AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes

avatar
ADMIN ♦ Servir sans faillir
Messages : 909
Membre du mois : 46
Date d'inscription : 25/11/2016
Célébrité : Emilia Clarke
Crédit : Avatar : kanalasauvage / Signature : XynPapple
Caractère : Impétueuse » Sauvage » Naturelle » Sarcastique » Solitaire » Douée dans son métier
Métier : Assistante de Maître Jelsi / Ex agent de la BAC 93
Affinités :



ADMIN ♦ Servir sans faillir
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes    Sam 7 Oct - 21:13

Le 15 février 2018





Elle est tendue, sacrément tendue. La jeune femme le sait, le sent et pour se dire les choses crûment, elle a bien besoin d’une partie de jambes en l’air. 4 mois qu’elle est chaste, par la force des choses, 4 mois qu’elle ne bosse plus à la BAC, 4 mois qu’elle accumule les emmerdes. Faut que ça sorte, qu’elle extériorise le trop plein. Mais où ? Quand ? Avec qui ? Surtout avec qui, ou quoi.

Bon OK, elle demande pas à connaître son plan d’un soir, mais avec les créatures qui rôdent, comment se fier à un homme ? Comment être certaine qu’il n’est pas l’un des leurs ? Elle est sortie la veille, force est de constater qu’elle plait toujours, les plans dragues se sont enchaînés, mais à se demander si untel ou untel est un vampire, ou un loup, c’est la douche froide. Même son frère, pourtant marié, a une vie sexuelle plus palpitante.

Frustrée, ça se fait sentir sur son humeur. Massacrante, mordante, rageuse. Lui demander de la patience aujourd’hui, ou les jours à venir, serait au delà de ses compétences. Ce matin, c’est avec une ferme résolution qu’elle ouvre la porte du cabinet. “Maître Jelsi ? Faut que je vous parle.” Clame-t-elle d’une voix forte.

D’un pas déterminé, elle rentre dans le bureau de son patron. Qu’importe si elle l’interrompt, c’est l’heure de vérité. Ils se sont mis d’accord la veille, elle se cache plus. Cassandra sort de sa poche ses véritables papiers d’identité, en sus de sa plaque d’inspecteur de la Brigade Anti Criminalité et les pose sur le bureau du patron. “Il est temps que vous sachiez, Anne Labro n’est pas mon vrai nom.”

Pas de palabres inutiles, elle tourne pas autour du pot, elle y va direct. Il apprendra assez rapidement à faire connaissance de la véritable emmerdeuse qu’elle peut être. S’il choisit de la garder, ou leur collaboration s’arrêtera là et elle se cherchera un autre travail.

_________________

RAULNE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Messages : 2031
Membre du mois : 69
Date d'inscription : 05/11/2016
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Moose
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel



Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes    Dim 8 Oct - 0:42

Le 15 février 2018





En cette journée morose j’étais d’une humeur décalée. En effet, c’était avec le sourire aux lèvres que j’étais arrivé au cabinet. Mais comment aurait-il pu en être autrement après la soirée que j’avais passée la veille ? Contrairement à mes habitudes, cette ‘gaieté’ n’avait rien à voir avec une quelconque partie de jambes en l’air. Non, j’avais simplement plumé un connard qui s’était cru plus futé que moi. Je n’allais pas souvent au casino mais je devais reconnaître que ces quelques heures avaient été enrichissantes puisqu’elles équivalaient à un mois de salaire. Et de savoir cela, je n’avais guère envie de bosser aujourd’hui ! Voilà pourquoi j’annulais mes rendez-vous de la journée en cherchant déjà une nouvelle occupation. Saara serait peut-être libre !
Car oui, je ne bosserais pas aujourd’hui et puis ma tenue laissait à désirer pour un avocat de ma trempe. Bien que j’étais certain que beaucoup de mes clients se fichaient de mes costards hors de prix ! Mais ce n’était, selon moi, pas une raison pour les accueillir en jean, t-shirt et blouson de cuir… ce dernier ayant été jeté sur le siège réservé à mes rendez-vous.

Comme je n’aurais aucun rendez-vous, j’entrouvrais la fenêtre et m’allumais une clope tout en regardant l’expresso couler avec lenteur dans la tasse. Je venais à peine de déposer cette dernière sur mon bureau et de m’installer lorsque j’entendais la porte d’entrée du cabinet s’ouvrir. Je haussais les épaules et tirais une bouffée de nicotine… Anne saurait bien assez tôt que je ne comptais pas travailler puisque j’avais effacé tous les rendez-vous du jour en les remportant à des dates ultérieures.
Aussi, je tournais la tête vers elle avec un air curieux lorsqu’elle fit irruption dans mon bureau telle une tornade.



- Non ! Le PC n’a pas planté… J’ai moi-même annulé les rendez-vous d’aujourd’hui, déclarais-je en étant persuadé qu’elle voulait soulever le problème du planning de ce jour.


Mais visiblement j’étais à côté de la plaque et je le compris lorsqu’elle posa la sienne sur mon bureau juste après avoir mis ses papiers d’identité. Je fronçais les sourcils tout en tirant une nouvelle fois sur ma cigarette, me fichant que la fumée gêne ou non la jeune femme que je fixais.
J’ouvrais ensuite la bouche de surprise lorsqu’elle m’annonça ce que je savais déjà et je récupérais ce qu’elle venait de déposer sur mon bureau. Je tournais plusieurs fois chaque document entre mes mains comme pour vérifier qu’ils étaient vrais. Puis je prenais la plaque entre mes mains…



- La BAC ! murmurais-je. Impressionnant ! Je faisais de nouveau glisser ses documents vers elle. Cassandra donc… Ce prénom vous va beaucoup mieux et colle beaucoup plus à votre tempérament fougueux ! Je marquais une pause et fumais en la fixant avec une curiosité non feinte. Maintenant que je sais que vous m’avez fait vous embaucher sous une fausse identité puis-je savoir quelles en étaient les raisons ?


Car oui, j’étais surpris ! Et cela devait se voir. Mais la surprise ne venait pas de la nouvelle annoncée comme pourrait le croire la jeune femme. Non ! Je me demandais pourquoi est-ce qu’elle se dévoilait à moi. Allait-elle partir ? N’avait-elle plus besoin de se cacher ? Je n’en savais foutrement rien et j’étais curieux de l’apprendre.


- Vous voulez un café ? ou un verre peut-être ? ajoutais-je avant qu’elle ne reprenne la parole.

..

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
ADMIN ♦ Servir sans faillir
Messages : 909
Membre du mois : 46
Date d'inscription : 25/11/2016
Célébrité : Emilia Clarke
Crédit : Avatar : kanalasauvage / Signature : XynPapple
Caractère : Impétueuse » Sauvage » Naturelle » Sarcastique » Solitaire » Douée dans son métier
Métier : Assistante de Maître Jelsi / Ex agent de la BAC 93
Affinités :



ADMIN ♦ Servir sans faillir
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes    Dim 8 Oct - 14:20

Le 15 février 2018





Elle déballe tout, sans fioritures, avant de lui laisser l’occasion de l’interrompre. Elle le laisse ensuite tout à loisir d’étudier ses papiers d’identité et la plaque qu’elle n’a pas eu la force de se séparer, pas alors qu’elle a consacré toute sa vie à son travail. Pendant ce temps, elle l’étudie en retour. Où est passé son costume hors de prix ? Elle renifle, même son parfum a changé, c’est une plaisanterie ? Cassandra fronce le nez, non parce qu’il empeste, c’est tout le contraire, putain ce qu’il sent affreusement bon.

Qu’elles en étaient les raisons ? “Bavure policière.” Lâche-t-elle, mi vérité, mi-mensonge. S’il se donne la peine de faire une recherche internet, il trouvera une coupure de presse qui dépeint la scène comme une bavure qui aura fait 2 victimes de la Bac et 1 blessé, et un second qui apprend la mort du blessé et disculpe totalement la seule survivante, elle-même. Mais son nom avait été publié, ça devrait suffire à justifier sa volonté de fuir, c’est en tout cas ce qui a justifié sa démission. “J’ai été disculpé, mais si vous aviez su vous ne m’auriez pas engagé.”

Il peut la juger pour cette bavure, mais elle en doute. Un avocat défend aussi bien la veuve et l’orphelin que les criminels et celui-là semble avoir une préférence pour les derniers. Elle le sait, elle étudie quelques uns de ses dossiers. Alors qu’elle se battait pour enfermer les criminels, il se bat pour les en faire sortir. Tous deux connaissent le système judiciaire et ses failles, tous deux en ont joués, mais pour des raisons bien différentes. Croyez bien que c’est pas facile tous les jours pour elle.  

“Un café, que je vais me servir.” Répond-elle ensuite avant de disparaître dans la kitchenette de la salle de repos. Qu’est-ce qu’il lui a dit avant qu’elle le coupe ? Il a annulé ses rendez-vous ? Aurait-il perdu la tête ? Cassandra profite de ce moment de répit pour retirer sa doudoune, écharpe et bonnet qu’elle va déposer dans son bureau, sans passer par le sien. Elle s’est donc fait chier à enfiler une robe pour rien ? Pour une fois qu’elle faisait un effort pour changer de son sempiternel tailleur noir ou gris... Certes, la robe reste noire, mais c'est une robe. Et si celle-ci est censé l'aider à garder son job.

La jeune femme récupère son café et retourne dans le bureau de son patron. Puisqu’il ne l’a pas viré à coup de pied au derrière, elle se permet donc de prendre place sur un siège visiteur. Non sans se pencher par dessus le bureau pour étudier un peu plus la tenue de son patron. “Dis donc vous êtes bien intriguant aujourd’hui ! Que se passe-t-il ? C’est vraiment un jean que j’aperçois là ? ” ‘ferme là’ songe-t-elle, et elle la ferme avant qu’il se mette à penser qu’il a une touche.

“Vous savez les gens malade restent chez eux et refourguent le sale boulot à leurs assistantes pour annuler les rendez-vous.” Il a pas l’air malade, mais c’est la seule explication logique à ce comportement. Depuis qu’elle travaille pour lui, il s’est montré d’un professionnalisme exemplaire, jusqu'à son noeud de cravatte.

_________________

RAULNE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Messages : 2031
Membre du mois : 69
Date d'inscription : 05/11/2016
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Moose
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel



Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes    Jeu 12 Oct - 16:22

Le 15 février 2018





Alors que j’observais les papiers et surtout la plaque de la BAC de la jeune femme je ne manquais pas son regard sur moi, ni son air intrigué ! Elle devait se demander si je n’avais pas viré complètement fou mais faisait preuve de retenue en ne posant aucune question. Dommage ! Pour ma part je remerciais l’Enfer de ne jamais avoir assez énervé mon assistante. Avec le métier qu’elle exerçait à la base elle aurait pu me mettre ko et donc bel et bien me péter les dents comme elle me l’avait dit. J’avais oublié cette information en l’embauchant ! Cette pensée m’amusa quelque peu mais je posais tout de même la question logique. Il me semblait connaître la réponse mais je voulais avoir confirmation de sa part et c’était le cas.
J’avais lu un article dans ses grandes lignes seulement mais il parlait bien d’une bavure. Je hochais la tête sans rien dire. Je ne savais pas ce que je pouvais répondre à un tel aveu. Lui demander si cela était vrai ? Je m’en fichais et cela aurait paru bizarre puisque je ne m’étais jamais vraiment intéressé à sa vie jusque là.

Cependant, j’éclatais de rire en entendant les paroles suivantes de Cassandra. Était-elle sérieuse en disant que je ne l’aurais jamais embauché si j’avais su ! Moi qui protégeais des criminels et des vermines ? Je la fixais avec un sourire entendu.



- C’est totalement faux ! Cela ne m’aurait pas empêché de vous embaucher… et ça ne m’empêchera pas de vous garder. Du moins, si vous compter rester, précisais-je. J’imagine que certains de mes clients ne doivent pas vous plaire puisqu’ils sont du même genre que ceux que vous deviez mettre derrière les barreaux.


Je n’avais jamais réfléchi à la question avant maintenant mais il était vrai que cela n’avait pas dû être une partie de plaisir pour la jolie brune. Elle avait eu dans son bureau deux types qu’elle aurait sûrement rêvé de faire enfermer. Un en particulier ! Accusé du meurtre de sa future femme, j’étais arrivé à le faire innocenter. Cassandra avait du détester apprendre ça mais elle n’avait rien dit lorsque je lui avais annoncé le dénouement du procès pour ensuite lui demander d’établir ma note d’honoraires destiné à mon client.
Concernant la boisson, la brune opta pour un café. Dommage ! J’aurais bien bu un verre moi… et peu m’importait qu’il soit trop tôt. Il devait bien être l’heure de l’apéro quelque part sur cette fichue planète. Je me levais pour ouvrir un peu plus la fenêtre et contribuer au réchauffement climatique et retournais m’asseoir pour continuer à fumer.

Lorsque Cassandra revint je ne pus m’empêcher de sourire en voyant sa tenue. Sublime ! Voilà ce qu’elle était. Je la regardais prendre place et fus amusé par ses propos. Je hochais la tête en écrasant ma cigarette.



- Vous ne pensiez tout de même pas que je passais tout mon temps en costume ? demandais-je avec un clin d’œil. Puis je me redressais et me penchais en avant pour observer mon assistante. Très jolie ! Assez pour presque me faire oublier que vous m’avez menti pour que je vous embauche. C’était le but non ?


Il était évident que oui et j’espérais que la belle saurait le reconnaître. Je me reculais ensuite et me penchais pour prendre un verre et une bouteille dans le dernier tiroir de mon bureau. Je posais ces deux choses sur la table et regardais Cassandra qui reprenait la parole pour sous-entendre que j’étais malade. J’eus un rire franc.


- Je ne suis pas malade mais je n’avais pas envie de bosser… C’est rare mais ça arrive ! Donc je suis en vacances, dis-je en me servant un verre, et je bois l’apéro. J’esquissais un sourire. Vous avez l’air surprise !


..

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
ADMIN ♦ Servir sans faillir
Messages : 909
Membre du mois : 46
Date d'inscription : 25/11/2016
Célébrité : Emilia Clarke
Crédit : Avatar : kanalasauvage / Signature : XynPapple
Caractère : Impétueuse » Sauvage » Naturelle » Sarcastique » Solitaire » Douée dans son métier
Métier : Assistante de Maître Jelsi / Ex agent de la BAC 93
Affinités :



ADMIN ♦ Servir sans faillir
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes    Lun 6 Nov - 10:14

Le 15 février 2018





Finalement, balancer son identité, véritable identité dont elle ne peut être que fière, c’est un soulagement. Malgré toutes les emmerdes que ça entraîne. En plus des vampires, les Raulne s’attirent les loups comme ennemis. Oh joie ! Cassandra gère très mal la pression, si elle apparaît avec un grand sang froid, c’est parce qu’elle sait relâcher la pression, par le cul. Plus la pression est grande, plus elle s’éclate. Elle l’assume totalement. Mais ici elle ignore à qui se fier et si elle garde cette pression pour elle, Cassandra va devenir une vrai plaie.

Son boss lui apprend, non sans éclat de rire, qu’il l’aurait tout de même engagé. Certes, encore aurait-il fallu le connaître à ce moment-là, savoir qu’il se moque bien de la justice. “Si vous m’autorisez à coller une beigne au premier con qui m’harcèle de compliments grivois dans l’espoir de me sauter sur mon propre bureau, je m’en contenterai.” Ces derniers sont légion, elle a beau se montrer ferme et professionnelle, ils reviennent à la charge à chaque rendez-vous. Ils sont d’une lourdeur absolue.

Elle revoit ses priorités depuis que son équipe s’est faite décimer par ces vampires à Paris. Ils sont déjà bien nombreux à poursuivre les criminels, mais trop peu à traquer les monstres. Elle n’en appréciera pas pour autant les humains qui contreviennent aux lois et ne tombera jamais si bas, jusqu’à baisser la culotte pour ces cons.

“Si.” Répond-elle en toute franchise, elle n’imaginait pas son patron avec autre chose que des costumes hors de prix. A dire vrai, elle ne songe pas à lui, donc l’imaginer avec autre chose serait difficile. Mais ce parfum entêtant, et son nouveau look, le rendent beaucoup plus sexy qu’elle ne le pensait. “Bien sûr. Un mensonge que je pensais justifié pour me trouver du travail.” Convint-elle lorsqu’il perce son idée à jour. Et elle est très à l’aise dans sa robe, comme elle pouvait l’être en lingerie fine ou en tailleur. Elle sait que son corps plait aux yeux et il lui arrive d’en jouer, sans honte.

“Si vous êtes en vacances, le suis-je également ?” Ou va-t-elle devoir se farcir toute la paperasse pendant que son patron picole dans le bureau d’à côté ? Ce serait cruel. D’ailleurs, quel genre de patron passe ses vacances dans son bureau ? Innocemment, elle croise les jambes tout en buvant son café. “Cette robe démontre aussi bien d’autres compétences, je peux être plus que votre simple assistante qui classe vos dossiers et rempli la paperasse. Je peux séduire les maris infidèles, obtenir des preuves, ou séduire pojr des informations, j’ai des talents indiscutables pour l’investigation, je peux trouver tout ce qui est nécessaire pour clore un dossier, comme je peux assurer votre protection si cela s’avère nécessaire.”

_________________

RAULNE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Messages : 2031
Membre du mois : 69
Date d'inscription : 05/11/2016
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Moose
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel



Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes    Mer 8 Nov - 23:58

Le 15 février 2018





La surprise n’était pas grande face à cette importante révélation puisque je connaissais déjà la véritable identité de la jeune femme que j’avais embauchée. Bien entendu j’étais un très bon comédien et je fis mine de paraître étonné en apprenant la nouvelle, allant même jusqu’à détailler les papiers d’identité de Cassandra. A ce moment là j’aurais pu lui dire que je connaissais une Raulne mais je n’en fis rien.
Je préférais être franc avec elle en lui disant que je l’aurais embauchée malgré tout. Je me fichais royalement de son ancien job et c’était même l’inverse. Cela lui donnait un attrait que mes autres assistantes n’avaient jamais eu. Cassandra devait savoir filer les gens et c’était une bonne chose ! De plus elle devait savoir se défendre. Mais elle n’était pas dangereuse pour moi… car de nous deux j’étais celui qui était le plus à craindre.


Je pris ensuite un air faussement outré lorsqu’elle déclara vouloir taper sur mes clients qui lui faisaient du rentre-dedans. Ce serait mentir que de dire que je ne savais pas qu’ils se comportaient comme cela et Cassandra n’était pas une idiote.


- Mes clients sont très fortunés et ils sont tout aussi machistes. Ce qui est irrespectueux je vous l'accorde, avouais-je. Mais je ne vous autoriserais pas à les cogner et les envoyer par la même occasion chez la concurrence… pendant vos heures de travail, précisais-je amusé. C’est grâce à eux que vous avez votre salaire ! Mais si vous croisez leur route par hasard, ne vous gênez pas. J’assurerais votre défense gratuitement s’il le fallait, ajoutais-je en souriant.


J’étais totalement différent avec Cassandra aujourd’hui. Pas de remarque ou de critique ! J’étais en vacances et puis je m’étais bien calmé à ce sujet depuis notre conversation au bar du coin. Aujourd’hui, notre conversation était détendue malgré ses aveux. Tellement relax que je fumais dans mon bureau et buvais de l'alcool grand cru alors qu’il était à peine neuf heure passé. Peu importe !
Au retour de la jeune femme avec son simple café, je détaillais sa tenue avant de lui demander si elle pensait que j’étais toujours en costume. La confirmation qu’elle me donna me fit éclater de rire !


- J’espère que vous n’êtes pas déçue par cette découverte à mon sujet, déclarais-je en buvant une nouvelle gorgée. Et concernant votre mensonge, il n’est pas important. Votre travail est trop précieux pour que je vous laisse filer.  


Puis je réfléchissais quant au fait de savoir si elle aussi était en vacances. Si je lui disais oui, elle allait sûrement filer pour profiter de sa journée mais sa compagnie me plaisait. Pourtant…


- Effectivement ! Vous l’êtes aussi, déclarais-je juste avant qu’elle ne reprenne la parole pour me parler de se robe. Je m’accoudais à mon bureau pour de nouveau détailler la jeune femme en souriant et en l’écoutant. C’est bien ce que je disais ! Je ne peux pas vous laisser filer. Mais vous accepteriez réellement de piéger des maris infidèles ou de filer des personnes ?  Je marquais une pause. Pour ce qui est de ma protection, j’aimerais bien voir cela, avouais-je en la fixant.



..

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
ADMIN ♦ Servir sans faillir
Messages : 909
Membre du mois : 46
Date d'inscription : 25/11/2016
Célébrité : Emilia Clarke
Crédit : Avatar : kanalasauvage / Signature : XynPapple
Caractère : Impétueuse » Sauvage » Naturelle » Sarcastique » Solitaire » Douée dans son métier
Métier : Assistante de Maître Jelsi / Ex agent de la BAC 93
Affinités :



ADMIN ♦ Servir sans faillir
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes    Ven 17 Nov - 21:30

Le 15 février 2018





“Assurément, le crime ça paie bien.” Lâche-t-elle avec sarcasme et avec raison lorsqu’il parle de clients fortunés. Le crime paie bien mieux que la légalité. Par la même, l’avocat rappel que c’est grâce à eux qu’elle reçoit une paie à la fin de chaque mois. Elle grimace, songeant que c’est le crime qui lui permet de vivre. Forcément, Samuel ne souhaite pas qu’elle casse la gueule de ces machistes, pas sur son lieu de travail. Un mince sourire soulève un coin de ses lèvres, il lui donne l’autorisation de le faire à l’extérieur et assurera même sa défense.

“Nous n’en arriverons pas là, je saurais me tenir.” Assure-t-elle. S’ils veulent tant que ça l’emmerder, on verra bien qui finira par emmerder l’autre et ce ne sera pas elle. Qu’ils continuent donc de penser qu’elle n’est que la petite assistante sexy de leur avocat, ils le regretteront. De sa position, elle possède bien plus d’informations qui ne pourront que lui être utile.

Il espère ne pas la décevoir, s’il savait ! Elle lutte pour garder l’image de lui en costard, et son caractère de parfait petit connard. Comme quoi, un simple style vestimentaire peut totalement changer une personne. La jeune femme n’a jamais aimé les types en costards qui pètent plus haut que leur cul, les mecs nature et sexy en diable sont davantage son genre. Comme Samuel, maintenant.

Ainsi donc, il la trouve… Indispensable. C’est presque un compliment, et elle peut dire qu’ils sont rares à sortir de sa bouche. Puisqu’il est en vacance, il semblerait qu’elle aussi. Elle se demanderait bien ce qu’elle fera de sa journée s’il n’y avait pas d’autres choses à prendre en compte. Comme les nombreux avantages d’avoir une ex-flic comme assistante.

“Ne suis-je pas une femme ? L'infidélité me hérisse, plutôt le mensonge qui en résulte. Si un homme veut aller voir ailleurs, il n’a qu’à la larguer.” Bien sûr elle n’est pas sans savoir que c’est bien plus compliqué que ça, mais c’est ce qu’elle s’est toujours juré de faire. Vu qu’elle n’a été en couple qu’une fois et que tout se passait très bien, elle n’a jamais eu l’occasion de mettre cette promesse à exécution.

“Quant aux filatures, c’est une habitude que je serais heureuse de reprendre, mais cela va nécessiter un certain investissement en matériel.” Bon, faudrait qu’il arrête de la fixer comme ça. Avec ce sourire amusé et cette lueur dans le regard, il est un peu trop irrésistible à son goût. Merde. “Pour protéger ce corps, il faut un ennemi et pour l’instant, je n’en vois nulle part dans ce bureau, mais si d’aventure, que sais-je vous devez vous rendre à un gala ou je ne sais pas, n’importe quoi, vous pouvez compter sur ma protection.”

Elle reprend contenance en buvant une gorgée de son café. Si ça continue comme ça, il va falloir qu’elle se barre fissa. Pas avant d’avoir obtenu un financement pour du matériel de surveillance cependant. La jeune femme attend que l’avocat se montre plus interrogateur, attend le moment où il lui demandera si elle a un lien de parenté avec les Raulne qui font la une des journaux, avec le dossier de divorce qu’elle a vu passer avec le nom de sa belle-soeur.

_________________

RAULNE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Messages : 2031
Membre du mois : 69
Date d'inscription : 05/11/2016
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Moose
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel



Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes    Ven 24 Nov - 23:30

Le 15 février 2018





J’eus un léger rire en entendant les propos criant de vérité de la jeune femme. Elle avait parfaitement raison et cela expliquait pourquoi j’avais voulu ouvrir mon propre cabinet. Si on mettait de côté la proposition alléchante de Bael, le procureur m’en avait également fait une. J’avais fait semblant de réfléchir à cette opportunité qui n’en était, selon moi, pas une. Comment pouvait-on s’enrichir si l’on défendait la veuve et l’orphelin ne pouvant même pas s’offrir un quignon de pain ? C’était impossible ! Et je possédais un vice très humain, c’était celui d’aimer l’argent.


- Je vous l’accorde ! Il est plus facile de gagner sa vie malhonnêtement que le contraire… avouais-je en la fixant avec un sourire. Mais chacun a le droit à un avocat. J’ai choisi de défendre les plus rentables ! J’aime les belles choses mais elles coûtent chères.


Puis j’affichais une légère moue sceptique en plissant les yeux brièvement pour juger la jeune femme qui prétendait pouvoir se tenir à carreaux. Quelle déception ma foi ! Je me serais fait un plaisir de la défendre contre ces connards que je ne pouvais pas frapper moi-même.


- Je vous pensais plus fougueuse, déclarais-je sans détour. Mais je ne me plaindrais pas de votre retenue envers mes clients, mentis-je sans me montrer convaincant.


Puis arriva la discussion qui concernait le fait que j’avais annulé tous les rendez-vous de la journée et que j’étais vêtu d’une manière dont Cassandra ne m’avait jamais vu auparavant. Les gens normaux auraient appelé ce qui m’arrivait « un coup de folie ou de flemme » pour moi il s’agissait de vacances. Soudaines certes, mais de vacances quand même. J’offrais également cette journée à la jeune femme en la croyant la voir détaler de suite mais ce ne fut pas le cas. Bien au contraire ! Ses propos devinrent très intéressants.
J’esquissais un sourire en l’écoutant évoquer l’infidélité. Était-elle au courant pour son frère ? Je n’en savais rien comme je n’étais pas censé savoir que ce type était son frère… sauf par l’intermédiaire de Jaana éventuellement.



- L’infidélité hérisse également certains hommes à ma connaissance. Votre solution semble pleine de bon sens et l’on pourrait même dire que les personnes volages n’ont qu’à pas se mettre en couple mais c’est contraire à notre société, déclarais-je. Combien de fois m’a-t-on dit qu’il était temps que je me trouve une gentille femme et que je fonde une famille ? Un nombre incalculable de fois. Mais à côté de ça, on ne m’a jamais demandé si c’était ce que je voulais…


L’humain a une idée de la vie idéale qui est ennuyeuse à mourir. Se rapprocher, se reproduire et ainsi de suite ! Mais je ne m’égarais pas plus longtemps dans mes pensées et observais Cassandra avec attention. Ce matériel qu’elle demandait, s’en servirait-elle uniquement dans le cadre professionnel ? Pas sûr ! Je me penchais pour me servir un nouveau verre alors que je n’avais rien mangé depuis hier soir. J’en profitais au passage pour rechercher un nom de client dans mes dossiers.


- Si du matériel est nécessaire, alors nous verrons ça ensemble ! Il y a déjà quelques trucs intéressants dans le placard de la salle de repos.


Il s’agissait du matériel que j’avais utilisé moi-même pour la filer elle ! Bien sûr, j’avais tout supprimé et rien dans ce bureau ne pouvait la mettre sur la voie de ce que j’avais fait contre elle et sa famille.
Quand elle parla de protéger mon corps je ne peux m’empêcher de la détailler avant de passer brièvement ma langue sur ma lèvre inférieure et de boire une gorgée. Je ne répondais rien à cela… pour le moment !



- Le matériel que vous allez demander, repris-je, sera juste pour le boulot ? Ou pour elle aussi ? demandais-je en tournant l’écran de l’ordinateur afin que Cassandra voit le dossier de sa belle-sœur. Selon moi, cette demande pourrait aussi en rapport avec les Raulnes qui font la une des journaux. Ce n’est pas un nom courant dans le coin donc je suppose que vous êtes de la même famille. Je me lèvais et faisais le tour du bureau pour venir m’asseoir sur le deuxième siège visiteur, faisant fi de ma veste qui menacait à présent de tomber. Que votre réponse soit positive par trois fois, cela ne m’intéresse pas vraiment, avouais-je en la fixant, du moment que c’est en dehors de vos heures de boulot et que vous ne m’attirez pas des ennuis. Puis mon regard tomba sur sa tasse à café avec un sourire amusé. Vous auriez pu m’accompagner, dis-je avec un clin d’œil à Cassandra en levant mon verre avant de boire une gorgée.




..

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
ADMIN ♦ Servir sans faillir
Messages : 909
Membre du mois : 46
Date d'inscription : 25/11/2016
Célébrité : Emilia Clarke
Crédit : Avatar : kanalasauvage / Signature : XynPapple
Caractère : Impétueuse » Sauvage » Naturelle » Sarcastique » Solitaire » Douée dans son métier
Métier : Assistante de Maître Jelsi / Ex agent de la BAC 93
Affinités :



ADMIN ♦ Servir sans faillir
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes    Dim 26 Nov - 11:14

Le 15 février 2018





Il a le mérite d’être honnête en admettant qu’il a choisi de défendre les plus rentables pour pouvoir s’offrir les belles choses qu’il convoite. Que répondre à cela ? Son salaire a toujours été le même, et franchement pas de quoi se payer une super baraque. Ce n’est pas pour ce qu’on gagne tous les mois que l’on s’engage dans les forces de l’ordre. Pas d’enrichissement, uniquement une vocation. Samuel a choisi de faire de longues études pour s’enrichir, l’avocat et l’assistante sont au paradoxe l’un de l’autre. Mais pour l’instant, ça fonctionne.

Elle ne cache pas son sourire lorsqu’il avoue la penser plus fougueuse, c’est encore mal la connaître, mais elle ne dévoilera pas ses multiples secrets pour le conforter dans cette idée. Même son frère ne sait pas tout, même s’il en sait davantage que quiconque. Elle non plus n’a pas été aussi droite que la Loi l’exige, elle était même tout le contraire, mais toujours dans l’optique de rendre justice dans un système judiciaire plus que défaillant.

“Ceux qui écoutent la société ne valent guère mieux qu’un troupeau de mouton.” Lâche-t-elle. On pourrait croire qu’à l’époque actuelle on pourrait vivre en homme et femme libre, il n’en est rien. Si l’on a pas de mari ou femme, ni enfant, passer la trentaine, on n’est pas tout à fait normal au regard des autres. “Je sais ce que c’est.” Avoue-t-elle avec un sourire amer. Combien de fois sa mère lui a rabâché la même question ? Jusqu’à 32 ans, Cassandra était célibataire, n'enchaînant que des histoires sans avenir et ça lui convenait très bien.

Sa main se glisse jusqu’à son collier, sa bague de fiançaille pend toujours au bout de la longue chaîne qui disparaît sous le décolleté de sa robe. Le partenaire idéal n’est pas si facile à trouver, elle ne le cherchait pas d’ailleurs. Brandon l’était, mais la vie le lui a retiré, on ne l’y reprendra pas. “Tout le monde n’est pas fait pour la vie de couple, ni de famille, mais je ne conçois toujours pas le mensonge… Enfin, c’est un sujet qui ne mérite pas de débat pour un avocat j’imagine, c’est votre gagne pain.”

Il en vient au matériel qui se trouve déjà dans la salle de repos, elle hausse les épaules. “Vous avez surement dû acheter ça cher, mais il existe du matériel de meilleure qualité. Si c’est là le seul investissement que vous souhaitez faire, je m’en contenterai...” Et bim! Il retourne l’écran de son ordinateur pour lui montrer le dossier de Jaana. Putain, ça fait mal ça. Ok, elles sont pas les meilleures amies du monde, mais savoir que sa belle-soeur a déjà engagé quelconque manoeuvre de divorce, ça fait mal. Malgré tout, Jaana est de la famille et Cass ne se réjouit pas de voir la sienne se briser.

Samuel fait le tour de son bureau, elle se demande bien où il compte aller, mais en attendant elle ne peut empêcher son regard de se poser sur les multiples atouts de son physique qui ont tout l’air d’être sacrément avantageux. Comme quoi, un jean et un teeshirt, ça change tout de la vision d’un homme en costard cravate. La jeune femme détourne les yeux avant qu’il ne se rende compte qu’elle le lorgne et du coin de l’oeil elle avise ce dernier s’asseoir à côté d’elle. Elle inspire, pouf ce parfum entêtant, quel plaie.

“Je bois que de la Vodka.” Lâche-t-elle sans trop réfléchir, avant de revenir au sujet Raulne. “Je n’ai pas l’intention de m’immiscer dans les problèmes de couple de mon frère, et je vous conseil de ne pas attendre de moi que je confirme cette histoire d'infidélité.” Même s’il le lui a dit, Philippe sera bien le seul homme qu’elle ne jugera pas. Quoi qu’il advienne, frère et soeur sont liés à la vie à la mort. Si elle ne cautionne pas le comportement de Philippe, elle sait que cette infidélité ne résulte pas d’un simple coup de tête, il y a des années de mariage qui précède son comportement.

Cassandra se tourne vers l’avocat et plante son regard dans le sien. “Avez-vous l’intention d’accepter ce dossier ? Sachant que j’y suis indirectement mêlée ? Ou avez-vous un minimum de respect à mon égard pour mettre ma belle-soeur en relation avec l’un de vos confrère?” A choisir, ce sera toujours son frère et si Philippe estime qu’il s’agit de trahison de travailler pour l’avocat de sa future-ex-femme, Samuel recevra une lettre de démission dans l’heure.

Samuel est intelligent, il comprendra parfaitement le sens caché de sa question, c’est elle, ou ce dossier de divorce. “Le fait que je sois une Raulne soulève également un autre sujet, ma belle-soeur s’est fait pas mal d’ennemis, certains ont osé s’en prendre à ma nièce, qui sait s’ils ne s’en prendront pas à moi…”  Est-il prêt à poursuivre avec cette épée de damoclès sur leur collaboration ? Cassandra est bien curieuse de connaître ses réponses et de fait son regard ne dévie pas du sien, en quête de vérité ou mensonge.

_________________

RAULNE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Messages : 2031
Membre du mois : 69
Date d'inscription : 05/11/2016
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Moose
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel



Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes    Dim 31 Déc - 14:18

Le 15 février 2018





Je jouais franc jeu avec la jeune femme alors que je venais d’apprendre qu’elle m’avait menti. OK ! Je savais déjà qui elle était mais cela elle l’ignorait. Qu’importe ! Je me fichais qu’elle trouve mon comportement étrange. Surtout que le simple fait que j’ai décidé de prendre une journée de vacances devait l’étonner. Bref… Je lui disais clairement que je faisais ce métier pour gagner du fric et non pas joué au bon samaritain. Les avocats qui se vouaient aux pauvres victimes vivaient dans des appartements minables au milieu de banlieues craignos qui ne m’intéressaient que pour leur facilité à cramer.
Ce sujet clos, un autre fut ouvert et il prêtait souvent à débat dans la société actuelle. Cette dernière considérait comme anormaux les gens qui ne voulaient pas se marier, avoir des enfants et tout le tsoin-tsoin. Même en simple humain, ce que je n’étais heureusement pas, j’étais persuadé que cette idée de la vie m’aurait donné des envies de vomir. Je préférais être considéré comme bizarre ou plus précisément comme un salaud puisque j’accumulais les conquêtes que d’entrer dans le moule.
J’esquissais alors un sourire aux paroles de mon assistante en comprenant qu’elle était du même avis que moi. Cela était-il le cas depuis toujours la concernant ou alors était-ce le fait d’une rupture douloureuse ? Je n’en savais rien et je ne lui demanderais pas.



- Et j’ai l’impression que c’est pire lorsque c’est une jeune femme qui refuse ce plan de vie… dis-je avant de boire une gorgée.


Je la fixais lorsqu’elle parla de mon avis sur ce qu’était le mensonge mais je ne répondais pas car le débat serait, au contraire, trop long et trop professionnel ! Et… j’étais en vacances comme je le lui avais dit. Cela ne nous empêcha pas de discuter filature et j’esquissais un sourire lorsqu’elle parla du matériel que j’avais acheté et qu’elle n’avait pas encore vu. Comment pouvait-elle savoir qu’il y avait mieux et moins cher ?
Tout en pianotant sur le clavier de mon ordinateur je répondais amusé.



- C’est un ami détective privé et ancien flic chez les stup qui m’a conseillé ce que j’ai acheté mais rien ne vous empêche de me donner votre avis et de me dire si cela vous convient, précisais-je en lâchant l’ordi des yeux.


Je lui posais ensuite une question on ne peut plus directe et décidais d’aller m’asseoir à côté d’elle. Pourquoi ? Mais parce que j’en avais envie. C’était aussi simple que cela ! Je prenais note pour la Vodka et l’écoutais parler de la vie de couple de son frère tout en sachant, ou devinant, ce qu’elle me demanderait sûrement à un moment ou un autre. Le léger silence qui s’installa confirma ma pensée et j’eus un sourire à la question. Des dossiers comme celui-ci je pouvais en avoir à la pelle… Je buvais une gorgée sans lâcher la brune du regard.


- Je pourrais effectivement donner ce dossier à un confrère, répondis-je en pensant au cabinet de Bael. C’est sûrement ce que je vais faire car c’est ce que tu veux, continuais-je en me rendant compte de l’erreur. Désolé ! C’est ce que vous voulez ! Une courte pause. Sinon, je suppose que j’aurais le droit à une lettre de démission. Je ne sais pas comment fonctionne une famille mais je pense tomber juste pour le coup.


La suite m’intéressa encore davantage et je commençais à trouver cette journée des plus agréables qui soient. Je ne lâchais pas le regard de la jeune femme qui sous-entendait que je pourrais me retrouver en danger puisqu’elle et sa famille l’était.


- Ce qui pourrait me mettre en danger s’ils viennent à s’en prendre à vous ici, déclarais-je en toute logique avant de me lever. Je récupérais une bouteille de Vodka dans le bar ainsi qu’un verre et posais le tout près de Cassandra avant de me rasseoir. Les menaces je connais ! C’est ce qui arrive quand on protège des types en rapport avec la drogue, la prostitution et autre. Et puis vous m’avez proposé votre protection non ? Je me taisais avant de sourire. Bon… vous m’accompagner ou je continue à boire en solo ?

..

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
ADMIN ♦ Servir sans faillir
Messages : 909
Membre du mois : 46
Date d'inscription : 25/11/2016
Célébrité : Emilia Clarke
Crédit : Avatar : kanalasauvage / Signature : XynPapple
Caractère : Impétueuse » Sauvage » Naturelle » Sarcastique » Solitaire » Douée dans son métier
Métier : Assistante de Maître Jelsi / Ex agent de la BAC 93
Affinités :



ADMIN ♦ Servir sans faillir
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes    Jeu 11 Jan - 22:18

Le 15 février 2018





Si Brandon la voyait, le cul posé sur cette chaise, dans cette robe pour mieux obtenir ce qu’elle veut de son patron, mais surtout à bosser en tant que bureaucrate, il se moquerait bien d’elle. Une foutue bureaucrate, tout ce qu’elle déteste. Elle aimait son métier, la seule chose qu’elle détestait par dessus tout étaient les rapports qu’ils devaient rendre tous les jours. Aujourd’hui, elle est quasiment plantée devant un ordinateur toute la journée.

Pire, elle parle des relations amoureuses, ou plutôt de l’absence de relation pour certain et du regard des autres. Il y a 2 ans, c’était son portrait craché, son frère marié et 2 enfants, sa mère désespérait que sa fille soit toujours célibataire. Le fait est que Cassandra est une solitaire dans l’âme, hormis son frère, peu avaient réussi à traverser sa carapace. C’est pourquoi elle n’avait eu que des histoires sans lendemain, désabusée depuis son plus jeune âge, même son premier amant n’était qu’un coup d’un soir, qu’une curiosité de l’acte.

Et la voilà qui cause relation avec son patron, qu’elle trouve un peu trop sexy sans son costume. Mater les hommes, elle n’a aucun scrupule à le faire, même Brandon ne s’en formalisait pas. Ils n’étaient pas jaloux, du moins pas jusqu’à un certain point. La différence aujourd’hui c’est qu’elle culpabilise de le faire, comme si elle trompait déjà son fiancé, parce que leur relation ne s’est pas terminée. Il n’y a pas eu de rupture, il est mort, et croyez bien que ça fait une différence.

Heureusement, il clôt le débat, du moins elle ne le relance pas. Le sujet tourne sur autre chose, le travail, ses nouvelles fonctions officieuses et le divorce des Raulne. Il précise que son matériel lui a été conseillé par un detective privé, ex-flic. Elle a connue mieux, les services de police peuvent faire appel à du matériel haut de gamme selon les budgets, son ami devait avoir un budget restreint ou il est de la vieille école.

Entre temps le matériel s’est grandement amélioré, ou bien la Norvège n’est pas encore au point. Dans tous les cas, ça coince, pour ses fonctions elle n’aurait pas forcément besoin de mieux, mais pour ce qui est officieux il lui faut du meilleur matériel. “Je…” Elle ne peut pas vraiment dire a son patron qu’elle veut pourchasser les monstres. “Regarderai ce que ça donne niveau qualité. Des photos flous ou des grésillements sur les bandes son, c’est moyen.” Elle trouvera peut-être une bonne excuse le moment venu, après tout, elle est plutôt douée pour le mensonge.

Son patron devine rapidement où elle veut en venir lorsque le sujet du divorce est abordée. Il va même jusqu’au tutoiement avant de se reprendre, elle arque les sourcils, l’alcool doit déjà faire son effet peut-être. Un petit sourire en coin, elle acquiesce. “Vous n’êtes pas avocat pour rien.” Confirme-t-elle. “J’imagine que je vous dois ma reconnaissance. Merci.” Cassandra commence à le connaitre également, et sans aucun doute essaierait-il de jeter totalement le blâme sur Philippe, pour que sa cliente s’en sorte gagnante au maximum. Sachant que Philippe a commis l’adultère, ce ne sera pas compliqué. Elle ne peut pas cautionner ça. “Je lui annoncerai la nouvelle si vous le souhaitez.”

Non seulement il ne la renvoie pas en apprenant son mensonge, sa véritable identité, de surcroît il accepte sans difficulté de remettre le dossier à un de ses confrères, en plus de ne pas s’en faire sur la menace qui pèse sur les Raulne. Beaucoup de femmes se sentiraient flattées d’être aussi indispensable, Cassandra n’est pas tout le monde. Ca sent le coup fourré. Ce sont des années d’expérience qui lui soufflent que l’avocat n’est pas totalement désintéressé et des années d’expérience qui font qu’elle n’y réagit pas. Pas tout de suite.

Il veut quelque chose. Sinon, elle serait déjà à la porte au vu des emmerdes qu’elle est susceptible de causer. Elle l’observe, silencieuse, tandis qu’il lui présente une bouteille de vodka et un verre. La jeune femme pourrait partir, tout simplement, mais son comportement vis à vis de ses révélations titille sa curiosité, ses compétences d’enquêtrice. Il acquiesce trop facilement à tout ce qu’elle dit. “Pourquoi pas. J’étais censée travailler, je n’ai donc rien de mieux à faire de ma journée..”

Elle s’empare de la bouteille et remplit son verre du liquide transparent avant de le présenter face au sien et de trinquer “Buvons à mes nouvelles fonctions de détective et de garde du corps. A notre nouvelle coopération.” Soit il espère encore pouvoir la sauter et il y a encore 20 min ça ne lui aurait fait ni chaud ni froid, soit il attend autre chose d’elle. Cul sec, elle boit sa vodka avant de se resservir. Y aller franco, ou plus subtilement ?

Elle replace une mèche de ses cheveux derrière son oreille, un petit sourire vient dessiner ses lèvres tandis qu’elle tourne son regard vert-bleu vers l’avocat. Son verre en main, elle se relève, non sans s’assurer de présenter ses atouts féminins sous son regard, avant d’aller se poster devant la grande fenêtre du bureau pour admirer l’extérieur. Elle obtiendra plus de réponses en optant pour la subtilité et la séduction. “Vous faites énormément pour moi, comment puis-je vous remercier ?”

_________________

RAULNE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Messages : 2031
Membre du mois : 69
Date d'inscription : 05/11/2016
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Moose
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel



Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes    Sam 13 Jan - 0:18

Le 15 février 2018





Le sujet qui était abordé entre Cassandra et moi était de mon point de vue, ennuyeux à mourir… et pourtant voilà que je jacassais de ce que nous imposait la société ! Un train de vie monotone donnant naissance à des dépressifs qui s’endettaient pour satisfaire toujours plus le besoin de parfaire leur image aux yeux des autres. Pathétique ! Si seulement les semi-démons pouvaient prendre le contrôle de cette planète, tout irait mieux. Mais ce n’était pas encore le cas malheureusement. Heureusement, pour mon plus grand plaisir, ce mortel sujet prit fin.
Car oui ! Je pensais que discuter d’un truc si soporifique avec une si belle plante était du gâchis ! Cela l’était d’autant plus maintenant qu’elle s’était dévoilée. Qu’avait-elle a caché ? Dans quoi était mêlée sa famille ? Toutes ces questions m’étaient souvent revenues à l’esprit et j’avais même repris ma petite enquête les concernant. J’étais donc au courant de certaines choses mais j’étais assez intelligent pour ne pas gaffer. J’avais même fait mine de ne pas capter que son nom avait été évoqué ces derniers temps dans les journaux. Enfin… je ne me forçais pas à feindre le désintérêt puisque c’était le cas. Les infos étaient parsemées de mensonges, de on-dit, et de fausses vérités !


Aussi bizarre que cela puisse paraître de son point de vue à elle, je ne virais même pas Cassandra pour ses mensonges et lui offrais la possibilité d’aller se dégourdir les jambes comme détective. De une, ça m’aiderait pour mes affaires et de deux je ne l’aurais que moins souvent dans les pattes, aussi charmante était elle !
Concernant sa demande de matériel je lui répondais que j’en avais du performant. Je savais de quoi je parlais puisque je l’avais utilisé pour l’espionner elle et sa famille ! Bien je ne lui disais pas et inventais une histoire bidon, ou presque. Sa réaction à ma réponse me donna l’impression qu’elle n’était pas satisfaite et sans que je ne sache pourquoi, je trouvais cela bizarre !


- Des flous et des grésillements ! dis-je pensif. Mouais… ça donne des preuves discutables et je déteste qu’on remette en cause mes dires !  Je marquais une pause. Si ce que le cabinet possède déjà ne vous semble pas être le top, vendez-le et achetez mieux… Je n’y connais absolument rien et vous avez donc carte blanche ! Du moment que vous ne me mettez pas sur la paille bien entendu ! précisais-je amusé. Et par la suite je pourrais toujours me reconvertir en tant que détective si l’envie me prend !


Une fois ce marché conclu, voilà que je devais en passer un autre. Celui-ci me faisait perdre soit une potentielle cliente, soit mon étrange assistante. J’optais pour la première solution… et qui sait ? Jaana et moi pourrions nous peut-être nous revoir sans que la barrière professionnelle ne tente de faire barrage. Cette pensée me fit esquisser un sourire qui aurait pu correspondre aux paroles de la jolie brune si attirante en cette journée de vacances improvisée !  


- Non ! Vous n’avez pas besoin de me remercier puisque je fais cela dans l’unique but de ne pas devoir encore chercher une assistante, dis-je en haussant les épaules. Et pour ce qui est de l’annoncer à vôtre belle-sœur, je m’en chargerais moi-même. Je lui donnerais dans le même temps le nom de confrères qui pourront s’occuper de son dossier.


Puis je lui amenais une bouteille de Vodka et un verre en étant persuadé qu’elle trouverait une excuse pour ne pas boire ou pour tout simplement partir. Je me trompais, et je souris à ses paroles « A notre nouvelle coopération alors ! ». Puis je vidais, tout comme Cassandra, mon verre et l’imitais en me resservant.
Mais mon regard délaissa bien vite ma boisson lorsque la sublime jeune femme se leva pour aller regarder dehors. Bien entendu je la regardais en appréciant ses formes si attirantes !


- Ce n’est peut-être pas un cadeau que je vous fais en vous gardant, dis-je en me  levant et abandonnant mon verre après une gorgée. Beaucoup de mes clients attirent les ennuis et les ennemis. Vous ne me mettez pas plus en danger que je ne le suis déjà, expliquais-je en me plaçant derrière elle. Et puis vous êtes mon garde du corps non ? lui glissais-je à l’oreille.


Ces ennemis ne pouvaient pas être plus dangereux que certains mafieux… ou alors, si c’était le cas, le danger devait sûrement concerner un tout autre registre, un plus… récent pour le commun des mortels ?

..

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
ADMIN ♦ Servir sans faillir
Messages : 909
Membre du mois : 46
Date d'inscription : 25/11/2016
Célébrité : Emilia Clarke
Crédit : Avatar : kanalasauvage / Signature : XynPapple
Caractère : Impétueuse » Sauvage » Naturelle » Sarcastique » Solitaire » Douée dans son métier
Métier : Assistante de Maître Jelsi / Ex agent de la BAC 93
Affinités :



ADMIN ♦ Servir sans faillir
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes    Mar 16 Jan - 10:31

Le 15 février 2018





Elle ne laisse rien voir sur son visage, mais la réponse de l’avocat concernant son matériel la satisfait. La jeune femme sait comment tourner les choses à son avantage, quand on connaît suffisamment une personne, son patron en l'occurrence qui n’a rien d’un enfant de coeur, c’est une tâche aisée. Son quotidien, elle avait affaire à des criminels chaque jour. Samuel n’est pas différent. Il ne voudra rien de moins pour comparaître devant un tribunal avec des preuves parfaites. Il aime la perfection, elle déteste la résignation.

Vient ensuite le sujet Jaana, son éventuel dossier de divorce. L’acceptation de refiler le dossier à l’un de ses confrère et l’éveil des soupçons de Cassandra. Ne pas se faire chier à retrouver une assistante, elle y croit moyennement. On ne peut pas dire qu’elle manque de confiance, elle fait du mieux qu’elle peut son travail parce que c’est une bosseuse, mais de là à ce que son patron dise oui à tout pour la garder, c’est se foutre de sa gueule. Qu’à cela ne tienne, elle découvrira le fin mot. Elle n’est peut-être pas la plus patiente en ce monde, mais c’est une enquêtrice hors pair.

Pour l’heure, ils viennent d’ouvrir une nouvelle page dans leur coopération. Elle pourrait fort le regretter, mettre son temps à contribution d’autre chose. Ca n’égalera jamais son travail, sa passion, ça ne tuera pas totalement son ennui, mais c’est toujours mieux que de rester enfermée dans ce bureau à subir les assauts pervers de la clientèle de l’avocat. Mieux que d’attendre d’obtenir plus d’informations sur les ennemis des Raulne.

Finalement, elle accepte de boire un verre et l’interroge en minaudant. Elle ne s’arrêtera pas à un verre, qu’importe l’heure qu’il est, son frère est sans doute en train de faire la même chose, quelque part. Les Raulne sont loin d’être des modèles à suivre. L’un se perd dans l’alcool, l’autre dans la luxure, parfois même les deux en même temps. Du frère ou de la soeur, il n’y en a pas un pour rattraper l’autre.

Son souffle lui caresse l’oreille, la chair de poule apparaît sur ses bras en conséquence. Là, elle se demande s’il ne tenterait pas de la séduire. Un patron ne se comporterait pas de la sorte avec son employée, du moins le suppose-t-elle. Il faut dire, que Brandon était son supérieur et qu’ils ont bien fini dans le même lit, mais il n’y avait pas eu de séduction au préalable, ça s’était fait, simplement, et depuis ils avaient remis le couvert  malgré le fait que c’était interdit, jusqu’à ce que ça devienne plus sérieux.

A quoi bon réfléchir ? A quoi bon s’interdir de vivre ? Qui sait combien de temps il te reste à vivre ? songe-t-elle en se retournant pour faire face à son patron. “A ce propos. Je ne serais sans doute pas un cadeau lorsque vous devrez m’obéir dans le but de vous garder en vie.” Le tance-t-elle en commençant à l’étudier des pieds à la tête. “Que vous sachiez composer avec les menaces, le danger, je m’en moque. Le moment venu, je prends le contrôle et vous m’écoutez. Si vous ne m’écoutez pas, nous retrouverons probablement deux cadavres. Si l’un de vos clients vous menace je veux le savoir, même si ça vous parait anodin. Pour ce qui est des menaces à l’encontre de ma famille ou de moi-même…”

Que dire ou ne pas dire ? Cassandra change de position, elle boit une gorgée de vodka qui lui réchauffe le gosier et commence à tourner autour de l’avocat. Non comme une prédatrice, elle étudie sa taille, sa corpulence et autant dire que la vue ne lui déplait pas. “J’ai toutes les raisons de penser qu’ils ne sont pas du même acabit que nous.” Il est assez intelligent pour comprendre ce qu’elle veut dire. Certes, elle ne dit pas tout, mais l’essentiel est là. Les loups n’ont pas uniquement fait leur coming out, ces enfoirés ont entraînés sa belle soeur avec eux. Les activités de Jaana font peser les menaces sur sa famille. Certain, ce sont déjà mis à exécution, mais une chose est certaine, ils n’en ressortiront pas vivants.  

Cassandra termine son verre, deuxième cul sec en moins de 5 minutes et pose le verre vide sur le bureau avant de se retourner vers l’avocat. “Permettez.” Pas une demande, ni vraiment un ordre, elle entre simplement dans le jeu. Elle pose ses mains sur les épaules qu’elle tatone du bout des doigts, comme si elle continuait son exploration. C’est le cas, même si ce n’est pas nécessaire pour la bonne continuation de leur nouvelle coopération. Sous ses doigts, elle sent des muscles fermes, fortes. La jeune femme sait d’avance qu’elle découvrira un corps bien entretenu si elle poursuit son exploration, ça ne l’empêche pas de descendre ses mains jusqu’à ses biceps. “Sera-tu capable de me laisser aux commandes ?”

_________________

RAULNE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Messages : 2031
Membre du mois : 69
Date d'inscription : 05/11/2016
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Moose
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel



Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes    Mar 16 Jan - 18:39

Le 15 février 2018





Je me rendais compte que j’acceptais et encaissais tout cela un peu trop rapidement ! Une telle attitude de ma part pouvait éveiller les soupçons et comme Cassandra était intelligente, c’était sans aucun doute le cas. Cependant, j’avais plusieurs parades à d’éventuelles questions… Pour commencer, j’étais en vacances et je n’avais peut-être pas envie parler boulot donc je bâclais sans réfléchir. Mouais ! Ça ne me ressemblait pas trop. Il en était de même pour le fait que je ne voulais pas chercher une nouvelle assistante ! Cela aurait fonctionné si ce métier était réellement celui de Cassandra et si elle s’occupait d’aller récupérer mon linge au pressing. Il ne restait donc que la dernière solution car je n’avouerai jamais que je voulais savoir qui elle fuyait. Je pouvais donc jouer sur la carte du désir et en plus ce n’était pas un mensonge… Cassandra était réellement attirante et je l’avais remarqué dès notre première rencontre près d’un taxi alors qu’elle ne m’avait accordé intérêt. Juste un merci pour avoir expliquer au chauffeur où elle voulait se rendre. Je ne pensais jamais la revoir après et cela avait été davantage le cas lorsque j’avais été embauché par un inconnu pour avoir des informations à son sujet et celui de sa famille. Et pourtant ! Voilà que nous étions tous les deux dans le même bureau et qu’elle était mon employée !

Le plus intéressant dans tout cela était pour moi de constater que je n’arrivais pas à la cerner, mais alors pas du tout et cela me plaisait. J'aimais les défis. Cassandra avait du caractère, de la rigueur et de la sensualité quand elle le voulait, mais pour le reste… je ne savais rien ! J’étais d’ailleurs persuadé qu’elle déclinerait l’invitation et trouverait une excuse pour ne pas boire de si bonne heure et même pour filer. Mais non ! Elle restait et buvait, sans faire semblant d’ailleurs. Cela eut le don de me faire sourire et me donna des idées qui n’avaient rien de professionnelles croyez-moi. Mes envies s’accentuèrent lorsque Cassandra se leva pour aller jusqu’à la fenêtre.
Après avoir admiré la vue je me levais pour suivre la belle et me placer derrière elle pour lui parler. Je vis parfaitement le frisson qui parcouru sa peau lorsque je murmurais à son oreille et cela me fit sourire.
Pourtant je fronçais les sourcils lorsque la jeune femme déclara que je ne la considérerais pas comme un cadeau lorsque je devrais lui obéir. *Pardon ?* La question fut uniquement mentale et n’eut pas le temps d’être verbale puisque la jeune femme reprenait la parole. Je compris alors où elle voulait en venir. Avec un sourire charmeur, je répondais…



- Pas problème, je vous écouterai si cela s’avère nécessaire. Et si le but est de sauver ma peau ce sera davantage le cas ! Concernant mes clients réguliers… aucun ne m’a jamais menacé, ils ne sont pas fous à vrai dire. Leurs ennemis, eux, ne se gênent pas ! Et ils n’emploient pas la manière douce.


J’avais eu le temps de prendre la parole alors que la jeune femme avait laissé sa phrase en suspens avant de commencer à me tourner autour en m'observant avec minutie. Pourquoi ? Je n’en savais rien mais la réponse allait sûrement venir avant que je ne pose la moindre question. Quoique… ce n’était pas sûr.
Curieux, je la suivais du regard pour apprécier la vue et la voir poser son verre vide sur le bureau.



- Pas le même acabit, répétais-je. Cela laisse toujours deux possibilités…


Cassandra serait-elle une chasseuse de créatures ? Peut-être et tout pourrait devenir clair concernant sa demande de matériel. Sans le savoir la beauté venait de devenir, à mes yeux, encore plus plaisante qu’elle ne l’était déjà…
Je la regardais revenir sans faire le moindre geste et je me contentais de hocher la tête lorsqu’elle me demanda la permission. Sans vraiment attendre une réponse de ma part ses mains effleurèrent mes épaules. Je la fixais et alors que j’étais tenté d’agir, Cassandra me surprit avec une question et un tutoiement.



- Tout dépendra de ta façon de commander, déclarais-je en la fixant.

..

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
ADMIN ♦ Servir sans faillir
Messages : 909
Membre du mois : 46
Date d'inscription : 25/11/2016
Célébrité : Emilia Clarke
Crédit : Avatar : kanalasauvage / Signature : XynPapple
Caractère : Impétueuse » Sauvage » Naturelle » Sarcastique » Solitaire » Douée dans son métier
Métier : Assistante de Maître Jelsi / Ex agent de la BAC 93
Affinités :



ADMIN ♦ Servir sans faillir
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes    Sam 20 Jan - 16:25

Le 15 février 2018





Ses mains glissent sur le tissu, des épaules aux biceps, puis partent à la découverte de son torse pour constater à quel point l’avocat se porte à merveille. Il la fixe, elle sent son regard sur elle et ça ne l’intimide pas. Le teeshirt révèle bien plus que ne le faisait ses chemises, aussi cintrée soient-elles. Ce qu’elle trouve sous ses mains le confirme. Samuel est un homme ferme, d’esprit et de corps. Surtout de corps, ca lui plaît, à Cassandra.

Mais ça ne lui suffit pas. Son regard se relève pour croiser le sien, sûre d’elle, tandis qu’elle glisse ses mains sous son tee-shirt. Elle touche sa peau douce, ressent la chaleur de son corps, palpe les muscles et cela éveil en elle le désir de contact humain. Le désir tout simplement. Elle n’a jamais été douée pour les relations humaines, mais en ce qui concerne les relations charnels elle estime que c’est beaucoup plus simple à gérer.

“Bien. Mettons ca a exécution. Déshabille toi.” ordonne-t-elle. La jeune femme n’a pas peur de ce qu’elle veut, ni de l’exprimer. La timidité c’est pour les gamines. Et en l’occurrence, elle veut son patron sur elle, ou sous elle, dans tous les cas, en elle. Elle veut oublier, temporairement. Cassandra se détourne de lui et s’assoit sur le bureau, prête à apprécier la vue. Elle s’impose en maîtresse de la situation. “Je veux tout voir.” Et qu’il se dépêche, qu’ils puissent passer aux choses sérieuses.

En attendant de voir s’il va obéir ou se rebeller, elle s’empare de la bouteille de vodka et se sert un nouveau verre, pour le boire. Elle cherche à s’enivrer, pas pour fuir le fait qu’elle s’apprête à baiser avec son patron, mais pour se détendre complètement. Pour ne pas penser à Brandon, ni aux merdes qui lui tombent dessus depuis moins de 6 mois.

_________________

RAULNE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Messages : 2031
Membre du mois : 69
Date d'inscription : 05/11/2016
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Moose
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel



Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes    Sam 20 Jan - 22:28

Le 15 février 2018





Je n’aurais visiblement aucune information de plus concernant les ennemis de Cassandra. Mais je n’étais pas con, s’ils n’étaient pas du même acabit cela voulait forcément dire que la belle venait d’évoquer les loups ou les vampires. Le genre de truc dont je me serais bien passé ! Pourquoi ? Tout simplement qu’ils étaient plus tenaces que des humains et que je ne pensais pas qu’on pouvait leur faire confiance. C’était un combo fortement déplaisant de mon point de vue.
Mais très vite mes pensées s’estompèrent et je ne reposais pas ma question alors que j’aurais réellement aimé avoir une réponse. Que voulez-vous ? Je restais humain dans certains cas et répondais aux mêmes pulsions que ces derniers. Des mains parcourant ainsi mon corps ne pouvaient donc que me déconcentrer, l’alcool de si bonne heure aidant également beaucoup. C’est avec intérêt et non sans dissimuler mon désir que j’observais la brune !

Sans réfléchir j’acceptais de la laisser commander. Je ne savais pas ce qu’elle avait en tête mais j’allais bientôt le découvrir. J’esquissais l’ombre d’un sourire lorsque mes muscles se contractèrent légèrement au moment où ses mains, plus fraîches que ma peau, frôlèrent cette dernière.
Puis la première consigne arrive ! Moi qui détestais recevoir des ordres, je ne bronchais pas lorsque Cassandra me commandait de me déshabiller.



- A tes ordres, déclarais-je simplement.


Puis j’ôtais mon t-shirt que je lâchais sur le sol. Je me félicitais dans le même temps de m’être octroyer une journée de vacances… car le mécontentement de mes clients ne faisait pas le poids face à cette beauté. Je la regardais d’ailleurs s’éloigner et allais la suivre mais je fus arrêté par la précision que la brune m’imposa.
Je commençais par la regarder quelques courtes secondes sans rien dire ou faire… Après tout, elle n’avait pas enlevé le moindre vêtement qu’elle portait, ce qui de mon point de vue, n’était pas intéressant. Cependant, cela ne m’empêcha pas de détacher mon jeans qui se retrouvait au sol, suivi de près par le reste.
Une fois complètement dévêtu il était évident que Cassandra ne me laissait absolument pas indifférent… et tout en la fixant je m’approchais d’elle.



..

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
ADMIN ♦ Servir sans faillir
Messages : 909
Membre du mois : 46
Date d'inscription : 25/11/2016
Célébrité : Emilia Clarke
Crédit : Avatar : kanalasauvage / Signature : XynPapple
Caractère : Impétueuse » Sauvage » Naturelle » Sarcastique » Solitaire » Douée dans son métier
Métier : Assistante de Maître Jelsi / Ex agent de la BAC 93
Affinités :



ADMIN ♦ Servir sans faillir
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes    Sam 20 Jan - 23:12

Le 15 février 2018





Elle ne pouvait pas en dire plus, elle en a déjà trop dit sur les ennemis qui lui filent au derrière. D’une, il n’a pas acquis la confiance de la jeune femme, de deux toute cette histoire ne la concerne plus elle seule. Philippe s’y est retrouvé mêlé. Le moindre faux pas peut les entraîner tous les deux en taules, ou dans la tombe. Ils ont déjà un pied dedans. Elle opte plutôt pour détourner son attention et s’amuser un peu, puisqu’ils sont en vacance pour la journée.

Cass fait le premier pas, cherche bien volontiers à lui faire comprendre qu’aujourd’hui il a toutes ses chances de la sauter. Et réciproquement, puisqu’elle le trouve finalement à son gout. Samuel décide de lui obéir, sans broncher, et c’est une chose extrêmement rare de la part d’un homme. Ils voient toujours les ordres comme une attaque à leur égo de macho. Ce qui laisse présager que ce n’est pas la première fois qu’il s’adonne à ce jeu dans un tel contexte.

La jeune femme ne rate rien, le mouvement de ses muscles sous cette peau soyeuse tandis qu’il soulève son tee shirt pour le retirer. Elle est intriguée par une marque au niveau de sa clavicule, mais lui précise qu’elle veut tout voir lorsqu’il fait mine de s’arrêter et Samuel poursuit son… striptease, si l’on peut qualifier ça comme tel.


_________________

RAULNE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Messages : 2031
Membre du mois : 69
Date d'inscription : 05/11/2016
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Moose
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel



Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes    Mar 30 Jan - 10:07

Le 15 février 2018







..

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes    

Revenir en haut Aller en bas
 
On est souvent traqué par la vérité et obligé de lui rendre les armes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dire la vérité : les bienfaits qui en découlent
» Vérité amère
» Terry Goodkind : L'épée de Vérité
» La Vérité si je mens 3
» Mairies FN : elles auraient mérité le triple A !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ragnarök :: 
Valhöll
 :: 
Le Valtechnologie
 :: 
Rues & Ruelles
 :: 
Le Cabinet Týr
-
Sauter vers: