AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
I know your smell - Saraa & Zëy

avatar
La douce petite miraculée mystérieuse
Messages : 79
Membre du mois : 2
Date d'inscription : 05/12/2017
Célébrité : Dafné Keen
Crédit : LittleWolf
Caractère : Forte » Impulsive » Déterminée » Possessive » Courageuse » Extrême
Métier : Bien trop jeune pour en avoir un

La douce petite miraculée mystérieuse
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: I know your smell - Saraa & Zëy   Jeu 7 Déc - 20:56

07 mars 2018


Crédit tumblr



Cette nuit j’avais tenté de dormir toute seule dans ma chambre dans le domaine, chose que je n’avais finalement pas tenu. J’étais partie dans la chambre de Zeÿ et j’avais dégager Maeva de son lit pour venir me mettre contre lui, oui je n’avais pas vraiment de limites, de toute manière je savais que ça ne le dérangeait pas. Surtout que je venais de faire un cauchemar, du moins je ne savais pas réellement si c’était un rêve ou un cauchemar mais tout ce que je savais, c’était que pour moi c’était bien trop dur que je reste seule cette nuit. Si bien que j’avais fini par venir me coller contre la chaleur réconfortante de mon sauveur, l’odeur et ses bras fort contre moi ne pouvait que me rassurer.

Pourtant je n’avais pas réellement eu d’enfance, tout ce que j’aurais du vivre avait été pris par des humains alors forcément pour moi c’était difficile de tout bien faire. Bien que j’avais une nouvelle famille, des personnes qui seraient capable de me protéger, je restais encore une enfant impulsive et avec qui prévoir les réactions n’étaient clairement pas possible pour bon nombre de personne. En même temps avec tout ce que j’avais vécu dans mon passé, je ne pouvais pas réellement vouloir qu’on puisse faire quelque chose pour moi. La preuve, j’avais préféré mourir que retourner dans ce labo, ou je savais pertinemment aussi que si j’y retournais je ne ferais pas long feu. En quatre d’enfer, je ne savais pas combien de temps j’y étais enfermé. Je me souvenais à peine du loup qui m’avait mordu, je m’en souvenais quand même un peu mais c’était très flou. J’avais raconté ça a Sébastian plus-tard, mais je ne pouvais pas en dire plus parce que tout ce que j’avais oublier n’allait pas me revenir en mémoire. Je ne voulais de toute manière pas m’en souvenir, parce que si je me souvenais que j’avais vu mon oncle mourir lors de sa première transformation, mon frère mort sous les expériences des humains et le reste de ma famille déchiqueter par le loup. Non ce n’était clairement pas des souvenirs dont j’avais besoin.

De toute manière je ne comprenais pas réellement les significations de la moitié des rêves que je peux bien faire alors ça n’allait pas changer aujourd’hui. Quand Zeÿ m’annonçait que nous allions au centre-commercial j’eu un grand sourire, oui enfin j’allais pouvoir sortir du domaine ! Même si j’étais toujours sous la surveillance d’un loup de la meute, en général c’était toujours Zeÿ, soit Jayden même si la confiance que j’avais en lui était clairement limité pour le moment je n’arrivais pas à lui faire confiance. Ce n’est pas ma faute, il me rappelait les gardes du labo, alors forcément je ne pouvais pas apprécier cela. Mon réveil se faisait donc joyeux, même si je n’explosais pas de joie tel l’enfant que je pouvais être. J’étais toujours ravi de pouvoir sortir du domaine alors faire les courses avec Zeÿ pour moi c’était clairement parfait et je n’allais surement pas dire le contraire parce que ça serait mentir. Je m’étais donc habillée chaudement même si je n’avais pas réellement froid, j’étais partie petit déjeuner avec le reste de la famille. Puis finalement j’avais grimpé dans la voiture du loup et je m’étais attaché, un sourire aux lèvres parce que j’étais toujours contente quand l’intention du loup n’était que sur moi.  Même si c’était clairement presque tout le temps le cas, parce qu’il ne me laissait jamais sortir sans que je sois en sécurité avec lui ou avec un autre membre de la meute en qui il avait confiance. Moi pas toujours, mais bon je faisais avec parce que j’avais tout ce que je voulais, une famille et de la protection. Je n’étais qu’une gamine après tout, avec un cruel manque de son passé mais qui ne cherchait pas à s’en rappelait. Je savais que grâce à la meute, j’étais beaucoup moins sauvage que je ne pouvais l’être au labo, j’étais sauvage clairement et je le savais mais me sentir en sécurité me faisait me détendre et puis Sébastian arrivait toujours à temps si je commençais à perdre le contrôle de moi-même. Les loups le sentaient de tout manière, j’aimais me sentir liés à des membres. Je savais que je ferais tout pour eux, comme eux feraient la même chose pour moi d’ailleurs c’était bien pour ça que contrairement aux autres louves j’étais surement la plus protégée, il y avait ça aussi mais parce que je n’étais aussi qu’une enfant, une petite fille qui commençait seulement la vie mais qui avait déjà enduré les pires horreurs du monde.

Alors lorsque nous étions arrivés au centre-commercial, je souris un peu plus et passais mes mains dans mes cheveux, suivant gentiment mon sauveur en lui tenant la main pour ne pas le perdre de vue. Cependant au loin j’avais senti une odeur que j’avais déjà sentis il y a quelques temps, une odeur que je ne connaissais pas réellement mais je sentais que celle-ci sentait comme Jayden et Zeÿ. C’est naturellement profitant que Zeÿ me fasse lâcher sa main pour prendre quelque chose dans sa poche. Que je me décidais à lui fausser compagnie et à me mettre à courir vers l’odeur, après quelques minutes de courses j’arrivais devant la belle blonde que j’avais aperçu il y a quelques temps à l’atelier du loup.

« Je te connais. »

Mon nez remue, humant son odeur, oui c’était bien la femme que j’avais sentis à l’atelier. Zeÿ ne l’avait surement pas senti, mais moi je l’avais senti, en même temps j’avais un odorat plus développer que ceux des loups, même si je pouvais aussi rapidement perdre le contrôle de mon loup surtout que moi je n’avais pas ce problème de douleur en me transformant, non pas du tout.

« Tu étais dans un atelier il n’y a pas longtemps. »

Je savais déjà que le loup allait me chercher partout dans le centre commercial, mais on pouvait pas m’en vouloir j’étais imprévisible et impulsive même si pour le moment je ne représentais pas de menace pour l’humaine j’étais simplement curieuse et sentir l’odeur de la blonde qui avait presque la même odeur que le loup blond… Ca intriguait ma curiosité.





_________________

   
Take me to church
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
"Où le choix commence, finissent le paradis et l’innocence..."
Messages : 1197
Membre du mois : 41
Date d'inscription : 22/04/2017
Célébrité : Lily James
Crédit : Kanala
Caractère : Attentionnée » Baisse facilement les bras » Douce » Discrète » Indépendante » Manque de confiance en soi » Passionnée » Sensible à l’art » Trouillarde
Métier : Directrice de VeriArt Galleri & Agent d'artistes (Gaïa)
Affinités :
Spoiler:
 



Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: I know your smell - Saraa & Zëy   Lun 11 Déc - 21:30



Aleksandra Sköell & Saara Nygård




7 mars 2018

C’était à prévoir, il y a foule au centre commercial ! C’est toujours un peu le cas à n’importe quel moment, mais d’autant plus un mercredi après-midi. Avec les animations pour les enfants, les familles envahissent les lieux. La galeriste trottine derrière une lignée d’ados qui traîne la patte, indécis sur leur point de chute. Impossible de les dépasser dans ce passage, elle doit prendre son mal en patience. Si elle n’était pas pressée par le temps, elle aurait choisi un autre créneau. Ce matin-là, elle a reçu des nouvelles sur le départ à l’hôpital d’une amie de fac d’Oslo. Le travail a commencé ! L’accouchement aura lieu un peu avant terme, mais rien d’inquiétant pour autant. Saara était une des demoiselles d’honneur à son mariage, elle aurait voulu être aussi présente pour cette nouvelle étape. Hélas, ses disponibilités ne lui permettent pas un saut à Oslo dans les prochains jours. Elle espère se rattraper avec l’envoi d’un super cadeau!

Le passage s’élargit et Saara peut enfin contourner la troupe de jeunes. Elle a fermé sa galerie, mais sa journée n’est pas finie. En début de soirée, un client la rencontrera pour l’estimation de toiles dont il voudrait se séparer. Il lui a envoyé les certificats d’authenticité, elle en a encore quelques-uns à parcourir. Elle ne peut donc pas trop flâner ! La vitrine d’une boutique qui expose des confections d’enfants attire son regard et elle entre. De rayon en rayon, elle tombe sur ceux dédiés aux vêtements assortis parents-bébé. Un lot de tenues lui tape dans l’œil, mais c’est pour des bébés de plus de six mois. Tant pis, elle craque ! Avec un sourire toutes dents dehors, elle glousse toute seule et sort son téléphone pour prendre une photo qu’elle partage aussitôt à Samuel avec un message équivoque à souhait.
« Sa tête ! », se l’imagine-t-elle tellement.
Dommage elle ne verra pas en vrai l’effet de sa blague, car elle le fait marcher, bien sûr ! Un bébé n’est pas un projet envisageable à ce stade de leur relation. Et qui plus est, ce n’est même pas un désir pour elle au fond. Elle adore pouvoir voyager à sa guise pour son travail, alors pour l’instant, elle n’est pas prête à moins s’investir dans sa galerie. Elle n’attend pas de réponse. Vu l'heure, Samuel est en plein travail, il ne consultera pas dans l’immédiat son téléphone privé. Elle devrait ranger son téléphone, cependant, celui-ci reste dans sa paume. Son regard se voile, devenu plus songeur. Elle n’a pas eu de nouvelles d’Ezeÿel. Elle a passablement eu à faire avec le vernissage à la fin du mois passé. Et surtout, elle laissait passer le temps pour que la colère de son frère retombe. Ses doigts le sélectionnent dans son répertoire. Elle ne va pas l’appeler, pas maintenant. Elle fixe l’écran. Décrocherait-il seulement ? Son pouce plane sur le bouton d’appel. Elle a beaucoup pensé depuis leur dernière rencontre à l’atelier et...
« Bonjour, je peux vous renseigner ? »
La blonde lève la tête, tandis que son doigt retombe machinalement. La voix chantante appartient à une vendeuse. Tout d’abord déconcertée, Saara s’ancre à nouveau dans le présent et se recompose un sourire poli.
« Merci, mon choix est fait. Je vais vous prendre ces tenues. C’est pour offrir. »
La vendeuse s’empare des vêtements, puis la guide vers les caisses. Alors qu’elle s’apprête à ranger son téléphone dans son sac, elle remarque qu’un appel est en train d’être lancé. Elle panique et raccroche aussitôt. Elle se mord le bout du pouce. Qu’est-ce qu’il va penser ? Malgré qu’elle risque d’être déçue, elle prie pour qu’il fasse un pas vers la réconciliation en rappelant en retour…

Munie d’un sac d’achats, Saara sort de la boutique et marche un peu sans but. Elle jette des coups en biais sur son sac à main. Peut-être devrait-elle mettre à fond sa sonnerie pour ne pas manquer l’appel ? Elle rentre dans un magasin de jouets et considère distraitement les articles. Elle n’a plus vraiment la tête à ses achats. Si Ezeyël ne rappelle pas… Elle entend dans son dos une voix d’enfant et ne pense pas que cette dernière lui est adressée. C’est en voulant repartir vers un prochain rayon qu’en se retournant, elle aperçoit une petite fille plantée devant elle. Elle se stoppe avant de lui rentrer dedans. La brunette lui parle à nouveau, alors qu’elle la resitue soudain. Aleksandra !
« Oui... », confirme-t-elle avec perplexité face à cette rencontre inattendue. « Tu es Alek.. sandra, c’est ça ? »
Que fait cette enfant ici et toute seule ?! Du peu qu’elle en a ressenti la première fois où elles se sont croisées, cette enfant représente quelqu’un de particulier pour Ezeÿel. Il y a aussi ce tableau qu’il a peint. Même si elle n’a pas pu longuement l’examiner, ce qu’elle en a capté laisse à penser que l'enfant est traquée.
« Moi, c’est Saara. Je m’occupe de vendre les peintures d’Ezeÿel. »
Aurait-elle dû employer le passé ? Certainement pas ! Ezeÿel a décidé unilatéralement de cesser leur collaboration. Elle en fera également à sa tête, et lui refuse donc le droit de rompre les engagements pris.
« Dis-moi, tu es ici toute seule ? »


_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
La douce petite miraculée mystérieuse
Messages : 79
Membre du mois : 2
Date d'inscription : 05/12/2017
Célébrité : Dafné Keen
Crédit : LittleWolf
Caractère : Forte » Impulsive » Déterminée » Possessive » Courageuse » Extrême
Métier : Bien trop jeune pour en avoir un

La douce petite miraculée mystérieuse
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: I know your smell - Saraa & Zëy   Mar 12 Déc - 11:56

07 mars 2018


Crédit tumblr




Cette journée shopping, enfin plutôt course pour la meute ne pouvait que me ravir parce que sincèrement rester dans le domaine c’était difficile. C’était certain que j’avais une bien meilleure vie que pendant que j’étais au labo, j’avais une grande maison ou je pouvais me promener sans pour autant subir des souffrances impossibles, des tortures qui sont bien trop importante pour ma petite personne. Je n’étais pas vielle mais ce que j’avais du vivre m’avait fait devenir beaucoup trop grande mentalement, j’avais grandi trop vite à cause de ses humains. J’avais souffert, j’avais subi beaucoup trop d’expérience que les humains qui n’étaient pas les scientifiques qui m’avaient fait autant de mal. Qui m’avait complètement bousillé pour que je sois amené à oublier mon passé, ma famille, ma transformation et être complètement perdu dans ma tête. Mise à part que les humains n’étaient que des connards, clairement, de beaux et grands connards qui devaient payés pour ce qu’ils avaient fait.

J’avais beau cependant avoir la haine contre les humains, je savais aussi pertinemment que tous n’étaient pas des connards comme ceux qui m’avait transformé. Certes pour ma meute, j’étais une des enfants, une des seules puisque nos louves ne pouvaient pas faire d’enfants malheureusement pour elle. J’avais-je ne sais pas quoi subit, malheureusement pour moi c’était difficile de comprendre tout ce qu’on pouvait me dire. Cependant je ne pouvais pas vraiment en vouloir à Sébastian de vouloir trop me protéger, après tout j’étais tout de même ficher chez les humains même si avec la protection de la meute je ne risquais plus rien. J’étais encore trop petite, même si ma mentalité ne suivait pas l’âge ou la grandeur de mon corps, qui indiquait que je ne devais pas avoir plus que treize ans. Cette journée était pour moi l’occasion de sortir de ma routine, de mes journées bien remplis parce que j’avais tout de même tendance à vouloir apprendre des choses. Après tout j’avais passé je ne savais combien d’années, mais j’étais parfaitement conscience que si je voulais dans quelques années ne pas me faire surveiller comme je pouvais me faire surveiller en ce moment. Je devais tout de même apprendre des choses sur notre monde, j’avais quand même un sacré retard sur tout ce qui s’était passé. Je savais que Sébastian avait demander à son exécuteur de montrer notre existence au monde. Je n’étais pas complètement en sureté pour le moment.

Mais en sentant l’odeur de l’humaine que j’avais croisé pas très longtemps avant, quand Zeÿ m’avait réveillé afin de partir avec son frère. Je savais qu’elle était la et vu la réaction du loup blond lui ne l’avait pas senti. Forcément comme j’étais une jeune fille plus que curieuse, j’avais décidé de fausser compagnie à mon protecteur pour rejoindre l’humaine. Elle n’avait pas l’air bien méchante quand je l’avais vu la dernière fois, même si ce n’était qu’un court moment, elle semblait clairement inoffensive et puis celle-ci sentait comme Zeÿ. Alors forcément j’étais curieuse, si bien que j’avais complètement faussé compagnie à Zeÿ qui quand celui-ci allait s’en rendre compte allait clairement paniquer. Mais ce n’était pas ma faute, j’agissais quelques fois sans réfléchir, je n’allais pas dire que la femme blonde qui avait rendu visite à Zeÿ était présente et qu’elle n’était pas loin parce que le blond n’avait pas semblé être ravi qu’elle vienne dans son atelier. Bon j’étais clairement la petite possessive avec lui, parce que je n’hésitais clairement pas à faire dégager la moindre femelle s’approchant un peu trop de lui quand je voulais être seule avec lui. Elle-même j’aurais pu la faire dégager si elle avait été présente, Zeÿ l’aurait pertinemment bien compris, de toute manière ça se voyait à mon visage quand je ne voulais pas d’une personne. Et puis bon j’avais quand même eu certaine fois beaucoup de mal à me contrôler et contrairement aux autres, me transformer ne me faisait franchement jamais mal.

Bien que la j’étais pleinement consciente que même si je partais à la recherche de la sœur de Zeÿ, je ne devais pas me transformer, complètement ou même partiellement devant autant d’humains. Même si l’existence des loups avait été révélé au grand public, ça n’irait pas. En arrivant devant la blonde, je remue mon nez de haut en bas pour la sentir parce que oui c’était clairement elle que je cherchais et je ne comprenais pas pourquoi elle sentait comme mon protecteur. « C’est ça oui. » Je commençais à m’habituer au fait qu’on m’appelle comme ça. J’avais l’habitude qu’on m’appelle quinze, alors forcément des fois j’avais quelques fois des tics. Ne valait mieux pas me dire quinze devant moi. Enfin je ne savais pas comment j’allais réagir. « Enchanté, je ne veux pas que Zeÿ arrête de peindre, il est doué. » Forcément j’avais un lien spécial avec lui, mais c’était clairement hors de question qu’il arrête de peindre. Certes j’avais besoin de lui, très souvent mais il était trop doué pour arrêter complètement la peinture. Ses études ça pourrait attendre oui, mais la peinture ? Non il était bien trop doué pour tout ça. « Non Zeÿ est dans le centre commercial, je lui ai faussé compagnie. Parce que je t’ai vu et que du coup j’étais curieuse de savoir qui tu étais. » Je ne savais pas si elle savait si Zeÿ était un loup, peut-être qu’elle comprendrait si elle le savait que j’en étais une aussi et que je l’avais simplement senti parce que si réellement il n’était pas loin j’aurais surement trainé le loup jusqu’à sa sœur. Si réellement je l’avais vu pas loin, c’était un pur mensonge.





_________________

   
Take me to church
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
"Où le choix commence, finissent le paradis et l’innocence..."
Messages : 1197
Membre du mois : 41
Date d'inscription : 22/04/2017
Célébrité : Lily James
Crédit : Kanala
Caractère : Attentionnée » Baisse facilement les bras » Douce » Discrète » Indépendante » Manque de confiance en soi » Passionnée » Sensible à l’art » Trouillarde
Métier : Directrice de VeriArt Galleri & Agent d'artistes (Gaïa)
Affinités :
Spoiler:
 



Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: I know your smell - Saraa & Zëy   Mar 2 Jan - 19:16



L’enfant devant elle n’est pas comme les autres. C’est plus qu’une impression, c’est une certitude. Alek, est-elle une louve ? Certainement. Sur ce point-là, il n’y a même aucun doute dans l’esprit de Saara. Ezeÿel lui a clairement fait comprendre qu’il n’accorde que peu de valeur aux humains. Et cette jeune fille à peine surgie tient déjà une place très importante pour lui. Plus importante que la peinture ? N’est-elle pas la raison qui oblige Ezeÿel à réviser ses priorités ? Oui, non, sans doute ? Là-dessus, Saara se perd en spéculation. Il y a ce qu’elle a vu passer dans les médias, la toile d’Ezeÿel, ce qui se dégage d’Alek. Tout ça mis ensemble… et bien elle n’est pas sûre d’avoir le cœur assez accroché pour vouloir savoir de quoi il en retourne véritablement.
« Je suis bien d’accord avec toi. Il est doué. », approuve-t-elle avec un faible sourire. « Il a un tel potentiel, ça serait du gâchis qu’il ne le travaille plus. »
Si on veut vraiment exploiter son talent, ça demande de se vouer à son art, d’y consacrer énormément de temps. Rien à voir avec un loisir auquel on s’adonne au gré de ses envies. Le projet d’Ezeÿel de lever le pied est inacceptable… et pourtant, quand Saara pose ses yeux sur Alek, elle comprend quelque part. Elle ne sait pas ce qui cause son ressenti, mais elle se sent concernée par cette enfant dont la connaissance sur sa nature de louve n’atténue pas ce sentiment.

Alek l’informe qu’Ezeÿel l’accompagne dans le centre commercial. Aussitôt Saara lève la tête comme si elle s’attend à voir son frère débouler. Tout furax, forcément, puisqu’il n’a pas réagi à son appel manqué. Il esquive même de la croiser visiblement. Mais elle ne voit qu’un garçonnet tirer énergiquement le bras de son père pour le conduire vers le jouet tant convoité. Son regard retombe sur Alek qui n’a pas vraiment dit que le blond l’avait vue, en fait. D’ailleurs, ce qu’a dit la brunette était formulé un peu étrangement. Pourquoi au juste cette gosse est-elle si curieuse à son sujet ? Au point de fausser compagnie à Ezeyël ? Et celui-là qui n’est pas fichu de dire deux mots sur elle. Pas que ça l’étonne, en fait, elle le voit tellement répondre « c’est personne » aux questions la concernant.
« Ah.. mais si Ezeÿel ne t’a rien dit sur moi, c’est que… »
Elle réajuste la lanière de son sac, ne sachant pas trop s’il lui faut s’étendre sur ses relations houleuses avec son frère.
« On s’est un peu disputé l’autre jour, quand tu m'as vue à son atelier. Et il ne veut plus que j’expose ses toiles. », avoue-t-elle, car la vérité est toujours moins compliqué, et qui plus est, soulage.
Loin d’amener à une réconciliation, il y a fort à parier qu’il n’appréciera pas de la voir discuter avec sa petite protégée.
« Tu devrais retourner vers lui. Je vais t’accompagner un bout. »

À l’approche de la sortie du magasin, un vendeur sur ressort se pointe alors en demandant aimablement s’il peut les renseigner. Saara n’a pas le temps de le remercier qu’il s’empresse de dérouler son speech, visiblement drillé à ne pas laisser filer les clients sans un passage aux caisses.
« Laissez-moi vous montrer le palmarès des top ventes, mais dites quel âge à votre fille ? », termine-t-il enfin son blabla commercial.
*Ma… quoi ?!*, s’étrangle la blonde en regardant avec des yeux ronds le jeune homme dans la petite vingtaine.
« Monsieur, quel âge me donnez-vous pour me présumer mère d’une pré-ado ? », rétorque-t-elle en plein balancement entre en rire ou se vexer.
On lit sur la face du garçon sa belle assurance s’émietter et sa peine à trouver ses mots pour rattraper son impair.
« Je suis désolé, Madame, la petite demoiselle fait très jeune, mais c’est votre nièce peut-être ? »
De mieux en mieux, maintenant il lui fait imaginer son petit frère en père ! C’est tellement à côté que Saara bride difficilement son hilarité.
« Oui.. s’il vous plaît… montrez-nous.. », accepte-t-elle en réprimant une quinte de rire.
Elle est faible face à quelqu’un confondu d’embarras, elle se sent obligée d’agir de sorte qu’il se sent mieux. De plus, elle n’a pas vraiment envie de se lancer sur qui est en vérité sa prétendue nièce… d’ailleurs, la blonde ne saurait même pas quoi dire ! Talonnant le vendeur, elle jette un coup d’œil sur la jeune louve. Cette dernière est-elle directement liée à Ezeÿel par un lien de parenté ? Saara ne lui trouve pas de ressemblance avec Jayden. Elle ne peut rien en dire pour ce qui du chirurgien Sköell, ne l’ayant encore jamais croisé… et ne cherchant pas à provoquer une rencontre qui la démasquerait assurément.


_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
La douce petite miraculée mystérieuse
Messages : 79
Membre du mois : 2
Date d'inscription : 05/12/2017
Célébrité : Dafné Keen
Crédit : LittleWolf
Caractère : Forte » Impulsive » Déterminée » Possessive » Courageuse » Extrême
Métier : Bien trop jeune pour en avoir un

La douce petite miraculée mystérieuse
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: I know your smell - Saraa & Zëy   Mar 2 Jan - 19:46

07 mars 2018


Crédit tumblr




Je ne suis pas comme les autres, c’était clairement certain. En même temps je ne connaissais pas grand monde à ce niveau, personne n’était réellement comme moi-même dans la meute. Il y avait les louveteaux oui mais j’étais la seule jeune fille qui avait été mordu. Si Saara me posait des questions sur ma famille, que pourrais-je bien lui dire ? Que je n’avais aucun souvenirs avec eux et que c’était le noir complet ? Ou que j’étais la petite sœur de Zëy ? C’était surement ce qu’il y avait de mieux à faire mais en même temps ça restait relativement compliqué. J’avais beaucoup de mal à faire en sorte que ça puisse se faire malheureusement je savais que je pourrai spas dire ce que j’étais réellement. Oui même si notre chef de meute avait relevé notre existence, ça restait relativement délicat.
« Très doué oui. » J’hochais doucement la tête en regardant la jeune femme et remue doucement la tête. « Il veut plus. »
Oui enfin en même temps nous pouvions pas réellement lui en vouloir. J’étais une adolescente, enfin un pré adolescent qui demandait énormément d’attention. J’avais absolument tout perdu, j’avais perdue toute une vie je ne me souvenais même pas du massacre de ma famille, je me souvenais strictement de rien. Alors oui Zëy veillait sur moi et la toile qu’elle avait bien pu voir représenter la seule nuit heureuse que j’avais eu de toute ma vie, j’avais trouvé une famille.

Zëy n’avait pas du tout sentis sa sœur, mais moi je ne comprenais pas réellement pourquoi celle-ci sentait comme mon protecteur ? Elle avait la même odeur que lui et de son père, même si lui je ne l’aimais absolument pas. Il me faisait me souvenir des mauvaises choses par rapport à mon passé et ce n’était clairement pas ce que j’aimais le plus. En même temps j’étais tout à fait en droit de pense cela non ? Parce que forcément j’avais relativement plus de mal à faire confiance. En plus c’était un médecin et j’avais été torturé par des médecins toutes ma vie, du moins du plus loin ou je m’en souvenais. J’avais survécu à des choses dont peu de loups s’étaient redressé et que forcément ça ne pouvait que me traumatisé un peu plus que je ne l’étais déjà non ? Et puis bon j’étais encore jeune même si j’avais une mentalité bien plus grande que mon âge.
« C’est que ? »
Je grognais un peu parce que Zëy me disait toujours beaucoup de chose, d’ailleurs j’étais bien la seule qui faisait la grosse possessive sans qu’il me renvoi bouler quand j’étais chieuse.

« Ah ça explique pourquoi il était tendu quand nous sommes partis. » Je plissais doucement les yeux, en même temps ça se sentait bien que Zëy était énervé, pour moi encore plus qui avait les sentiments beaucoup plus exacerbés que les autres.
Je plissais doucement les yeux encore une fois face à ce qu’elle me disait, je n’avais pas besoin d’elle pour retrouver Zëy.
« Nan pas besoin. »

Finalement en voyant débarquer le vendeur je m’étais légèrement reculer pour me mettre derrière l’humaine parce que j’avais pas vu celui-ci débarquer et que je me sentais légèrement agressé alors qu’il n’avait strictement rien fait le pauvre. Je soufflais légèrement en regardant celui-ci.
Quand celui-ci s’était simplement embrouillé l’esprit, je ressemblais absolument pas à la blonde même pas un détail, ça ne pouvait pas être ma mère. Je m’étais donc mise à rire.
Même la jeune femme ça semblait clairement la surprendre ce qui me faisait clairement sourire parce que sincèrement. Qu’il pouvait bien être con.

« Tata ! »

Je regardais le jeune vendeur qui semblait avoir un immeuble qui lui tombait dessus, oui clairement pour moi ça me faisait clairement rire. Beaucoup trop pour que ça ne soit pas si facile, je soupirais en regardant alors devant moi.

Je n’étais pas la fille la plus sociable et je n’étais absolument pas décidé de pouvoir laisser ce vendeur nous embarqués dans les rayons, non mais depuis quand ça allait le faire ? Non moi je n’étais clairement pas d’accord pour que ça soit le cas et que ça n’allait surement pas changer pour maintenant et clairement ça ne le ferait pas du tout.

« Tata tu as oublié qu’on avait un rendez-vous, on n’a pas le temps. »


C’est d’ailleurs comme ça que j’avais attraper la main de l’humaine, y mettant surement un peu trop de force pour qu’elle me suive et qu’elle fausse compagnie au vendeur. Non mais il se prenait pour qui celui-ci ? Moi je n’avais clairement pas envie qu’il nous emmène dans les rayons, j’avais pas non plus qu’il nous fasse tout un speech sur les qualités d’un article sur un autre. Comme je m’étais clairement barré comme une voleuse quand je l’avais senti, je ne me gênerais pas pour lui faire comprendre que j’étais pas du tout d’accord pour qu’on le suive.






_________________

   
Take me to church
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
"Où le choix commence, finissent le paradis et l’innocence..."
Messages : 1197
Membre du mois : 41
Date d'inscription : 22/04/2017
Célébrité : Lily James
Crédit : Kanala
Caractère : Attentionnée » Baisse facilement les bras » Douce » Discrète » Indépendante » Manque de confiance en soi » Passionnée » Sensible à l’art » Trouillarde
Métier : Directrice de VeriArt Galleri & Agent d'artistes (Gaïa)
Affinités :
Spoiler:
 



Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: I know your smell - Saraa & Zëy   Dim 7 Jan - 13:54



Il y a quelque chose de très affirmé chez Aleksandra. Un caractère bien trempé n’est pas si rare chez les enfants, à voir certains parents obligés de faire des pieds et des mains pour réaliser tous les caprices de leurs progénitures. Cependant, Alek n’évolue pas dans le monde en étant guidée par l’insouciance si caractéristique de l’enfance. Quelque épreuve qu’elle ait traversée, ça l’a marquée en profondeur…
« Si ça te dit, tu peux passer à la galerie, contempler les toiles de lui que j’expose. », l’invite-t-elle en percevant l’admiration pour la peinture d’Ezeÿel.
Dans sa galerie, tous les soins se conjuguent pour mettre en valeur les œuvres et appeler le visiteur à une rencontre privilégiée et intimiste avec l’art. Même si ce n’est pas donné à tout le monde de s’offrir une œuvre, ça vaut le détour d’une visite pour le plaisir des yeux !

Dès qu’Alek lui apprend la présence d’Ezeÿel à proximité, Saara relève la tête pour le repérer parmi les gens dans le magasin. Elle ne le voit pas et revient sur la petite louve. Pourquoi faire faux bond à son accompagnateur pour venir la trouver ? De plus, n’est-ce pas étrange que la brunette l’ait reconnue de loin, alors qu’elles se sont à peine entraperçues ce jour-là, à l’atelier. En Norvège, des jeunes femmes blondes comme elle, on en croise à la pelle ! Sans parler que l’autre jour, sous le porche, elle était plutôt emmitouflée. Tout cela lui laisse une impression bizarre, mais ce n’est pas vraiment le plus important. La petite a filé sans prévenir son accompagnateur ! Si elle était en charge d’un enfant et que celui disparaissait sans prévenir, elle se ferait un sang d’encre de tous les diables. Elle ne souhaite pas qu’Ezeÿel angoisse et courre partout.
« Si, Aleksandra. Je te raccompagne. », insiste-t-elle de sa voix douce, mais dans laquelle tient une ferme résolution.
Louve ou pas, Alek reste à ses yeux une enfant, et qui plus est, momentanément sous sa responsabilité. Si un incident survient, le poids de la faute lui incombera. Hors de question de voir son escorte déclinée. Elles ne peuvent pas débattre plus ; un vendeur se joint à elles et apporte une drôle de distraction en les présumant mère-fille. La ressemblance n’y est pas du tout, mais à sa décharge, les familles recomposées sont devenues fréquentes. En plus, les statistiques inclinent sur un lien parent-enfant pour la plupart des clients de ce magasin de jouets. Le vendeur ne croyait donc pas faire fausse route. Il se rattrape aux branches et fait mouche à la seconde tentative, du moins le lui fait-on croire.

Se sentant mal pour lui, Saara cède à l’empressement du vendeur et celui leur ouvre le chemin. Elle embraye pour le suivre, non sans avoir remarqué qu’Alek avait eu un peu plus tôt un mouvement effarouché au surgissement du jeune homme. Ça la questionne à nouveau sur qui est en réalité Aleksandra. D’où vient-elle ? En quoi est-elle liée à Ezeÿel ou à tout ce qui se trame autour des créatures surnaturelles ?
« Non attends... Alek ! », ne peut que s’exclamer Saara, alors que sa petite compagne la tire vigoureusement vers la sortie, et donc dans la direction opposée prise par le vendeur.
D’ailleurs, celui-ci se retourne et affiche un air éberlué en les voyant détaler. Saara lui renvoie un air désolé et confus, mais se laisse quand même entraîner. C’est que pour un petit gabarit, Alek a de la poigne !
« C’est bon, Alek, je te suis mais ralentis. »
De toute façon, ce n’est pas en traçant qu’elles repéreront Ezeÿel dans la forte affluence du centre.
« Tu sais que ce n’était pas très gentil de partir comme ça. Il ne faisait que son travail. »
Non, elle n’est pas en train de réprimander une gosse qui n’est pas la sienne… ou si peu. C’est que sa considération des sentiments des autres la fait culpabiliser pour le pauvre garçon. C’est certain, sitôt Alek remise sous la protection d’Ezeÿel, elle rebrousserait chemin et achèterait tout ce que le vendeur lui conseillera !

Le nombre de personnes qui circulent dans les allés du centre est important et avec les enfants qui chahutent, Saara peine à savoir où regarder. Si en plus, Ezeÿel est monté à d’autres étages, laisser au hasard, le soin de les mettre sur le même chemin est… hasardeux, justement ! Elle pourrait lancer un appel, mais comme il doit filtrer ses appels, ça ne les avancera pas beaucoup. Toutefois, elle passe sa main dans son sac pour attraper son téléphone. Elle peut toujours faire sonner à de multiples reprises et laisser des messages sur son répondeur. Peut-être comprendra-t-il qu’il lui faut décrocher… ou ça l’énervera plus qu’autre chose ?
« Tu as un téléphone ? »
Alek est un peu jeune, mais sait-on jamais. Sinon son dernier recours est une annonce au micro pour appeler Ezeÿel à les retrouver à l’accueil… mais si les gens du magasin posent des questions ou demandent à contacter les parents d’Alek, est-ce que ça posera problème ?
« Tes parents, ils sont... »
Elle s'interrompt, n'osant pas aller plus loin. Elle a un mauvais pressentiment.


_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
La douce petite miraculée mystérieuse
Messages : 79
Membre du mois : 2
Date d'inscription : 05/12/2017
Célébrité : Dafné Keen
Crédit : LittleWolf
Caractère : Forte » Impulsive » Déterminée » Possessive » Courageuse » Extrême
Métier : Bien trop jeune pour en avoir un

La douce petite miraculée mystérieuse
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: I know your smell - Saraa & Zëy   Dim 7 Jan - 15:56


Je n’étais pas réellement capricieuse parce que j’avais une mentalité d’adolescente bien plus vielles que je ne pouvais l’être. Même si tu me demandais quel âge je pouvais bien avoir, je pourrais pas te répondre pour la simple et bonne raison que je n’avais franchement aucune idée de mon âge même si tu connaissais mes parents, ça aurait été relativement compliqué de pouvoir le comprendre. Et puis je n’avais pas rencontré de personne connaissant mes parents alors forcément.
« Ca serait avec un grand plaisir ! Je trainerais Zëy à son exposition. » Bah ça c’était certain qu’il faisait ce que je voulais, quand je lui demandais bien alors forcément.
De plus j’avais envie de voir la chose qu’il avait bien pu faire, je n’avais pas vu énormément de peinture vu qu’il voulait arrêter pour s’occuper de moi. Mais je savais que c’était une chose qu’il aimait du plus profond de son cœur, alors je ne comprenais franchement pas pourquoi il arrêtait tout.
J’avais cependant bien vu qu’au fait que je lui avais dis que Zey se trouvait dans le centre commercial. Elle avait un peu peur parce que forcément, je m’étais clairement barrer de la surveillance de mon protecteur. Mais entre tous, les personnes les plus en danger si je perdais patience parce que j’étais violente parce qu’en vu de ce qu’ils m’avaient fait subir. Je n’avais pas de pitié pour les humains, encore moins pour l’humaine devant moi parce que je ne la connaissais pas. Cependant je pouvais bien sentir que ses émotions étaient franchement plus sincères que ceux que j’avais sentis, me voir souffrir semblaient faire plaisir à ses humains. Alors qu’elle semblait relativement beaucoup plus sincère que tous les autres que j’avais bien pu croisés. Cependant je savais que je devais me faire discrète parce que la politique de la meute était tout de même bien plus délicate, et que j’étais clairement un danger pour tous si je perdais patience. Mais j’avais une famille maintenant, j’étais en sécurité donc je n’avais plus de raison de mal réagir.
« Non. » Je prendrais moi-même le chemin de retour auprès du loup, en même temps je n’aurais pas vraiment de difficulté à le reconnaitre.
L’homme qui s’était pointé sans prêter gare m’avait fait peur, en même temps je n’étais pas habitué à tout ça et à des humains qui n’avaient franchement pas de mauvaises intentions pour ma personne. Oui pour moi ça restait relativement compliqué à comprendre, les seuls que je connaissais m’avaient fait du mal. Il m’avait complètement détruit, me prenant absolument tout mes proches. Toute ma famille, ma véritable famille était morte sous mes yeux ou dans d’atroces souffrances. J’étais la seule à avoir survécu, mais ça avait été tellement dur pour moi que j’avais fini par oublier absolument toute mon identité. Je ne pouvais pas être blâmer sur le fait que je haïssais les humains après ce qu’ils m’avaient fait subir non ? Même si j’avais conscience que tous les humains n’étaient pas tous les monstres qui m’avaient tout pris, même ma seule amie. Même si grâce à elle j’avais une meute, une nouvelle meute et une nouvelle famille.

Alors non je ne comptais pas rester avec cet homme qui m’avait fait peur, même si je n’avais pas réagi comme un enfant complètement traumatisé ou bien simplement pleureuse. Je m’étais simplement reculer pour me mettre derrière l’humaine à l’odeur de mon protecteur ce qui n’avait surement pas du passer outre du regard de la jeune blonde. Je me retenais moi-même de mal réagir, d’où le fait que je la tirais littéralement de l’autre côté.

« Non je n’attends pas, viens. » Non je ne voulais pas rester ici, parce que je savais que je pouvais perdre le contrôle à tout moment et que je ne voulais pas mettre dans une position délicate Zëy. Si elle savait pour le blond, elle devait bien se douter que j’étais pareil pour qu’il soit comme ça avec moi.

Finalement comme j’avais obtenu gain de cause, j’avais lâcher la main de la blonde pour pouvoir marcher tranquillement dans le centre commercial. C’était une chose que je ne pouvais pas faire en plus, certes j’avais tenu la main de Saara mais je ne lui faisais pas pour autant confiance.

« Il n’avait qu’à pas débarquer comme ça, comme il l’a fait. »

Râleuse ? Non pas du tout mais je prenais tout de même soin d’éviter que mes pétages de plombs se fassent remarquer et pour ne pas la mettre en danger. Et puis j’entendais Zëy entrain de crier dans le brouaha du centre commercial mon prénom. Il était à deux étages au-dessus de nous, sa voix n’était pas loin. Même si pour l’humaine, elle ne l’entendait je savais pertinemment qu’il était à ma recherche et que j’allais peut-être passer un mauvais quart d’heure. Mais bon tant pis, je mettrais le loup face à tout ça et je lui demanderais pourquoi elle sentait comme lui. Alors qu’elle n’était pas comme nous.

« Non parce que je ne suis jamais sans Zëy ou bien mon tonton. »

Oui l’Ulfric je le faisais passer pour mon oncle, parce que je n’étais pas sûr qu’elle comprenne ce que je lui disais si je l’appelais comme Ulfric. Alors forcément je prenais tout de même soin du fait de garder une couverture, en faisant passé l’Ulfric pour mon oncle. Je fronçais les sourcils en écoutant les paroles de la blonde. Je n’en savais rien mais vu qu’ils n’étaient pas venus me chercher.

« J’en sais rien. Morts je crois. »


Je me retournais finalement d’un coup en entendant la voix de Zey et en le voyant débarquer, je lui souris légèrement. Ce n’était pas comme si j’avais fui pour voir une personne qu’il ne connaissait pas, c’était sa sœur, même si je savais pas si il était au courant de la nature.

« Zëy débarque dans deux minutes. » Avais-je soufflé à la blonde.



_________________

   
Take me to church
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
"Où le choix commence, finissent le paradis et l’innocence..."
Messages : 1197
Membre du mois : 41
Date d'inscription : 22/04/2017
Célébrité : Lily James
Crédit : Kanala
Caractère : Attentionnée » Baisse facilement les bras » Douce » Discrète » Indépendante » Manque de confiance en soi » Passionnée » Sensible à l’art » Trouillarde
Métier : Directrice de VeriArt Galleri & Agent d'artistes (Gaïa)
Affinités :
Spoiler:
 



Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: I know your smell - Saraa & Zëy   Lun 8 Jan - 0:04



Alek se montre enthousiasme pour une visite à la galerie, ce qui fait sourire Saara. VeriArt est sa fierté, elle aime y convier tous amateurs d’art. En revanche, elle est plutôt mal à l’aise en entendant l’intention de la brunette d’embringuer Ezeÿel. Alek l’ignore, mais c’est orageux entre les deux blonds. Si au départ, ce dernier ne voulait que mettre entre parenthèses la peinture, après leur dispute à l’atelier, il veut également couper toute relation associée à elle et à sa galerie. Ce dont évidemment elle n’est pas d’accord ! Il dira sans doute qu’elle n’a pas son mot à dire. Elle a une grimace de sourire, dialogue de sourds en perspective… Buté qu'il est, il incombera à elle de les sortir de l’impasse de ce schéma. Mais il ne s’agit pas d’un simple contentieux professionnel avec un artiste, alors pour elle, ce n'est évident de gérer la balance des émotions.

Dans la suite de la conversation, Saara se sent obligée d’admettre que l’entente n’est pas au beau fixe avec son frère. Alek n’en est pas surprise et avait senti l’énervement chez Ezeÿel. Là-dessus Saara apprend que la louve s’est soustraite à la surveillance de son accompagnateur pour venir la trouver. Elle décide de l’accompagner jusqu’à Ezeyël, ce que la petite brune refuse avec entêtement. N’y a-t-il donc que des têtes de mules parmi les loups-garous !? La venue d’un vendeur crée momentanément une diversion. S’il a une bonne accroche avec la blonde, bien vite la petite cliente l’envoie sur les roses.

Éloignées du magasin de jouets, Saara demande à la petite fille de ralentir. Elle n’est pas chaussée pour filer à l’anglaise. Ce n’est pas à proprement parlé une remontrance, en tout cas, elle ne met pas le ton, mais elle fait part de combien leur conduite lui paraît impolie. La réponse d’Alek la détourne des désagréments occasionnés au vendeur. Elle croit lire bien plus qu’un caractère ronchon chez la louve, mais elle ne pourra éclaircir les choses. Elle n’est pas censée savoir quoique ce soit sur Alek, même si Ezeÿel se doutera bien qu’elle soupçonne la nature de louve. En revanche, il ignore qu’elle a aperçu la toile qu’il a peinte d’une fillette poursuivie par des ombres. Depuis, elle tâtonne sur des liens entre l’étrangeté de l’enfant qu’est Alek et les dépêches dans le journal sur des expérimentations douteuses dans un entrepôt désaffecté…
« C’est vrai, il s’est un peu imposé. », concède-t-elle avec un sourire de conciliation.
Maintenant plus que jamais, il faut ramener la louve auprès d'Ezeÿel, parce que sinon, elle va continuer à lui poser des questions. Ce n’est pas de la curiosité déplacée ; elle sait que ce qu’on ne dit pas n’est pas bon à entendre. Elle sait aussi qu’une fois qu’on sait, c’est lâche de ne pas agir. Tous les feux de danger sont allumés pour les secrets d’Alek… mais cette fillette éveille en elle un sentiment d’implication. Parce que celle-ci est importante pour son frère ? Oui, mais pas seulement.

Saara regarde aux alentours. Il y a du monde à tous les étages. En bougeant, ça lui paraît improbable de tomber sur Ezeÿel. Elles devraient se poser à un endroit dégagé, mais il n’y en a pas vraiment. Elle demande à Alek si elle a un téléphone…
*Son oncle… c’est Sebastian, c’est ça ?*
Elle suppose sans certitude. De ce qu’elle se rappelle de l’échange entre les deux frères Sköell, Sebastian avait envoyé Jayden récupérer Alek. Et même si cela avait déplu à Ezeÿel, il avait obtempéré. Ça dit quoi de qui est ce Sebastian ?
*Ce ne sont pas tes affaires*, essaie-t-elle d’arrêter son cerveau de s’activer.
Sans grand succès visiblement. Même si elle se recentre sur un moyen de rejoindre Ezeÿel, elle finit par dévier et s’apprête à interroger la louve sur ses parents. Elle ne va pas au bout de sa question, à savoir « tes parents, ils sont où ? ». Alek comprend toutefois son interrogation silencieuse. Et le mauvais pressentiment de Saara se confirme. Ils sont morts… pour autant qu’Alek le sache. L’incertitude de la petite fille est un indice que les circonstances n’ont rien d’ordinaire.

Saara n’a pas le temps de réagir sur le décès des parents de la brune que celle-ci se retourne. Elle suit le mouvement du regard, mais ne perçoit pas tout de suite ce qui a fait réagir la louve… jusqu’à ce qu’Ezeÿel fend la foule. Comment Alek a-t-elle su qu’il arrivait avant même de le voir… ?! Il est encore assez loin d’elles, Saara aurait le temps de se barrer. Elle devrait ; il est visiblement énervé. Pourquoi ne bouge-t-elle pas ?! Son cœur commence à battre très vite. De panique… mais pas à cause de l’anticipation de la colère de son frère, mais parce qu’elle revoit Alek remuer le nez. Sur le moment, elle n’y avait pas prêté attention, mais maintenant un déclic se déclenche...
« ... Tu m’as sentie… », murmure-t-elle, alors que ses méninges bouillonnent à plein régime.
C’est un loup-garou, son flair est sans doute très développé à l’image de l’animal. Voire plus qu’une simple louve. Si Alek l’avait sentie… et qu’elle l’a reconnue à l’odeur, alors quoi ? Soit elle dégage une odeur très singulière soit au contraire, familière… Elle secoue la tête, elle se fait des idées. Si elle partage un impercetible marquage olfactif avec Ezeÿel, est-ce que cela la démasque pour autant ?
*Sans doute pas, sinon ça voudrait que lui le sait depuis le début… non?*


_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
DC ADMIN ♦ Certain(e)s mettent les dents
Messages : 455
Membre du mois : 75
Date d'inscription : 31/01/2017
Célébrité : Alex Pettyfer
Crédit : Avatar (c) Snape
Caractère : Protecteur - Insouciant - Rigolo - Dragueur - Tête brûlée - Ne pense jamais aux conséquences de ses actes - Vantard - Sociable - Volontaire - Terrifiant - Sans compromis
Métier : Etudiant en troisième année d'art & Artiste connu sous le pseudonyme de Zeÿ, vendant ses toiles et peintures
Affinités :


DC ADMIN ♦ Certain(e)s mettent les dents
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: I know your smell - Saraa & Zëy   Mer 17 Jan - 20:45





Alek. J’étais en totale panique à présent. Putain j’savais que c’était pas une bonne idée. J’savais que sortir n’était pas bon pour elle. Mais elle avait insisté et comme d'hab j’avais craqué. Un con voilà c’que j’étais. Un sale con irréfléchi. Tout ça c'était de ma faute et uniquement la mienne. Pourquoi avais je dis oui? Si j’la retrouvais pas je... J’me le pardonnerais jamais. Non jamais. Il fallait que j’la récupère. J’pouvais pas laisser ces connards d’humains remettre la main sur elle. Même si j’devais y laisser ma peau.


Comment en étions arrivés là ? J’en avais aucune idée. Une minute avant, elle m’suppliait pour une glace un grand sourire aux lèvres avec ses yeux de gosses adorables auxquels j’arrivais pas à dire non. J’m’étais tourné vers le glacier... Et là tout avait basculé. On m’l’avait prise. On m’l'avait prise sans qu’je m'en rende compte. J’avais lâché sa main pour payer et je l’avais perdu. Et depuis j'avais lâché la bouffe pour la chercher comme un fou en hurlant son prénom. J’arrivais pas à la sentir avec toutes les personnes présentes. Trop de monde. Trop d’humains. Trop de parfums et de boutiques de bouffe. Putain putain putain. J’pourrais pu jamais me regarder dans une glace. J’pourrais pas rentrer non plus au domaine. Pas sans elle.

Désespéré, j’avais appelé Jayden. C’était lui le loup responsable, celui qui savait quoi faire, qui saurait la r’trouver. Il le fallait. Et il avait tout lâché pour m’aider me promettant de m’aider. Un mec d’la sécurité du centre commerciale lui devait un service et il utilisait son joker pour moi. En attendant j’continuais d’chercher Alek en l’appelant. J’me stoppais en sentant son odeur devant une boutique. Si elle n’avait pas été teintée d’peur j’l'aurais pas repéré. J’rappelais mon frère encore plus en panique. Un autre téléphone à l'oreille il m’donnait les infos qu’j’lui relayais sur Alek au gars pour qu'il la trouve sur les caméras. Il déclara finalement qu'elle était avec une femme blonde dans l’atrium. J’jurais avant d’m'y précipiter en remerciant vaguement mon frère. J’bousculais les gens autour de moi m’foutant bien s'ils étaient des hommes, des femmes, ou des gosses. J’pensais qu'à retrouver Alek et uniquement la retrouver.

Mon poing s’serra quand j’vis qui m’l’avait prise. J’allais commettre un meurtre et personne n’pourrait m’arrêter. Personne. J’m’avançais vers les deux silhouettes et sans attendre une seconde j’attrapais Alek pour la prendre dans mes bras. Elle était grande mais j’étais un loup. J’la serrais contre moi calmant mon loup effrayé et en colère en sentant son odeur, en sentant qu'elle saignait pas, qu’elle allait bien. J’fusillais du r’gard l'humaine qui était la source d’ma rage. J’en tremblais de colère. Comment avait-elle pu faire ça? Jamais j’pourrais lui pardonner. Jamais. J’vous conseille d’vous en aller et très vite même. J’vais vous r’trouver et vous tuer pour avoir osé la toucher. J’aurais pas de répit tant que vous s’rez en vie. Elle est à nous. Je grognais mes mots plus que je ne les prononçais





Saara Nygård & Aleksandra Sköell & Ezeÿel

Le 07 mars 2018



_________________
« Just because I don't care doesn't mean I don't feel. Just because I don't believe doesn't mean I don't understand. We are one in the unified field  »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
La douce petite miraculée mystérieuse
Messages : 79
Membre du mois : 2
Date d'inscription : 05/12/2017
Célébrité : Dafné Keen
Crédit : LittleWolf
Caractère : Forte » Impulsive » Déterminée » Possessive » Courageuse » Extrême
Métier : Bien trop jeune pour en avoir un

La douce petite miraculée mystérieuse
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: I know your smell - Saraa & Zëy   Sam 20 Jan - 21:39

07 mars 2018


Crédit tumblr




Je l’aimais bien cette jeune humaine, elle me semblait particulièrement calme et forcément pour moi c’était une chose qui me fallait. J’étais une petite louve qui avait un passé particulièrement difficile, que personne ne connaissait même moi je ne le connaissais pas puisqu’il n’y avait qu’un seul homme que je connaissais particulièrement bien et qui avait été avec moi depuis mon arrivée dans cet entrepôt abandonné et ou forcément j’allais vouloir à ce qu’il intègre la meute, parce que ce loup était particulièrement important pour moi. J’en avais besoin tout de même parce que c’était aussi le seul loup qui m’avait connu depuis le début.

Le jeune vendeur qui s’était incrusté comme ça ne m’avait pas plus parce que forcément en vue de mon passé avec les humains, ça ne le ferait pas du tout. J’aurais très bien pu sortir mes griffes ou me transformait partiellement suite à un moment d’angoisse, même si j’avais une belle mentalité il restait que j’avais tout de même besoin de calme et que les soumis de la meute me permettaient d’être particulièrement stable. Forcément en vu de mon sale caractère, il valait mieux des canaliseurs pour que je ne fasse pas de massacres, et puis je voulais pas mettre Zëy en danger.

« Il a débarquer de je ne sais pas où. »


Forcément le fait qu’on sorte d’ici ne pouvait qu’aider le loup à nous retrouver, parce que le connaissant il n’allait surement pas rentrer dans la meute sans avoir remis ses mains sur ma personne. Pourtant je n’étais pas très loin de lui, j’étais sous lui plus précisément et puis je n’étais pas avec une inconnue complètement pour lui. Même si je sentais de la ou j’étais que son loup était au bord de l’explosion oui si il était pas aussi angoissé il était certain que j’aurais trainé l’humaine bien plus loin mais je n’allais pas tenter le diable.

Le fait que je parle de Sébastian comme mon oncle, enfin ça serait plutôt comme mon oncle adoptif et que tous les Skoëll étaient ma famille adoptive parce que forcément la meute m’avait en quelques sortes adoptés pas que je m’en plaigne non clairement pas. Mais je ne savais pas si je pouvais parler de ma nature dans tous les cas à cette humaine, et puis bon j’avais été mordue jeune pour devenir ce que nous étions tous dans le domaine.

« Oui, je t’ai sentie. »


Avais-je simplement fait alors que j’avais localisé Zëy avant qu’il ne débarque, elle avait rapidement compris ce qui en était. Et la réaction du loup n’avait pas tarder à se faire sentir, je m’étais blottis dans ses bras et embrassa la tempe du loup un peu comme un geste de réconfort parce que j’allais parfaitement bien après tout non ? Pourquoi s’en prendre à l’humaine alors qu’elle n’y était strictement pour rien.

« Arrête ! Elle n’a rien fait c’est moi qui me suis mise à courir pour la retrouvée ! Elle insistait pour me ramener à toi ! Elle n’a rien fait c’était moi qui voulait pas ! »

Je fis la moue en regardant le blond et descendis de ses bras et me mis entre lui et l’humaine avant de regarder celui-ci droit dans les yeux. J’étais encore une adolescente, et j’agissais comme mon instinct me le disait. Enfin je me montrais moins sauvage, grâce à la meute forcément mais ce qui en était de mes paroles j’étais clairement plus spontané.

« Pourquoi elle a presque la même odeur que toi ? Votre senteur se rapprochent énormément, je l’ai senti le jour où elle était à ton atelier, et je n’ai pas pu m’empêcher de filer à l’anglaise pour la rejoindre… Pardon. »




_________________

   
Take me to church
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
"Où le choix commence, finissent le paradis et l’innocence..."
Messages : 1197
Membre du mois : 41
Date d'inscription : 22/04/2017
Célébrité : Lily James
Crédit : Kanala
Caractère : Attentionnée » Baisse facilement les bras » Douce » Discrète » Indépendante » Manque de confiance en soi » Passionnée » Sensible à l’art » Trouillarde
Métier : Directrice de VeriArt Galleri & Agent d'artistes (Gaïa)
Affinités :
Spoiler:
 



Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: I know your smell - Saraa & Zëy   Lun 22 Jan - 1:12



Aleksandra vient de confirmer que c’est bien à l’odeur qu’elle a été repérée dans le centre. Mais qu’est-ce que cela implique au juste ?? Il y a tant d’habiletés surhumaines qu’elle ignore sur les loups-garous. Quelle est l’étendue et quelles sont les limites de leur puissance ? A quoi sont-ils vulnérables ? Il lui faudra l’apprendre. Sa condition d’humaine – faible et peureuse de surcroît – ne la rend pas d’une grande utilité. Malgré tout, si elle a connaissance d’un danger qui menace son frère, elle peut au moins le prévenir.

*Encore faut-il qu’il arrête de me zapper*

A voir Ezeÿel fondre dans sa direction avec l’imposant d’un bulldozer prêt à l’aplatir sans sommation, elle n’aura pas droit à une joyeuse embrassade en guise de retrouvailles. Pour être honnête, la tendresse entre eux, elle n’y aurait pas eu droit non plus même si l’entente était au beau fixe. Il soulève Alek pour la prendre dans ses bras et se rassurer sur sa bonne santé. Si les gestes sont empreints de brusquerie, ils donnent surtout à savoir à quel point cette enfant est précieuse à ses yeux. Saara s’interroge à nouveau sur qui est Alek ? Et surtout que représente-t-elle pour Ezeÿel ? Ce dernier se montre protecteur, à l’excès. Cette jeune fille raviverait-elle un souvenir enfoui du passé ? L’espace de quelques courtes minutes, la pression retombe chez Saara… pour sitôt remonter en flèche quand il la fusille d’un regard noir. L’expression de dureté qu’il affiche montre sans l’ombre d’un doute le mécontentement de la rencontrer. Et ça fait mal. Avant même les mots qui la menacent, encore.
« Ezeÿel… »
Elle peine à former des mots comme si des mains froides enserraient sa gorge. À vitesse grand V, elle se sent désemparée, alors qu’elle ne veut pas le paraître. Elle ne veut plus être dépassée. C’est elle la grande sœur ! Elle ne collera pas au rôle de soutien inébranlable, si elle s’ébranle à tout va.
« Je ne suis pas to-votre ennemi. Ni celui d’Alek. »

*Alors ne me regarde pas comme tel*, voudrait-elle briser le prisme d’hostilité au travers duquel il la perçoit depuis la visite à l’atelier.

Elle peut comprendre la panique d’avoir perdu de vue un enfant sous sa garde, mais cela ne l’autorise pas à être injuste. Il ne lui accorde même pas le bénéfice du doute, et d’office il l’accuse… de quoi au juste ? De vouloir enlever et faire du mal à une enfant ?!

*Je suis tombée si bas dans ton estime… ?*, préfère-t-elle garder sous silence la question dont elle croit pressentir la réponse à l’animosité qu’il irradie.

Ses yeux qu’elle forçait à planter dans les siens se baissent pour ne pas être trahie par la douleur qui la transperce. Même s’il s’adresse à elle comme à un camp ennemi, pour sa part, elle ne peut s’empêcher de prendre chaque parole à cœur, parce que lui incarne avant tout son petit frère. Elle relève les yeux sur Alek quand celle-ci prend sa défense. Elle a envie de lui dire que ça va aller, que ce n’est pas grave, qu’elle a l’habitude maintenant, mais ça serait faux d’un bout à l’autre.

La brunette glisse au sol… et à nouveau, coup d’accélérateur pour Saara ! Pour une raison qui échappe à la blonde, le flair de la jeune louve perçoit ce qu’Ezeÿel n’a pas deviné. En stress de devoir réagir sans temps de réflexion, son regard navigue entre les deux loups.

*Pitié réveillez-moi maintenant !*

Sauf qu’elle n’est pas dans un cauchemar. C’est inéluctable, Ezeÿel va comprendre leur lien de parenté le jour où il est plus que jamais en boule contre elle. Au top le timing... !
« Ezeÿel.. je..je-je… je ne voulais pas que vous l’appreniez comme ça... »
Nerveusement, ses doigts triturent les lanières des sacs de ses achats. À oublier, le plan de le préparer pour faire passer en douceur sa cachoterie. L’interrogation d’Alek la met au pied du mur.
« Si j’ai attendu tout ce temps… Ce n’était jamais le bon moment... »
Elle lève le bras pour passer une main dans ses cheveux, mais avorte le geste en se rappelant les sacs que sa main agrippe. Son bras retombe le long de son corps. Elle pensait tout lui dévoiler quand elle aurait acquis la certitude des bonnes dispositions à son égard. Mais à force de repousser, elle a trop attendu.
« Je suis ta... »
Elle se ravise. Trop mélodramatique ! Mais comme le lui dire alors ? Il ne veut pas avoir affaire avec elle. Le lui dire maintenant, c’est presque comme annoncé à un homme qui nous quitte qu’on lui a fait un bébé dans le dos.
« Nous sommes frère et sœur ! », balance-t-elle tout d’un coup.
C’est dit ! Comme elle l’a un peu crié, des gens autour leur jettent des regards en biais. Que lui importe d’être au centre de l’attention ! Le tumulte leurs propres tracasseries l’évincera assez vite des préoccupations de ces inconnus. C’est la réaction d’Ezeÿel qui retient toute son attention…


_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
DC ADMIN ♦ Certain(e)s mettent les dents
Messages : 455
Membre du mois : 75
Date d'inscription : 31/01/2017
Célébrité : Alex Pettyfer
Crédit : Avatar (c) Snape
Caractère : Protecteur - Insouciant - Rigolo - Dragueur - Tête brûlée - Ne pense jamais aux conséquences de ses actes - Vantard - Sociable - Volontaire - Terrifiant - Sans compromis
Métier : Etudiant en troisième année d'art & Artiste connu sous le pseudonyme de Zeÿ, vendant ses toiles et peintures
Affinités :


DC ADMIN ♦ Certain(e)s mettent les dents
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: I know your smell - Saraa & Zëy   Mar 23 Jan - 19:26





Alek. J’venais d’la retrouver. Et elle allait bien. Putain elle allait bien. Elle saignait pas. Elle était pas en mauvaise posture. On m’l’avait enl’vé mais j’l’avais retrouvé. Si ça n’avait pas été le cas… J’m’en s’rais jamais r’mis. Putain cette gosse était dev’nue l’un des piliers d’ma vie imédiat’ment. J’me sentais responsable d’elle, d’son bonheur, d’sa bonne santé. J’voulais la protéger d’tout c’qui pourrait lui arriver. D’tout. J’veillerai sur elle comme on surveille du lait sur l’feu. Elle a déjà trop souffert comme ça. C’est une gosse extra. Bordel elle méritait un meilleur protecteur qu’moi ça j’peux pas l’nier. Mais en attendant qu’elle s’accroche à quelqu’un d’autre comme elle l’faisait avec moi, j’sais là.

J’la sers contre moi pour m’rassurer. Pour rassurer mon loup aussi. Et nous menacions de concert l’humaine. Ca lui suffisait pas d’m’harcelé ? Elle avait toujours pas pigé d’me foutre la paix ? j’avais bloqué son numéro pour qu’elle comprenne. Jayden m’avait dit qu’il l’avait aussi contacté pour lui dire de m’foutre la paix. Mais elle persistait. Putain de psychopathe en fait. J’aurais jamais crû ça d’elle sinon j’s’rais jamais d’v’nu un artiste dans sa galerie. Et maintenant elle s’en pr’nait à notre Alek. On pouvait pas l’supporter. On pouvait pas laisser passer ça. Elle était allée trop loin et elle allait l’payer d’sa vie.

J’dévisageais la louve alors qu’elle s’glissait hors d’mes bras pour s’interposer entre notre colère et l’autre imbécile. J’fronçais les sourcils et croisais les bras sur mon torse. Alors explique moi pourquoi j’ai senti ta peur. Imagines-tu un seul moment dans quel état on était ? Putain Alek, nous refait pu jamais ça tu m’entends ? S’tu veux aller quelque part tu m’le dis et j’t’y amène. T’ais-je déjà dis non ? Bordel s’il t’arrivait quelqu’chose… . Je m’étais baissée à sa hauteur pour lui dire cela, les yeux dans les yeux pour bien lui faire comprendre qu’elle pouvait pas agir ainsi. Et peu importe la raison. J’avais crû d’venir fou putain. J’la repris un instant dans mes bras pouvant pas m’en empêcher. J’avais b’soin d’la sentir contre moi, d’la toucher. J’la relâchais rapidement pour v’nir m’mettre sur sa droite mais légèrement en avant, entre elle et l’humaine au cas où. J’f’rais rien à Saara pour faire plaisir à Alek, pour autant, fallait pas trop m’en d’mander.

J’tournais mon r’gard vers ma gosse quand elle m’d’manda pourquoi l’humaine sentait comme moi. J’fronçais les sourcils. C’qu’elle disait n’avait pas de sens. Elle sentait pas comme moi sinon j’l’aurais remarqué. Et Jay aussi d’ailleurs. Alek s’trompait. Elle confondait avec les odeurs qui s’trouver ici voilà tout. Elle sentait juste mon odeur qu’elle portait sur elle, vu qu’elle passait son temps avec moi. Puis elle s’excusa et j’oubliais tout l’reste. J’lui chiffonnais les ch’veux, pour lui faire comprendre que j’lui en voulais pas. J’lui en voudrais jamais j’en étais incapable. Pour un peu j’en oubliais l’humaine mais plutôt qu’de partir, elle décida d’l’ouvrir. J’lâchais un rire à c’qu’elle finit par dire, tant c’était drôle. J’m’en tenais l’bide d’ailleurs. Bordel j’avais rien entendu d’aussi hilarant d’puis un bon moment. J’sais pas c’que vous fumez, mais ca doit être d’la bonne. Vous et moi d’la même famille ? Haha trop drôle… Faut vraiment arrêter d’vous faire des films vous savez. J’ai pas d’sœur. Vous d’vriez consulter vous savez ! J’me moquais d’elle franch’men. C’était pas polie mais bordel, qu’est-ce que c’était drôle. Genre elle et moi ? Dans ses rêves ouais. Jay’ l’aurait su. Mon père l’aurait su aussi si elle était l’une des gosses qu’il a pu engendrer dans sa quête d’avoir Jayden. Or ils l’avaient tous les deux rencontrés. Nan mais vraiment, faut qu’elle consulte. Parce que là, elle en tenait une belle…






Saara Nygård & Aleksandra Sköell & Ezeÿel

Le 07 mars 2018


[/quote]

_________________
« Just because I don't care doesn't mean I don't feel. Just because I don't believe doesn't mean I don't understand. We are one in the unified field  »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
La douce petite miraculée mystérieuse
Messages : 79
Membre du mois : 2
Date d'inscription : 05/12/2017
Célébrité : Dafné Keen
Crédit : LittleWolf
Caractère : Forte » Impulsive » Déterminée » Possessive » Courageuse » Extrême
Métier : Bien trop jeune pour en avoir un

La douce petite miraculée mystérieuse
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: I know your smell - Saraa & Zëy   Mar 23 Jan - 20:18

07 mars 2018


Crédit tumblr




Je savais déjà à l’odeur et à la peur du jeune loup que j’avais fais une belle petite connerie. Mais en même temps j’étais encore une adolescente, même si j’agissais toujours avec une certaine réflexion, quelques fois je préférais m’en allait rapidement. Je me souvenais encore de mon arrivée dans la meute, combien de fois j’avais supplié Zëy de me prendre avec lui mais l’Ulfric n’avait pas voulu tant que je n’avais pas été revendiqué. Je n’avais pas compris en même temps je n’étais qu’une adolescente qui avait passé la majorité de sa vie, enfin du moins ce que je me souvenais dans un entrepôt.

Je savais pas à quel point mon loup ne pouvait pas voir en peinture la jeune humaine, pourtant elle était franchement adorable. Bon elle devait savoir pour nous vu qu’elle avait bien dit que je l’avais sentie et c’était le cas alors forcément, je ne pouvais pas dire le contraire non ? Mais moi je l’appréciais bien la jolie blonde, elle était gentille et appréciable pourquoi se montrer aussi méchant avec elle ? Même à l’atelier je n’avais pas compris pourquoi mon loup s’était montré aussi tendu face à elle et à ma présence ? Non sincèrement je ne comprenais pas.  

Forcément comme je ne voulais pas qu’il l’agresse alors que la jolie blonde avait toujours voulu me ramener à sa personne. Il le savait pas, il fallait pas le blâmer tout comme ce n’était pas nécessaire pour la blonde. « Parce qu’un vendeur à débarquer de nulle part et que j’ai eu peur c’est tout… Je l’avais pas vu et j’ai failli pas savoir me tenir, mais je me suis contrôlée et j’ai tiré Saraa en dehors du magasin de jouets ! D’accord… Je referais plus ça, je ne voulais pas vous faire peur vous savez ? Je vais bien… Je pète la forme ! »

J’embrassais doucement sa joue et me laissa serrer dans ses bras forcément il avait eu peur et je lui avais foutu une de ses trouilles et forcément pour lui ça n’avait pas de l’être simple. C’était un peu de ma faute, mais bon je ne pouvais pas faire autrement quelques fois j’allais dans le pif et puis tant pis. Au pire des cas je mettrais un coup de griffes bien placé et puis je partirais pour rejoindre mon loup comme toujours. Je penchais la tête face aux paroles de la jeune femme. Ah ça voulait dire ça, bah oui pourquoi je n’y avais pas pensé ?

Je fronçais les sourcils en regardant mon loup qui s’était mis à rire comme ça. J’avais lâché sa jambe pour me mettre devant le loup et l’humaine la faisant aussi reculée d’un coup vu que je reculais vers elle et je posais mes yeux dans ceux du loup avec une moue triste de le voir se moquer comme ça. Pourquoi il ne sentait pas comme moi ? Pourquoi il ne sentait pas que son odeur sentait à quelques nuances, c’était la même ? Moi je la sentais mais pas lui pourquoi ? Je savais que je n’étais pas comme les autres loups, comme les autres louves parce que je pouvais me transformer en une fraction de seconde sans avoir mal contrairement à mes congénères. « Zëy tu sais que je t’aime ? Mais elle dit la vérité. Elle sent comme toi avec ton père, comme Jay sens avec lui aussi. Il n’y a que quelques nuances qui sont différentes mais c’est la même si on fait pas attention à ses petites nuances... Tu ne le sens vraiment pas ? » En le regardant dans les yeux, il pouvait bien sentir que j’étais parfaitement sérieuse quand je disais ça... Pourquoi il n’y avait que moi qui le sentait ?




_________________

   
Take me to church
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: I know your smell - Saraa & Zëy   

Revenir en haut Aller en bas
 
I know your smell - Saraa & Zëy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Smell of Freedom
» ATTENTION CELA NE DURERA QUE 2 JOURS: BA 102
» retro - gingerman
» Maybe you think that you can hide I can smell your scent for miles ▬ LOUCIAN MALONE
» Nina: I can smell your scent for miles.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ragnarök :: 
Valhöll
 :: 
Le Valtechnologie
 :: 
Le centre commercial
-
Sauter vers: