AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes

avatar
ADMIN ♦ Servir sans faillir
Messages : 570
Membre du mois : 52
Date d'inscription : 25/11/2016
Célébrité : Emilia Clarke
Crédit : Torbenlesadique
Caractère : Impétueuse » Sauvage » Naturelle » Sarcastique » Solitaire » Douée dans son métier
Métier : Assistante de Maître Jelsi
Affinités :



ADMIN ♦ Servir sans faillir
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes    Sam 7 Oct - 21:13

Le 15 février 2018





Elle est tendue, sacrément tendue. La jeune femme le sait, le sent et pour se dire les choses crûment, elle a bien besoin d’une partie de jambes en l’air. 4 mois qu’elle est chaste, par la force des choses, 4 mois qu’elle ne bosse plus à la BAC, 4 mois qu’elle accumule les emmerdes. Faut que ça sorte, qu’elle extériorise le trop plein. Mais où ? Quand ? Avec qui ? Surtout avec qui, ou quoi.

Bon OK, elle demande pas à connaître son plan d’un soir, mais avec les créatures qui rôdent, comment se fier à un homme ? Comment être certaine qu’il n’est pas l’un des leurs ? Elle est sortie la veille, force est de constater qu’elle plait toujours, les plans dragues se sont enchaînés, mais à se demander si untel ou untel est un vampire, ou un loup, c’est la douche froide. Même son frère, pourtant marié, a une vie sexuelle plus palpitante.

Frustrée, ça se fait sentir sur son humeur. Massacrante, mordante, rageuse. Lui demander de la patience aujourd’hui, ou les jours à venir, serait au delà de ses compétences. Ce matin, c’est avec une ferme résolution qu’elle ouvre la porte du cabinet. “Maître Jelsi ? Faut que je vous parle.” Clame-t-elle d’une voix forte.

D’un pas déterminé, elle rentre dans le bureau de son patron. Qu’importe si elle l’interrompt, c’est l’heure de vérité. Ils se sont mis d’accord la veille, elle se cache plus. Cassandra sort de sa poche ses véritables papiers d’identité, en sus de sa plaque d’inspecteur de la Brigade Anti Criminalité et les pose sur le bureau du patron. “Il est temps que vous sachiez, Anne Labro n’est pas mon vrai nom.”

Pas de palabres inutiles, elle tourne pas autour du pot, elle y va direct. Il apprendra assez rapidement à faire connaissance de la véritable emmerdeuse qu’elle peut être. S’il choisit de la garder, ou leur collaboration s’arrêtera là et elle se cherchera un autre travail.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Messages : 1781
Membre du mois : 96
Date d'inscription : 05/11/2016
Age : 34
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Kanala
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel



Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes    Dim 8 Oct - 0:42

Le 15 février 2018





En cette journée morose j’étais d’une humeur décalée. En effet, c’était avec le sourire aux lèvres que j’étais arrivé au cabinet. Mais comment aurait-il pu en être autrement après la soirée que j’avais passée la veille ? Contrairement à mes habitudes, cette ‘gaieté’ n’avait rien à voir avec une quelconque partie de jambes en l’air. Non, j’avais simplement plumé un connard qui s’était cru plus futé que moi. Je n’allais pas souvent au casino mais je devais reconnaître que ces quelques heures avaient été enrichissantes puisqu’elles équivalaient à un mois de salaire. Et de savoir cela, je n’avais guère envie de bosser aujourd’hui ! Voilà pourquoi j’annulais mes rendez-vous de la journée en cherchant déjà une nouvelle occupation. Saara serait peut-être libre !
Car oui, je ne bosserais pas aujourd’hui et puis ma tenue laissait à désirer pour un avocat de ma trempe. Bien que j’étais certain que beaucoup de mes clients se fichaient de mes costards hors de prix ! Mais ce n’était, selon moi, pas une raison pour les accueillir en jean, t-shirt et blouson de cuir… ce dernier ayant été jeté sur le siège réservé à mes rendez-vous.

Comme je n’aurais aucun rendez-vous, j’entrouvrais la fenêtre et m’allumais une clope tout en regardant l’expresso couler avec lenteur dans la tasse. Je venais à peine de déposer cette dernière sur mon bureau et de m’installer lorsque j’entendais la porte d’entrée du cabinet s’ouvrir. Je haussais les épaules et tirais une bouffée de nicotine… Anne saurait bien assez tôt que je ne comptais pas travailler puisque j’avais effacé tous les rendez-vous du jour en les remportant à des dates ultérieures.
Aussi, je tournais la tête vers elle avec un air curieux lorsqu’elle fit irruption dans mon bureau telle une tornade.



- Non ! Le PC n’a pas planté… J’ai moi-même annulé les rendez-vous d’aujourd’hui, déclarais-je en étant persuadé qu’elle voulait soulever le problème du planning de ce jour.


Mais visiblement j’étais à côté de la plaque et je le compris lorsqu’elle posa la sienne sur mon bureau juste après avoir mis ses papiers d’identité. Je fronçais les sourcils tout en tirant une nouvelle fois sur ma cigarette, me fichant que la fumée gêne ou non la jeune femme que je fixais.
J’ouvrais ensuite la bouche de surprise lorsqu’elle m’annonça ce que je savais déjà et je récupérais ce qu’elle venait de déposer sur mon bureau. Je tournais plusieurs fois chaque document entre mes mains comme pour vérifier qu’ils étaient vrais. Puis je prenais la plaque entre mes mains…



- La BAC ! murmurais-je. Impressionnant ! Je faisais de nouveau glisser ses documents vers elle. Cassandra donc… Ce prénom vous va beaucoup mieux et colle beaucoup plus à votre tempérament fougueux ! Je marquais une pause et fumais en la fixant avec une curiosité non feinte. Maintenant que je sais que vous m’avez fait vous embaucher sous une fausse identité puis-je savoir quelles en étaient les raisons ?


Car oui, j’étais surpris ! Et cela devait se voir. Mais la surprise ne venait pas de la nouvelle annoncée comme pourrait le croire la jeune femme. Non ! Je me demandais pourquoi est-ce qu’elle se dévoilait à moi. Allait-elle partir ? N’avait-elle plus besoin de se cacher ? Je n’en savais foutrement rien et j’étais curieux de l’apprendre.


- Vous voulez un café ? ou un verre peut-être ? ajoutais-je avant qu’elle ne reprenne la parole.

..

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
ADMIN ♦ Servir sans faillir
Messages : 570
Membre du mois : 52
Date d'inscription : 25/11/2016
Célébrité : Emilia Clarke
Crédit : Torbenlesadique
Caractère : Impétueuse » Sauvage » Naturelle » Sarcastique » Solitaire » Douée dans son métier
Métier : Assistante de Maître Jelsi
Affinités :



ADMIN ♦ Servir sans faillir
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes    Dim 8 Oct - 14:20

Le 15 février 2018





Elle déballe tout, sans fioritures, avant de lui laisser l’occasion de l’interrompre. Elle le laisse ensuite tout à loisir d’étudier ses papiers d’identité et la plaque qu’elle n’a pas eu la force de se séparer, pas alors qu’elle a consacré toute sa vie à son travail. Pendant ce temps, elle l’étudie en retour. Où est passé son costume hors de prix ? Elle renifle, même son parfum a changé, c’est une plaisanterie ? Cassandra fronce le nez, non parce qu’il empeste, c’est tout le contraire, putain ce qu’il sent affreusement bon.

Qu’elles en étaient les raisons ? “Bavure policière.” Lâche-t-elle, mi vérité, mi-mensonge. S’il se donne la peine de faire une recherche internet, il trouvera une coupure de presse qui dépeint la scène comme une bavure qui aura fait 2 victimes de la Bac et 1 blessé, et un second qui apprend la mort du blessé et disculpe totalement la seule survivante, elle-même. Mais son nom avait été publié, ça devrait suffire à justifier sa volonté de fuir, c’est en tout cas ce qui a justifié sa démission. “J’ai été disculpé, mais si vous aviez su vous ne m’auriez pas engagé.”

Il peut la juger pour cette bavure, mais elle en doute. Un avocat défend aussi bien la veuve et l’orphelin que les criminels et celui-là semble avoir une préférence pour les derniers. Elle le sait, elle étudie quelques uns de ses dossiers. Alors qu’elle se battait pour enfermer les criminels, il se bat pour les en faire sortir. Tous deux connaissent le système judiciaire et ses failles, tous deux en ont joués, mais pour des raisons bien différentes. Croyez bien que c’est pas facile tous les jours pour elle.  

“Un café, que je vais me servir.” Répond-elle ensuite avant de disparaître dans la kitchenette de la salle de repos. Qu’est-ce qu’il lui a dit avant qu’elle le coupe ? Il a annulé ses rendez-vous ? Aurait-il perdu la tête ? Cassandra profite de ce moment de répit pour retirer sa doudoune, écharpe et bonnet qu’elle va déposer dans son bureau, sans passer par le sien. Elle s’est donc fait chier à enfiler une robe pour rien ? Pour une fois qu’elle faisait un effort pour changer de son sempiternel tailleur noir ou gris... Certes, la robe reste noire, mais c'est une robe. Et si celle-ci est censé l'aider à garder son job.

La jeune femme récupère son café et retourne dans le bureau de son patron. Puisqu’il ne l’a pas viré à coup de pied au derrière, elle se permet donc de prendre place sur un siège visiteur. Non sans se pencher par dessus le bureau pour étudier un peu plus la tenue de son patron. “Dis donc vous êtes bien intriguant aujourd’hui ! Que se passe-t-il ? C’est vraiment un jean que j’aperçois là ? ” ‘ferme là’ songe-t-elle, et elle la ferme avant qu’il se mette à penser qu’il a une touche.

“Vous savez les gens malade restent chez eux et refourguent le sale boulot à leurs assistantes pour annuler les rendez-vous.” Il a pas l’air malade, mais c’est la seule explication logique à ce comportement. Depuis qu’elle travaille pour lui, il s’est montré d’un professionnalisme exemplaire, jusqu'à son noeud de cravatte.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Messages : 1781
Membre du mois : 96
Date d'inscription : 05/11/2016
Age : 34
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Kanala
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel



Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes    Jeu 12 Oct - 16:22

Le 15 février 2018





Alors que j’observais les papiers et surtout la plaque de la BAC de la jeune femme je ne manquais pas son regard sur moi, ni son air intrigué ! Elle devait se demander si je n’avais pas viré complètement fou mais faisait preuve de retenue en ne posant aucune question. Dommage ! Pour ma part je remerciais l’Enfer de ne jamais avoir assez énervé mon assistante. Avec le métier qu’elle exerçait à la base elle aurait pu me mettre ko et donc bel et bien me péter les dents comme elle me l’avait dit. J’avais oublié cette information en l’embauchant ! Cette pensée m’amusa quelque peu mais je posais tout de même la question logique. Il me semblait connaître la réponse mais je voulais avoir confirmation de sa part et c’était le cas.
J’avais lu un article dans ses grandes lignes seulement mais il parlait bien d’une bavure. Je hochais la tête sans rien dire. Je ne savais pas ce que je pouvais répondre à un tel aveu. Lui demander si cela était vrai ? Je m’en fichais et cela aurait paru bizarre puisque je ne m’étais jamais vraiment intéressé à sa vie jusque là.

Cependant, j’éclatais de rire en entendant les paroles suivantes de Cassandra. Était-elle sérieuse en disant que je ne l’aurais jamais embauché si j’avais su ! Moi qui protégeais des criminels et des vermines ? Je la fixais avec un sourire entendu.



- C’est totalement faux ! Cela ne m’aurait pas empêché de vous embaucher… et ça ne m’empêchera pas de vous garder. Du moins, si vous compter rester, précisais-je. J’imagine que certains de mes clients ne doivent pas vous plaire puisqu’ils sont du même genre que ceux que vous deviez mettre derrière les barreaux.


Je n’avais jamais réfléchi à la question avant maintenant mais il était vrai que cela n’avait pas dû être une partie de plaisir pour la jolie brune. Elle avait eu dans son bureau deux types qu’elle aurait sûrement rêvé de faire enfermer. Un en particulier ! Accusé du meurtre de sa future femme, j’étais arrivé à le faire innocenter. Cassandra avait du détester apprendre ça mais elle n’avait rien dit lorsque je lui avais annoncé le dénouement du procès pour ensuite lui demander d’établir ma note d’honoraires destiné à mon client.
Concernant la boisson, la brune opta pour un café. Dommage ! J’aurais bien bu un verre moi… et peu m’importait qu’il soit trop tôt. Il devait bien être l’heure de l’apéro quelque part sur cette fichue planète. Je me levais pour ouvrir un peu plus la fenêtre et contribuer au réchauffement climatique et retournais m’asseoir pour continuer à fumer.

Lorsque Cassandra revint je ne pus m’empêcher de sourire en voyant sa tenue. Sublime ! Voilà ce qu’elle était. Je la regardais prendre place et fus amusé par ses propos. Je hochais la tête en écrasant ma cigarette.



- Vous ne pensiez tout de même pas que je passais tout mon temps en costume ? demandais-je avec un clin d’œil. Puis je me redressais et me penchais en avant pour observer mon assistante. Très jolie ! Assez pour presque me faire oublier que vous m’avez menti pour que je vous embauche. C’était le but non ?


Il était évident que oui et j’espérais que la belle saurait le reconnaître. Je me reculais ensuite et me penchais pour prendre un verre et une bouteille dans le dernier tiroir de mon bureau. Je posais ces deux choses sur la table et regardais Cassandra qui reprenait la parole pour sous-entendre que j’étais malade. J’eus un rire franc.


- Je ne suis pas malade mais je n’avais pas envie de bosser… C’est rare mais ça arrive ! Donc je suis en vacances, dis-je en me servant un verre, et je bois l’apéro. J’esquissais un sourire. Vous avez l’air surprise !


..

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
ADMIN ♦ Servir sans faillir
Messages : 570
Membre du mois : 52
Date d'inscription : 25/11/2016
Célébrité : Emilia Clarke
Crédit : Torbenlesadique
Caractère : Impétueuse » Sauvage » Naturelle » Sarcastique » Solitaire » Douée dans son métier
Métier : Assistante de Maître Jelsi
Affinités :



ADMIN ♦ Servir sans faillir
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes    Lun 6 Nov - 10:14

Le 15 février 2018





Finalement, balancer son identité, véritable identité dont elle ne peut être que fière, c’est un soulagement. Malgré toutes les emmerdes que ça entraîne. En plus des vampires, les Raulne s’attirent les loups comme ennemis. Oh joie ! Cassandra gère très mal la pression, si elle apparaît avec un grand sang froid, c’est parce qu’elle sait relâcher la pression, par le cul. Plus la pression est grande, plus elle s’éclate. Elle l’assume totalement. Mais ici elle ignore à qui se fier et si elle garde cette pression pour elle, Cassandra va devenir une vrai plaie.

Son boss lui apprend, non sans éclat de rire, qu’il l’aurait tout de même engagé. Certes, encore aurait-il fallu le connaître à ce moment-là, savoir qu’il se moque bien de la justice. “Si vous m’autorisez à coller une beigne au premier con qui m’harcèle de compliments grivois dans l’espoir de me sauter sur mon propre bureau, je m’en contenterai.” Ces derniers sont légion, elle a beau se montrer ferme et professionnelle, ils reviennent à la charge à chaque rendez-vous. Ils sont d’une lourdeur absolue.

Elle revoit ses priorités depuis que son équipe s’est faite décimer par ces vampires à Paris. Ils sont déjà bien nombreux à poursuivre les criminels, mais trop peu à traquer les monstres. Elle n’en appréciera pas pour autant les humains qui contreviennent aux lois et ne tombera jamais si bas, jusqu’à baisser la culotte pour ces cons.

“Si.” Répond-elle en toute franchise, elle n’imaginait pas son patron avec autre chose que des costumes hors de prix. A dire vrai, elle ne songe pas à lui, donc l’imaginer avec autre chose serait difficile. Mais ce parfum entêtant, et son nouveau look, le rendent beaucoup plus sexy qu’elle ne le pensait. “Bien sûr. Un mensonge que je pensais justifié pour me trouver du travail.” Convint-elle lorsqu’il perce son idée à jour. Et elle est très à l’aise dans sa robe, comme elle pouvait l’être en lingerie fine ou en tailleur. Elle sait que son corps plait aux yeux et il lui arrive d’en jouer, sans honte.

“Si vous êtes en vacances, le suis-je également ?” Ou va-t-elle devoir se farcir toute la paperasse pendant que son patron picole dans le bureau d’à côté ? Ce serait cruel. D’ailleurs, quel genre de patron passe ses vacances dans son bureau ? Innocemment, elle croise les jambes tout en buvant son café. “Cette robe démontre aussi bien d’autres compétences, je peux être plus que votre simple assistante qui classe vos dossiers et rempli la paperasse. Je peux séduire les maris infidèles, obtenir des preuves, ou séduire pojr des informations, j’ai des talents indiscutables pour l’investigation, je peux trouver tout ce qui est nécessaire pour clore un dossier, comme je peux assurer votre protection si cela s’avère nécessaire.”

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Messages : 1781
Membre du mois : 96
Date d'inscription : 05/11/2016
Age : 34
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Kanala
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel



Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes    Mer 8 Nov - 23:58

Le 15 février 2018





La surprise n’était pas grande face à cette importante révélation puisque je connaissais déjà la véritable identité de la jeune femme que j’avais embauchée. Bien entendu j’étais un très bon comédien et je fis mine de paraître étonné en apprenant la nouvelle, allant même jusqu’à détailler les papiers d’identité de Cassandra. A ce moment là j’aurais pu lui dire que je connaissais une Raulne mais je n’en fis rien.
Je préférais être franc avec elle en lui disant que je l’aurais embauchée malgré tout. Je me fichais royalement de son ancien job et c’était même l’inverse. Cela lui donnait un attrait que mes autres assistantes n’avaient jamais eu. Cassandra devait savoir filer les gens et c’était une bonne chose ! De plus elle devait savoir se défendre. Mais elle n’était pas dangereuse pour moi… car de nous deux j’étais celui qui était le plus à craindre.


Je pris ensuite un air faussement outré lorsqu’elle déclara vouloir taper sur mes clients qui lui faisaient du rentre-dedans. Ce serait mentir que de dire que je ne savais pas qu’ils se comportaient comme cela et Cassandra n’était pas une idiote.


- Mes clients sont très fortunés et ils sont tout aussi machistes. Ce qui est irrespectueux je vous l'accorde, avouais-je. Mais je ne vous autoriserais pas à les cogner et les envoyer par la même occasion chez la concurrence… pendant vos heures de travail, précisais-je amusé. C’est grâce à eux que vous avez votre salaire ! Mais si vous croisez leur route par hasard, ne vous gênez pas. J’assurerais votre défense gratuitement s’il le fallait, ajoutais-je en souriant.


J’étais totalement différent avec Cassandra aujourd’hui. Pas de remarque ou de critique ! J’étais en vacances et puis je m’étais bien calmé à ce sujet depuis notre conversation au bar du coin. Aujourd’hui, notre conversation était détendue malgré ses aveux. Tellement relax que je fumais dans mon bureau et buvais de l'alcool grand cru alors qu’il était à peine neuf heure passé. Peu importe !
Au retour de la jeune femme avec son simple café, je détaillais sa tenue avant de lui demander si elle pensait que j’étais toujours en costume. La confirmation qu’elle me donna me fit éclater de rire !


- J’espère que vous n’êtes pas déçue par cette découverte à mon sujet, déclarais-je en buvant une nouvelle gorgée. Et concernant votre mensonge, il n’est pas important. Votre travail est trop précieux pour que je vous laisse filer.  


Puis je réfléchissais quant au fait de savoir si elle aussi était en vacances. Si je lui disais oui, elle allait sûrement filer pour profiter de sa journée mais sa compagnie me plaisait. Pourtant…


- Effectivement ! Vous l’êtes aussi, déclarais-je juste avant qu’elle ne reprenne la parole pour me parler de se robe. Je m’accoudais à mon bureau pour de nouveau détailler la jeune femme en souriant et en l’écoutant. C’est bien ce que je disais ! Je ne peux pas vous laisser filer. Mais vous accepteriez réellement de piéger des maris infidèles ou de filer des personnes ?  Je marquais une pause. Pour ce qui est de ma protection, j’aimerais bien voir cela, avouais-je en la fixant.



..

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
ADMIN ♦ Servir sans faillir
Messages : 570
Membre du mois : 52
Date d'inscription : 25/11/2016
Célébrité : Emilia Clarke
Crédit : Torbenlesadique
Caractère : Impétueuse » Sauvage » Naturelle » Sarcastique » Solitaire » Douée dans son métier
Métier : Assistante de Maître Jelsi
Affinités :



ADMIN ♦ Servir sans faillir
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes    Ven 17 Nov - 21:30

Le 15 février 2018





“Assurément, le crime ça paie bien.” Lâche-t-elle avec sarcasme et avec raison lorsqu’il parle de clients fortunés. Le crime paie bien mieux que la légalité. Par la même, l’avocat rappel que c’est grâce à eux qu’elle reçoit une paie à la fin de chaque mois. Elle grimace, songeant que c’est le crime qui lui permet de vivre. Forcément, Samuel ne souhaite pas qu’elle casse la gueule de ces machistes, pas sur son lieu de travail. Un mince sourire soulève un coin de ses lèvres, il lui donne l’autorisation de le faire à l’extérieur et assurera même sa défense.

“Nous n’en arriverons pas là, je saurais me tenir.” Assure-t-elle. S’ils veulent tant que ça l’emmerder, on verra bien qui finira par emmerder l’autre et ce ne sera pas elle. Qu’ils continuent donc de penser qu’elle n’est que la petite assistante sexy de leur avocat, ils le regretteront. De sa position, elle possède bien plus d’informations qui ne pourront que lui être utile.

Il espère ne pas la décevoir, s’il savait ! Elle lutte pour garder l’image de lui en costard, et son caractère de parfait petit connard. Comme quoi, un simple style vestimentaire peut totalement changer une personne. La jeune femme n’a jamais aimé les types en costards qui pètent plus haut que leur cul, les mecs nature et sexy en diable sont davantage son genre. Comme Samuel, maintenant.

Ainsi donc, il la trouve… Indispensable. C’est presque un compliment, et elle peut dire qu’ils sont rares à sortir de sa bouche. Puisqu’il est en vacance, il semblerait qu’elle aussi. Elle se demanderait bien ce qu’elle fera de sa journée s’il n’y avait pas d’autres choses à prendre en compte. Comme les nombreux avantages d’avoir une ex-flic comme assistante.

“Ne suis-je pas une femme ? L'infidélité me hérisse, plutôt le mensonge qui en résulte. Si un homme veut aller voir ailleurs, il n’a qu’à la larguer.” Bien sûr elle n’est pas sans savoir que c’est bien plus compliqué que ça, mais c’est ce qu’elle s’est toujours juré de faire. Vu qu’elle n’a été en couple qu’une fois et que tout se passait très bien, elle n’a jamais eu l’occasion de mettre cette promesse à exécution.

“Quant aux filatures, c’est une habitude que je serais heureuse de reprendre, mais cela va nécessiter un certain investissement en matériel.” Bon, faudrait qu’il arrête de la fixer comme ça. Avec ce sourire amusé et cette lueur dans le regard, il est un peu trop irrésistible à son goût. Merde. “Pour protéger ce corps, il faut un ennemi et pour l’instant, je n’en vois nulle part dans ce bureau, mais si d’aventure, que sais-je vous devez vous rendre à un gala ou je ne sais pas, n’importe quoi, vous pouvez compter sur ma protection.”

Elle reprend contenance en buvant une gorgée de son café. Si ça continue comme ça, il va falloir qu’elle se barre fissa. Pas avant d’avoir obtenu un financement pour du matériel de surveillance cependant. La jeune femme attend que l’avocat se montre plus interrogateur, attend le moment où il lui demandera si elle a un lien de parenté avec les Raulne qui font la une des journaux, avec le dossier de divorce qu’elle a vu passer avec le nom de sa belle-soeur.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes    

Revenir en haut Aller en bas
 
On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Forêt pleure souvent, tu sais... - de Sébastien Acker
» bébé allaité souvent malade et re psychotage de maman
» prise de poids souvent une difficulté
» vous arrive t'il souvent de pleurer? comment réagit votre entourage?
» Avec qui partez vous le plus souvent??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ragnarök :: 
Valhöll
 :: 
Le Valtechnologie
 :: 
Rues & Ruelles
 :: 
Le Cabinet Týr
-
Sauter vers: