AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
[Livre I] In the shadows...

avatar
Mortal ♦ Agent de l'Etat
Messages : 522
Membre du mois : 43
Date d'inscription : 05/11/2016
Célébrité : Gal Gadot
Crédit : Kanala
Caractère : Intelligente » Travailleuse » Rieuse » Déterminée » Tacticienne » Esseulée »
Métier : Directrice du CNRB

Mortal ♦ Agent de l'Etat
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: [Livre I] In the shadows...    Jeu 1 Déc - 19:54

Voilà trois fois que je relis ce mail sans bien trop savoir comment réagir. Une fois de plus, on me demande des résultats. On me demande où j'en suis au niveau des expérimentations sur nos cobayes, si j'ai réussi à trouver un moyen d'isoler les capacités de régénération des lycans et de l'inoculer sur les humains sans qu'ils ne changent de nature, si j'ai trouvé comment les tuer facilement, ou que sais-je encore. J'avoue, je n'ai même plus envie d'ouvrir les autres mails et encore moins de répondre au téléphone qui sonne sans discontinuer depuis ce matin. Quelle heure est-il d'ailleurs, soit dit en passant ?

Je jette un regard sur le bas de mon écran et je vois qu'il est déjà 21H00. Je n'ai pas vu la journée passer et cela explique pourquoi j'ai aussi faim. J'ai un bref regard en direction du téléphone, me demandant si je dois appeler à la maison avant de me rappeler que Philippe est sorti avec sa sœur et notre fille. Et que Joran m'a dit être avec un ami mais je soupçonne, sans bien savoir pourquoi, l'existence d'une petite amie ou quelque chose s'en approchant à la façon gênée dont il m'a parlé de sa sortie au cinéma. Personne ne m'attend donc à la maison et je ne manque pas à mes devoirs familiaux une fois de plus, c'est déjà ça de pris. A cette pensée, je me mordille la lèvre, agacée face à cet auto-apitoiement qui ne m'est pas habituel, loin de là. J'entends le bip de l'arrivée d'un nouveau mail et, à son expéditeur, je repousse mon siège en arrière et je me relève, me massant la nuque alors que je quitte le bureau d'un pas rapide. Oh, je ne rentre pas encore chez moi, j'ai bien trop à faire, mais il me faut une pause. Sinon je risque d'envoyer tout le monde balader et je ne suis pas persuadée que ce soit le meilleur moment pour le faire. A la réflexion, ce serait même la pire chose à faire si je veux encore avoir une chance de protéger ma famille des choix que j'ai pu faire.

Je m'avance dans les couloirs déserts, perdue dans mes pensées, avant de m'arrêter devant le distributeur. J'opte pour un soda light que je récupère sans problème avant de me dire que manger serait une bonne idée si je ne veux pas cumuler un malaise à mes problèmes du moment. Mais, autant être parfaitement honnête, rien de ce que je peux voir ne me donne vraiment envie. Je pousse un soupir et je finis tout de même par me décider, optant pour une espèce de triangle de pain suédois au saumon sans grande conviction. Qui se retrouve bloqué alors que je n'ai bien évidemment plus la moindre pièce dans mes poches.

Je pousse un soupir exaspéré et je jette un regard mauvais en direction du distributeur et du sandwich qui ne veut donc pas descendre, coincé contre la vitrine. Décidément, les éléments ont choisi de se liguer contre moi aujourd'hui, c'est une certitude. J'entends alors le bruit de talons résonner derrière moi. Il ne me faut que quelques secondes avant de savoir quelle est la seule personne qui pourrait rester aussi après les heures d'ouverture habituelles. Je souffle alors, d'un ton malicieux que je n'ai plus que rarement alors que je me retourne vers elle, abandonnant un instant le sujet de mon agacement immédiat.

"Kyara, je pensais que tu serais déjà en train de te faire offrir un verre par un admirateur quelconque tu t'amuserais à envoyer sur les roses juste pour le plaisir."

Et j'ajoute, d'un ton un rien plus sérieux mais un sourire flottant tout de même sur mes lèvres.

"Contente de voir que je ne suis pas la seule à me perdre dans le travail. Qu'est ce qui t'a retenue aussi tardivement ?"

_________________


 
Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi, ils vivent à l’intérieur de nous. Et parfois… ils gagnent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] In the shadows...    Dim 11 Déc - 22:50

Je repose le magnétophone en faisant claquer ma langue. C'est extrêmement frustrant de ne rien tirer de plus de tout cela malgré tout nos efforts. J'ai pourtant tout effectué correctement. Et j'ai plusieurs fois contrôlé les résultats. Bon, pas uniquement les résultats, j'ai refait les tests également, encore et toujours. Mais ce n'est pas réellement ma faute. C'est beaucoup moins amusant en présence de tiers. Je ne peux guère me permettre de sourire ni même d'aller aussi loin que je le fais seule. La morale et une pseudo-déontologie sont tout de même plus que déplacées au vu de ce que nous faisons non ? L'éthique devient bien superficielle lorsque l'on commence à prélever, examiner, disséquer et autopsier des êtres parfois encore vivants. Quant à la morale, je n'avais jamais rien connu d'aussi absurde.

Je regarde le corps devant moi, avant de tendre la main pour arrêter le monitoring et son bip insupportable. Je soupire en faisant craquer mon dos. Je finis de prélever les organes, enregistrant quelques données ici et là. Mais rien ne sera utile, je le sais d'avance. Aucun des prélèvements effectués ne sera utile, même pas ceux effectués lors de son vivant. Peut-être ceux réalisés alors qu'elle était louve, même si les premiers examens n'ont rien donnés jusque-là. Rien de nouveau tout du moins. Et même attachée, elle avait réussi à mordre un des assistants. Et là, le drame... Ils avaient commencé à paniquer, j'avais dû anesthésié l'animal, et hausser le ton pour calmer tout le monde. Oui, il y avait un risque. Oui, c'était grave. Mais j'avais été légèrement énervée de la voir redevenir humaine, et j'avais dû être légèrement sèche. Mauvais pour mon image ça. Quel idiot aussi... Il serait surveillé, et attaché, durant les prochains jours. Et dans le meilleur des cas, j'aurais un exemplaire tout neuf, tout frais, tout juste transformé. J'esquisse un sourire à cet idée. Ce serait terriblement intéressant. J'aurais voulu que je n'aurais pas mieux fait. Parce que oui, j'y avais évidemment pensé. Mais réussir à faire mordre quelqu'un par une bête à poil n'est pas si simple que cela. Du coup, c'était parfait, je pourrais voir l'évolution du virus heure par heure. Que demander de plus ?
Je finis par le recoudre, même si de mon côté, je me contenterais aisément de le foutre directement dans le crématorium, mais les procédures... Je nettoie la table et place le tout dans le stérilisateur, avant de revenir vers le corps. Elle était jolie pour une bestiole. Pas très courageuse et plutôt pleurnicharde, mais jolie. Dommage.

Je sors de la pièce, pour trouver un technicien pour replacer le corps dans le frigo. Sans trouver personne. Je fronce les sourcils, avant de retourner dans le labo et de lever les yeux vers l'horloge. Ah... forcément. M'ont-ils avertis qu'ils partaient ? Sans doute, mais je n'y ai pas prêté attention, pour changer. Tant pis, elle restera comme ça. Ça ira bien jusqu'à demain matin.
Je retire mes gants que je jette, mes lunettes, et ma blouse, avant d'aller me laver les mains. Je jette un coup d’œil dans le miroir et tire la langue en grimaçant. Continue comme ça et tu finiras par tomber dans les pommes.
Attrapant mon porte-monnaie, je sors et me dirige vers les distributeurs. Quoique je pourrais rentrer, ce ne serait pas forcément une mauvaise idée vu l'heure qu'il était déjà. Je pourrais peut-être aller faire un tour en ville. Je hausse un sourcil en voyant une silhouette au loin, avant de la reconnaître. Forcément en même temps... Jaana. Faisant encore des heures supp. Certes moi aussi, mais moi c'était amusant, elle, elle faisait de la paperasse depuis des heures sans doute. L'horreur. Je souris néanmoins en l'entendant, sourire sincère s'il en est. Je secoue la tête en fronçant légèrement les sourcils.

« Je n'envoie personne sur les roses juste pour le plaisir, ils le méritent en général. Ce n'est pas de ma faute si je ne tombe que sur des idiots... Mais je prendrais bien un verre toujours est-il. »

Je hausse les épaules, me passant les mains dans les cheveux.

« Je travaillais sur la louve, Astrine... » Je me frotte le front en lui jetant un coup d'oeil. Les appeler par leur prénom dérange la plupart des gens, se détacher, les déshumaniser, ce genre de choses insensées... « Enfin, tu as compris. On a eu un léger incident cet après-midi. Un des assistants s'est approché un peu trop et s'est fait mordre. Mais tout va bien, j'ai repris le contrôle, il est sous surveillance pour les jours à venir. J'ai chargé Nicolaï de s'occuper des rapports, tu les auras donc demain matin à la première heure si ce n'est pas déjà fait. »

Cet assistant était génial, je n'avais presque pas besoin de relire et de tout retaper parce qu'il n'était pas assez précis ou explicite, contrairement à tous les précédents. Et non, ce n'est pas uniquement parce que je suis exigeante ou tyrannique, absolument pas.

« Et oui, tu auras l'avancée de toutes les résultats dès que je les aurais... »

J'esquisse un sourire compatissant, avant de regarder le distributeur. Ah non. Je donne un premier coup dans la machine, avec peu de résultat, avant de la secouer un peu plus. Je souris quand le sandwich tombe, et je le tends à Jaana. Je l'observe un instant.

« Et toi, que fais-tu encore ici plutôt que d'essayer de passer une bonne soirée avec ton homme ? »

Je choisis un sandwich à mon tour, menaçant silencieusement la machine.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Mortal ♦ Agent de l'Etat
Messages : 522
Membre du mois : 43
Date d'inscription : 05/11/2016
Célébrité : Gal Gadot
Crédit : Kanala
Caractère : Intelligente » Travailleuse » Rieuse » Déterminée » Tacticienne » Esseulée »
Métier : Directrice du CNRB

Mortal ♦ Agent de l'Etat
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] In the shadows...    Mer 28 Déc - 20:27

J'apprécie beaucoup Kyara. Elle a cette répartie et cette intelligence qui ont du la confiner à la solitude durant de longues années, comme ça a pu être mon cas à de nombreuses reprises. Sans compter le fait qu'être issue d'une des plus grandes familles du pays et fille n'avaient pas aidé à ce que je sois du genre à me faire beaucoup d'amies. Ou alors, je décelais rapidement leur intérêt sous les abords affables.

La femme à mes cotés est bien différente. Oh, bien évidemment, elle a tout de suite vu son intérêt à se rapprocher de moi mais elle ne s'en est pas cachée. Et cette franchise, cette façon de m'aborder qui sort de tout ce que j'ai pu voir depuis toujours ou presque, ne pouvaient que me plaire. Sans compter le fait qu'avec ses compétences, j'étais sure en l'engageant d'avoir un appui solide au sein du CNRB. Et il ne m'a pas fallu longtemps pour la mêler aux autres expériences, à celles qui sont pour l'heure connues d'une poignée de personnes. Reste à savoir si, avec la vidéo, les choses vont rester telles quelles. J'essaie de chasser cette pensée et de la classer avec toutes ces autres préoccupations qui commencent à m'empêcher de trouver le sommeil.

J'ai un rire aux propos de la jeune femme alors que je lui jette un regard en coin, abandonnant, l'espace d'un instant, ce fichu sandwich.

"Ne va pas me faire croire que tu ne tires pas la moindre satisfaction à les envoyer sur les roses, surtout quand ils se croient en terrain conquis. Je ne te croirais pas. Mais j'admets que la proportion d'idiots que l'on trouve, surtout dans les bars, est particulièrement importante. Enfin, je suppose, il y a longtemps que je n'ai laissé personne m'aborder dans un tel contexte, c'est l'avantage d'être mariée."

Il faut bien qu'il en reste un. Je suppose. Si l'on peut considérer que c'en est un. A cette pensée, je manque de froncer les sourcils mais je préfère esquisser un sourire amusé alors que j'ai un bref haussement d'épaules.

"Je ne dirais pas non à un verre j'avoue. J'ai peut-être de quoi faire dans mon bureau, mais ça doit rester entre nous."

Je croise les bras alors qu'elle reprend la parole, se faisant plus sérieuse, évoquant un de ses sujets d'expérience… et l'incident qu'elle a pu avoir. Que je n'en ai pas eu vent m'agacerait si cela ne venait pas d'elle. Je sais qu'au final, elle m'aurait tout détaillé sans rien oublier, ou rien qui m'aurait manqué. Je laisse filer un silence pensif avant de souffler, me demandant à quel point ce que je vais dire fera de moi un monstre.

"Comment va l'assistant ? Il sera intéressant de suivre l'évolution de sa morsure et les différents stades. Nous n'avons encore jamais eu l'occasion d'étudier la naissance d'un loup, voilà qui pourrait nous apporter beaucoup. J'ai croisé Nicolaï tout à l'heure, il avait son air affairé habituel et je suppose que les dossiers doivent effectivement déjà être sur mon bureau."

Je lui rends son sourire quand elle précise que j'aurais bien l'avancée de toute l'expérience. Elle me connait bien, c'est un fait et, sans bien savoir pourquoi, je me demande si au fond c'est réellement réciproque.

"Je n'ai aucun doute là-dessus. Tu sais bien à quel point m'avoir sur le dos n'est pas une partie de plaisir, surtout avec ce que tu viens de me raconter."

J'attrape alors le sandwich qu'elle me tend avec un sourire de remerciement et je commence à le déballer soigneusement avant d'arquer un sourcil à sa question.

"Mon homme comme tu dis si bien est en vadrouille avec sa sœur et ma fille. Alors plutôt que de retrouver une maison vide, je préfère avancer cette fichue paperasse. J'ai le sentiment que je vais finir par être ensevelie, au sens propre comme au figuré. Et je n'ose même pas imaginer ce qu'il va se passer maintenant que les gens savent…"

Je me masse la nuque alors que je l'observe se choisir un sandwich, me demandant si elle va avoir les mêmes difficultés que moi ou si ce n'est qu'à moi que le monde en veut là, tout de suite. Et, à la pensée de cette fichue vidéo, j'ai de nouveau l'estomac qui se noue. Mais à choisir entre penser à ça ou au pathétisme de se retrouver à 21H en train de manger un pauvre sandwich d'un distributeur automatique, j'avoue que je ne sais pas lequel est le pire.

_________________


 
Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi, ils vivent à l’intérieur de nous. Et parfois… ils gagnent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] In the shadows...    Dim 15 Jan - 17:31

Je me demande souvent dans quelle mesure Bael savait que j'arriverais à m'intégrer ici et à aller au-delà de l'image sage du laboratoire de recherches basiques. J'avais toujours aimé apprendre, j'adorais la médecine et les résultats qui pouvaient en être retirés, sans parler effectivement des expériences et examens possibles. J'étais douée, je l'avais toujours été, être embauchée ici n'avait pas été véritablement compliqué. Et je savais qu'il y avait plus, sinon pourquoi m'avoir orientée dans ce centre plutôt qu'ailleurs ? Mais que je sois intégrée au programme secret de la boite n'était pas si évident... Bon, soit, comme dit, j'étais intelligente et talentueuse, alors autant me dire que le démon avait confiance en moi. C'était flatteur. Même si en vérité je ne devais tout ce que j'avais qu'à moi et à moi seule.

Tout ça pour dire que j'étais arrivée assez rapidement à rentrer dans les bonnes grâces de la directrice. En même temps, Jaana était intelligente et perspicace, il aurait été stupide de sa part de ne pas m'engager. Et en soi, je l'appréciais assez pour ne pas trop me forcer à être agréable avec elle. Même si je ne m'étais jamais caché non plus de mon intérêt pour ce qu'elle pouvait m'apporter.
Et mon sourire s'agrandit en l'entendant rire.

« Je n'ai pas dit que ça ne me réjouissait pas un peu, je dis simplement que je ne le fais pas sans raison. Et tu devrais. Les laisser faire je veux dire. Tu te ferais offrir un verre et pourrais tellement rire parfois de leurs ridicules tentatives. Ça égayerait tes journées crois-moi. »

Je lui jette un coup d’œil.

« On pourrait sortir un soir toutes les deux, je suis sûre qu'on s'amuserait assez pour gagner des années d'espérance de vie ! Ça pourrait être cool. Ça permettrait de se changer un peu les idées et de se sortir la tête de tout ça. »

Et puis, elle a l'air tellement blasé et malheureux dans sa vie perso, je trouve ça déprimant. Alors pourquoi ne pourrait-elle pas s'amuser un peu ? Et puis son couple est déjà dans une telle situation, ça ne pourrait être pire... Bon, si, ça pourrait. Mais faut pas déconner, je l'apprécie, mais entre ça et des problèmes rigolos...

« Mais en attendant, si tu as de quoi faire dans ton bureau, je te promets que rien ne franchira mes lèvres. »

Je lui souris, avant de me faire sérieuse et de rapporter l'incident survenu dans l'après-midi. Et même si elle s'en cache et essaye de paraître... humaine, elle étest parfois aussi insensible que je peux l'être. On ne devenait pas directrice de ce genre d'endroit sans l'être de toute manière, et on ne pouvait mener le genre d'expériences pour lesquelles elle m'avait embauchée en ayant encore des scrupules du genre.
J'évite de sourire et me contente de hocher la tête.

« Il va bien... Pour l'instant. Il est enfermé dans l'une des chambres en bas, placé sous surveillance et caméras vidéos. J'ai prévu des prises de sang et autres toutes les six heures. Je reviendrais à la première heure demain pour... superviser la suite des affaires. Ça serait en effet intéressant de pouvoir analyser la progression d'une transformation. Nous en apprendrions sans doute davantage ainsi qu'avec nos examens habituels. »


Aurais-je dû ajouter que j’espérais que l'assistant se remettrait malgré tout ? Non, elle n'aurait pas été dupe. Quand bien même cela m'ennuierait qu'il meurt, c'était uniquement car nous perdrions un cobaye de premier choix, et dans l'absolu, même si elle ne l'avouerait sans doute pas, il en allait de même pour elle. J'acquiesce quand elle parle de Nikolaï, avant d'esquisser un sourire.

« Oui, j'ai déjà testé, et tu constateras que ça ne s'est pas reproduit depuis. J'aime avoir... une certaine indépendance, et si le prix à payer est de te tenir informée rapidement et entièrement, alors je m'y plie sans rechigner. »

Tout plutôt que de devoir rendre des comptes pour tout et n'importe quoi. Si je n'étais pas aussi libre, j'aurais bien du mal à pouvoir être aussi satisfaite par ce que je fais, et c'était hors de question. Sans parler que je devais me fondre dans la masse et non pas me faire remarquer. Donc... je me comportais en employée modèle... et en presqu'amie attentionnée. Je lui jette un coup d’œil, avant de soupirer et de me frotter la nuque, en faisant craquer mes épaules.

« Oui, cette vidéo ne va pas nous aider. Je ne sais si le gouvernement compte faire davantage, mais... ça risque de compliquer notre situation... Maintenant qu'ils savent... Je ne sais pas trop si je m'attends à un vent de panique ou une chasse aux sorcières. L'un comme l'autre est tellement probable et effrayant à imaginer. »

Oui, bon, je trouvais ça follement amusant en vérité, d'autant plus si tout continuait de dégénérer. J'aimais autant quand c'était moi qui créais les ennuis, mais je n'allais pas me plaindre... Même s'il faudrait sans doute que nous parvenions à mettre les bestioles à poils en porte-à-faux plutôt qu'en héros.
Je soupire de soulagement en voyant le sandwich tomber sans encombre. Je le prends avant de la regarder à nouveau.

« Et je comprends que tu préfères être ici... J'avoue que c'est une des raisons qui me pousse à sortir aussi souvent, outre le fait de voir les visages déconfis de mes potentiels admirateurs...
Tu n'avais pas parlé d'une probabilité de peut-être trouver de quoi prendre un verre ? On se tiendra mutuellement compagnie ! »
Je lui souris amusée. « Et j'ai quant à moi, peut-être quelques chocolats dans mon bureau... Ce sera un dessert parfait je trouve. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Mortal ♦ Agent de l'Etat
Messages : 522
Membre du mois : 43
Date d'inscription : 05/11/2016
Célébrité : Gal Gadot
Crédit : Kanala
Caractère : Intelligente » Travailleuse » Rieuse » Déterminée » Tacticienne » Esseulée »
Métier : Directrice du CNRB

Mortal ♦ Agent de l'Etat
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] In the shadows...    Lun 23 Jan - 22:20

Parfois je me demande ce que Kyara cherche en travaillant ici. Même si elle est particulièrement brillante, il m'arrive d'avoir le sentiment qu'elle s'épanouirait bien plus ailleurs, là où son travail pourrait être réellement reconnu. Ce qui ne sera pas le cas ici, pas avant longtemps en tout cas et, mis  à part les félicitations de ses supérieurs, autrement dit moi, elle ne goûtera jamais vraiment au fruit de ses expériences. Ou alors quelque chose m'échappe totalement ce qui, dans le fond, ne serait pas totalement improbable même si, dans le contexte qui est le nôtre, ne me plairait pas vraiment. Je ne suis pas une maniaque du contrôle pourtant, mais, au sein du CNRB, j'aime à croire que je gère la situation autant que possible.

En essayant d'occulter le fait que tout est en train de doucement mais surement m'échapper des doigts. Et que je serais incapable de faire face quand ce sera vraiment le cas. Je ne suis qu'une humaine et je ne me vois pas vraiment lutter contre ces créatures, que ce soit les vampires ou les lycans. Je chasse cette pensée avec une moue avant de laisser filer un rire alors que Kyara fait preuve de cet humour que j'apprécie tout particulièrement. Et qui est presque un soulagement au vu de la tournure que semblait prendre ma soirée.

"Oh je vois et les envoyer sur les roses peut être une raison valable c'est bien ça ? Et tu crois vraiment que les jeunes gens viendraient encore tourner autour de moi ? Je ne suis pas vraiment convaincue, même concernant les moins jeunes soit dit en passant. Il semblerait que… comment ai-je entendu Joran dire l'autre jour en parlant d'une actrice à la télé ? Ah oui, je ne sois plus de première fraicheur."

Est-ce pour ça que Philippe semble encore plus s'éloigner de moi ? Ce n'est pas totalement improbable. Pour autant, cette pensée n'arrive pas à faire disparaitre mon sourire amusé qui se fait même plus large à sa proposition.

"Pour te voir en action ? J'avoue, ce serait amusant. Et oui, je donnerais cher pour me changer les idées, surtout avec tout ce qu'on a à faire depuis quelques temps. On dirait qu'ils ont décidé d'appuyer sur la touche avance rapide et de nous faire trimer encore plus."

Bien évidemment, cela les impacte moins que moi. Un peu. Mais cela se ressent dans l'air et il n'en faut pas beaucoup pour que tous soient électrisés. Pour le moment, c'est une énergie positive mais j'ai peur qu'elle mue en tension et que l'inquiétude commence à s'insinuer par toutes les interstices possibles. Voilà que je digresse encore et je dois faire un effort pour me reconnecter à la réalité et à focaliser mon attention sur Kyara.

"J'espère bien que tes lèvres resteront scellées. Va pour un sandwich et un rhum vieux de 12 ans d'âge."

Je me fais plus sérieuse, tout comme elle, alors qu'elle évoque un incident qui a eu lieu plus tôt dans la journée. Evidemment, je devrais avoir des scrupules, songer à ce pauvre assistant, à sa famille qui recevra d'ici quelques jours un courrier officiel annonçant la mort du pauvre jeune homme dans un incendie ou je ne sais quoi encore. Je signerais probablement le courrier moi-même et j'enverrais une gerbe de fleurs ou quelque chose dans le genre. Je note mentalement d'expédier ces formalités tout en entrevoyant le monstre que je suis en train de devenir. Je me pince l'arrête du nez avant de souffler, d'un ton un peu absent.

"Il va bien. Parfait. Espérons que… ça dure. Et que nous puissions en apprendre le plus possible. J'aimerais aussi un suivi vraiment détaillée de son activité cardiaque et cérébrale, que ce soit aussi précis que possible."

Je ne pourrais pas faire mieux et de toute façon elle ne serait pas dupe si je faisais maintenant mine d'être vraiment inquiète pour son assistant. Dont je n'ai, au final, même pas demandé le nom. Je réprime un soupir, préférant laisser filer la discussion sur son assistant. Et, par voie de conséquence, sur sa propre indépendance. Sa réaction a le mérite de m'amuser même si je sais pertinemment que c'est une chose à laquelle elle tient. Et qu'elle fait donc en sorte de n'avoir de comptes à me rendre que si nécessaire.

"J'ai constaté en effet. Et c'est pour ça que tu t'es retrouvée à travailler sur nos expériences les plus… délicates. Tu sais ce que tu as à faire et tu n'hésites pas à t'en donner les moyens."

Et c'est cette confiance que j'ai en elle qui me pousse à l'interroger sur sa vidéo. Pour avoir son point de vue, savoir si ce que je peux en penser se confirme à mesure que passent les jours.

"Je ne te cache pas qu'à mon avis, le gouvernement va nous mettre une pression supplémentaire pour que nous obtenions des résultats concrets et qui nous permettent de lutter contre… ce qui peut nous attendre. Maintenant que le monde entier est au courant, même si je suppose qu'une grande partie des gens ne croit qu'à une vaste de blague ou au teasing d'un nouveau film, ils vont vouloir se protéger. Et avoir des armes."

J'ai un bref soupir avant de reprendre, pensive.

"Je pencherais donc pour la chasse aux sorcières."

Je laisse alors filer un nouveau sourire et je secoue la tête à sa répartie, louchant sur mon propre sandwich auquel je n'ai toujours pas touché alors qu'elle attrape enfin le sien.

"Décidément, il va vraiment falloir qu'on se fasse une sortie, au moins ça m'évitera d'avoir comme seul choix une maison vide ou mon bureau plein de papiers que je vais finir par brûler. Donc j'ai à boire et toi des chocolats… on se retrouve dans mon bureau d'ici cinq minutes ?"

Tout plutôt que de me retrouver toute seule en fait. Avec ces pensées qui tournent en boucle sans que j'arrive à les arrêter.

_________________


 
Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi, ils vivent à l’intérieur de nous. Et parfois… ils gagnent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] In the shadows...    Jeu 16 Fév - 11:34

Je sais bien qu'elle aime tout contrôler. En même temps, c'est le genre de choses super visibles, surtout dans un travail, dans une structure de ce genre. Et je me suis toujours dit que ça devait être en partie pour compenser le côté personnel de sa vie qu'elle ne contrôler absolument pas et qui part un peu en cacahuète pour le peu que j'en sais. Enfin, j'en sais suffisamment. Elle se retrouve ici à pas d'heures, plutôt que d'être avec son mari, ça veut tout dire. Encore ses gosses, ils sont grands, qu'ils commencent à vivre leur vie, c'est normal, mais son couple, lui... Et c'est souvent qu'elle se retrouve à bosser au lieu de profiter d'une soirée agréable, donc, c'est que c'est pas top.  Mais je n'arrive pas à me décider quant à savoir s'il vaut mieux que je la pousse dans une direction ou dans l'autre. D'un côté, ce serait amusant, et ça foutrait la merde. De l'autre, ça risquerait de mettre à mal nos travaux, mes travaux, et ça, ça serait chiant aussi. A titre personnel et pour ma mission oui. Pourtant, ça ne serait pas si dur, je pense, de faire incliner la balance d'un côté comme de l'autre.
Je la fais rire, et ce n'est pas ce qu'on dit ? Femme qui rit... Oui, bon, je m'égare quelque peu. Je souris et la fixe quelques secondes, haussant les sourcils, avant de secouer la tête en riant.

« Oh Jaana... Évidemment qu'ils viendraient tourner autour de toi ! Jeunes comme moins jeunes. Tu ne t'en rends vraiment pas compte ? Depuis quand ton mari ne t'a pas dit que tu étais...
... Pardon, ça, c'était déplacé. Mais crois-moi. Tu es l'une des plus belles femmes que j'ai rencontré. Il faudrait être idiot pour ne pas s'en apercevoir. Sans oublier que tu es l'une des plus brillantes chercheuses... Et que tu es drôle et souriante, enfin quand tu n'es pas harassée de travail et d'inquiétudes... »


J'esquisse un sourire, avant de détourner les yeux un instant. D'accord, je penche plus pour la première solution. Surtout si je parviens à obtenir un peu plus... Bref.
Je hausse une épaule et reprends, toujours amusée.

« Nous ! Pour nous voir en action ! On pourrait les rendre fous, j'en suis persuadée. Bien, donc... Eh bien, en fait, tu me dis quand ça t'arrange, quand tu es libre, on se fait belles, encore plus j'entends, et on va se perdre en ville ! On boira des cocktails, dansera sur des vieux tubes, et repoussera les dizaines de prétendants que l'on aura... Ou on pourra en garder un ou deux. Enfin, ce sera amusant donc oui !
… Et ne t'inquiète pas pour le reste, ça finira par se stabiliser. »


Ou pas, il ne valait mieux pas d'ailleurs, mais on ne peut décemment dire préférer les situations explosives et dérangeantes, n'est-ce pas ? ça ferait quelque peu tâche sur mon beau CV, et cela mettrait à mal ma relation avec elle. Or, j’avais besoin d’elle et de mon boulot. Je m’ennuierais un plus sinon.
Je lui fais un clin d’œil alors qu’on part sur un programme super classe, sandwich et picole. Même si à l’instant T, elle a l’air fortement partagé entre l’envie d’avoir des résultats probants et le fait qu’un pauvre gars ait dû avoir un accident pour cela. Personnellement, je me fous royalement de ce qui peut lui arriver, mais encore une fois, les apparences sont bien trop importantes pour que je ne fasse pas un effort pour me montrer un peu désolée. Un peu, pas trop, ce ne serait pas vraiment crédible me connaissant. Et soit dit en passant, oui, je trouve cela ridicule tous ces faux-semblants et cette pseudo-morale.

« Pas de soucis, tu auras tout cela. Je m’en occuperais et vérifierais les données. »

Ce serait tout bénéf, si nous parvenions à apprendre réellement quelque chose. J’aurais des informations à soumettre à Bael et je pourrais sans doute en jouer contre Aslaug, même si lui semblait trouver cela amusant. Bref, passons, c’est une des choses que je ne comprends pas, mais qu’importe. Je hausse une épaule alors qu’on finit par arriver à mon propre travail, ou du moins à mon autonomie et à mon besoin d’indépendance. D’un autre côté, en étant sans cesse sous surveillance, je ne pourrais pas faire ce que je voudrais, j’en serais frustrée et je travaillerais beaucoup moins bien. Par conséquent, tout le monde gagne à me laisser faire comme je l’entends et c’est tant mieux.

« J’ai appris à me débrouiller seule, et je travaille beaucoup mieux ainsi que sous pression et contrôle. Et faire le nécessaire pour avoir ce que l'on souhaite est normal non ? Tu fais la même chose. »

Quant à cette satanée vidéo, si le résultat m'amuse, je suis tout de même agacée, pour ne dire que cela, de voir que les loups essaient de passer pour les gentils. Quoique bêtes à crocs ou à poils, c'est du pareil au même on est d'accord. Je soupire en l'entendant.

« Donc ça va devenir plus que compliqué.Et si les gens s'arment, la situation va dégénérer à un moment ou à un autre quoiqu'il en soit. Si les gens se mettent en tête de vouloir débusquer vampires et loups, la situation va être rapidement incontrôlable, et je doute que beaucoup de ces bestioles se laissent faire sans broncher... » Je me pince l'arrête du nez. « Et je ne sais pas ce à quoi le gouvernement s'attend de plus sans nous laisser davantage de temps et nous offrir davantage de moyens... Mise à part les faiblesses à l'argent, et au soleil, que l'on a déjà confirmées et vérifiées de multiples fois. Et ce n'est pas si mal, savoir que les balles en argent sont efficaces sont une information non négligeable... Ils feraient mieux de chercher comment faire passer cette vidéo pour une réelle blague d'ados attardés, sans que cela n'appuie davantage l'histoire... »

Ce ne serait pas chose aisée, surtout pour des idiots pareils, mais ce serait mieux que de mettre la pression aux laboratoires comme le notre. Surtout que je ne travaillerais pas mieux s'ils commencent à se montrer emmerdants... Mais tous n'étaient pas comme moi, et je doute que Jaana reste sereine bien longtemps en se faisant harceler. Enfin, j'aviserais le moment venu.
Je lui jette un coup d'oeil, revenant sur un sujet plus léger, avant de lui sourire.

« Comment dire non à une soirée à mes côtés en même temps ? On pourra même en faire plusieurs, ça te plaira tu verras, ça te fera une coupure plus que bienvenue. » Je hoche la tête. « Ça marche, je vais les chercher et je te rejoints. »

Je lui fais signe avant de me rendre dans mon bureau pour farfouiller dans le placard. Je laisse la boite entamée et embarque celle que j'ai d'avance. Je la rejoints un sourire victorieux aux lèvres en levant la boite.

« Même pas 4 minutes ! Et ce sont de délicieux chocolats qui viennent de la boutique dans le vieux quartier. On va se faire un festin. »

Je pose la boite, avant de m'asseoir dans le canapé, posant un instant ma tête contre le dossier, avant de la regarder à nouveau en ouvrant la boite de mon sandwich.

« Tu sais qu'au pire, même sans sortir, je suis aussi présente la plupart du temps, et on pourrait manger ensemble plutôt que chacune de son côté... Sauf si évidemment cela pose problème vis-à-vis des autres employés, ce genre de trucs, ce que je pourrais aisément comprendre. »

Je commence à manger mon sandwich et désigne le tas de paperasse sur son bureau.

« Pourquoi tu ne vois pas avec quelqu'un pour te soulager de tout ça déjà ? Je suis persuadée que tu n'es pas obligée de tout faire toute seule Jaana tu sais... »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Mortal ♦ Agent de l'Etat
Messages : 522
Membre du mois : 43
Date d'inscription : 05/11/2016
Célébrité : Gal Gadot
Crédit : Kanala
Caractère : Intelligente » Travailleuse » Rieuse » Déterminée » Tacticienne » Esseulée »
Métier : Directrice du CNRB

Mortal ♦ Agent de l'Etat
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] In the shadows...    Mar 7 Mar - 13:43

Difficile de ne pas se laisser gagner par la curiosité alors que je continue d’observer Kyara. Je commence à la connaitre, un peu en tout cas, mais les zones d’ombres la concernant semblent encore plus importantes que je ne l’aurais cru au premier abord. Pour autant, j’apprécie sa compagnie, que ce soit parce qu’elle ne semble pas vouloir prendre de gants quand elle me parle ou parce qu’elle est d’une rare intelligence et d’une vivacité d’esprit qui ne peuvent que me plaire. Surtout dans un milieu où la jeunesse est tout de même assez rare pour être signalée. Sans compter le fait qu’elle parvient à me faire rire alors que je secoue la tête, clairement amusée par ses propos. Et un peu touchée, par cette phrase qu’elle ne finit pas vraiment.

Je grimace avant de laisser filer un soupir, gardant un sourire un rien pensif.

"Je ne suis pas sûre d’avoir envie de réfléchir à cette question à dire vrai. Disons que j’avais entendu dire que le mariage était vraiment une aventure compliquée mais que je ne pensais pas que ce serait à ce point-là."

De là à dire que le mien part en morceau, il n’y a qu’un pas que je n’ai pas encore tout à fait envie de franchir. Parce que j’ai peur de ce qui m’attendra après. Si ma relation avec Philippe n’est plus ce qu’elle était, j’ai pourtant encore entièrement confiance en lui et, au vu des circonstances, j’ai comme le sentiment que c’est quelque chose qui sera essentiel dans les semaines et mois à venir.

"Ce n’est pas déplacé. Enfin pas tant que ça au final. Merci du compliment en tout cas, même s’il semblerait que ça ne suffise pas à tout régler. Et j’ai l’air si fatiguée que ça ?"

J’ai tout de même un sourire, alors que j’admets intérieurement qu’il est toujours flatteur d’être complimentée de la sorte, quand bien même elle le fait pour me remonter le moral. Et elle renchérit de plus belle, arrivant à me faire rire une nouvelle fois.

"Les rendre fous, rien que ça ? Et bien ma foi, ça donnerait envie de voir ce que ça pourrait donner, j’avoue. Même si le reste de ton programme m’amuserait davantage, il y a longtemps que je ne me suis pas amusée comme ça."

Pour être honnête, je ne me rappelle même plus d’une sortie de ce genre. Je ne croise presque plus mes amies, tant je me trouve des excuses pour les éviter. Que ce soit le travail, la famille ou j’en passe, tout prétexte est bon pour éviter de devoir me confier et raconter ce qui ne va pas autour d’un verre. Je la fixe, fronçant légèrement les sourcils au reste de ses propos avant de réprimer un soupir.

"Se stabiliser ? Vraiment ?"

Peu importe au final, surtout que mon attention est captée par l’expérience qui a mal tourné. Enfin, c’est plutôt une aubaine pour nous et si cela me pose un cas de conscience, je l’oublie rapidement pour me focaliser sur les résultats inespérés que nous pourrions en tirer. Voilà qui pourrait nous faire progresser rapidement et c’est ce que je retiens avant le reste, même si je me rends compte que mes états d’âme ne semblent pas toucher Kyara outre mesure.

"Nous pourrions apprendre beaucoup de choses avec cette histoire. Et ne pas nous cantonner à un incident fâcheux mais inutile. J’espère que ce sera le cas."

Parler de son travail à elle est intéressant et cela me permettra peut-être de comprendre pourquoi elle est ici, ce qu’elle y gagne au final. Ou au moins de me faire une idée plus précise. Je l’écoute avec attention et j’esquisse un sourire avant de hausser brièvement les épaules.

"Je vois ça. Et oui, c’est normal de faire ce qu’il faut, ce n’est pas moi qui te jetterais la pierre pour ça. Pour autant, j’ai peur que nos velléités d’autonomie ne soient pas toujours bien vues plus haut. Pour le moment, tout va bien mais avec les chamboulements, j’ai comme l’impression qu’ils vont fourrer leur nez dans nos affaires. Et qu’il va falloir faire attention."

J’ai un profond soupir au reste de ses propos. Elle dit à voix haute ce que je pense depuis que j’ai vu cette fichue vidéo et ne fait que confirmer les sources de ce mal de crâne que j’ai constamment ou presque.

"Compliqué oui. En tout cas, s’ils veulent des résultats, et ils en voudront j’en suis persuadée, ils vont commencer à nous mettre la pression. Je le vois venir d’ici. Je ne sais pas si on doit se préparer à les envoyer paitre, réclamer par avance plus de moyens et de libertés dans nos teste ou que sais-je encore. Et j’ai peur que certains commencent à vouloir mettre leur nez dans nos affaires. Quant au fait de faire croire à une farce d’étudiants… tu ne crois pas que c’est trop tard pour ça ?"

J’ai l’impression que tous les chemins qui sont devant nous ne sont que chaos et complications. Pourtant, elle arrive à me faire sourire de nouveau et je secoue la tête, lâchant un rire.

"Une soirée de rêve, tu devrais le préciser. Et je t’attends donc."

Je retourne à mon bureau, mon sandwich en main, pianotant distraitement mon téléphone en me demandant vaguement de qui j’aimerais recevoir un message. Peu importe, elle arrive déjà et je hoche la tête, la mine approbatrice.

"Parfait, j’ai envie de chocolat."

Je m’installe à coté d’elle sur le canapé, en tailleur, me concentrant un instant sur le diner de rêve de ce soir avant de lui jeter un regard à mon tour.

"Ca ne me pose pas de problèmes. Je n’ai pas eu vent de problème de hiérarchie ou de quoi que ce soit du même genre et je ne vois pas pourquoi ça changerait. Mais j’avoue que ta proposition est tentante, quand bien même je devrais te sermonner de passer autant de temps ici. Et il faudra qu’on trouve un moyen d’avoir des vrais repas."

Et j’arque un sourcil quand elle désigne les papiers qui s’entassent sur mon bureau. Avant de soupirer longuement.

"Je sais. Enfin, je suppose qu’une part de moi en est consciente. Tu connaitrais une secrétaire capable de garder pour elle ce qu’elle pourrait voir ou entendre ici ? Histoire que je réfléchisse à quel point ce serait une bonne ou une mauvaise d’idée d’y avoir recours."

_________________


 
Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi, ils vivent à l’intérieur de nous. Et parfois… ils gagnent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] In the shadows...    Dim 19 Mar - 20:04

J'en serais presque triste pour elle. D'avoir tant engagée dans quelque chose et que ça tombe à l'eau, et se finisse aussi mal. C'est quand même un comble d'avoir une relation pourrie dans laquelle on ne peut pas faire marche arrière. Enfin, bien sûr, elle pourrait divorcer et repartir sur des bases saines, mais elle ne le fera pas, pas vrai ? Je retiens un soupir. Quelle idée de s'embourber dans une relation aussi stupide que le mariage en même temps. Voilà bien une chose que je ne comprendrais jamais. Je me contente de lui sourire d'un air compatissant. Aventure compliquée... c'est un synonyme de conneries vos croyez ?

« Je t'en prie, c'était sincère. Évidemment ça ne règle pas tout, mais cela peut néanmoins aider. Et non, pas vraiment. Mais je commence à te connaître. Et je sais qui plus est que tu ne prends pas suffisamment de temps pour toi. Ce à quoi je compte bien remédier. »

Ne le méritait-elle pas amplement ? Oh certes, ce n'était pas pour cela que je comptais intervenir, mais ce serait follement divertissant comme déjà dit.
Je hoche la tête d'un air sérieux, une ombre amusée dansant dans mon regard.

« Et bien, on dansera et boira et rira... Le tout agrémenté de quelques séduisants jeunes hommes. On s'amusera. C'est promis. »

Tant qu'il y a de l'alcool. Et puis, on s'entend bien, on s'amuse déjà ici, ça ne pourra qu'être mieux. Je la fixe  un instant et hausse une épaule.

« On ne peut que l'espérer pas vrai ? On fera ce qu'il faut pour en tout cas. »

Ou pour que ça empire et devienne plus incontrôlable et plus amusant. Car c'est bien là tout ce qu'on me demande non ? Créer et répandre le chaos... et en apprendre plus sur les loups et les vampires, en jouant avec eux au passage si possible. Tout comme nous pouvons en apprendre beaucoup avec cet idiot qui s'est fait mordre et pour lequel Jaana semble avoir, ou essayer d'avoir, quelques remords ou inquiétudes.

« Nous pourrions en apprendre davantage que sur les derniers mois c'est vrai. Il faut que cela soit utile. »

Que moi j'apprenne quelque chose. Je pourrais au moins fournir de nouvelles informations à Bael. Et m'amuser. Je sais, je n'ai que ce mot à la bouche. Mais n'est-ce pas là tout ce qui importe ? Vivre. Et à quoi bon vivre si on ne peut le faire de la manière dont on l'entend et en profitant du temps que l'on a ?
Je lui jette un coup d'oeil et hausse une épaule.

« Nous verrons bien le moment venu. Nous ferons attention. Et nous expliquerons avec eux au besoin. Personne ne s'y connait aussi bien que toi, et que moi, en ce qui concerne les loups et les vampires. Quoiqu'ils en disent, ils ont encore besoin de nous. Ils ne peuvent pas réellement nous entraver. »

Bien sûr que si, ils peuvent. Mais on fera en sorte qu'ils oublient cette possibilité. Je sais bien que nul n'est indispensable, mais pourtant, je pense sincèrement que nous sommes toutes deux bien trop utiles pour qu'ils nous privent de notre liberté. Et au pire quoi ? Je partirais, et alors ? Tant de prises de têtes pour rien.

« Je sais que tu es la directrice, et donc responsable de tout, mais si tu veux, je pourrais m'en occuper. De discuter avec eux. Je sais qu'on ne dirait pas, mais je sais faire. Quant à la vidéo, tu as raison, mais ils auraient pu essayer. »

Mais à nouveau, nous quittons les sujets délicats et usants, pour revenir sur de plus légères conversations. Je la retrouve rapidement dans son bureau, installant les chocolats sur la petite table, alors qu'elle vient s'asseoir à côté de moi.

« Tant mieux alors. Et je ne passe pas plus de temps que toi chef. Mon chat ne va pas pleurer que je rentre tard... Quant aux repas, je me dis qu'on pourrais tester tous les traiteurs du coin. Je suis sûre qu'il y en a des très bien. Ce serait cool d'essayer un nouveau genre tous les soirs. »

Quant à sa paperasse... J'esquisse un sourire alors qu'elle soupire.

« Je chercherais. On doit pouvoir trouver. Nicolaï connait peut-être quelqu'un. Ça te soulagerait d'un poids, ce serait bien. »

Je mords à nouveau dans mon sandwich, avant de nous servir un verre chacune et de trinquer avec elle. Et si j'arrive à avoir quelqu'un que je connais et que j'arrive à... manipuler, peut-être que je pourrais apprendre des choses que j'ignore... sait-on jamais.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] In the shadows...    

Revenir en haut Aller en bas
 
[Livre I] In the shadows...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Formations universitaires aux Métiers du livre par diplôme
» Master pro métier du livre de Grenoble 2
» Formations universitaires aux Métiers du livre par région
» master 2 "monde du livre" à aix
» Livre synthétique sur l'art d'écouter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ragnarök :: 
Valhöll
 :: 
Le Valtechnologie
 :: 
Le CNRB
-
Sauter vers: