilement les bras » Douce » Discrète » Indépendante » Manque de confiance en soi » Passionnée » Sensible à l’art » Trouillarde
Métier : Directrice de VeriArt Galleri & Agent d'artistes (Gaïa)
Affinités :
Spoiler:
 



Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: |Livre I| Mauvaises interprétations   Dim 30 Juil - 1:28



Un sourire amusé pointe sur les lèvres de Saara, lorsque son ange gardien suggère pouvoir faire cesser le vent. Mais après tout pourquoi pas ? Avec la révélation des vampires et des hommes-loups, l’éventail des possibles s’est largement élargi. Elle se demande quel pouvoir, elle aurait aimé avoir… peut-être celui d’arrêter le temps ? Parce que la suite des propos de Julien lui semble à nouveau lourde de sous-entendus. Lance-t-il une allusion sur un combat au corps-à-corps entre eux ?... Non, ça suffit ! Elle ne va pas encore laisser se débrider son imagination si prompte à divaguer ce soir. Plutôt observatrice – même si elle n’interprète pas toujours avec justesse –, elle n’a remarqué aucun signe d’intérêt significatif dans ce que dégage Julien. L’homme est impénétrable, quant à elle, elle n’est pas assez entreprenante pour chercher à débloquer ce genre de situation. Elle prend donc le parti de s’en tenir à une agréable conversation sans cherche plus loin. Dès lors, aucun embarras ne la perturbe. Si flirt, il y a, elle n’y voit plus aucun enjeu. Elle imprime alors à son sourire des nuances énigmatiques en laissant un silence aguicheur s’installer entre eux. Parmi ses compétences de négociatrice, elle sait se calquer au jeu des ses interlocuteurs. "J’espère que vous n’êtes pas à penser avoir facilement le dessus sur moi. Je suis un poids-plume farouche.", finit-elle par dire d’un ton réfléchi, mais le sourire qui ponctue sa réponse est légèrement provocateur.

Les boissons leur sont servies et la conversation dévie sur autre chose. La galeriste fait alors une proposition pour un éventuel mandat auprès de Julien. Celui-ci présente bien et a une prestance naturelle que ses clients apprécieront. Au passage, elle se renseigne sur sa situation familiale par simple curiosité... Et si une lueur d’intérêt a pu teinter ses pupilles, c’est sans doute parce qu’il se montre professionnel et qu’elle aime un tel sérieux chez des collaborateurs. Il ajoute qu’il lui serait plaisant de la revoir. Elle sourit, partageant ce sentiment. Il lui a fait très bonne impression en considérant sa frayeur, alors qu’étranger l’un à l’autre, il aurait pu passer son chemin. "Vous avez mes coordonnées, la balle est dans votre camp." Elle lève son verre pour une nouvelle gorgée. Cette soirée s’achève mieux qu’elle n’a débuté. Grâce à la bonne compagnie de Julien, elle se sent délester de toute tension, cependant, la fatigue de son voyage la rattrape. Elle s’excuse en étouffant un bâillement. Pas de second round pour elle, elle ne terminera même pas son verre. "Je suis désolée de vous abandonner. Je tombe de sommeil et si je reste un instant de plus, vous serez amené à me porter. Je vous remercie encore de m’avoir aidé." Peut-être se recroiseront-ils le lendemain au petit-déjeuner, mais sinon elle espère qu’il donnera suite à sa proposition. De son tabouret, elle glisse au sol, puis attrape ses affaires. "Bonne nuit, Julien." Elle a pensé à accompagner ses paroles d'un baiser sur la joue, mais elle n'a pas cette facilité de contact avec les hommes, ou de façon général, avec les gens qui ne sont pas des proches.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Les enterrements donnent souvent des envies de sexe, cela va de pair avec la mort.
Messages : 297
Membre du mois : 35
Date d'inscription : 30/03/2017
Age : 29
Célébrité : Mads Mikkelsen
Crédit : Schizophrenic
Caractère : Ferme » Suspicieux » Créatif » Intransigeant » Discret » Dénué de compassion

Les enterrements donnent souvent des envies de sexe, cela va de pair avec la mort.
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: |Livre I| Mauvaises interprétations   Mer 9 Aoû - 4:23





Le 07 Janvier 2018



Ses mots étaient joueurs et plein de malice pour autant les battements de son coeur n'apportaient pas la mélodie qui allait d'ordinaire avec ce jeu chez la majorité des humaines. Se serait-elle lassée de ce petit jeu ou bien avais-je été trop flou pour elle? SI la soirée devait s'arrêter là ce n'était pas une mauvaise chose en soit car à présent le contact était établi et c'était en soi une réussite.

Certains éléments en ce monde sont invisibles à l'oeil nu et pourtant ils sont en mesure de mettre à mal des milliers d'individus. La combativité est une bonne chose. lui dis-je en finissant mon verre tout en l'observant un instant, puis en l'écoutant.

Merci à vous pour cette soirée, et je devrais aussi remercier la nuit d'avoir favorisé notre rencontre. ajoutai-je à sa suite avant de poursuivre. Je vous contacterai prochainement au sujet de votre offre.

Assez joué pour ce soir, j'avais à présent d'autres chats à fouetter. La nuit était bien avancée mais loin d'être arrivée à son terme. Ce soir j'avais pu prendre plaisir à chasser, quand bien même il ne s'agissait pas d'une traque sanglante. Toujours était-il qu'il était bien question d'un prédateur et de sa proie. Rien n'était encore joué, pour autant j'affichais un sourire en me présentant à la réception.


Si la jeune femme qui m'accompagnait, dis-je en donnant son numéro de chambre, me demande demain matin, dites-lui que je suis parti de bonne heure.

Ce disant je déposais deux gros billets sur le comptoir, plutôt discrètement, afin que l'employé accepte ma requête. Ce qu'il fit avec un grand sourire. Je tournais ensuite les talons et plongeai dans la nuit, l'esprit déjà tourné vers mes autres tâches du soir.

Protéger et servir les miens.



awards click ici :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
|Livre I| Mauvaises interprétations
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Formations universitaires aux Métiers du livre par diplôme
» Master pro métier du livre de Grenoble 2
» Formations universitaires aux Métiers du livre par région
» master 2 "monde du livre" à aix
» Livre synthétique sur l'art d'écouter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ragnarök :: 
Valhöll
 :: 
Le vieux Valhöll
 :: 
Rues & Ruelles
-
Sauter vers: