AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Eat my Brain

avatar
Running After My Fate
Messages : 4329
Membre du mois : 8
Date d'inscription : 29/08/2016
Célébrité : Ben Affleck
Crédit : Eden Memories
Caractère : Courageux - Secret - Tacticien - Rieur
Métier : Responsable de la sécurité chez Total

Running After My Fate
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Eat my Brain   Mar 17 Oct - 15:56

Je me sens fatigué. Je me sens fébrile. Comme lorsque vous venez de passer nuit blanche ; vous avez l’impression que votre coeur s’emballe, qu’il a parfois des ratés, et que votre température corporelle oscille entre la vraie chaleur, étouffante et suante, et la fraîcheur la plus absolue. Bien sûr, cela ne veut pas dire que je suis malade... Ou peut-être que je le suis sans vraiment m’en rendre compte ; ces symptômes restant plutôt ceux de l’inconfort que d’un malaise chronique. Le fait est que malgré les températures hivernales, j’ai plutôt chaud. J’ai passé la journée dehors, pourtant, et il fait un froid de canard, à tel point que lorsque je rentre dans le bar, j’ai l’impression que mon visage me brûle légèrement, comme après un coup de soleil. Presque immédiatement, j’ai la goutte au nez à cause du changement de température. Je me l’essuie donc à l’aide d’un mouchoir plié en deux, avant de me moucher en m’avançant vers le barman et son rassemblement de bouteilles. Je ne sais pas trop ce que me veut l’autre française, celle que j’avais rencontré il y avait plusieurs semaines à la suite d’une conférence sur la sécurité des sites à risques. Bien sûr, en tant que responsable de la sécurité humaine et matérielle des plateformes de Total en Mer du Nord, j’étais attendu dans ce genre d’événement. Je n’étais pas le seul mec de ce calibre en Norvège, loin de là, mais on me demandait parfois de faire une présentation dans ce genre d’événements.


Bref. Je me rappelais de cette femme au nom étrange, ancien. Morgane de Beauregard. Une compatriote qui nous avait retrouvé, avec mes collègues et d’autres participants au séminaire, en fin de soirée dans un bar du centre-ville. Quelques verres avaient été bus, puis j’avais dû rentrer comme je le pouvais malgré le couvre-feu. A moins que ce ne soit elle qui m’ait ramené, tellement j’avais bu ? c’était possible. Je ne me rappelais plus très bien. Pour quelle boîte elle bossait, déjà ? Et pourquoi elle voulait me voir, ce soir ? Peut être le mal du pays. Allez savoir, dans un pays aussi froid qu’impersonnel comme celui-là, tout était possible. J’avais pris le temps de la revoir en tout cas, parce que j’étais intrigué, et bien que je sois officiellement en congés, mes affaires m’avaient amené à proximité ; j’avais acheté des gilets tactiques et même deux casques à Anders, mon collègue qui avait toujours quelque proximité avec son ancienne unité de la marine norvégienne, des types bourrus dont les coupes budgétaires et un matériel américain largement distribué pour contrer l’influence des russes sur le nord du pays, avaient laissé pantelants ces pauvres hères, avec une solde insuffisante et beaucoup d’opportunités de ce genre de l’argent. J’étais habillé plus décontracté qu’au boulot, même si je n’avais rien pu sauver de ma maison j’avais acheté juste de quoi tenir une ou deux semaines à l’hôtel, auprès de ma si merveilleuse femme et des enfants... Un blouson de cuir épais pour tenir les températures polaires, une écharpe de laine épaisse, un pull sombre, col rond, à l’ancienne. Un pantalon de travail, plus large qu’un jean et chaussé de godasses de sécurité. Comme lorsque j’allais faire du boulot de terrain, physique, sur une plateforme. Bien fringué, mais le tout était fonctionnel. Et c’était parfaitement adapté à ce genre de rade où je concluais les quelques « affaires » qui vidaient mes économies en même temps qu’elles assuraient, au moins pour un temps, ma survie et celle de ma soeur.


Accoudé au bar, je ne dénoue que mon écharpe que je laisse retomber sur mes épaules. Et j’attends ma compatriote, un verre de whisky tourbeux, d’une robe si sombre qu’il en était presque brun, épais même en bouche. Je levais le coude une première fois, regardant l’heure. Il faisait nuit depuis longtemps maintenant, sous ces latitudes, mais ce n’était pas encore l’heure du couvre-feu.

_________________

"Omnia si perdas, famam servare memento.
Même si tout est perdu, sache qu'il reste l'honneur à sauver"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/

avatar
Vampire Myklebust
Messages : 59
Membre du mois : 0
Date d'inscription : 17/09/2017
Célébrité : Kate Beckinsale
Crédit : A voir
Caractère : Sans pitié » Ambitieuse » Clairvoyante » Manipulatrice » Perspicace » Séductrice »
Métier : Réalisatrice
Affinités : Johannes Von Reiner


Maja Myklebust


Vampire Myklebust
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Eat my Brain   Mer 18 Oct - 19:09


EAT MY BRAIN
PHIL & MOMO
Les talons claquent sur la chaussée. La nuit est tombée mais l’heure du couvre-feu est encore loin. Morgane avance d’un pas assuré tandis que le bruit résonne à ses oreilles. Elle ne prête aucune attention aux hommes qui détournent la tête lorsqu’elle passe près d’eux. Elle connait pertinemment l’effet qu’elle fait aux hommes mais ce soir, elle a autre chose en tête. Quelqu’un d’autre. Elle a recontacté le français. Celui avec qui elle avait assisté à cette conférence. Ils avaient bien accroché et étaient partis boire un verre avec d’autres après la conf. L’homme était bien torché lorsqu’elle l’avait raccompagné et ils s’étaient embrassés pendant qu’elle le couchait. S’il n’avait pas ronflé à la seconde où son dos avait rencontré le matelas, elle se serait bien amusée avec lui. Mais il n’était pas temps de faire des gamineries. Morgane ne ramenait pas un humain jusqu’à sa chambre sans raison, ça non. Elle l’avait repéré. Et il ferait un bon vampire, elle en était convaincu. Il avait du talent, il fallait être aveugle pour ne pas le voir.

Cela lui rappelait beaucoup de choses… Un autre homme. Une autre histoire. Elle l’avait amené à elle. Elle l’avait transformé. Elle l’avait aimé. Et il l’avait trahi. Il était parti. Jamais personne ne la trahissait sans conséquence. Et elle le retrouverait. Et elle lui ferait payer. Car elle l’aimait. Elle l’aimait toujours en réalité.

Ainsi donc, elle marchait d’un bon pas vers le bar dans lequel elle avait donné rendez-vous à Philippe. Le bar était assez bien coté, de nombreuses personnes venaient le soir avant le couvre-feu. Et parfois même après. Elle avait choisi une tenue en cuir moulante noir. Elégant et séducteur. Osé. Sans dévoiler un millimètre de peau. Le bar est bondé, comme toujours. Elle entre et quelques têtes se tournent à son arrivée. Elle adresse un sourire au serveur et lui indique qu’elle est attendue. Elle balaye la pièce du regard et s’arrête sur sa cible de la soirée. Il est accoudé au bar. Elle se rapproche de lui, il ne la visiblement pas vu arrivé. Elle arrive juste dans son dos. Glissant ses mains sur ses épaules, elle murmure à son oreille :

Salut, beau brun…

Un sourire joue sur ses lèvres. Elle le détaille du regard. Il est beau, c’est clair. Bien dommage qu’il se soit endormi comme une masse la dernière fois qu’ils se sont vus. Il doit sûrement être un bon coup. Elle s’installe et commande un martini. Trinquant avec Phil, elle déclare :

Ca fait plaisir de te voir. Comment vas-tu ? Remis de cette folle soirée que nous avons partagée ? Tu te souviens de quelque chose au moins ?  
code by bat'phanie

_________________
SIX FOIS A TERRE, SEPT FOIS DEBOUT  
Notre grande guerre est spirituelle, notre grande dépression, c'est nos vies ©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Running After My Fate
Messages : 4329
Membre du mois : 8
Date d'inscription : 29/08/2016
Célébrité : Ben Affleck
Crédit : Eden Memories
Caractère : Courageux - Secret - Tacticien - Rieur
Métier : Responsable de la sécurité chez Total

Running After My Fate
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Eat my Brain   Dim 22 Oct - 17:24

Le whisky a un goût assez âcre, comme tous les tourbés. Il me désinfecte la bouche et me pique la langue, ainsi qu’aux endroits les plus fragiles de ma gencive, là où je saigne parfois en me brossant les dents. L’alcool est puissant, celui-là est un 45° au moins. Ils sont pas si répandus, les whisky qui dépassent la limite informelle des 40°. Mais je le savoure. Je me demande pourquoi la française voulait me revoir. La dernière fois que je l’avais vue, nous étions à un séminaire d’entreprise avec des professionnels de tous les secteurs qui étaient impliqués là-dedans, pour partager les bonnes pratiques et réagir sur quelques sujets « tendance » en matière de sécurité ; comment gérer les rumeurs sur les créatures surnaturelles au sein des sociétés, les nouvelles problématique que ça soulevait pour gérer la sécurité des biens et des personnes et tout ce bordel. Rencontre assez cadrée, finalement, dans le sens où nous venions pour le boulot. Je me rappelais vaguement de ses traits. Assez joli, dans son tailleur noir. Très pro. Même si elle semblait menue, on sentait directement qu’on devait pas l’emmerder, cette nana-là. Bref. J’attends un moment en savourant mon verre de whisky. Elle cherchait peut être à changer de boîte, sachant que Total recrutait régulièrement ? Mais dans ce cas, je ne pourrais pas vraiment l’aider, comme je désertais un peu mon poste récemment.


Je sursaute quand je sens des mains se poser sur mes épaules. Qui.. ?


Je me retourne brusquement et tombe sur ma compatriote, qui me salue d’un « beau brun ». Oh merde, ça ne va pas recommencer ? Je savais qu’après le séminaire, je m’étais salement mis la misère avec mes collègues, Anders en tête, mais quand même, je m’étais réveillé dans mon lit le lendemain matin. Mais ce « beau brun » laissait présager d’autre chose, alors que nos rapports avaient été tout bonnement professionnels, de ce que je m’en étais rappelé ! la folle soirée que nous avions partagée ? Oh, bordel. Je fronçais les sourcils, alors que je notais que cette espèce de combi cuir, très serrée et moulante, n’était pas pour arranger mon embarras.



| Ah euh, salut Beauregard. Je vais bien. Enfin je crois. Euh. Je m’en rappelle pas grand-chose, visiblement. Tu m’avais pas ramené chez moi… En tout bien tout honneur ? |


OK alors, s’il y a eu plus, je plaide coupable et je m’en rappelle pas. Ca ferait de moi un double fils de pute, vues les circonstances.


| Tu voulais me voir pour quelle raison ? |


_________________

"Omnia si perdas, famam servare memento.
Même si tout est perdu, sache qu'il reste l'honneur à sauver"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/

avatar
Vampire Myklebust
Messages : 59
Membre du mois : 0
Date d'inscription : 17/09/2017
Célébrité : Kate Beckinsale
Crédit : A voir
Caractère : Sans pitié » Ambitieuse » Clairvoyante » Manipulatrice » Perspicace » Séductrice »
Métier : Réalisatrice
Affinités : Johannes Von Reiner


Maja Myklebust


Vampire Myklebust
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Eat my Brain   Mer 1 Nov - 22:40


EAT MY BRAIN
PHIL & MOMO
Morgane n’avait pas son pareil pour user de séduction. Elle savait souffler le chaud et le froid comme personne. Et elle comptait bien utiliser ses multiples qualités si cela pouvait permettre de récupérer une nouvelle recrue et faire oublier l’échec Johannes. L’homme qu’elle avait rencontré avait du potentiel, elle en était certaine. Elle savait renifler les talents, les détecter et les bonifier. C’était pour cette raison qu’elle était montée si haut dans la hiérarchie vampirique. Et qu’elle avait chuté. Elle en voulait toujours plus, on le lui avait déjà reproché maintes fois. Mais Morgane était une femme d’action et d’une volonté à toute épreuve. Elle en avait avalé des couleuvres. Et elle retrouverait la place qui était la sienne, voilà tout. Elle se souvenait des échanges sympathiques avec Philippe lors de la formation. Il était le seul type qui s’était un peu distingué du lot. Et elle l’avait raccompagné, rond comme une queue de pelle. Il s’étaient donc embrassés puis il avait ronflé consciencieusement alors qu’elle s’était allongée sur lui. Rien n’avait donc pu se passer ce soir-là ce qui avait un rien frustrée la vampire.

Morgane avait fait une arrivée remarquée. Elle l’avait naturellement fait exprès. L’homme sursauta lorsqu’elle posa ses mains sur ses épaules. Il devait se demander ce qui l’amenait ici. Elle sourit. Le mystère… C’était avec ça qu’on pouvait appâter la plupart des hommes. Ils désiraient savoir ce qui se cachait derrière ces tissus, derrière ce sourire, derrière ce regard. Et ils tombaient tous dans le piège, un jour ou l’autre. Ce n’était qu’une question de temps. Et d’alcool parfois.

Pour continuer à le perturber, elle le surnomma beau brun, évoquant une soirée de folie. Elle s’amusait. Jouer avec ses proies lui avait toujours procuré beaucoup de plaisir. Le plaisir de la chasse. De la séduction. Elle adorait cela.

Je t’ai bien ramené chez toi… Tu ne te souviens plus du reste ?? Tu es vraiment vexant… Pourtant, tu as eu l’air d’apprécier énormément ce que je t’ai fait…

Elle prit le verre qu’on venait de lui servir et attrapa le pic, laissant ses lèvres pulpeuses s’emparer de l’olive de façon provoquante. Elle haussa les épaules à la question de Raulne.

Y a-t-il besoin d’avoir une raison profonde pour voir un camarade avec qui le courant est passé ? Et avec qui on s’est… rapproché ?

Elle continuait son petit jeu, le tourmentant sur la nuit virtuelle qu’ils avaient soit disant passé.

Quoi de neuf de ton côté ? Le boulot ?
code by bat'phanie

_________________
SIX FOIS A TERRE, SEPT FOIS DEBOUT  
Notre grande guerre est spirituelle, notre grande dépression, c'est nos vies ©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Running After My Fate
Messages : 4329
Membre du mois : 8
Date d'inscription : 29/08/2016
Célébrité : Ben Affleck
Crédit : Eden Memories
Caractère : Courageux - Secret - Tacticien - Rieur
Métier : Responsable de la sécurité chez Total

Running After My Fate
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Eat my Brain   Sam 4 Nov - 16:10

Je me retrouvais encore une fois totalement perdu, et le fait qu’il s’agisse d’une habitude me déplaisait au plus haut point. A quel moment avais-je perdu à ce point le contrôle de mon existence ? Difficile de remonter au véritable commencement, vous pouvez me croire. En fait, il y avait toujours eu quelque chose qui clochait, et je n’avais jamais pu combattre les événements comme je l’avais parfois espéré ; le fait était qu’aujourd’hui j’avais plutôt le sentiment de n’être qu’un fétu de paille qui se retrouvait au beau milieu d’une tempête ; je ne pouvais pas faire grand-chose. Le dos rond pour éviter de prendre trop de coups et essayer de m’amarrer dès que je toucherais terre. C’était à mon sens la seule solution. Je ferais pareil avec la jeune brunette qui était venue me retrouver ce soir ; je savais qui elle était, vaguement en tout cas. Je ne me rappelais même plus de la boîte pour laquelle elle travaillait. J’aurais peut être pu mieux me tenir la dernière fois, mais je me rappelais que le séminaire avait été long, éprouvé… Et elle était à tomber, aussi. Son regard surtout, il y avait quelque chose dans le fond de ces yeux, quelque chose que je ne savais pas trop identifier mais qui m’intriguait.


En dehors du soupçon de concupiscence, bien sûr.


J’ai l’impression qu’elle se délecte un peu de ma réaction et qu’elle joue avec moi, ce qui m’agace et me frustre. Maudit soiffard, t’aurais pas pu t’empêcher de mettre ton nez dans le whisky pour une fois ? Quel bordel avais-je encore commis. Je rive un regard sérieux droit dans le sien alors que j’éventais le mensonge.



| Ok, tu m’as peut être ramené chez moi… Mais j’ai dormi avec ma femme, ce soir-là. Je me rappelle peut-être pas très bien de la soirée mais je me rappelle bien du réveil. |


Autant jouer cartes sur table et je n’étais pas du tout certain que la jeune française soit très honnête, et bien entendu cette réflexion induisait toute une série de questionnements plus graves : pourquoi s’aventurait-elle sur ce terrain ? De mémoire la dernière fois que je l’avais vue elle était bien sapée pour le boulot, et la voilà qui débarque en cuir super sexy. Qu’attendait-elle de moi ? Je devenais paranoïaque, sans aucun doute, mais le danger que nous courrions ma sœur et moi n’était pas à prendre à la légère, pas même un seul instant. Et elle continue de m’allumer avec son olive. Ca me rend pas indifférent, mais je suis sur mes gardes. Je passe sur le « rapprochement » parce que je suis maintenant à moitié convaincu qu’il se soit passé le moindre truc, mais elle me demande quoi de neuf. Le boulot ? Est-ce qu’elle s’intéressait à moi, ou à Total ?


| J’y vais plus trop, en ce moment. J’ai pris congé. Des fils de pute ont cramé ma maison et s’en sont pris à ma fille juste avant ça. Le temps que les affaires se tassent, je vais plus bosser et je garde un œil sur mes proches. Ils sont en sécurité, pour le moment. Et c’est tout ce qui m’intéresse. |


Je sirote mon verre, tellement prudent que j’évitais de le finir d’une traite celui-là ; je donnais simplement le change.


| Et toi ? Tu bosses pour qui déjà ? |

_________________

"Omnia si perdas, famam servare memento.
Même si tout est perdu, sache qu'il reste l'honneur à sauver"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/

avatar
Vampire Myklebust
Messages : 59
Membre du mois : 0
Date d'inscription : 17/09/2017
Célébrité : Kate Beckinsale
Crédit : A voir
Caractère : Sans pitié » Ambitieuse » Clairvoyante » Manipulatrice » Perspicace » Séductrice »
Métier : Réalisatrice
Affinités : Johannes Von Reiner


Maja Myklebust


Vampire Myklebust
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Eat my Brain   Dim 5 Nov - 19:42


EAT MY BRAIN
PHIL & MOMO
Morgane avait perdu le contrôle de sa vie, de sa position sociale surtout. Il y avait suffisamment longtemps que cela durait. Elle avait décidé de reprendre le contrôle de sa destinée. Johannes la lui avait dérobée lorsqu’il l’avait trahi. Elle ne laisserait plus cela se reproduire. Jamais. Morgane avait toujours été une battante. Elle ne se laissait pas faire et comptait bien se donner les moyens de ses ambitions. Elle était née pour diriger. Lorsque son créateur l’avait amené à la nuit, il l’avait formé, lui avait appris tout ce qu’il savait. Et elle était douée. Cela expliquait qu’elle ait monté si vite dans la hiérarchie. Et naturellement, elle avait fait des envieux. Etait-elle paranoïaque ? Non. Seulement réaliste. Elle savait que certains vampires étaient aussi ambitieux qu’elle-même. Et qu’on l’avait éliminé de façon bien trop expéditive pour que ce soit honnête. Oui, Morgane avait tendance à penser que le monde entier lui en voulait depuis sa chute. Et elle leur prouverait à tous qu’ils avaient eu tort de s’en prendre à elle. Johannes, Maja. La vengeance est un plat qui se mange froid…

Morgane est une chasseresse et elle a devant elle une proie bien tentante. L’homme a l’air d’avoir les épaules pour devenir quelqu’un. Un vampire d’un grand potentiel, elle a le nez pour ça. Elle avait transformé Johannes et elle l’avait formé. Elle avait fait de lui ce qu’il était aujourd’hui, un tueur. Mais ce qu’elle avait fait, elle pouvait le refaire. Et l’homme qu’elle avait en face d’elle était plutôt un bon candidat.

L’homme buvait son whisky en ayant l’air gêné. Elle le mettait mal à l’aise ? Tant mieux. Elle le toucherait davantage si elle c’était le cas. Morgane savait user du charme et de la séduction. C’était son mode de fonctionnement avec la gent masculine.

Ta femme ? Oui, elle nous a rejoint en cours de route, tu ne t’en rappelles pas ? Belle femme, je dois dire. Elle fait un peu trop de bruit quand elle grimpe aux rideaux en revanche.

Elle avait toujours ce sourire provoquant et amusé. Morgane avait fait partie des vampires qui avait traqué Cassandra Raulne. Elle se doutait que l’homme en face d’elle, au vu de son patronyme, avait un lien de famille avec elle. Ainsi, elle avait sa petite idée en tête. Si elle le transformait et qu’en plus elle dénichait la gamine, cela ferait d’une pierre deux coups. Et lui rendrait son lustre d’antan. Mais il allait falloir jouer finaud. Elle écarquilla les yeux et répondit :

Oh mon pauvre ! Mon Dieu ! Pourquoi des gens s’en prendraient à ta famille ?? Je te comprends… Mon fils est… parti… Je n’ai aucune nouvelle… Je sais ce que c’est de s’inquiéter pour ses proches.

C’était vrai. Tout ce qu’elle disait était vrai. Même si Philippe ne comprenait pas tout. Morgane sourit et but une gorgée de son martini. Elle croisa les jambes et se pencha vers l’homme, dévoilant son décolleté avantageux.

Je suis à mon compte. Je règle certaines affaires, notamment juridiques.  

Elle eut un sourire et passa le doigt sur la cuisse de Philippe, murmurant :

Marié... Tss... Quel dommage. Et... tu aimes toujours ta femme ?    
code by bat'phanie

_________________
SIX FOIS A TERRE, SEPT FOIS DEBOUT  
Notre grande guerre est spirituelle, notre grande dépression, c'est nos vies ©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Running After My Fate
Messages : 4329
Membre du mois : 8
Date d'inscription : 29/08/2016
Célébrité : Ben Affleck
Crédit : Eden Memories
Caractère : Courageux - Secret - Tacticien - Rieur
Métier : Responsable de la sécurité chez Total

Running After My Fate
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Eat my Brain   Lun 6 Nov - 0:38

Je me méfie, et quand je me méfie je deviens ouvertement suspicieux. Surtout si j’ai bu un peu d’alcool avant. Mes paupières se plissent, mon regard se fait inquisiteur. J’essaie de tout voir, de tout percevoir, convaincu que je peux encore tout analyser. Alors que je sais au fond de moi, que je suis devenu lent. Je doute. Je ne sais plus très bien ce que je dois faire, mais j’agis encore par instinct, ce même instinct qui jadis avait fait de moi un bon éclaireur et qui aujourd’hui me donnait une certaine clairvoyance dans mon travail. La jeune femme à côté de moi voulait quelque chose de moi, je le voyais bien. Habillée comme elle l’était, ce n’était pas uniquement par choix même si c’était peut être à son goût, mais c’était aussi et surtout pour me charmer. Je ne fais pas partie de ces hommes qui considèrent qu’ils peuvent prendre ce qu’ils pensent qu’on leur offre avec un emballage qui mérite à peine ce nom, mais je considère pourtant que sa tenue est un indicateur, un espèce de faisceau qu’elle m’envoie. En plus de ses sous entendus suggestifs. J’ai mon sixième sens, peut être un peu paranoïaque dernièrement, qui me donne bien l’impression qu’on cherche à me baiser, et pas qu’au sens propre du terme. Quoiqu’il en soit, je lis beaucoup d’intérêt dans son regard, même s’il ne semble pas uniquement charnel. Et quand elle parle de ma femme, je comprends qu’il s’agit d’une plaisanterie, douteuse, mais une plaisanterie quand même. Ca me rassurer ; j’avoue que je ne saurais pas comment j’aurais réagi si elle s’était montrée sérieuse de bout en bout.


| Bien sûr, c’est tout à fait son genre. | lâchais-je d’un ton dans lequel pointait très clairement le sarcasme.


Jaana n’était pas silencieuse, mais de là à la qualifier de bruyante, rien n’aurait tenu debout dans cette histoire de toute façon. Même si je ne pouvais qu’avouer que l’idée de voir les deux brunes dans le même lit aurait pu émoustiller un Philippe plus jeune et encore plus bête qu’aujourd’hui… Mais j’avais pris du plomb dans la tête, du moins je me plaisais à le croire alors qu’en vérité ce n’était pas franchement quelque chose de mesurable. Et là, la française eut l’air choquée, d’un coup d’un seul, lorsque je lui racontais la pire journée de ma vie. Etait-ce de la compassion sincère que j’entendais, ou est-ce qu’elle essayait maintenant de se mettre dans mes petits papiers ? Allez savoir, cette femme m’envoyait tellement de signaux que je me sentais bousculé de tous les côtés. En tout cas elle ne regardait pas les nouvelles, sinon elle saurait qu’on en voulait à ma famille à cause des activités de ma femme au sein du CNRB, quelle que soit la vérité à ce sujet d’ailleurs, entre ce qu’elle me soutenait et ce que la presse relayait depuis la conférence de ces saloperies de loups-garous. Je fronçais les sourcils, un peu choqué aussi de mon côté par sa révélation.


| Ton fils est parti ? Comment ça ? Qu’est-ce qui lui est arrivé ? |


Je ne touchais plus du tout à mon verre, désormais, convaincu comme je l’étais que quelque chose n’allait pas. Et voilà qu’elle m’allume à nouveau, sans trop en dévoiler pendant qu’elle me mettait sa poitrine sous le nez. Pourtant, c’était bien ses yeux que je regardais. Maintenant, je sentais que j’allais avoir des problèmes.[/b][/color] |


| Des affaires juridiques ? Ah, c’est pointu ça comme domaine. Des affaires de quelle nature ? C’est quoi le nom de ta boîte, déjà ? |


[i]Si je me braquais, elle ne parlerait pas. Et je sentais que j’étais en train d’être manipulé alors je ne voulais surtout pas qu’elle se ferme comme une huître. IL fallait que j’encourage ses confidences. Alors si je me crispais machinalement en sentant son doigt posé sur ma cuisse, je me détendais en relevant les yeux vers les siens, délaissant toujours mon verre. Ma main vint se plaquer sur la sienne et la guida à l’intérieur de ma cuisse. Même si je flairais le danger, je ne pus m’empêcher d’être excité par la perspective de tant de proximité alors que tous mes signaux d’alarme étaient au rouge vermillon.



| Disons que nous traversons quelques… Difficultés. Et toi, tu es toujours avec… Le père de ton fils, vous êtes venus tous ensemble en Norvège ? |


Mon petit doigt me disait que non.

_________________

"Omnia si perdas, famam servare memento.
Même si tout est perdu, sache qu'il reste l'honneur à sauver"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/

avatar
Vampire Myklebust
Messages : 59
Membre du mois : 0
Date d'inscription : 17/09/2017
Célébrité : Kate Beckinsale
Crédit : A voir
Caractère : Sans pitié » Ambitieuse » Clairvoyante » Manipulatrice » Perspicace » Séductrice »
Métier : Réalisatrice
Affinités : Johannes Von Reiner


Maja Myklebust


Vampire Myklebust
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Eat my Brain   Lun 6 Nov - 15:19


EAT MY BRAIN
PHIL & MOMO
L’homme est sur ses gardes, cela se voit. Morgane va devoir négocier finement. Il y a une règle, l’agneau ne doit jamais voir le couteau. S’il le voit, il panique. Fort heureusement pour Morgane, aucun agneau n’avait jamais vu le couteau. Elle était douée. Très douée dans son domaine. Et lorsqu’elle avait une proie en vue, elle ne la perdait jamais. C’était arrivé une fois et elle ne referait pas les mêmes erreurs. L’homme en face d’elle avait l’air tourmenté. Elle aimait cela. Les tourments pouvaient aider les choses. Tous les hommes étaient sensibles aux attraits féminins, du moins la plupart d’entre eux. Et à ce niveau-là, elle avait du charme à revendre. Morgane n’avait aucun scrupule à user de ses charmes pour parvenir à ses fins. Elle aimait cela, on pouvait avoir du bon temps. La mort permettait de se laisser aller sans craindre de se retrouver avec un moutard dans le tiroir. Une bonne chose. Mais l’homme en face d’elle a l’air de tout sauf d’un idiot. Elle doit le mettre le mettre en confiance. Elle garde son sourire énigmatique et elle ne le lâcha pas des yeux. Son sourire s’élargit lorsqu’elle entendit la réplique de Philippe.

Elle en a de la chance, ta femme… Ca doit être… distrayant de se retrouver sous la couette avec toi.

La nouvelle la fit prendre un air peiné. Certes, elle avait entendu la nouvelle aux infos mais elle préférait jouer l’ignorante. Par expérience, elle savait qu’il valait mieux feindre l’innocence, souvent cela se révélait payant. On apprenait beaucoup plus de quelqu’un lorsqu’il se racontait. Des mouvements du visage, des mots choisis à dessein. Tout cela était source d’information. Morgane s’était rapprochée de Philippe, lui laissant une vue imprenable sur son décolleté. Elle avait posé sa main sur son genou légèrement. Il ne fallait pas brusquer les hommes, sinon ils sentaient qu’il y avait quelque chose qui clochait. La question de Philippe ne la prit nullement au dépourvu. Elle répondit immédiatement :

Mon fils a été… négligeant. Il a mis de côtés ses devoirs, son travail pour ses proches amis. Lorsque j’ai éloigné ses amis de lui pour qu’il retrouve sa place, il m’en a voulu à mort et a quitté la maison.

Elle prit un air triste qui semblait parfaitement sincère. Car il l’était.

J’aimais tellement cet enfant… Enfin. C’est la vie.

Les questions continuaient d’affluer. Elle souriait, sachant mentir comme elle respirait. Ou du moins, comme elle respirait autrefois…

Oh, des affaires de toutes sortes. Principalement du droit des affaires. Particulièrement ennuyeux, j’en ai peur. Ma boîte est une modeste entreprise, peu connue.

La main qu’elle avait sagement posée sur le bas de sa cuisse fut soudainement saisie par l’homme. Il la fit remonter sur l’intérieur de sa cuisse. Le sourire de Morgane s’épanouit. Elle le laissa faire. Mais ce n’était que le début. Elle secoua la tête.

Je suis veuve… Cela fait des années… Parfaitement libre.

Elle ne s’en tint pas là et continua de glisser sa main le long de la cuisse jusqu’à arriver à son entrejambe. Elle s’était rapproché jusqu’à être à quelques millimètres de ses lèvres, sans les toucher toutefois.
code by bat'phanie

_________________
SIX FOIS A TERRE, SEPT FOIS DEBOUT  
Notre grande guerre est spirituelle, notre grande dépression, c'est nos vies ©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Running After My Fate
Messages : 4329
Membre du mois : 8
Date d'inscription : 29/08/2016
Célébrité : Ben Affleck
Crédit : Eden Memories
Caractère : Courageux - Secret - Tacticien - Rieur
Métier : Responsable de la sécurité chez Total

Running After My Fate
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Eat my Brain   Jeu 9 Nov - 20:47

Dans les circonstances présentes, je ne peux que me féliciter à avoir emmené une arme. Je n’avais pas besoin d’habitude de me balader avec ce Glock au numéro de série limé depuis des années, depuis que j’en avais fait l’acquisition après avoir quitté l’armée. Je n’en avais jamais eu besoin en dix ans, jusqu’à récemment. Quand j’avais chopé ces fils de putes s’en prendre à ma fille et la malmener dans la rue devant chez nous, mon sang n’avait fait qu’un tour et vues les circonstances, avec tout ce qu’il se passait à propos et autour de Jaana, je n’avais pas vraiment le choix. Alors j’étais sorti avec mon flingue, avait menacé ces enfoirés et avait tiré en l’air pour leur foutre la pétoche. Jamais ma fille ne m’avait vu aussi furieux et je me doutais bien que je l’avais à peu près autant épouvantée que les types qui la harcelaient… Mais au final, sa sécurité comptait bien plus que nos états d’âme à tous les deux, et je ne regrettais rien. Et la française à mes côtés qui ne lâchait rien me mettait en mode alerte rouge. J’étais en danger. Je ne savais pas pourquoi, je ne savais pas comment, mais je l’étais. Cette femme se montrait bien trop proche, bien trop lascive, pour que ce soit innocent. Elle essayait de me manipuler. Comme toutes celles qui m’approchaient dernièrement. Jaana avait eu raison ; je m’étais fait baiser en beauté et j’étais trop vieux pour ces conneries. Il n’en restait pas moins qu’elle aussi avait eu beaucoup à se reprocher, mais elle avait raison. J’avais été stupide de croire tout ce qu’on m’avait susurré au creux de l’oreille. Ma mâchoire se crispe alors que je serre les dents, bien qu’en sirotant un peu plus de mon whisky je trouvais le courage de continuer. Si cette femme attendait quelque chose de moi, c’était le moment où jamais d’en savoir plus. L’alcool me donnait aussi de l’assurance, et faisait plus facilement ressortir mon franc-parler.


| Oh oui, j’suis comme ça moi, distrayant. |


Même si récemment je l’avais pas vraiment fait marrer, Jaana, et je ne pensais pas que ça allait s’arranger de sitôt, de cela au moins j’étais certain quand bien même il y avait beaucoup d’inconnues dans notre relation, beaucoup de choses qui faisaient que je n’avais aucune idée de ce que ça pourrait donner à l’avenir. La jeune femme me parle de son fils. Je fronce les sourcils, pâs sûr de comprendre. Elle avait quoi elle, trente, trente-cinq ? Son fils ne devait pas être assez vieux pour être « négligent » comme elle disait.


| Et il a quel âge pour être dans la nature, ce fiston un peu turbulent ? |


J’essayais de démêler le vrai du faux car rapidement, j’avais bien compris qu’elle avait menti pour tout ou partie des choses qu’elle me racontait. Rien que ce rentre-dedans qu’elle me faisait, s’il était flatteur, était sans doute trop frontal pour être sincère. Jaana avait raison, putain, j’avais été complètement stupide de croire déjà que des jeunesses pouvaient s’intéresser à moi, mais alors un joli petit lot comme Morgane ? Elle avait une idée derrière la tête. Et elle me prévint qu’elle était veuve, et donc parfaitement libre.


| Veuve ? Si jeune ? |


Je me ravance alors qu’elle tripote mon entrejambe.


| Je ne sais pas si je dois être désolé ou t’avouer que ce n’est pas dommage. |

_________________

"Omnia si perdas, famam servare memento.
Même si tout est perdu, sache qu'il reste l'honneur à sauver"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/

avatar
Vampire Myklebust
Messages : 59
Membre du mois : 0
Date d'inscription : 17/09/2017
Célébrité : Kate Beckinsale
Crédit : A voir
Caractère : Sans pitié » Ambitieuse » Clairvoyante » Manipulatrice » Perspicace » Séductrice »
Métier : Réalisatrice
Affinités : Johannes Von Reiner


Maja Myklebust


Vampire Myklebust
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Eat my Brain   Sam 2 Déc - 13:55


EAT MY BRAIN
PHIL & MOMO
Morgane savait que lorsqu’un humain avait du potentiel, la lignée Myklebust mettait un point d’honneur à le rapatrier fissa dans le monde de la nuit. Et à ce jeu-là, elle en avait ramené quelques uns dans le giron de sa lignée. Mais elle avait merdé. Enfin, IL avait merdé. Après tout, elle l’avait libéré de ses entraves terrestres et elle n’avait même pas eu droit à un petit merci. Enfant ingrat. Elle avait pris sur elle de le former, de l’entraîner, de lui apprendre tout ce qu’elle savait. De l’aimer même. Comme elle n’avait jamais aimé auparavant sous sa forme humaine. Et il l’avait remercié par sa trahison. Elle avait tué sa famille ? La belle affaire ! Dans leur domaine, ils n’avaient pas à faire de sentimentalisme excessif. Non. Elle savait qu’il ne fallait avoir aucune attache. C’était le cadeau qu’elle avait fait à Johannes. Le libérer de ses attaches. Pour mieux s’attacher à lui. Ironie de la chose. Mais elle était déterminée à le retrouver. A le ramener à elle. Ou à l’éliminer de ses mains. Elle reporta son attention sur sa proie du moment. Il avait l’air de tout sauf d’un idiot. Elle allait devoir y aller en douceur. Parfois, certains hommes étaient si bêtes que le simple fait de leur mettre une paire de seins sous le nez leur faisait perdre tout sens commun. Celui-là n’en faisait définitivement pas parti. Elle allait devoir justifier la proximité qu’elle tentait de mettre en place. Morgane comptait bien obtenir des informations de la part de Philippe concernant sa frangine. Sans qu’il le sache, progressivement, il lui livrerait sûrement des informations. Elle devrait se dissimuler, avancer masquée jusqu’à le faire chuter dans les ténèbres, entraînant sa sœur avec lui. Elle sourit à la réplique de Phil qui disait que oui, il était distrayant.

Ca tombe bien, je manque terriblement de distraction en ce moment !

Il était curieux et lui posait des questions qui auraient pu être délicates. Mais Morgane était bien formée. Elle savait mentir comme ça, sans que personne ne puisse le détecter. Elle répliqua donc sans l’ombre d’une hésitation.

Il a 19 ans. Ah, la folie de la jeunesse. Je l’ai connu également. Il y a bien longtemps. J’ai eu mon fils tôt. Beaucoup trop tôt à dire vrai… C’est pour cette raison que je cherche à rattraper le temps perdu.

Morgane sentait l’homme tendu. Et pas seulement dans son pantalon. Elle savait qu’une femme aussi belle qu’elle –au diable la fausse modestie- ne s’intéresserait que rarement à un homme comme lui. Elle devait le convaincre du contraire. Après tout, il était quand même bel homme. Elle en avait séduit des plus moches que ça !

Et oui, je me suis également mariée très jeune. Un stupide accident de la route… C’était il y a quelques temps déjà. Enfin, ne parlons pas de choses tristes….

Il se ravance tandis qu’elle tripote son entrejambe. Sa réplique la fait sourire. Elle aime ce jeu de chat et de la souris. Elle se rapproche encore, effleurant ses lèvres.

Je préfère la sincérité. Et toi ? Tu aimes toujours ta femme ou tu es prêt à goûter à la nouveauté ?
code by bat'phanie

_________________
SIX FOIS A TERRE, SEPT FOIS DEBOUT  
Notre grande guerre est spirituelle, notre grande dépression, c'est nos vies ©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Les idéaux sont pacifiques, l'Histoire est violente
Messages : 623
Membre du mois : 54
Date d'inscription : 16/12/2016
Célébrité : Boyd Holbrook
Crédit : Torben
Métier : Soldat

Les idéaux sont pacifiques, l'Histoire est violente
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Eat my Brain   Sam 2 Déc - 15:49

Il m’avait fallu des jours et des jours pour me sortir de ce cauchemar éveillé que m’avait infligé Hunter Orvandil, maudite soit cette salope, pour être à nouveau capable de faire quelque chose, d’agir et de me rebeller. Je n’y étais arrivé qu’à moitié, après l’explosion de ma conscience sous l’effet de son sang. Elle m’avait violé, le corps comme mon esprit, et ce qu’elle m’avait forcé à faire malgré ma volonté resterait marqué dans ma mémoire, et dans mon âme, où elle avait apposé son nom au Fer Rouge. Jamais de toute ma vie je n’avais haï quelqu’un aussi fort. Elle avait réussi à avoir la palme. La folie qui s’était emparée de moi, alors, m’avait poussé aux pires extrêmités, et nos corps avaient été contusionnés, déchirés, meurtris, par la violence de notre union contre-nature. J’en étais ressorti cruellement blessé dans mon esprit et dans ma chair, peu à même de savoir comment agir et réagir à mon nouveau sort ; celui d’esclave de ses sens, de sa volonté à elle plutôt que la mienne. Heureusement pour moi, elle fut bientôt nommée à un autre poste ; je ne l’avais écoutée que distraitement alors que son avancement était officiellement avancé. Je savais ce que la séparation annonçait, pour moi ; encore plus de souffrance le temps que je me libère de mon addiction à son sang. Ca n’avait pas été facile d’affronter ce manque cruel et lancinant qui me brûlait les types, et Valhöll déplorait plusieurs disparitions suspectes tant ma soif de sang et de violence m’avait brûlé. Au final, je me retrouvais à chercher une nouvelle proie dans les bars miteux de la ville, et c’est par hasard que je tombais sur une addiction morte depuis plus longtemps encore que celle-ci…


Elle.


Elle était au bar, tout de cuir vêtue, avec un humain. Et je savais très bien ce qu’elle faisait, je le voyais dans son regard, même d’ici. Je la connaissais par cœur ; elle fut ma maîtresse, ma mère, ma compagne, mon amie. Elle fut tout cela, avant de laisser tomber le masque et de devenir mon ennemie. Je l’entendais, et elle parlait de moi. Cela ne m’étonnait pas. Mon goût pour le mensonge teinté de vérité venait bien d’elle. Je me rapprochais alors que je voyais ses mains sur l’humain, et sa main à lui sur elle. Cela ne fit pas naître chez moi de sentiment de jalousie ; Morgane et moi nous étions toujours partagés, et surtout, je nourrissais pour elle plus de haine que d’amour depuis plus de quinze ans. Je m’avance et pose ma main sur l’épaule de l’humain, qui se retourne, visiblement sur le qui-vive. J’use de mon pouvoir sur lui, suggérant d’une voix neutre que ce serait mieux qu’il s’en aille. Et ça marchait du premier coup ; l’homme avait été pris par surprise, j’avais directement verrouillé ses yeux et les miens, et le voilà qui partait, un peu perdu, comme un automate.



| Salut, maman. Alors, on parlait du vilain petit mouton noir comme faire-valoir, histoire de suçoter ce petit humain ? Je ne sais pas si tu as senti, mais il était dangereux, celui-là. Un jour tu y laisseras ta peau. Non pas que ça m’inquiète, bien sûr. J’applaudirais des deux mains le jour où ça arrivera, mais j’aimerais éviter que l’on me considère comme un incompétent de « naissance » si ma « mère » est morte aussi stupidement. On ne vous nourrit plus, chez les Myklebust, pour que tu aies l’air aussi morte de faim ? | lançais-je en appuyant bien sur les derniers mots pour souligner leur aspect péjoratif au possible

_________________

"Les idéaux sont pacifiques. L'Histoire est violente."
||
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Vampire Myklebust
Messages : 59
Membre du mois : 0
Date d'inscription : 17/09/2017
Célébrité : Kate Beckinsale
Crédit : A voir
Caractère : Sans pitié » Ambitieuse » Clairvoyante » Manipulatrice » Perspicace » Séductrice »
Métier : Réalisatrice
Affinités : Johannes Von Reiner


Maja Myklebust


Vampire Myklebust
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Eat my Brain   Sam 2 Déc - 19:07


EAT MY BRAIN
JOJO & MOMO
La proie était ferrée, ne restait qu’à ramener le poisson. Visiblement, Philippe était intéressé mais méfiant. Il ne tenait qu’à elle de détruire progressivement, méthodiquement cette méfiance. En paraissant inoffensive et amicale. Elle savait jouer la comédie mieux que quiconque. Certes, l’homme en face d’elle n’était pas innocent, elle le sentait. Il avait du sang sur les mains, c’était sûr. Un instinct, dirons-nous, le lui indiquait. Mais Morgane avait toujours aimé les défis. Les proies faciles, très peu pour elle, non. Elle préférait se dépasser, repousser ses limites. La facilité, c’était pour les faibles. Et elle était tout sauf faible. Elle savait séduire, jouer de ses charmes et le faisait avec délice. Qui a dit que le boulot devait être barbant ? On pouvait s’éclater un tant soit peu. Et Morgane ne s’en privait pas quand l’occasion se présentait. Elle s’était rapprochée de Philippe et l’homme, tout méfiant soit-il, ne repoussait pas pour autant. La main de la vampire tripotait toujours son entre jambe tandis qu’elle murmurait des réponses, la voix feutrée et suave. Elle n’avait pas le pouvoir de persuasion mais elle n’en avait jamais eu besoin pour enivrer les sens d’un homme. Elle savait comment s’y prendre.

Tout allait donc bien dans le meilleur des mondes. Jusque là. Jusqu’à l’entrée d’une forme humaine. Mais qui n’en était pas une. Le regard de Morgane monte jusqu’à lui et repart sur Philippe. Avant de revenir soudainement sur lui. Lui. Avec un grand L. Celui qui obsède ses pensées, ses nuits. Celui pour lequel elle est partagée entre une passion toujours bien présente et une déception teintée d’animosité. C’est de sa faute si elle en est là. Enfant ingrat. Elle ne pensait pas le croiser ici et maintenant. Ni voir cette espèce de lueur fauve dans son regard. Rien à voir avec le fait de la voir draguer un homme, elle le sait. Elle le connait trop bien pour penser qu’il pourrait être jaloux. Déjà lorsqu’ils étaient ensemble, ils ne l’ont été ni l’un ni l’autre, alors maintenant… Si elle avait eu encore un souffle de vie, nul doute que celui-ci aurait été coupé net. Elle se contente de l’observer fixement. Il s’avance et pose sa main sur l’épaule de Philippe qui se retourne. Elle sait déjà ce que Johannes compte faire. La persuasion. Et évidemment, pris par surprise, ça marche sur l’humain qui se lève et vide les lieux d’une démarche d’automate.

Morgane, seule à présent, reste immobile. Elle observe son infant. Il a l’air épuisé, le regard un peu fou. Qu’a-t-il subi exactement ? Improbable qu’il lui raconte gentiment ce qui se passe dans sa vie. Il la salue et commence directement les phrases cassantes. Le sourire de Morgane y répond. Il croit vraiment qu’avec ses petites attaques minables, il va réussir à la faire sortir de ses gonds ? Ou à la blesser ? Elle fait un geste de la main pour l’inviter à s’assoir.

Bonsoir, mon fils. Oh, tu es si cruel pour ta chère mère à qui tu as tant manqué. Tu t’inquiètes pour ma santé, voyez-vous ça ! C’est bien gentil mais ne va pas te faire des cheveux blancs pour moi. Je suis une grande fille, je sais très bien me défendre. Même contre toi.

Elle fait une pause, attrapant son verre et sirotant une gorgée avant de reporter une fois encore son regard sur son infant.

J’ai peut-être l’air morte de faim mais moi je n’ai pas le visage défait d’un vampire qui a trop goûté au sang des siens. Pas vrai ? Il y a pas mal de disparitions en ce moment. Certains disent qu’un vampire fou frappe sans crier gare. C’est ça ce que je t’ai appris ? A moins que ce ne soit depuis que tu es devenu le laquais des Orvandil que tu te mettes à faire n’importe quoi.

Elle sourit légèrement. Au fond d’elle, elle était ravie de le revoir. Il lui avait manqué. Elle l’aime toujours, bien sûr. Comme elle le haït pour l’outrage qu’il lui a fait subir.        
code by bat'phanie

_________________
SIX FOIS A TERRE, SEPT FOIS DEBOUT  
Notre grande guerre est spirituelle, notre grande dépression, c'est nos vies ©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Les idéaux sont pacifiques, l'Histoire est violente
Messages : 623
Membre du mois : 54
Date d'inscription : 16/12/2016
Célébrité : Boyd Holbrook
Crédit : Torben
Métier : Soldat

Les idéaux sont pacifiques, l'Histoire est violente
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Eat my Brain   Dim 3 Déc - 0:51

Je ne savais pas vraiment ce qui m’avait amené au devant de mon ancienne génitrice, celle par qui j’étais mort et revenu à la vie. Sans doute l’inconséquence de notre relation et de ma nature profonde, soupoudrées de mon inénarrable arrogance, et bien sûr, par le brûlant désir de revanche. Quoiqu’il se passe, j’avais toujours eu l’esprit de contradiction si développé que si la raison me pousserait normalement à agir d’une certaine façon, et bien je finirais par faire tout le contraire. Ce trait de caractère était sans aucun doute quelque peu exacerbé par le fait que je me retrouvais à aborder une vampire plus vieille et plus forte que je ne l’étais, et en plus de ça je ne pouvais pas nier que les stigmates physiques et psychologiques de ma récente incarcération ne s’étaient pas encore totalement effacés. C’était comme ça et je n’y pouvais pas grand-chose, mais ça ne contribuait pas à me rendre plus prudent, c’était même tout le contraire. Voir la vampire séduire cet humain comme elle le fit jadis avec moi avait réveillé des sentiments au plus profond de mon âme, une jalousie féroce couplée à une haine terrible. Je me devais donc d’agir, et je chassais bien vite l’humain pour être le plus tranquille possible dans cette action.  Si j’en avais eu l’occasion, j’aurais moi-même défoncé cet humain… Mais il y avait trop de témoins potentiels et très sincèrement, je n’étais pas du tout certain que ça en vaille la peine.


Morgane m’accueille avec politesse, comme si nous étions toujours en 1798. Elle me dit que je suis cruel, car l’éloignement et la distance l’ont longtemps privée de moi. Et voilà déjà la première menace, même pas voilée ; elle a toujours assumer le fait que nous pouvions nous battre à mort l’un contre l’autre mais sans la plus petite garantie que ce soit moi qui en sorte vainqueur. Fort et frénétique, c’était ce que j’étais. Mais elle était plus agile, plus expérimentée, et elle était aussi plus précise dans sa manière de se battre.



| Des cheveux blancs je n’en aurais jamais, puisque tu as voulu qu’il en soit ainsi. Mais je m’inquiétais malgré tout, parce qu’ainsi accoutrée en chienne, tous les loups du coin vont avoir les crocs, et je ne voudrais pas que le privilège de te faire la peau me file entre les doigts. |


Le jour où j’avais su la vérité sur la mort de ma famille et sur ma transformation, j’avais essayé de l’égorger, de l’abattre. Il avait fallu nous séparer et cela avait provoqué ma surveillance par mes supérieurs, puis mon transfert vers une autre lignée, demande rarissime qui me fut accordée, mais qui signait aussi la haine inaltérable de ceux avec qui je m’étais battu tant d’années. J’affiche un sourire goguenard quand elle me rabroue. Comment avait-elle su ? Mystère, et ce qui jadis faisait son charme me mettait maintenant sur mes gardes.


| Oh, je n’en suis pourle moment réduit qu’à vouloir la mort d’un seul vampire. Mais c’est vrai que je me suis découvert un péché mignon, le sang de ma responsable. Ca te rappelle quelque chose, peut-être ? Les choses que je lui ai faites… Mon corps en a porté les marques malgré tout le sang que j’ai bu pour me soigner, et tu aurais vu son état… Il faut dire que les Orvandil ne sont pas plus intelligents ou alertes que vous autres, Myklebust, mais ce sont de sacrés compagnons de jeu. |

_________________

"Les idéaux sont pacifiques. L'Histoire est violente."
||
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Vampire Myklebust
Messages : 59
Membre du mois : 0
Date d'inscription : 17/09/2017
Célébrité : Kate Beckinsale
Crédit : A voir
Caractère : Sans pitié » Ambitieuse » Clairvoyante » Manipulatrice » Perspicace » Séductrice »
Métier : Réalisatrice
Affinités : Johannes Von Reiner


Maja Myklebust


Vampire Myklebust
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Eat my Brain   Dim 3 Déc - 14:32


EAT MY BRAIN
JOJO & MOMO
Ils étaient liés l’un à l’autre. Ils l’avaient toujours été depuis que Morgane l’avait transformé. Ils ne pourraient jamais renoncer vraiment l’un à l’autre ou devenir indifférents. Non. Elle le savait tout comme il le savait. Et c’était peut-être cela qui poussait le destin à toujours les réunir, malgré eux parfois. Morgane avait ressenti une profonde colère lors de la désertion de son infant mais également une violente peine. Il avait cherché à la tuer. Certes, elle avait défendu chèrement sa non-vie et Johannes avait dû panser ses plaies. Mais elle était surtout blessée psychiquement. Elle l’avait aimé pendant des centaines d’années et on n’effaçait pas un sentiment profond aussi aisément. Il était tellement plus simple de le transformer en haine pure et dure. Ils se connaissaient par cœur, l’un comme l’autre. Ils pouvaient anticiper leurs actions respectives. Seul l’âge avancé de Morgane et sa grande habileté au combat lui permettaient de conserver l’avantage sur Johannes, elle en était pleinement consciente. L’arrivée de son infant provoqua une myriade d’émotions chez elle. Mais elle fut particulièrement amusée de constater qu’il avait commencé par virer l’humain. L’étincelle qu’elle aperçut dans son regard ne pouvait la tromper. Il était jaloux. Même s’il refusait de l’admettre lui-même, elle connaissait ces yeux. Et elle en était ravie, elle devait bien le reconnaître. Tout n’était pas aussi clair dans la tête de son fils qu’il ne le laissait entendre. Des sentiments contradictoires devaient également le saisir. La façon dont il suivit l’homme quelques secondes montrait clairement que s’ils avaient été seuls, il aurait été ravi de le transformer en charpie.

L’accueil fut cordial de la part de Morgane. Elle attendait de voir ce que Johannes lui voulait. Elle contempla son visage, dévora des yeux ses lèvres, ses yeux. La remarque de son infant la fit sourire largement. S’il faisait une remarque sur sa tenue, elle n’était pas stupide, c’est qu’il l’avait maté. Se pouvait-il que des sentiments troubles naissent encore chez son infant, malgré leurs profonds différends de ces dernières années ? Sa présence ravivait une flamme chez elle qui ne s’était jamais vraiment éteinte. Et s’il y avait possibilité de rapprochement, elle ne laisserait pas passer cette occasion. Elle sourit donc, croisant les jambes et dévoilant ainsi ses cuisses. Se rapprochant de lui, elle huma son odeur qu’elle connaissait par cœur et qu’elle aurait pu reconnaître entre milles. Puis, elle lui répondit en murmurant à son oreille :

C’est ma peau qui pourrait te filer entre les doigts. Je sais que tu en as envie. Je pourrais être ta chienne personnelle pour la soirée. Comme au bon vieux temps. Qu’en dis-tu ? Une façon agréable de te venger en possédant celle qui t’a fait tant de mal.

Elle savait que, tout comme elle, rien n’était réglé dans sa tête et dans son cœur. Oui, il la haïssait comme elle le haïssait. Et pourtant, cela ne l’empêchait pas d’avoir une furieuse envie de lui, là, tout de suite et maintenant. Le reste de son discours alluma la flamme de la jalousie dans le cœur de Morgane. Elle le dissimula du mieux qu’elle pouvait, consciente que cet accès d’émotion n’avait sûrement pas échappé à son infant qui allait probablement s’en amuser. Elle renifla d’un air dédaigneux en se reculant de lui.

Je suppose qu’on s’amuse avec ce qu’on a sous la main, faute de mieux. Tu es descendu bien bas, mon fils. Je t’avais habitué à mieux que cela. Il est grand temps que j’enfante un autre petit afin d’avoir enfin quelqu’un de loyal envers moi.
code by bat'phanie

_________________
SIX FOIS A TERRE, SEPT FOIS DEBOUT  
Notre grande guerre est spirituelle, notre grande dépression, c'est nos vies ©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Les idéaux sont pacifiques, l'Histoire est violente
Messages : 623
Membre du mois : 54
Date d'inscription : 16/12/2016
Célébrité : Boyd Holbrook
Crédit : Torben
Métier : Soldat

Les idéaux sont pacifiques, l'Histoire est violente
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Eat my Brain   Mar 12 Déc - 14:28

Morgane ne manifeste aucune gêne ni aucune honte devant moi. Ce n’est pas dans son habitude de nourrir des remords, certes non, et il était clair aussi que nous ne pourrions pas non plus trouver de terrains d’entente par rapport à tout ce qu’elle avait fait par le passé, me manoeuvrant comme une araignée tissant sa toile, pour me faire succomber autant à ses charmes qu’à son pouvoir. Qu’est-ce que j’avais pu être bête et naïf lorsque j’avais été transformé. Ne m’étais-je pas demandé comment elle avait fait pour venir si vite, ou par quel mirobolant hasard elle avait été à proximité de Leipzig en ce mois de septembre 1813 ? Arrivant deux jours après le massacre de ma famille, sur un champ de bataille jonché de dizaines de milliers de morts et de blessés dans ce qui fut la plus grande hécatombe des temps modernes avant la première guerre mondiale ? Sans doute lui avais-je déjà posé la question, jadis. Oui, j’avais dû le faire. Mais ne la suspectant de rien, je n’avais pas dû prendre au sérieux les quelques doutes que j’avais pu avoir à l’époque. Fieffé imbécile, toujours plus tenu par ses couilles que par sa raison.

Je ne pouvais pas faire grand chose contre l’air arrogant et suffisant qu’elle arborait lorsque je prenais place à ses côtés, visiblement convaincue par sa propre importance et par le fait que si je venais c’était pour elle. Je ne pouvais pas totalement nier ce deuxième fait, mais ce n’était pas tellement pour les raisons qu’elle devait justement imaginer. Et la voilà qui lascive, se fend d’un défi sensuel à mes oreilles, heurtant mes sens et ma conscience de la subtile caresse d’une promesse susurrée. Je rétorque, m’efforçant de rester maître de moi-même alors que ce fut toujours difficile en sa présence. Mais paradoxalement, le calvaire qu’Hunter m’avait infligé avait remplacé cette vieille addiction qu’était ma créatrice par une toute nouvelle ; le sang de ma maîtresse.



| Tu n’as visiblement pas besoin de moi pour passer pour une chienne... L’humain était si bouillant qu’il t’en aurait meurtri le corps par tant de force et d’empressement. Quelque chose que tu ne sais plus éveiller chez moi, aujourd’hui. J’ai trouvé bien mieux en la matière. |


Et ce bien mieux, c’était Hunter. Dix fois pire que ne l’avait jamais été Morgane. Personne ne m’avait jamais causé autant de tords que ma responsable tout juste partie, personne ne m’avait jamais autant brisé et retourné comme une crêpe, se jouant de moi avec ses mots incisifs comme des scalpels aiguisés qui m’avaient laissés nus et sanguinolent, le corps brisé par ses sévices, la fierté évanouie, la dignité disparue. Elle avait tout sacrifié, cette distance qui permet le commandement, cette retenue qui impose le respect... Tout ça rien que pour me détruire, oblitérer à jamais toute menace venant de ma part. Je note que sa suffisance laisse bien vite place à la jalousie la plus ardente et la plus amère, qui chez elle, je le savais d’expérience, avait toujours eu tendance à la rendre folle. Je hausse les épaules, quand elle me parle d’enfanter à nouveau.


| Fait donc. Il semblerait de mon côté que je t’oublie à tout jamais auprès d’une humaine, qui deviendra prochainement ma propre fille... J’ai trouvé mieux dans ce siècle que dans celui qui m’a vu naître et mourir. |


Je comptais bien rendre Morgane folle de rage et verte de jalousie, pour lui faire perdre toute mesure et enfin, provoquer ce combat que je n’avais que trop attendu.

_________________

"Les idéaux sont pacifiques. L'Histoire est violente."
||
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Vampire Myklebust
Messages : 59
Membre du mois : 0
Date d'inscription : 17/09/2017
Célébrité : Kate Beckinsale
Crédit : A voir
Caractère : Sans pitié » Ambitieuse » Clairvoyante » Manipulatrice » Perspicace » Séductrice »
Métier : Réalisatrice
Affinités : Johannes Von Reiner


Maja Myklebust


Vampire Myklebust
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Eat my Brain   Ven 15 Déc - 1:04


EAT MY BRAIN
JOJO & MOMO
Morgane avait toujours été sûre d’elle. Devant son infant, elle ne comptait pas changer ses habitudes. Elle ne sait pas regretter. Elle ne sait pas ce que c’est que d’avoir des remords. Lorsque la vampire avait décidé de faire quelque chose, elle l’avait muri, réfléchi, et voulu. Ensuite, elle assumait. Comme elle avait assumé Johannes lors de sa naissance et également lors de sa faute. Elle avait payé pour lui. Enfant ingrat. Elle l’avait éduqué, élevé. Elle l’aimait. Tout comme elle rêvait de le détruire. Elle ne doutait pas de ses intentions. Elle savait que son infant avait exactement les mêmes intentions qu’elle. Mais Johannes n’avait jamais été un idiot, à défaut d’être impulsif parfois. Il savait aussi bien qu’elle qui était le plus puissant. Morgane ne voyait aucun inconvénient à se battre ici même. Certes, elle avait déjà eu des soucis auprès de Maja. Mais lorsque Johannes était dans le coin, elle oubliait toute prudence. Elle pensait bien lui expliquer les raisons qui l’avaient poussé au meurtre de sa famille mais, le connaissant, ça ne ferait qu’ajouter de l’huile sur le feu.

Elle voit bien qu’il est sur la défensive. Mais elle sait qu’il est embrouillé dans des sentiments contradictoires, même si la haine est plus que prédominante. Cependant, Morgane ignore ce que Johannes a subi de sa nouvelle maîtresse. Certes, elle l’a fait souffrir mais il ne devait jamais l’apprendre. Tandis que sa nouvelle maîtresse, elle, l’a fait sciemment. Elle continue à l’observer, à contempler ce visage qu’elle a si souvent embrassé, ses lèvres si pâles. Il a l’air épuisé. Vidé. Que lui a-t-elle fait ? Morgane se surprend à s’inquiéter pour lui. Amusant autant qu’étrange. La promesse lascive qu’elle lui fait à l’oreille, tout en dévoilant son corps fait frémir le jeune vampire, même s’il le cache plutôt bien. Elle hausse les épaules, se reculant, tout en laissant ses cuisses découvertes. Un sourire carnassier joue sur ses lèvres.

Dans ce cas, est-ce là ta vengeance ? Me priver d’une partie de jambes en l’air avec un humain qui m’aurait procuré du plaisir ? Voyais-tu en lui un rival à ce point sérieux ? Je suis mortifié. Quelle rude leçon pour moi. Mais si je n’éveille plus ce genre de désir en toi, crois bien que je le regrette. Il faut bien que je trouve mon bonheur ailleurs que dans tes bras.

Oui, elle avait une pointe de jalousie qu’elle dissimulait au fond d’elle-même. Tout comme Johannes, elle le sentait. Ils avaient envie de se détruire pour ce que chacun avait fait à l’autre et en même temps, rien n’était moins évident. Jamais Morgane n’avait rencontré quelqu’un comme Johannes. Un talent certain. Un charisme. Un physique parfait. Elle ne s’était pas trompé en le transformant. Elle s’était trompée sur d’autres points le concernant. Elle sourit largement à la réplique de son infant. Elle savait à quel petit jeu il jouait. Mais elle était bien plus forte que lui et elle en était consciente. Se penchant à nouveau vers lui, elle emprisonna ses lèvres dans un baiser fiévreux qui dura quelques secondes jusqu’à entailler sa lèvre inférieure entre ses canines acérées. Elle s’écarta, se léchant les lèvres avec délice, retrouvant le goût de ce sang qu’elle n’avait pas goûté depuis ce qui lui semblait être une éternité. Elle répondit seulement alors dans un murmure :

Tu ne pourras jamais trouvé mieux, Johannes. Nous sommes liés par le sang. Tu ne pourras jamais défaire ce que j’ai fait. Je t’ai donné la vie. Je t’ai donné mon cœur. Je t’ai donné mon âme ou du moins le peu qu’il en restait. Nous étions appelés à régner sur la lignée Myklebust. Et c’est encore possible. Mais tu ne trouveras aucune femelle qui te satisfera pleinement. Et tu me reviendras toujours. D’une façon ou d’une autre. Même si c’est dans le but de me tuer. Cela ne finira que par la mort de l’un de nous deux. Ou par nos retrouvailles. Tu le sais aussi bien que moi, mon amour.
code by bat'phanie

_________________
SIX FOIS A TERRE, SEPT FOIS DEBOUT  
Notre grande guerre est spirituelle, notre grande dépression, c'est nos vies ©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Les idéaux sont pacifiques, l'Histoire est violente
Messages : 623
Membre du mois : 54
Date d'inscription : 16/12/2016
Célébrité : Boyd Holbrook
Crédit : Torben
Métier : Soldat

Les idéaux sont pacifiques, l'Histoire est violente
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Eat my Brain   Dim 17 Déc - 20:37

Je ne ressentais absolument aucune honte à l’idée d’essayer de rendre jalouse ma créatrice. Cette garce l’avait bien mérité. Elle avait d’abord essayé de me rendre fou, quand j’étais humain. J’avais pris ça pour de la séduction, quand j’étais humain, et puis j’avais évolué. J’avais compris, ce qu’il en était vraiment. Ce qu’avait attendu Morgane. L’étrange coïncidence de son retour, de ma transformation, et du massacre de ma famille. Ce n’étaient pas les cosaques, juste avant le psychocrash de Leipzig. Loin de là. Il n’y avait aucun russe et pas plus d’ukrainiens parmi eux. Ils étaient tous allemands ou français, tous vampires ou affiliés à ma nouvelle maîtresse. Et elle n’avait agi en ce sens que pour m’avoir, comme le juteux spécimen de sa collection. Je savais qu’elle tenait à moi, et j’avais un temps pensé que c’était pour mes beaux yeux. Ma femme avait eu raison, jadis, de me considérer comme le dernier des teubés, faible comme jamais vis-à-vis des femmes. A l’époque, tout à mon arrogance aristocratique, je pensais que tout m’était dû, que toutes étaient miennes, et que la vie n’était un jeu que jusqu’à ce qu’on soit frappé d’un tir de mousquet ou d’un boulet de canon comme tant de mes camarades de régiments, au service du Roi-Electeur de Saxe. Les choses avaient bien changé, depuis, et je ne pouvais en aucun cas me montrer stupide au point de croire que tout changeait pour autant. Il y avait des choses qui elles, ne changeaient jamais…


La vampire est encore là. Séduisante au point d’en être vulgaire, habillée comme toujours à la pointe de ce que l’espèce humaine tolérait comme voyeurisme et comme sensualité. Toujours débridée, chez elle. Je la reconnaissais bien là. A jouer sur les bas instincts des hommes. Je m’y laissais prendre, jadis. Mais finalement, elle ne pouvait pas soutenir la comparaison d’Hunter Orvandil, bien plus au fait qu’elle de toutes les choses de la séduction, de la violence née des rapports entre sexes. Morgane avait d’autres armes, mais je ne lui reconnaissais plus la moindre suprématie, dans aucun sujet en tout cas. Et elle parle de son petit plaisir, avec son humain, tout aussi petit. Pitoyable. Risible. J’en aurais presque de la peine pour elle, et je ne ressens plus le moindre respect pour celle qui fut ma créatrice.



| Oh oui, ton bonheur auprès d’une espèce de larve qui pue l’alcool et la défaite. J’ai beaucoup de peine à te voir faire de la sorte, ça ne me donne pas une très haute opinion de moi-même, de savoir que j’ai moi-même été considéré de la même façon, il y a longtemps. Tu n’es vraiment qu’une chienne. |


Et je ne ressentais véritablement aucune honte à la considérer ainsi. Je ressentais surtout un certain dépit de n’avoir pas su anticiper les choses, d’avoir totalement échoué à pressentir le drame qui se jouait dans ma vie. Et elle sourit, cette garce. Ravie de ce qu’elle est, de ce qu’elle a fait. Et la voilà qui m’embrasse, mais je la repousse violemment sitôt écartée alors qu’on dirait un chat, quand elle se lèche les babines. Je suis furieux, et je n’ai aucun problème avec les exclamations surprises des humains alentours, ou de leurs regards. Je n’ai rien à faire de tous ces gens, car je sais très bien que je pourrais tous me les massacrer, un à un, si jamais la situation dégénérait à ce point. Sans le moindre remord, ni la plus petite retenue. Je les tuerais tous, si cela me permettait de l’atteindre elle.


| Je vais en transformer une autre, plus belle, plus forte que tu ne l’as jamais été. Elle est bien plus capable que toi, puisque tu n’as jamais été humaine, même avant que tu ne meures et ne sois changée. Elle est forte de ses faiblesses, et ça, tu ne pourras jamais le comprendre. Je vais la transformer, et je vais tous vous buter. Je deviendrais le maître, et alors que j’aurais réduit tous tes alliés à néant et tous tes rêves… Alors, je t’autoriserais à mourir. |

_________________

"Les idéaux sont pacifiques. L'Histoire est violente."
||
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Vampire Myklebust
Messages : 59
Membre du mois : 0
Date d'inscription : 17/09/2017
Célébrité : Kate Beckinsale
Crédit : A voir
Caractère : Sans pitié » Ambitieuse » Clairvoyante » Manipulatrice » Perspicace » Séductrice »
Métier : Réalisatrice
Affinités : Johannes Von Reiner


Maja Myklebust


Vampire Myklebust
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Eat my Brain   Ven 29 Déc - 11:06


EAT MY BRAIN
JOJO & MOMO
Morgane connaissait Johannes par coeur. Aussi savait-elle ce qu'il était en train d'essayer de faire. La rendre jalouse, c'était mignon. Presque enfantin. Il souhaitait la faire sortir de ses gonds ? Elle ne lui donnerait pas ce plaisir. Certes, elle était impulsive et violente mais depuis des siècles, elle avait appris à se contrôler un minimum. Ce n'était pas avec ces enfantillages qu'il allait réussir à la mettre en colère. Si Morgane avait fait ce qu'elle avait fait, c'était pour amener Johannes dans le monde de la nuit. Il avait un énorme potentiel qu'il allait gâcher en se pavanant comme un coq, enchaînant les conquêtes féminines et les combats sans intérêt, du point de vue de Morgane. Il y avait mieux à faire de sa vie, notamment la perdre pour devenir autre chose. S'il était puissant et fort aujourd'hui, il lui devait tout et il le savait. Comment pouvait-il à ce point être ingrat ? Il devait bien se rendre compte au fond de lui-même qu'il lui devait son être, sa vie même. Certes, elle avait détruit sa famille mais cela remontait à des siècles. Dieu qu'il pouvait être rancunier. C'était de l'histoire ancienne, il ferait mieux de passer à autre chose. Oui, Morgane n'avait pas eu de famille ou du moins elle ne s'en souvenait plus du tout. L'amour d'une mère, le sourire d'un fils, elle ignorait ce que cela pouvait bien représenter pour quelqu'un. Ou du moins, elle pouvait se l'imaginer à partir de sa relation avec Johannes. Il avait été son fils, son amant, son ami. Ils avaient partagé des siècles ensemble. Ils étaient tout l'un pour l'autre. Et voilà que son infant avait tout gâché. Stupide.

Morgane faisait exprès d'être aguicheuse et provoquante. Bien sûr qu'elle essayait de ramener Johannes dans ses filets. Elle oscillait entre la volonté de lui faire ravaler ses paroles dans la gorge et l'envie de lui sauter dessus dans une étreinte violente. Mais nul doute qu'en l'état, c'était peine perdue. La jeune femme observait sa proie, ses yeux fixés sur lui sans ciller. Il avait une tête à faire peur. Il portait les stigmates de ce que lui avait sa chère et tendre. Morgane ressentait une pointe de jalousie aux paroles que prononça son infant. Elle y résista cependant, se contentant d'un grand sourire. Il y avait une forme de jalousie dans ses propos et même si Johannes la détestait, Morgane savait que tout n'était pas si clair. Elle répondit d'une voix suave :

Mais, Johannes, mon cher, tu étais toi-même devenu une larve lorsque je t'ai transformé. Tu avais tout perdu, souviens-toi. Et pourtant, te voilà aujourd'hui devenu un Etre de la Nuit. Comme quoi, tout peut arriver. Cet humain a quelque chose. Quelque chose que visiblement tu n'as pas senti. Je suis peut-être une chienne mais moi, j'ai toujours su qui j'étais, ce que j'étais et je l'assume, mon grand. Toi, tu as été faible. Tu n'as pas été capable de faire ce qu'il fallait pour te libérer de tes entraves terrestres. Alors, venir ensuite me reprocher ce que j'ai fait pour toi, c'est minable.

Son infant est un être fier et elle le sait. Elle sait qu'il se trouve stupide de s'être fait avoir. Elle s'en amuse. Elle s'empare de ses lèvres mais il la projette violemment en arrière, le corps de Morgane s'écrasant violemment au sol. Elle sourit, découvrant ses canines pleines de sang. Elle se fiche éperdument des humains qui sont présents autour d'eux. Certains d'ailleurs vident les lieux en voyant l'échauffourée démarrer. Ils n'ont encore rien vu. Johannes reprend la parole, évoquant une future infante. Ca y est. Il a réussi. Elle est jalouse. Il peut être fier de lui. Morgane se redresse et se jette sur lui.

Je préfère te tuer de mes mains que de te laisser partir, Johannes. Cette catin que tu comptes transformer n'a pas donné ce que j'ai donné pour toi. Tu es trop en colère pour t'en apercevoir, soit. Mais je ne te laisserai pas partir. Jamais. Tu es à moi tout comme je suis à toi.        
code by bat'phanie

_________________
SIX FOIS A TERRE, SEPT FOIS DEBOUT  
Notre grande guerre est spirituelle, notre grande dépression, c'est nos vies ©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 517
Membre du mois : 920
Date d'inscription : 11/10/2016

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Eat my Brain   Ven 29 Déc - 11:06

Le membre 'Morgane de Beauregard' a effectué l'action suivante : On passe à l\'action !


'ATQ' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Les idéaux sont pacifiques, l'Histoire est violente
Messages : 623
Membre du mois : 54
Date d'inscription : 16/12/2016
Célébrité : Boyd Holbrook
Crédit : Torben
Métier : Soldat

Les idéaux sont pacifiques, l'Histoire est violente
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Eat my Brain   Jeu 4 Jan - 22:33

Je me complais dans la satisfaction, la joie sauvage de la faire bisquer le plus possible. Morgane a toujours été si sûre d’elle, si forte et si persuadée que ce serait elle qui aurait le fin mot de l’histoire. Je sais bien qu’elle va se montrer encore plus séductrice et provoquante que d’habitude, et qu’elle sera dans une colère noire si jamais elle se rend compte que ça n’a pas de prise sur moi. Qu’y puis-je ? Il aura fallu que je sois torturé et drogué pour que je sache me détacher un rien de l’emprise qu’elle avait exercée sur moi pendant plus de deux siècles. La vie était cruelle, mais la nôtre était encore pire ; jamais aucun de nous deux ne serait pleinement satisfait du lien que nous partagions. Notre malédiction… Je lui avais couru après pendant longtemps, mais nos devoirs respectifs nous avaient beaucoup séparés, et elle avait dû s’acoquiner avec bien des hommes pour monter les échelons… Mais je n’avais rien dit, jamais, parce que ce serait sortir de la place qui était la mienne, moi, son enfant. Aujourd’hui, je ne l’étais plus. Je l’avais reniée, et elle était devenue mon ennemie. Même si elle exerçait toujours un énorme pouvoir de subversion sur moi, et d’attraction aussi, on avait supplanté cet ascendant par un autre, le besoin viscéral, irrépressible, de ma nouvelle chef de cellule chez les Orvandil. Cette salope de Hunter, qui m’avait rendu fou et m’avait possédé comme jamais Morgane ne l’avait fait. Morgane m’avait jadis énormément pris, puis donné. Mais nous avions aussi beaucoup partagé. Hunter elle, ne partageait pas. Elle prenait ce qu’elle voulait, quitte à vous briser et vous laisser sur le bord de la route. Elle jouait avec moi, mais je ne pouvais rien faire contre. Je la détestais presque plus que je détestais Morgane, l’une m’avait asservi à une existence inhumaine, l’autre m’avait rendu son esclave. Les deux méritaient la mort, mais je devais d’abord reprendre des forces.


Morgane réagit mieux encore que ce à quoi je m’étais attendu, et elle était furieuse. Jamais je ne l’avais sentie comme ça, c’était le cas de le dire. Elle avait été déçue et blessée par ma tentative de meurtre, quinze ans plus tôt, mais elle avait été sans doute trop surprise à ce moment là pour réagir plus brutalement. Aujourd’hui elle me connaissait mieux et pis, elle me sentais forcément lui glisser de plus en plus entre les doigts depuis ma rupture brutale avec les Myklebust. Je la sentais furieuse, mais la colère chez Morgane avait souvent entraîné d’autres réactions ; elle contre-attaquait, et n’avait jamais été prisonnière comme moi de sa fureur. Je la regardais, à mon tour en colère.



| Tu n’es vraiment qu’une salope pour ne pas voir qu’assassiner toute ma famille pour me faire tomber dans tes filets était une erreur. Je n’étais pas une loque. J’étais un aristocrate et un guerrier respecté, j’avais un nom, un domaine, des gens qui m’étaient proches. Tu m’as tout volé en me berçant de mensonges ô combien suaves et empoisonnés… Transforme-donc cet humain si ça t’amuse, brise d’autres vies. J’assume bien plus que toi ce que je suis aujourd’hui. La nourriture, je la dévore. Toi tu te contentes de jouer avec comme une gamine capricieuse. |


Je mentais à moitié, mais j’apprenais. Le mensonge et la tromperie faisaient visiblement partie de notre nature intrinsèque ; Hunter et Morgane en usaient sans cesse. Alors pourquoi pas moi ? Je lui parlais de l’humaine que je m’étais attachée, et je jouais bel et bien avec elle. Mais pas que. Morgane pouvait le sentir, il y avait plus. Je la bouscule et des humains lâchent des expressions courroucées ou surprises autour de nous, mais ni la française ni moi ne relevons ; ce ne sont que des moustiques qui ne peuvent rien pour nous arrêter. Je la dévisage d’un air meurtrier, mais ricane quand elle me ressort ses si précieux « sentiments ».


| Tu te trompes, Morgane. Je suis à Elle, maintenant, je suis à ma générale. Elle me possède bien plus que tu ne l’as jamais fait. |


Je savais que la perspective de ma possession ferait enrager Morgane, elle qui n’avait qu’une vague idée de l’amour véritable, ne vivant que de tromperies, de passions dévorantes mais dangereuses.


| Tu peux toujours essayer de me tuer, mais tu échoueras. Et la prochaine fois que tu me verras, il y aura ma commandante à mes côtés… Et ma nouvelle compagne. Pour l’éternité. |


J’espérais que la perspective l’énervait au plus haut point, mais son coup, je ne le vis pas venir et du sang m’emplit la bouche. J’en crachais un glaviot carmin sur le comptoir alors que les humains évacuaient les lieux et un regard assassin vers le barman le fit sortir à son tour alors que c’était la cohue partout. Je dévoilais un sourire ensanglanté à Morgane, et prit le tabouret en main pour lui expédier en direction de sa figure, d’un coup d’une violence dénuée de la plus petite retenue ou compassion.

» PV ♦ 17 (-1)
» FO ♦ 3
» RL ♦ 2
» AF ♦ 0 – pas d’arme à feu
» AB ♦ 0 – pas d’arme blanche
» PM ♦ 0
» Actions effectuées dans ce post ♦ J’attaque la radasse à coups de tabouret


_________________

"Les idéaux sont pacifiques. L'Histoire est violente."
||
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 517
Membre du mois : 920
Date d'inscription : 11/10/2016

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Eat my Brain   Jeu 4 Jan - 22:33

Le membre 'Johannes Von Reiner' a effectué l'action suivante : On passe à l\'action !


'ATQ' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Vampire Myklebust
Messages : 59
Membre du mois : 0
Date d'inscription : 17/09/2017
Célébrité : Kate Beckinsale
Crédit : A voir
Caractère : Sans pitié » Ambitieuse » Clairvoyante » Manipulatrice » Perspicace » Séductrice »
Métier : Réalisatrice
Affinités : Johannes Von Reiner


Maja Myklebust


Vampire Myklebust
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Eat my Brain   Mer 24 Jan - 9:47


EAT MY BRAIN
JOJO & MOMO
Morgane connaissait son infant. Il essayait de la faire sortir de ses gonds. Comme un enfant capricieux, il tentait de la pousser dans ses retranchements. Johannes avait toujours eu ce côté enfant gâté car il avait conscience que Morgane lui avait beaucoup cédé. Elle l'avait possédé autant qu'il l'avait possédé. Elle avait été violente avec lui. Elle le considérait comme sa propriété. Et c'était toujours le cas. La vampire savait qu'il allait tout mettre en œuvre pour lui résister. Et Morgane n'aimait pas qu'on lui résiste. Elle détruisait ce qui ne pouvait lui appartenir. Elle avait toujours été ainsi. Au bout de tant de siècles, elle ne changerait plus. Johannes en avait fait certes les frais mais il avait obtenu tellement en échange. Il était incapable de le voir, bien sûr. Incapable de voir tout ce qu'il avait détruit en quittant les Myklebust. Ils étaient appelés à régner sur cette lignée et il avait tout gâché. Elle lui en voulait pour cela. Les promesses de grandeur avaient été tué dans l'œuf par sa faute. Car Morgane n'était pas le genre à se remettre en question, ça non. Ce n'était pas dans sa nature. Elle était sûre d'elle, sauvage et indomptable. Même par son infant, celui qui avait tellement compté dans sa vie. Elle l'avait possédé, désiré, aimé dans un imbroglio de sentiments violents et passionnés. Et à présent, il la reniait, elle, sa mère. Elle à qui il devait tout. Pouvait-on connaître pire que d'être renié par ses enfants ? Cela avait sans nul doute la pire déconvenue que Morgane avait connu de sa vie entière et de sa non-vie également. Elle contemplait à présent son visage, cette morgue qu'il affichait, dissimulant mal les sentiments contradictoires qui l'animaient. S'il la haïssait uniquement, tout aurait été tellement plus simple. Mais ça ne l'était pas. Ca ne l'avait jamais été.

Cependant, malgré toute la volonté de Morgane de résister à la colère, Johannes la connait bien trop. Il sait comment la faire fondre comme la faire exploser. Elle n'a jamais vraiment pu lui résister, malgré les apparences. La fureur fait briller ses yeux et ses canines se dévoilent sur le bord de ses lèvres. Lorsque Johannes avait voulu la tuer, la vampire n'avait pas ressenti ce genre de sentiments. A présent, elle laissait libre cours à sa colère, à l'envie viscérale de lui faire payer son ingratitude. Elle sourit, moqueuse.

Un nom ? Un domaine ? Illusion que tout cela. Tu te fourvoyais dans une existence éphémère, bien loin des possibilités que tu pouvais explorer. Bien loin de l'épanouissement auquel tu pouvais prétendre. Je t'ai offert rien de moins que l'immortalité et vois ce que tu en as fais. N'est-ce pas ce que tu espères donner à ta petite pute ? L'immortalité. Pourquoi veux-tu la transformer ? Pour qu'elle devienne une compagne docile et douce ? Tu t'ennuieras, Johannes. Cette vie-là n'est pas pour toi. Tu tiens trop de moi, enfant. Ta volonté d'asservir la lignée Myklebust, de la détruire pour régner n'est que le reflet de l'éducation que je t'ai inculquée. Assume-la plutôt que de la nier en faisant semblant de lui tourner le dos. Reviens-moi et j'épargnerai ta vie. Reviens-moi et nous règneront ensemble, mère et fils, époux et femme, pour l'éternité. Tu sais qu'ensemble, nous en avons le pouvoir.

Elle était sincère. Johannes était sans nul doute la pièce qui lui manquait dans sa volonté de reconquête du pouvoir. Elle ne pouvait nier que des sentiments plus personnels interféraient dans sa volonté de le ramener à elle. Johannes l'avait bousculé et les humains avaient poussé des exclamations surprises que Morgane n'entendit même pas. Elle se releva et contre-attaqua, blessant à son tour son infant. La vampire sourit mais ses yeux sont froids.

Ah oui ? Dis-moi donc, qu'a donc donné ta précieuse générale pour toi ? Que t'a-t-elle donné, Johannes ? Et ne va pas prétendre que je ne t'ai rien donné, tu sais bien que c'est faux. Tu n'es pas aussi bon menteur que tu le crois. Tu sais bien que je t'ai aimé plus que n'importe qui. As-tu oublié tout ce que je t'ai donné pendant si longtemps ? Souhaites-tu réellement y mettre fin ? Je ne te crois pas.

Les phrases suivantes achevèrent de mettre Morgane en fureur. La pensée de Johannes aux côtés de sa générale et surtout de sa nouvelle compagne était comme un fer rouge porté sur son cœur. Elle ne pouvait tout bonnement le supporter. Elle venait d'asséner un coup à Johannes quand ce dernier se saisit d'un tabouret, la frappant violemment avec. Morgane sentit le goût délicieux du sang se répandre dans sa bouche tandis que la douleur irradiait son être. Elle n'allait pas rester ainsi. Profitant qu'elle était au sol, elle pivota vivement, visant le flanc gauche de Johannes avec la lame de son poignard qu'elle venait de sortir.

» PV ♦ 16 (-2)
» FO ♦  3
» RL ♦  1
» AF ♦  0 – pas d’arme à feu
» AB ♦  2 – poignards
» PM ♦  0
» Actions effectuées dans ce post ♦ J’attaque le petit con avec mon poignard
           
code by bat'phanie

_________________
SIX FOIS A TERRE, SEPT FOIS DEBOUT  
Notre grande guerre est spirituelle, notre grande dépression, c'est nos vies ©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 517
Membre du mois : 920
Date d'inscription : 11/10/2016

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Eat my Brain   Mer 24 Jan - 9:47

Le membre 'Morgane de Beauregard' a effectué l'action suivante : On passe à l\'action !


'ATQ' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Les idéaux sont pacifiques, l'Histoire est violente
Messages : 623
Membre du mois : 54
Date d'inscription : 16/12/2016
Célébrité : Boyd Holbrook
Crédit : Torben
Métier : Soldat

Les idéaux sont pacifiques, l'Histoire est violente
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Eat my Brain   Dim 4 Fév - 20:46

[HJ : je clôture le rp comme il date et qu’on en a deux autres en cours communs ^^ ]


Je ne me laisserais pas faire. Plus maintenant. Plus jamais. Parce que je n’étais pas une proie, et parce que j’étais traité comme ça depuis deux siècles par Morgane. Elle m’avait manipulé pendant si longtemps, même déjà lorsque j’étais humain… Y avait-il seulement eu une seule fois où nous avions pu avoir un échange qui ne soit pas voilé par le poids de ses mensonges ? Probablement pas. Les bases même de notre relation avaient été malsaines dès le début. Une maîtresse officieuse. Influente, dans les gouvernements de l’Europe Napoléonienne. Influente parce qu’elle avait toujours su autour de qui se placer pour maximiser sa position. J’avais su l’écarter à l’époque, au nom de mon mariage… Et la guerre m’avait aussi longtemps accaparé. Jusqu’à ma mort à Leipzig. Où elle était apparue, comme par magie. Et je n’avais demandé qu’à y croire, perturbé par ma nouvelle existence, ma nouvelle nature…


Je lui ferais mal, avant de la tuer. Elle avait déjà perdu son rang, mais ce n’était que le début. Elle n’était plus haut gradée. Il fallait qu’elle devienne plus personne. Qu’elle perde sa fortune, le respect des gens, sa beauté même, si j’en avais le moyen. Je la haissais au moins autant que je l’aimais, et cela ne pouvait que me conduire à des abîmes insoupçonnés de violence… Mais pas ici, pas maintenant. Nous avions commencé à en venir aux mains sous le regard des humains qui n’allaient pas tarder à faire rappliquer les flics. Je n’avais plus peur de Morgane, maintenant, je connaissais Hunter, et il pouvait y avoir bien pire que ce que mon ancienne compagne pourrait jamais m’infliger. Et tous ses défis, ses insultes et le reste… Rien ne pouvait y changer. Hunter s’était imprimée en moi, et il n’y avait plus de retour en arrière qui soit possible.



| Ah, alors tu m’as « épanoui », c’est ça ? Quel fils ingrat suis-je… Pas vrai ? Vieille putain. Tu m’as bien eu, pendant tout ce temps. Mais c’est fini maintenant, ma liberté je l’ai reprise, et je ne m’en porterais jamais que mieux. Tu peux penser ce que tu veux d’elle, Morgane. Le fait est qu’elle t’a remplacée. En mieux. |


C’était un jugement incontournable, définitif, sur lequel je ne transigerais pas, parce que j’en étais convaincu au moins autant –c’était lié- que j’essayais de m’en convaincre. Le « ensemble » n’avait plus la moindre force, la moindre importance. Plutôt mourir que de retourner dans ses filets, j’étais jadis né aristocrate, dépositaire des valeurs et de la force de la société d’alors. Je ricane, quand elle me frappe, quand elle me pose ses questions, amères et sans saveur, sur ma générale. Dehors, les sirènes de la police hurlent, dehors. On entend un sacré chambardement, devant la porte du bar.


| Mais enfin, Morgane… Elle m’a juste tout pris. Et elle a mieux réussi que toi dans ce domaine. |


La porte est enfoncée, je saute par-dessus le bar et je file par la porte de derrière au moment où une grenade flash explose dans l’endroit clos et me fait saigner mes tympans plus sensibles de vampire. Pourtant, je ricane. La prochaine fois, je la tuerais.


» PV ♦ 16 (-2)
» FO ♦ 3
» RL ♦ 2
» AF ♦ 0 – pas d’arme à feu
» AB ♦ 0 – pas d’arme blanche
» PM ♦ 0
» Actions effectuées dans ce post ♦ Je m’enfuis au moment où les flics arrivent.


_________________

"Les idéaux sont pacifiques. L'Histoire est violente."
||
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 517
Membre du mois : 920
Date d'inscription : 11/10/2016

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Eat my Brain   Dim 4 Fév - 20:46

Le membre 'Johannes Von Reiner' a effectué l'action suivante : On passe à l\'action !


'ACT' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Eat my Brain   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eat my Brain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [PUB] Brain Gym, Alsace
» Batgirl Et Robinette ! I've got the brain, you've got the look : let's make lot of money ! ( Pv Reverse)
» Brain gym.
» Washing their filthy brain ♣ Phoenix Villin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ragnarök :: 
En dehors de la ville
 :: 
Banlieue Nord
 :: 
Quais
-
Sauter vers: