AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
[Livre I] Je ne te dis pas que ce sera facile, je te dis que ça en vaudra la peine

avatar
ADMIN ♦ Servir sans faillir
Messages : 552
Membre du mois : 42
Date d'inscription : 25/11/2016
Célébrité : Emilia Clarke
Crédit : Torbenlesadique
Caractère : Impétueuse » Sauvage » Naturelle » Sarcastique » Solitaire » Douée dans son métier
Métier : Assistante de Maître Jelsi
Affinités :



ADMIN ♦ Servir sans faillir
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: [Livre I] Je ne te dis pas que ce sera facile, je te dis que ça en vaudra la peine    Mar 29 Nov - 13:25

Le 9 décembre 2017


Crédit google img


Confortablement installée dans le canapé en compagnie de sa nièce, Cassie regarde d'un œil le film à l'eau de rose que Solvei a choisi. Vendredi après-midi, Jaana et Philippe travaillent, Joren a cours à l'Université et Solvei a du temps libre à revendre apparemment puisqu'elle lui a proposé un après-midi film sur la gigantesque télévision du salon. Celle de Cassie ne faisait même pas le tiers de sa taille, c'est tout ce qu'elle avait pu se permettre a vu de son salaire. On ne peut pas dire que son frère et sa femme vivent modestement.

La jeune femme s'ennuie ferme, l'inactivité commence à se faire ressentir et l'incertitude la ronge, ce qui joue grandement sur son humeur, elle devient de plus en plus grincheuse. Depuis qu'elle est arrivée à Valholl et frapper à la porte de cette maison pour faire une ''surprise'' Cassie a tenté de faire bonne figure, comme si tout allait bien et avait bénéficié de vacances prolongées pour ses loyaux services depuis presque 10 ans au sein de la BAC.

Il n'y a que son frère qui ne s'est pas laissé berné, il la connaît trop bien, il sait que même si cette histoire était vraie, elle n'en aurait pas profité. Cassie préfère nettement travailler que de rien foutre pendant des vacances. Elle le voit bien, dans son regard, son attitude, qu'il se doute de quelque chose, mais elle est encore incapable de lui balancer la vérité brute. Quelque chose débloque chez elle et voilà des semaines qu'elle travaille à trouver le moyen de se débloquer. Cassie a besoin de son frère pour régler cette histoire, la jeune femme ne peut pas rester indéfiniment en congé sans solde, ni même aussi inactive.

Putain, son travail lui manque, mais ce n'est rien en comparaison de l'absence de ses coéquipiers. Et Brandon... Les larmes viennent, elle cligne des yeux, tente de les réprimer, en vain. Cassie se précipite jusqu'à sa chambre avant que Solvei s'en rende compte et craque. Ça lui arrive rarement, mais quand ça la saisit, elle ne fait pas semblant. Elle se sent lâche et coupable de les avoir abandonnés, elle veut par-dessus tout venger leurs morts, mais sans eux, elle n'est rien. La jeune femme n'aurait aucune chance.

La crise de larme dépassée, les yeux rougis, elle ne se sent pas encore suffisamment bien pour affronter sa nièce alors elle se lance dans le rangement de sa chambre. Elle est du genre bordélique, mais on sait aisément quand elle est contrariée, elle fait le ménage, ça lui change les idées. Forcément, le bruit de l'aspirateur attire l'attention de sa charmante nièce qui vient s'enquérir de son état, Cassie n'admet pas facilement ses moments de faiblesse, elle l'assure donc que tout va bien et Solvei retourne devant son film romantique.

« Tata ! Je vais chez... Ah salut papa ! Tata est pas bien alors soit sympa avec elle. Je vais chez la voisine, j'en ai pas pour longtemps. » Phil est à peine rentré que déjà la porte se referme derrière Solvei. Cassie se regarde brièvement dans le miroir, elle n'a plus les yeux rouges, tant mieux, et rejoint son frère dans le salon. Non sans avoir récupéré deux bières dans le frigo au passage. « Je vais bien, elle m'a juste collé devant un film romantique. » Elle s'enfonce plus qu'autre chose, Cassie n'a pas une once de romantisme en elle, alors pleurer devant un film à l'eau de rose ça ne risque pas d'arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Running After My Fate
Messages : 3269
Membre du mois : 213
Date d'inscription : 29/08/2016
Age : 27
Célébrité : Ben Affleck
Crédit : Eden Memories
Caractère : Courageux - Secret - Tacticien - Rieur
Métier : Responsable de la sécurité chez Total

Running After My Fate
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Je ne te dis pas que ce sera facile, je te dis que ça en vaudra la peine    Sam 3 Déc - 0:49

Je travaillais depuis mon bureau aujourd’hui. Je ne pouvais pas être toujours dehors, après tout, et il me semblait évident qu’à un moment donné, j’allais finir par crouler sous le travail si je ne prenais pas le temps de rédiger les rapports que j’avais en retard. Toutes ces intentions étaient parfaitement louables, mais… Encore fallait il avoir quelque courage, ce qui était fort loin d’être mon cas. L’après midi passait avec une lenteur interminable, alors que j’enchaînais café sur café et coups de téléphone au service informatique pour débloquer cette saleté d’accès au serveur interne. J’en avais un peu marre de tous ces soucis informatiques. Même que je mettais des lunettes maintenant, pour tenir longtemps devant des ordinateurs. Ah ça, il fallait reconnaître que c’était pratique de pouvoir tout stocker au même endroit et de profiter des logiciels plus poussés du service prospective et ouvertes, avec leurs modélisations 3D et tout le bordel. Mais c’était aussi quelque chose de plus contraignant, parce que mon petit pc professionnel n’était pas vraiment adapté à l’utilisation de tout ce fatras informatique et il plantait souvent. Bah. Comme si la boite n’était pas capable de m’en fournir un autre…


Je végétais jusqu’aux environs de seize heures, incapable d’avancer correctement. Ensuite, j’eus comme un petit coup de fouet qui me redonna un peu d’énergie, suffisamment en tous cas pour ouvrir slides sur mon drive et commencer à présenter mes conclusions pour le conseil d’administration la semaine prochaine. J’avais hâte de terminer ma journée, en fait. Pour être en week-end. Non pas que j’avais hâte de retrouver ma femme, puisqu’elle ne serait probablement pas super présente. Probablement un déplacement dans une ville X ou Y ou quelque projet urgent. Peu importe. C’était bientôt les fêtes de fin d’année et j’avais la chance d’avoir la petite sœur à la maison, ce qui aidait aussi les enfants. Parce qu’il fallait reconnaître qu’on n’était quand même pas super présents avec Jaana. Bon. Ils étaient assez grands pour savoir se gérer eux-mêmes et s’occuper par la même occasion. Et en plus il y avait ma sœur. Donc ça compensait. Elle les occupait et elle-même et bien…


Je regardais ma montre. 17h45. Pas tout à fait l’heure mais pour une fois, j’allais me tirer plus tôt. Je prenais la bagnole pour rentrer et j’arrivais en plus à me tirer juste avant les bouchons du week end, quand plein de gens sortaient dans le centre ville pour s’envoyer quelques petits canons, courir la jeunette ou encore s’adonner à leurs passions plus ou moins avouables. Bref. Je rentrais à la maison pour croiser, en entrant dans la place, ma fille qui s’enfuyait…


Et ma sœur qui pleurait.


Elle s’en cachait. Elle plaisantait. Mais je savais déjà qu’elle n’était pas « venue pour des vacances ». Je la dévisage. Avant même de la saluer.




| Ouais, c’est ça. Et moi j’ai chialé devant Titanic. Arrête ton char, Cass’. Qu’est ce qu’il se passe ? |

_________________

"Omnia si perdas, famam servare memento.
Même si tout est perdu, sache qu'il reste l'honneur à sauver"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/

avatar
ADMIN ♦ Servir sans faillir
Messages : 552
Membre du mois : 42
Date d'inscription : 25/11/2016
Célébrité : Emilia Clarke
Crédit : Torbenlesadique
Caractère : Impétueuse » Sauvage » Naturelle » Sarcastique » Solitaire » Douée dans son métier
Métier : Assistante de Maître Jelsi
Affinités :



ADMIN ♦ Servir sans faillir
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Je ne te dis pas que ce sera facile, je te dis que ça en vaudra la peine    Dim 4 Déc - 14:50

Il la dévisage, pas le genre inquiet du grand-frère qui s'interroge sur la souffrance de sa sœur, mais plus celui qui n'est pas dupe. Ce regard, il lui lance depuis qu'elle est arrivée avec son excuse bidon, Cassandra aurait du savoir qu'il se laisserait pas berner. Jusqu'ici, ils n'ont pas trop pu aborder le sujet, puisqu'il y avait toujours quelqu'un a la maison, surtout les gosses.

Qu'est-ce qu'il se passe ? Elle aimerait pouvoir tout lui balancer, mais les mots restent coincés en travers de sa gorge. Comment lui dire les emmerdes qu'elle a récolté ? Elle serait probablement morte si elle n'avait pas fui. Il ne se doute même pas qu'elle a pris une autre identité pour venir jusque chez lui. S'il se doute bien qu'elle a des emmerdes, il n'a aucune idée de l'ampleur de ces derniers. Elle doit le mettre en garde, le prévenir, demander son aide, parce qu'il est le seul sur qui elle puisse compter désormais.

« Ils sont morts. Eric, John... Brandon. » Souffle-t-elle en baissant le regard sur sa bière. Comme si la perte de ses plus chers amis n'était déjà pas assez difficile, y ajouter celle de son fiancé, est terrible. Cassie lutte pour ne pas s'effondrer à nouveau. Le pire c'est qu'il était en très bonne voie de guérison, aucune raison de s'inquiéter d'avantage pour lui et d'un coup ce coup de téléphone, qui l'avait définitivement décidé de quitter la France pour un temps. Heureusement que leurs parents ont pris leur retraite en Thaïlande.

La jeune femme entrouvre les lèvres, prête à déballer toute l'histoire, mais encore cette boule dans la gorge, ce blocage, rien ne sort. Elle pince des lèvres, ouvre sa bière et boit une gorgée. Si elle continue à lui dire que tout va bien il la poussera à bout, ils détesteront ça tous les deux, et elle déteste déjà suffisamment la situation pour deux.

« Je ne peux rien dire Philippe, ce n'est pas que je ne veux pas, bien au contraire, j'ai essayé... Je ne peux pas, je n'y arrive pas... » Et ce putain de blocage sorti de nulle part lui met les nerfs en pelote. Cassie n'a aucun souvenir d'un lavage de cerveau, ou de quelque chose de similaire. Pas plus qu'elle n'est sujette a un stress post-traumatique, elle refuse d'admettre qu'elle puisse y être victime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Running After My Fate
Messages : 3269
Membre du mois : 213
Date d'inscription : 29/08/2016
Age : 27
Célébrité : Ben Affleck
Crédit : Eden Memories
Caractère : Courageux - Secret - Tacticien - Rieur
Métier : Responsable de la sécurité chez Total

Running After My Fate
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Je ne te dis pas que ce sera facile, je te dis que ça en vaudra la peine    Lun 5 Déc - 21:48


J’allais saisir l’opportunité qui m’était offerte pour cuisiner un peu ma sœur. Elle avait toujours énormément compté pour moi, dès le tout début. Même la distance n’avait jamais effacé la force des liens qui nous avaient toujours unis. Même le manque d’appels, la nécessité de s’envoyer des mails, de ne se voir qu’une fois tous les … Si longtemps. Je savais que quelque chose n’allait pas, sous le vernis des apparences. Je le savais parce que je la connaissais mieux que personne. Je l’avais vu dans ses yeux quand elle était venue. Une profondeur et une intensité abyssale. Quelque chose n’allait pas. Mais elle n’avait rien dit. Je pensaius que c’était rapport au boulot. Je savais qu’elle avait « pris des congés » qui étaient un peu long pour une flic. Je savais qu’ils étaient plutôt encouragés à prendre des congés courts, fractionnés. J’avais un pressentiment. Assez désagréable. J’aurais pu lui presser le citron dès le départ, la pousser à se dévoiler. Je n’avais pas voulu, je n’y avais pas non plus tenu. Je voulais que ça vienne de sa part. Qu’elle m’explique. Parce que j’avais peur en fait, de ce qui pourrait l’effrayer. De ce qui pourrait l’atteindre. Ca me rappelait ce qu’elle avait failli vivre, et je me revoyais encore à la défendre. Je me revoyais, contusionné et hagard, après avoir déchaîné une violence dont je ne savais pas être capable. Je me rappelais alors, tout ce qui était arrivé. On m’avait traité en héros comme un monstre dangereux. On me pensait destructeur ou loyal. Les deux, peut être. Je savais ce que j’avais ressenti, moi. Un intense sentiment de panique, une peur si viscérale, si puissante, que j’en avais perdu


Je ne la serre pas contre moi. Je ne sais pas à quoi m’attendre. Nous sommes proches, mais nous ne savons pas grand-chose finalement de ce que l’autre fait ou a fait ces dernières années. Nous n’avons jamais eu besoin de parler pour nous comprendre. Mais parler nous aurait permis de nous « connaître ». Elle baisse les yeux en me disant des noms et ajoutant qu’ils sont morts. Ses collègues ? Je ne peux que m’en douter. Je n’ai aucune certitude, sinon celle qu’elle est dans la merde, et elle ne sait pas comment le dire. Mon cœur se serre. Merde.


Tout va recommencer.


Mes mains tremblent. C’est très léger. Infime. Je bloque sans en avoir conscience ma respiration. Elle n’ose pas cracher le morceau. Je déglutis péniblement, estomaqué par la puissance silencieuse de la détresse de ma sœur.



| Dis-moi. Raconte-moi ce qui est arrivé. Et dis-moi ce que je peux faire. |

_________________

"Omnia si perdas, famam servare memento.
Même si tout est perdu, sache qu'il reste l'honneur à sauver"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/

avatar
ADMIN ♦ Servir sans faillir
Messages : 552
Membre du mois : 42
Date d'inscription : 25/11/2016
Célébrité : Emilia Clarke
Crédit : Torbenlesadique
Caractère : Impétueuse » Sauvage » Naturelle » Sarcastique » Solitaire » Douée dans son métier
Métier : Assistante de Maître Jelsi
Affinités :



ADMIN ♦ Servir sans faillir
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Je ne te dis pas que ce sera facile, je te dis que ça en vaudra la peine    Mar 13 Déc - 12:37

Son frère n'est pas un idiot, il n'a pas fait de grandes études, mais sa force réside ailleurs, par exemple dans la détection des indices et il connaît trop bien Cassie pour ne pas les voir. Il faut bien lui reconnaître qu'il a fait preuve de patience jusque là, mais il n'est pas doté d'une patience infinie. Elle est venue ici pour tout lui raconter, avant de se rendre compte qu'elle ne le pouvait pas.

Comment expliquer l'inexplicable ? Franchement, c'est rageant. Elle veut tout lui dire, dans les moindres détails, tout au moins ce dont elle est certaine de se souvenir. Les gorges déchiquetées, une force surhumaine la plaquant au sol ou envoyer son collègue à plusieurs mètres comme si un char lui avait foncé dessus... Tout est là, ou quasiment, alors qu'est-ce qui la retient de tout balancer ?

« Tu es prudente, mais nous finirons par t'avoir de la même façon qu’on aura ton pote. En attendant ne répète a personne ce que tu sais ou crois savoir. » Ces mots se répètent dans sa tête. Elle y cherche les réponses, mais rien de raisonnable n'en sort. Quand bien même cela expliquerait tout, elle n'a aucun moyen de le prouver puisqu'elle n'a pas essayé d'en parler à qui que ce soit entre l'incident et cette rencontre. Qui lui a foutu la trouille de sa vie soit dit en passant. Se retrouver du 12ème au 13ème arrondissement sans aucun souvenir ça n'a rien d'anodin, il ne s'agit pas de parcourir quelques mètres entre arrondissements voisins, elle s'est retrouvée d'une extrémité à l'autre. Puis elle a appris la terrible nouvelle, la mort de son fiancé.

Cassie croise le regard de son frère, intense, dangereux, déterminé, pour elle, il est capable de tout. Et inversement, elle serait capable de tout pour lui, ainsi que sa femme et ses enfants. Entre Raulne on se sert les coudes, mais le frère et la sœur ont une relation bien plus forte, c'est viscéral, et ce, depuis qu'elle a 9 ans. Ce qu'il peut faire ? Putain, tout !

« Avec mon unité, on n'a pas toujours été réglo. Pour rester dans la simplicité, on peut dire qu'on est... était corrompus, à la différence qu'on ne l'était pas pour se faire un max de blé, c'est comme ça qu'on servait la justice, on se débrouillait pour choper des preuves solides et écrouer les criminels pour de longues années. On avait notre réseau, on filait quelques passe-droits ou services en échange d'informations qui nous servirait.

Bref, l'un de mes collègues avait un vice supplémentaire, il était dépendant aux jeux d'argents et devait une grosse somme à la pègre. Ces derniers ont pris sa femme et ses gosses en otage, histoire de s'assurer qu'il règle sa dette. L'organisation était trop grande pour que l'on puisse s'en prendre à eux, alors on a cherché à régler la dette en cambriolant un bookmaker clandestin. C'est là que c'est parti en couilles et que je suis incapable de t'expliquer, ILS ont buté mes collègues et en avaient clairement après moi, c'est pour ça que je suis partie avec un congé sans solde. J'ai pris mes précautions en voyageant sous une fausse identité pour te rejoindre... Oh ! Mais attends ! »


Il y a une chose qu'elle n'a pas essayée et alors que l'idée s'illumine dans sa petite tête, elle se précipite pour aller chercher un ordinateur. Elle aurait du y penser plus tôt, elle ne peut rien répéter, pour des raisons qu'elle ignore encore, mais elle peut le montrer, non ? Vu le nombre de fois qu'elle l'a vu, elle s'étonne d'ailleurs de ne pas avoir eu l'idée plus tôt. Elle trépigne d'impatience tandis que l'ordinateur s'allume, puis que youtube s'ouvre, elle tape les mots-clés et ouvre la vidéo qui fait débat depuis des jours. Elle met sur pause dès que la vidéo montre la fillette et pointe le doigt dessus. Cassie est surexcitée, voilà une chose qu'elle peut faire, montrer la chose. Elle ne doute même pas que son frère puisse ne pas comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Running After My Fate
Messages : 3269
Membre du mois : 213
Date d'inscription : 29/08/2016
Age : 27
Célébrité : Ben Affleck
Crédit : Eden Memories
Caractère : Courageux - Secret - Tacticien - Rieur
Métier : Responsable de la sécurité chez Total

Running After My Fate
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Je ne te dis pas que ce sera facile, je te dis que ça en vaudra la peine    Mar 27 Déc - 12:21

Je sens que je suis à la croisée des chemins, que je domine de toute ma hauteur plusieurs directions, plusieurs chemins que je peux emprunter. Aucun n’est joyeux, aucun n’est facile. J’ai le choix, c’est au moins déjà ça. D’un côté, je peux aider ma sœur. Je peux lui fournir une aide inconditionnelle, mais je sais par avance, je le sens dans mes tripes, que ça me coûtera beaucoup, personnellement. Et je ne parle pas d’argent. Je peux aider Cass’, en la mettant à l’abri, en lui faisant éviter autant que possible le danger. Je ne sais pas si ce sera suffisant, mais sans doute cela permettrait de sauver les pots cassés avec Jaana, de ne pas trop mettre ma famille dans la balance. Ou alors, je peux encore dire non. Compliqué, maintenant que j’ai commencé à m’engager, mais je peux encore le faire. Je dois y réfléchir. Mais j’en suis incapable. J’ai déjà décidé, au fond de moi. Je ne peux tout simplement pas revenir en arrière. Pas maintenant, pas comme ça. J’interroge Cass’. Je dois en savoir plus. Je dois tout savoir. Pas pour décider. Je l’ai déjà fait. Je suis incapable, totalement incapable, de fonctionner autrement.


Elle hésite. Je crains vraiment ce qui peut être dit, maintenant. Si ça fait flipper ma petite sœur, c’est forcément quelque chose d’atroce, quelque chose qui peut vraiment nous foutre en l’air. Je crains le pire. Mais je suis pourtant content de savoir que Cass’ est venue me voir pour ça. J’aurais sans doute préféré qu’elle vienne plus tôt vers moi, mais qu’importe. Elle devait avoir peur, sans doute, de me dire pourquoi elle était vraiment venue me voir. L’important c’est qu’elle le fasse malgré tout, même si elle est en retard. J’encaisse tout ce qu’elle me raconte. Sa corruption, peu importe comment elle l’emballe. Je ne sais pas si je suis étonné, choqué, déçu, blasé. Je n’en sais rien. C’est beaucoup d’un coup. Je peux difficilement la juger, et je ne suis de toute façon pas là pour ça. Ma sœur était un flic pourri. Elle m’explique comment tout ça a mal tourné. Très mal. Comment on peut en arrive au point où des flics sont abattus ? Je n’en sais rien. Je ne suis même pas sûr de vouloir le savoir. C’est la merde et tout le monde a méchamment mangé dans la gueule on dirait. Et elle arrive finalement ici. Elle me dit d’attendre et allume l’ordinateur. Je fronce les sourcils. Je ne suis pas sûr de comprendre le lien entre ce que je vois et ce qu’elle me raconte.



| Qu’est ce que je suis sensé comprendre ? Putain, Cass’… |

_________________

"Omnia si perdas, famam servare memento.
Même si tout est perdu, sache qu'il reste l'honneur à sauver"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/

avatar
ADMIN ♦ Servir sans faillir
Messages : 552
Membre du mois : 42
Date d'inscription : 25/11/2016
Célébrité : Emilia Clarke
Crédit : Torbenlesadique
Caractère : Impétueuse » Sauvage » Naturelle » Sarcastique » Solitaire » Douée dans son métier
Métier : Assistante de Maître Jelsi
Affinités :



ADMIN ♦ Servir sans faillir
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Je ne te dis pas que ce sera facile, je te dis que ça en vaudra la peine    Dim 8 Jan - 0:07

Il ne l'engueule pas, il ne semble pas la juger non plus suite à ses révélations sur son travail et sa façon de mener ses enquêtes à bien. Elle le connaît assez pour savoir qu'il se focalise surtout sur le problème actuel, ses emmerdes. L'accompagnera-t-elle à Paris pour les régler ? Ça l'emmerde de venir demander de l'aide à son frère, il s'est rangé depuis quelques années, il a une famille et elle s'apprête à tout foutre en l'air.

L'enthousiasme de la jeune femme retombe aussi vite qu'il est venu avec son idée. Son frère ne comprend pas. N'est-ce pas une évidence pourtant ? « Putain Phil fait un effort aussi ! » Crie-t-elle en retour à bout. Elle se pince l'arête du nez avec toujours les paroles de cette femme dans la tête. Il n'y a rien de plus dur de vouloir dire quelque chose qu'il est impossible d'énoncer. « Qu'est-ce qu'elle m'a fait cette salope ? » Marmonne-t-elle. La question, posée à haute voix, n'attend pas de réponse de la part de son frère.

« C'est pas un canular, j'en suis certaine. » Dit-elle à l'attention de son frère, tout en fixant la dite vidéo en arrêt sur image. Ils ont tué ses collègues, son fiancé. Elle se souvient de la force des impacts, une force phénoménale, de l'inefficacité de leurs balles, aucune chance qu'ils aient loupé tous leurs tirs, ce sont des experts dans ce domaine... Et le sang. Les blessures, des plaies déchiquetées.

« Tout est lié... Indirectement. » Dit-elle pensive. «  Ils existent, ils sont capables de faire des choses qui me dépasse. C'est une certitude. » Il ne peut en être autrement. Si une explication logique ne vient pas, c'est qu'elle est inexplicable pour un esprit humain. Sans cette vidéo, elle serait sûrement déjà dans un hôpital psychiatrique ou en traitement pour stress post-traumatique. Combien de fois elle a évité la psychiatre du poste, ou encore ses appels avant de poser son congé sans solde ? Elle l'appelle encore et Cassie s'obstine à ne pas répondre. Maintenant, depuis la diffusion de cette vidéo et plus elle la regarde, plus elle est certaine qu'ils existent et qu'elle a été leur victime. Qu'elle est leur proie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Running After My Fate
Messages : 3269
Membre du mois : 213
Date d'inscription : 29/08/2016
Age : 27
Célébrité : Ben Affleck
Crédit : Eden Memories
Caractère : Courageux - Secret - Tacticien - Rieur
Métier : Responsable de la sécurité chez Total

Running After My Fate
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Je ne te dis pas que ce sera facile, je te dis que ça en vaudra la peine    Sam 14 Jan - 15:41


Cass’ semble rassurée de ma réaction. Sans doute craignait-elle pire, peut être une de mes célèbres colères. Le genre de réaction qui me faisait perdre le fil de mes pensées, le fil des événements… Pour me retrouver à gueuler comme un putois et à cogner dans quelque chose. Cass’ n’avait jamais eu à subir une colère de ce genre. Elle en avait parfois été la cause, mais jamais la cible. C’était comme ça ; ce genre de liens que l’on n’avait qu’une seule fois dans sa vie. Qui serais-je pour remettre en question cela ? La jeune femme a toujours eu une place particulière dans mon cœur et dans ma vie. Jamais très proche, mais nous avions toujours agrdé contact. Et il y avait toujours eu cette certitude, cette tangibilité de cette passerelle entre nous. Depuis sa naissance. Et plus encore, depuis son agression. Et voilà qu’elle me tance un peu vertement quand je ne comprends pas trop où elle veut en venir. Je n’aime pas qu’on me considère comme un idiot. Encore moins depuis que j’ai en permanence l’impression d’en être un avec Jaana.


| Oh, ça va hein, t’as qu’à être plus explicite aussi ! |


J’étais agacé, vexé aussi. Et voilà qu’elle marmonne quelque chose à propos d’une autre femme. Je ne sais toujours pas de quoi elle parle et je trouve ça fondamentalement agaçant en plus d’être frustrant. Mais bordel de merde, elle va s’expliquer, oui ? Et voilà qu’elle me souffle, me dit qu’elle ne pense pas que la vidéo sur ces créatures soit un canular. Je suis perplexe, et mal à l’aise. Bien sûr sue ce n’est pas un canular. Mais je ne l’ai jamais dit à Cass ‘, pas plus que je ne l’ai dit à qui que ce soit. Et voilà qu’elle comprend, rapport à ce qu’elle a vécu. Je fronce les sourcils, soudain frappé d’horreur devant l’ampleur de ce que je viens de comprendre, finalement.


| Tu… Tu aurais été attaqué par ces monstres ? |


Je chancelle, sous le choc des implications de ce que cela impliquait, de ce que cela signifierait pour moi, très rapidement. Je déglutis, comme cramponné au dossier de la chaise sur laquelle je m’appuyais.


| Je ... Je les ai déjà rencontrés. Et combattu. C’était en Afghanistan, il y a des années. Ils ont décimé mon groupe de combat, et on a réussi a enfermé cette… Chose. On l’a cramée. Mais je ne sais pas si elle était vraiment morte. On a tout essayé, Cass’. Vraiment tout. Et des militaires des forces spéciales ont pris le relai. |


_________________

"Omnia si perdas, famam servare memento.
Même si tout est perdu, sache qu'il reste l'honneur à sauver"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/

avatar
ADMIN ♦ Servir sans faillir
Messages : 552
Membre du mois : 42
Date d'inscription : 25/11/2016
Célébrité : Emilia Clarke
Crédit : Torbenlesadique
Caractère : Impétueuse » Sauvage » Naturelle » Sarcastique » Solitaire » Douée dans son métier
Métier : Assistante de Maître Jelsi
Affinités :



ADMIN ♦ Servir sans faillir
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Je ne te dis pas que ce sera facile, je te dis que ça en vaudra la peine    Sam 21 Jan - 18:43

Son frère est sur des charbons ardents, autant qu’elle. Il n’apprécie pas qu’elle le traite d’idiot. C’est loin d’être son intention. Certes, elle a toujours été plus douée que lui en études, ce n’est un tabou pour aucun des deux, mais jamais elle ne l’a considéré comme un idiot. Son frère est son héros, sans qui elle ne serait rien. Et elle ne permettait pas plus que des civils traitent les militaires d’idiots, pas quand son frère faisait partie de l’armée. Ils insultaient indirectement son frère. Oui, il n’est pas ingénieur, ni cadre dans une multinationale, mais son intelligence se trouve ailleurs.

Il lui demande si elle a été attaqué par ces monstres, elle acquiesce difficilement. Elle n’ajoute rien de plus, toujours ce blocage qu’elle n’explique pas. Puis, elle le regarde et il a l’expression de celui qui vient de croiser un fantôme. Il est déjà pas bronzé d’origine, mais il est livide. Cassie met ca sur le compte de son inquiétude pour elle, sauf qu’il tarde pas a avouer sa propre expérience en Afghanistan. La jeune femme l’écoute ses yeux arrondis par le choc.

Lui aussi a perdu son équipe, probablement dépassé par la Chose increvable. Il a vécu la même expérience qu’elle des années plus tôt et ne la pas mise dans la confidence. “Pourquoi ne m’as-tu rien dit ? “ Demande-t-elle sans réfléchir. Est-ce qu’il en faisait des cauchemars ? Comme elle ? Est-il encore tourmenté de la perte de ses coéquipiers ? De cette impuissance à ne pouvoir les aider ? Pourquoi ne s’est-il pas confié à elle ?

“Si les balles ou le feu ne viennent pas à bout de cette créature, qu’est-ce qui la détruit ?” Putain! Si ces choses sont increvables, ils auront sa peau avant qu’elle ait la leur. “Les forces spéciales… qu’ont-ils fait ? “ Cassie est terrifiée, elle serait morte si elle était resté à Paris, mais elle risque de mettre sa famille en terrible danger s’ils la retrouvent en Norvège. Elle n’a pas plus envie de crever, que d’entrainer sa famille sur la même voie mortelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Running After My Fate
Messages : 3269
Membre du mois : 213
Date d'inscription : 29/08/2016
Age : 27
Célébrité : Ben Affleck
Crédit : Eden Memories
Caractère : Courageux - Secret - Tacticien - Rieur
Métier : Responsable de la sécurité chez Total

Running After My Fate
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Je ne te dis pas que ce sera facile, je te dis que ça en vaudra la peine    Dim 22 Jan - 16:41

Une vague de souvenirs, d’émotions, refoulés depuis des années, me submerge et me bouleverse ; je chancelle, comme frappé au visage. Je me sens assommé par le poids des événements et celui de ma propre culpabilité. Comment ai-je pu laisser les choses prendre cette tournure-là ? J’aurais dû en parler. Mais l’armée, le gouvernement, tout le monde a tout fait pour qu’on ne parle jamais de ce qui était arrivé dans cette vallée d’Afghanistan, près de dix ans plus tôt. J’aurais dû en parler à ma sœur. Mais c’était un risque que je n’avais pas voulu courir. On nous avait ordonné de protéger l’unité, l’armée, le pays, par notre silence. Je l’avais fait. Comme j’avais tu quantité d’autres choses survenues pendant la dizaine d’années passées à l’armée, à faire des choses que si je ne regrettais pas, au moins avais-je la décence de les considérer comme pénibles. Nécessaires, mais discutables d’un point de vue moralité. Cass’ est choquée par ce que je lui apprends. J’imagine sa surprise ; elle doit carrément tomber des nues compte tenu de la pénibilité des révélations que je lui fais. Elle me demande de me justifier sur mon silence, sur cette mise à l’écart que par défaut je lui ai imposée.


| Je ne l’ai dit à personne parce que cette histoire est classifiée ; même maintenant je n’ai pas le droit d’en parler, alors tu vas garder ça pour toi. Et jamais je n’aurais imaginé que ce genre de monstre pouvait vivre parmi nous. |


C’était vrai, et la jeune femme comprendrait au ton employé que la parole donnée avait toujours eue une importance vitale. Cass’ m’interroge, consciente d’être poursuivie et que mon expérience peut peut-être lui servir à survivre. Et je sens aussi son désespoir. Je réfléchis, me replonge dans l’horreur de cette nuit d’embuscade et de tuerie.


| Je ne sais pas ce qu’ils ont fait. On a été évacués de la zone après avoir enfermé ce monstre dans notre VAB. J’ai perdu des hommes. Les balles ont semblé le ralentir, et le blesser, mais sans l’abattre. Je pense qu’ils ont dû s’en sortir ; leur équipe, au moment de rentrer à Bagram, n’avait pas subi de pertes. Mais je ne sais pas comment ils ont fait. Tout ce que je me souviens, c’est la facilité avec laquelle cette chose a tué mes hommes. |

_________________

"Omnia si perdas, famam servare memento.
Même si tout est perdu, sache qu'il reste l'honneur à sauver"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/

avatar
ADMIN ♦ Servir sans faillir
Messages : 552
Membre du mois : 42
Date d'inscription : 25/11/2016
Célébrité : Emilia Clarke
Crédit : Torbenlesadique
Caractère : Impétueuse » Sauvage » Naturelle » Sarcastique » Solitaire » Douée dans son métier
Métier : Assistante de Maître Jelsi
Affinités :



ADMIN ♦ Servir sans faillir
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Je ne te dis pas que ce sera facile, je te dis que ça en vaudra la peine    Mar 24 Jan - 16:40

Elle aurait dû se douter que Phil garderait le secret. Il a une conscience professionnelle plus importante que sa soeur. Non pas qu’elle en est dépourvue, seulement, elle n’hésite pas à employer des façons de détourner le système pour obtenir un résultat plus rapidement et tout aussi légal. Il n’imaginait pas que ces créatures puissent vivre parmi eux, Cassie non plus jusqu’à en faire l’expérience. Ils sont à Paris, ils sont en Norvège, combien sont-ils à vivre parmi eux ?

Son frère continue, plus il parle et moins il rassure Cassandra. Elle pose ses coudes sur ses genoux, croise les mains et pose le menton sur ces dernières, perdue dans ses réflexions. Sans aucun doute, ils ignorent beaucoup de choses pour des privilégiés de l’ordre. L’un dans l’armée, l’autre dans la police, pourquoi sont-ils si ignorants des menaces qui courent librement dans les rues.

“Ce que tu me dis… Ce que je comprends, c’est que les forces spéciales ont agi en connaissance de cause. S’ils sont revenus sans pertes, ils savaient à quoi ils avaient affaire.” Et eux, ont perdu des hommes. Subi des pertes avec une facilité déconcertante face à des créatures. Elle a perdu ses amis et le seul homme qu’elle eût jamais aimé de toute sa vie. Il faut dire qu’elle n’est pas facile à vivre, elle n’a rien de romantique ou de douce, ni de tranquille ou de patiente, Brandon s’en moquait. Il l’aimait pour ce qu’elle était.

“Ils savaient, donc leurs supérieurs le savaient aussi. Le gouvernement sait, je ne vois pas d’autres explications, et ils nous laissent vivre parmi eux ?” Indignation. Laissons-les donc crever, ce n’est pas grave, qu’ils doivent se dire dans leur siège en cuir. Laissons-les vivre avec l’absence des êtres qu’ils aimaient tant, ce n’est pas grave, on est à l’abri dans nos bureaux chics. Entraînons et envoyons les forces spéciales dès qu’une situation dégénère, laissons le monde dans l’ignorance des menaces qui pèsent sur eux.

Cassie se frotte l’arête du nez, indignée autant qu’elle est effrayée. Désormais, son frère sait ce qui l’a amené ici et elle a conscience du danger qu’elle-même représente. Il en a déjà affronté un, il sait, comme elle sait. “Si tu veux que je parte… Je le ferai.” Parce qu’elle ne se pardonnerait jamais de perdre sa famille. “Si tu veux que je reste…” Elle tourne le visage pour le regarder, droit dans les yeux, elle n’est que détermination derrière sa terreur. “Je ne resterai pas les bras croisés pendant qu’ils déciment ceux que l’on aime.” Cassandra est flic autant qu’il est militaire, depuis des années, ils œuvrent pour la protection civile.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Running After My Fate
Messages : 3269
Membre du mois : 213
Date d'inscription : 29/08/2016
Age : 27
Célébrité : Ben Affleck
Crédit : Eden Memories
Caractère : Courageux - Secret - Tacticien - Rieur
Métier : Responsable de la sécurité chez Total

Running After My Fate
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Je ne te dis pas que ce sera facile, je te dis que ça en vaudra la peine    Mer 25 Jan - 20:27

Je savais que je n’étais pas tout blanc dans cette affaire ; c’était une réalité. Toutefois, j’avais fait ce que je pensais juste pour protéger les miens, pour les préserver du moins donc je serais capable. C’était peut-être un échec, ou peut-être pas. Mais maintenant je n’avais plus le choix je me devais de continuer. La vérité honteuse et terrifiante s’impose à nous ; les créatures de la nuit ne sont pas que des légendes. Démons, vampires, loups-garous, autres saloperies ? Je n’en savais rien, mais je les avais vus, et Cass’ avait elle aussi fait les frais d’une rencontre avec eux. Autant dire que nous pataugions dans la semoule, et que si nous ne prenions pas garde, la semoule pouvait très bien finir par se teinter de sang. Elle aussi comprenait la cruauté de ce que cette conversation nous faisait découvrir. Les révélations n’avaient jamais été mon fort et il fallait encore les assumer, maintenant. Je hochais la tête aux paroles de ma jeune sœur, quand elle faisait le lien entre les forces spéciales et leur attitude au combat. Moi aussi, j’étais arrivé à la même conclusion implicite.


| Oui, c’est ce que j’ai compris aussi. Ils savaient gérer la menace. Mais je ne me souviens pas les avoir vu trimballer un matériel différent. Je pense qu’ils savaient juste à quoi ou à qui ils avaient affaire. |


Et l’ampleur du mensonge était donc telle, qu’aucun gouvernement ne semblait maintenant avoir la force ou les capacités pour les arrêter. Ou alors, se livrait une guerre secrète et souterraine, dont nous ne savions rien et qui ne pouvait que semer des cadavres un peu partout à chaque fois que la situation dégénérait, comme cette fameuse soirée d’Afghanistan. Je me rappelais avec quelle facilité ces choses avaient liquidé mes soldats, le bain de sang avait été complet. La jeune femme m’écoute avec attention mais je sens la peur qui lui serre maintenant le cœur. Elle était visiblement assez apeurée de ce qu’elle venait de découvrir. Et je l’étais tout autant. Petite sœur continue de dérouler son raisonnement et de cela découle une colère que je sens enfler en elle.


| Ouais. Ils savent. Au moins certains d’entre eux en tous cas, sont au courant. |


Et c’était suffisamment inquiétant comme cela. Et voilà que ma sœur me demande si je préfère qu’elle parte pour ne pas mettre ma famille en danger. Je la regarde. Intensément. Je m’avance vers elle, face à elle. Prends ses mains dans les miennes. Plonge mon regard dans celui qui, jadis, était chargé de larmes d’une tentative qui avait failli très mal tourner.


| Tu sais bien que je serais toujours avec toi. A jamais. |


Ce lien si fort qui nous unissait depuis l’adolescence trouvait sa base dans ce genre d’événement. Ce genre de situation. Je la protégerai toujours de tout, quoiqu’il m’en coûte.


| Il faut d’abord qu’on s’assure que tu ne risques rien, que tu n’es pas poursuive. Est-ce que quelqu’un d’autre sait où tu te trouves ? |

_________________

"Omnia si perdas, famam servare memento.
Même si tout est perdu, sache qu'il reste l'honneur à sauver"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/

avatar
ADMIN ♦ Servir sans faillir
Messages : 552
Membre du mois : 42
Date d'inscription : 25/11/2016
Célébrité : Emilia Clarke
Crédit : Torbenlesadique
Caractère : Impétueuse » Sauvage » Naturelle » Sarcastique » Solitaire » Douée dans son métier
Métier : Assistante de Maître Jelsi
Affinités :



ADMIN ♦ Servir sans faillir
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Je ne te dis pas que ce sera facile, je te dis que ça en vaudra la peine    Ven 3 Fév - 10:34

Vous savez quel effet ça fait d’apprendre que les légendes urbaines sont réalités ? Cassandra non plus, elle a du mal à mettre des mots sur ce qu’elle ressent, mais il y a de quoi être estomaqué. Jusqu’ici, le doute persistait, c’était impensable d’y croire. Mais son frère en a été témoin aussi et il n’en faut pas plus à sa soeur pour avoir la certitude que ces créatures existent bel et bien, et vivent à leur insu depuis.... Quand ? Combien de temps dure cette mascarade ?

Cassie se redresse tandis qu’il s’approche d’elle et lui assure, sans prononcer les mots, que c’est eux contre le monde. Elle en a les larmes aux yeux, il ne la laisse pas tomber. Le dernier sur qui elle aurait pu compter, la soutien. C’est ainsi depuis ses 9 ans, depuis qu’il a tabassé un type trop insistant envers une fillette trop naïve pour comprendre ce qu’il se passait. Vous savez où se trouve ce type à l’heure actuelle ? En taule. Si elle a échappé de ses mains, d’autres non pas eu sa chance d’avoir un grand frère prêt à tout.

Personne n’a voulu les écouter, les croire, parce qu’elle était trop jeune et Philippe trop sanguin, la justice avait tranché en faveur du pauvre type plutôt que son frère. Ils ont dû s’en mordre les doigts quand ils se sont retrouvés face au même type quelques années plus tard avec des preuves plus solides. Ils étaient revenu chercher son témoignage, elle avait témoigné en regardant ce sale type droit dans les yeux avec une certaine satisfaction. Malgré cela, la justice possède de trop nombreuses failles, la preuve, ils avaient laissé filer un pédophile, qui avait récidivé.

“Non... Je ne pense pas.” Rectifie-t-elle. “Je n’ai dit à personne que je partais, j’ai envoyé un e-mail à mes supérieurs pour poser un congé sans solde. Papa et maman ne savent rien non plus.” Peu de chance qu’ils apprennent quoi que ce soit à leur sujet, Cassandra ne parle jamais de sa vie privée, le seul au courant de tout est mort. Quant à ses amis, les seuls qu’elle avait sont morts aussi. Elle n’a jamais eu une vie sociale très active en dehors de son travail et ça lui a toujours convenu. Elle s’est focalisée sur son travail depuis qu’elle est entrée dans la police et personne n’est parvenue à l’en détourner.

“Quand j’ai appris que… Que Brandon était mort, j’ai fait un détour avant de rentrer. Je connaissais un faussaire, il m’a fait de faux papiers. Je suis rentré chez moi, j’ai réuni tous mes papiers, les photos, les cartes postales, et tout brûlé. J’ai réuni des fringues dans un bagage et j’ai fermé la porte. J’ai retiré toutes mes économies. Je n’ai rien laissé qui puisse permettre à qui que ce soit de deviner ma destination. J’ai pris plusieurs transports en commun qui ne nécessitent pas ma pièce d’identité, jusqu’au Danemark, de là, j’ai pris l’avion jusqu’à Oslo. Et de nouveau les transports en commun. J’ai pris toutes les précautions que j’ai pu prendre.” S’ils ne mettent jamais la main sur le faussaire, ils ne la retrouveront jamais. Peu de chance qu’ils le découvrent n’est-ce pas ? Elle ne peut en avoir la certitude.

Cassandra baisse le regard sur leurs mains entrelacés, elle craint de ne pouvoir vivre ainsi toute sa vie. Comme une espèce de fugitive, à devoir renier son identité, pour sa sécurité, mais surtout celle de sa famille. Elle craint de commettre une gaffe, d’être responsable d’un drame. “Qu’est-ce qu’on va faire ?”

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Running After My Fate
Messages : 3269
Membre du mois : 213
Date d'inscription : 29/08/2016
Age : 27
Célébrité : Ben Affleck
Crédit : Eden Memories
Caractère : Courageux - Secret - Tacticien - Rieur
Métier : Responsable de la sécurité chez Total

Running After My Fate
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Je ne te dis pas que ce sera facile, je te dis que ça en vaudra la peine    Dim 12 Fév - 17:58

La question à dix mille balles. Est-ce qu’on est déjà en danger ? Est-ce que je dois éloigner ma famille, ou m’éloigner moi ? Ca m’arracherait dix mètres d’entrailles. Je me sentais moins utile, je me sentais moins en confiance aussi depuis que j’étais dans le civil. Mais globalement, même si je ne me sentais pas en phase avec mon taf, je tenais à cette nouvelle vie. D’accord, avec Jaana ce n’était pas la joie. On se voyait plus qu’avant, mais pas beaucoup, et notre intimité n’était pas non plus au beau fixe. Il n’en restait pas moins que mes gosses putain, eux je les voyais beaucoup plus et je n’avais pas envie de mettre de la distance entre nous. Bien sûr je le ferais si je devais m’assurer de leur sécurité, mais si je pouvais éviter… Toujours était-il qu’il fallait que je nous équipe. Cass’ en tous cas est émue, je la sens aussi fragilisée qu’autrefois, quand j’avais tout fait pour la sortir des griffes d’un sale type. Elle a pris un pète à sa confiance en elle, elle n’est plus sûre de rien et je sais qu’elle attend de moi que je la protège. Du moins elle l’espérait, et maintenant elle en était un peu plus sûre. Elle était touchée que je ne la lâche toujours pas, pas même devant l’ampleur de cette nouvelle crasse qui nous tombait dessus. Je soupire.


| Ok. Les parents ne doivent rien savoir. Si la situation doit s’éterniser, dis leur que t’as quitté la police, que t’en avais marre, et que t’es venue bosser dans ma boîte. Au besoin je peux falsifier des docs. Le problème tient au fait que la police française va te rechercher, très rapidement maintenant. |


Il fallait qu’on prenne garde à ça. Même avec les précautions qu’elle avait prise, je savais bien qu’on ne pouvait pas disparaître pour toujours. Pas quand on avait de la famille, des gens susceptibles de savoir où on se trouvait. On ne pouvait disparaître pour de bon qu’en abandonnant tout derrière soi. Cass’, elle, n’avait pas abdiqué à ce point. Elle était venue nous mettre en danger en espérant que le jeu en vaudrait la chandelle. Dans la peur panique du moment, elle n’avait vu que moi comme échappatoire. Elle avait eu raison, j’étais probablement la solution… Même si je ne savais pas encore comment m’y prendre. Ensemble, on avait en tous cas toujours eu la force de nous sortir à peu près de tout. Elle m’explique exactement sa fuite. Je réfléchis. Elle s’y est plutôt bien prise.


| Oui, t’as bien fait. Mais quiconque a un minimum de moyens va vite toquer à ma porte. Je dois renforcer la sécurité de la maison, et je dois mettre mes gosses et ma femme sur leurs gardes, même sans rien leur dire. Je trouverais un bobard quelconque. L’avantage, c’est que s’ils te veulent toi, ma chère sœur, ils ne viendront pas s’en prendre directement à eux, ils viendront d’abord me voir et me surveiller. On va peut être devoir te trouver une planque en ville. Ce serait plus sûr. |


Je réfléchis encore un instant alors qu’elle me demande concrètement ce qu’on va faire.


| Je vais d’abord voir si je peux nous équiper. Je sais pas comment buter ces saloperies si elles se pointent, mais on peut pas se laisser buter pour autant. Toi tu vas faire profil bas, et tu ne sors jamais à pied ; au besoin tu prends ma caisse, ses vitres sont assez teintées pour pas qu’on te voie. On renforce la sécurité, on veille sur ma famille, on attend et on voit. Ca te va ? |

_________________

"Omnia si perdas, famam servare memento.
Même si tout est perdu, sache qu'il reste l'honneur à sauver"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/

avatar
ADMIN ♦ Servir sans faillir
Messages : 552
Membre du mois : 42
Date d'inscription : 25/11/2016
Célébrité : Emilia Clarke
Crédit : Torbenlesadique
Caractère : Impétueuse » Sauvage » Naturelle » Sarcastique » Solitaire » Douée dans son métier
Métier : Assistante de Maître Jelsi
Affinités :



ADMIN ♦ Servir sans faillir
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Je ne te dis pas que ce sera facile, je te dis que ça en vaudra la peine    Mar 14 Mar - 12:16

La police va la rechercher ? Non. Du moins pas si elle démissionne. Jusqu’ici, elle ne l’a pas envisagé, peut-être fait elle toute une montagne de cette histoire, si ça se trouve ces créatures se moquent totalement de sa personne. Dans le doute, il vaut mieux prendre toutes les précautions, son frère l’aidera à déterminer la menace qui pèse sur elle. Sur eux désormais. Cassandra gardait l’espoir de pouvoir reprendre son travail, mais elle révise toutes ses envies.

“D’accord, mais tu sais qu'à un moment donné papa et maman m’interrogeront.” Surtout leur mère, qui peut se montrer particulièrement agaçante et perspicace dès qu’il s’agit de ses enfants. “S’il faut que je démissionne… Je le ferai. Ca fait 10 ans que je travaille pour eux, normalement, nous pouvons prendre notre retraite au bout de 9, au vu de l’épisode qui m’a conduite ici, je doute qu’ils insistent pour en savoir davantage.”

Son frère énonce clairement ce qu’elle redoute le plus, qu’ils s’en prennent à eux. A lui d’abord, à sa famille ensuite. Ca la terrifie et en même temps, qu’aurait-elle pu faire d’autre ? S’enfuir de sa propre famille, pour leur sécurité c’est ce qu’elle aurait dû faire, mais elle n’a pas cette force. Elle s’en veut de cette faiblesse, elle s’en veut de les mettre en danger, toute cette culpabilité remet en cause un grand nombre de ses actes passés. Rien ne serait arrivé si elle s’en était tenu à respecter et faire respecter la loi, sans se la jouer ripoux.

Elle n’aurait pas tant de scrupules s’il n’avait pas une vie de famille, une femme, des enfants. Parce qu’elle le voit comme un héros, quand bien même elle est aussi consciente des risques qu’ils encourent dans leurs métiers. Quand il était encore dans l’armée, il risquait sa vie chaque jour et idem lorsqu’elle faisait partie de la BAC. Mais ils sont toujours là, bien vivant, bien portant. Ils ont cette rage de vivre, cette rage de combattre commune qui les caractérise. Mais ils ont davantage la rage de retourner ciel et terre et mettre le monde a feu et à sang s’il arrivait quoi que ce soit a un Raulne. Une certitude.

Cassandra dégage ses mains de celles de son frère pour venir l’enlacer, elle pose son visage sur son épaule et ferme les yeux. En partie soulagée, même si son inquiétude ne cesse de s'accroître. “Je suis désolée d’être source de tant de problèmes, je n’ai que toi, tu es le seul en qui j’ai une confiance aveugle.” Elle n’a jamais ressenti sa solitude, volontaire, comme un poids, parce qu’elle a un frère. Ils ont beau se trouver séparé par des kilomètres, ils ont toujours garder cette proximité, une certaine complicité. Eux, contre le monde.

“Je commence dès ce soir à chercher une planque, j’aurai de quoi payer la caution, mais il va me falloir trouver des petits jobs pour payer le loyer. Tu fais déjà beaucoup, je refuse d’être un poids financier pour toi et Jaana.” Pour ce qui est de les équiper, il est le mieux placé pour trouver des armes. Il vit ici depuis des années, il a sans doute quelques contacts plus ou moins douteux.

La porte d’entrée s’ouvre et se referme et Cassandra se retire de l’étreinte fraternelle pour sourire à sa belle-soeur. “Je vous laisse, je suis épuisée.” Elle claque un baiser sonore sur la joue de Philippe, de la même façon qu’elle adorait lui faire quand elle était petite et lui la grondait toujours en conséquence. “Je t’aime frangin.” Lui murmure-t-elle avant d’aller dans sa chambre. Ce genre d’élan affectif est plutôt rare entre eux, ils n’ont pas besoin de ça pour savoir ce que leurs lèvres ne prononcent pas. Ils le savent. Quelquefois, ça ne fait pas de mal de se le rappeler.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Running After My Fate
Messages : 3269
Membre du mois : 213
Date d'inscription : 29/08/2016
Age : 27
Célébrité : Ben Affleck
Crédit : Eden Memories
Caractère : Courageux - Secret - Tacticien - Rieur
Métier : Responsable de la sécurité chez Total

Running After My Fate
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Je ne te dis pas que ce sera facile, je te dis que ça en vaudra la peine    Sam 25 Mar - 13:47

Je me sentais pas top, maintenant. Mais je ne savais pas à quoi c’était dû. D’un côté, j’étais terrifié à l’idée de devoir mettre en danger les miens pour devoir aider ma sœur. Je savais que dans ce genre de trucs, il y avait toujours un risque de dommage collatéral. Ce n’était pas toujours gênant en soi si on savait maîtriser le tout, mais il n’en restait pas moins que le risque serait toujours présent, et que j’avais la poisse donc la maîtrise du truc, on repassera. Et puis toute cette discussion faisait remonter des souvenirs assez terribles… Je sentais le rythme des battements de mon cœur aller en s’accélérant. Ce n’était pas agréable, et je sentais aussi ma main droite trembler, de manière infime mais que je ne parvenais pas à réprimer. Je déployais et repliais mes doigts pour étendre ces articulations, comme si j’avais une crampe ou des fourmis à la main. Mais le fait était que malgré toute cette peur, cette appréhension, je nourrissais une certaine excitation ; j’allais enfin pouvoir me rendre utile. Protéger ma sœur. Ce que j’avais toujours fait, une de mes raisons d’être. Fini le travail de bureau insipide. J’allais faire quelque chose de vraiment utile, de vraiment vital pour quelqu’un. Je pesais le pour et le contre de ce que me dit ma sœur.


| Prends les devants et appelle-les. Dis-leur que t’as vécu une sale affaire et que t’as pris un peu tes distances avec le boulot. Ils comprendront, s’inquiéteront, mais infiniment moins que si tu faisais le mort. Et pour ton boulot, je ne sais pas trop, mais ne bouge pas pour le moment. T’es en congé sans solde. Si tu disparais pour de bon ou si tu démissionnes, ils se demanderont VRAIMENT ce qu’il t’est arrivé. On avisera quand le problème se présentera. |


Une chose à la fois. Le principal était déjà de s’assurer de sa survie. Le reste n’aurait que peu d’importance et même si des enquêteurs voulaient fureter dans son passé et m’approcher, on pourrait toujours gagner du temps et trouver de nouvelles solutions en fonction des opportunités. Ma sœur s’excuse et elle renforce un peu notre étreinte. Je la serre plus fort à mon tour.


| T’en fais pas, je suis là pour ça. |


Même si elle foutait objectivement la merde, je ne la rejetterais jamais. En tous cas pas si elle était victime de quelque chose. Si elle avait elle-même provoqué sciemment quelque chose qui nous mettrait tous en danger, je ne disais pas… Mais là, elle n’y pouvait rien. Comment pouvait-on deviner à l’avance qu’on tomberait sur des monstres ? Il faudrait quand même à un moment donné que l’on discute de ce qui avait causé son départ… C’était assez louche, et même si je n’étais pas la référence pour sermonner qui que ce soit, il fallait quand même que je dise quelque chose. Je soutins le regard de ma sœur quand elle dit qu’elle allait prendre un peu d’indépendance.


| D’accord, mais si tu es moins là il faudra qu’on fasse attention à nos prochaines entrevues ; quand je t’avais ici on ne risquait pas trop d’être surveillés, mais dans des endroits tiers… Il faudra qu’on soit extrêmement prudents. |


Je lâche ma sœur et tout le monde fait irruption. Cass’ dit qu’elle va se reposer et alors qu’elle m’a déposé un baiser sur la joue.


| Moi aussi je t’aime, p’tite tête. Repose toi bien ! |


Ma vie venait de basculer, et j’en avais conscience.

_________________

"Omnia si perdas, famam servare memento.
Même si tout est perdu, sache qu'il reste l'honneur à sauver"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/
 
[Livre I] Je ne te dis pas que ce sera facile, je te dis que ça en vaudra la peine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cherche livre de couture pour enfant de 9 ans
» Formations universitaires aux Métiers du livre par diplôme
» Master pro métier du livre de Grenoble 2
» Formations universitaires aux Métiers du livre par région
» master 2 "monde du livre" à aix

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ragnarök :: 
Valhöll
 :: 
La Rive Gauche
 :: 
Habitations
 :: 
Maison Raulne
-
Sauter vers: