AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Intrigue n°3 : De causes à effets

avatar
Messages : 441
Membre du mois : 706
Date d'inscription : 11/10/2016

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Intrigue n°3 : De causes à effets   Jeu 7 Sep - 11:49





Rencontre

Ezeÿel Sköell et "15"
le 09 février 2018.

« Un bruissement de feuilles. Puis un second. Le son de pas de course dans la neige et des chiens qui hurlaient au loin. Elle le savait, ils ne tarderaient pas à la rattraper. Et, une fois cernée, elle n’aurait pas d’autres choix que d’attendre qu’Ils viennent la récupérer… Plutôt mourir. Plutôt mourir que de retourner là-bas. Elle a fui en frappant un garde trop naïf. Elle a pris son arme et en a tué deux autres après s’être glissée derrière eux silencieusement. Elle avait ensuite rampé dans des aérations pour arriver à sortir de cet enfer. Puis Elle s’était mise à courir, sans se soucier des températures négatives, même si Elle n’était vêtue que de cette maudite robe blanche désormais tachée et arrachée à plusieurs endroits. Avant Elle adorait cette couleur. Maintenant Elle la haïssait. Plus jamais Elle ne voulait en porter, plus jamais. Encore une fois plutôt mourir.

L’eau qui clapote. Une rivière… Elle doit être glaciale mais c’est sa seule chance pour semer les bêtes. Et Elle préfère mourir de froid que d’y retourner. Oui, la mort sera bien plus douce. Alors Elle n’hésite pas. Elle change de direction et court vers la source d’eau. Elle n’a aucune hésitation lorsqu’Elle plonge à l’intérieur, non aucune. Le froid vient mordre violemment sa peau, mais Elle s’en fiche. Sa volonté est plus forte que tout le reste. Elle avance de plus en plus loin, jusqu’à ce que le courant l’entraine de plus en plus fortement, la barbotant à droite, à gauche, et parfois sous la surface. Sa tête se cogne contre un rocher et c’est alors le noir total.

De la chaleur. Et une odeur. Ce sont les premières choses dont elle se souvient en se réveillant. Des bras enveloppent son corps nu, mais Elle n’a pas peur, Elle n’a plus peur. Cette odeur. C’est l’un des siens. Et sa chaleur lui fait du bien. Deux yeux se tournent vers son visage, sentant surement le léger changement dans son corps quand Elle s’est éveillée. Tu n’crains rien. La voix est rauque, douce, protectrice. Elle hoche doucement la tête, avant de poser de nouveau sa tête contre le torse de l’homme. Lui aussi est nu, mais cela n’est pas étonnant. Elle le sait, il a surement changé en la trouvant. Elle ne sait pas où ils sont, mais Elle s’en fiche. Elle pourrait se servir de son flair pour respirer tout son environnement mais Elle ne le fait pas. Elle préfère respirer l’odeur du Loup qui l’a sauvé, la trouvé. Un sourire nait sur ses lèvres. Elle a réussi. Elle leur a échappé. Et Elle est vivante. Elle ne craint plus rien. Aniya lui avait dit comment trouver les leurs avant qu’Ils ne l’emmènent et ne la tuent. Elle avait partagé sa cage, et l’avait aidée. Elle lui avait appris tant de choses en à peine quelques semaines. Elle lui apprit à être forte, à se contrôler et à ne pas Les laisser l’avoir. Sebastian... finit-elle par souffler. L’homme baissa de nouveau le regard vers Elle. Je dois trouver Sébastian. C’est toi ? Il lâche un rire qui lui réchauffe le cœur, tout autant que son sourire. Non j’suis pas Sebastian. J’m’appelle Ezeÿel mais tout l’monde m’appelle Zeÿ. Et toi ? Elle marque un temps d’arrêt. Comment Elle s’appelle ? Elle ne le sait pas. Elle ne le sait toujours pas. Je… N’ai pas de prénom... Aniya… Elle m’appelait ma Puce. Ils… Ils m’appelaient « 15 ». Il fronce des sourcils et s’arrête de marcher. Si sa voix est toujours douce, elle est méfiante tout à coup. Elle n’aime pas ça et se tortille légèrement, mal à l’aise. Pour la rassurer, il caresse ses cheveux et cela lui fait du bien. Elle aime ça. Nous en parl’rons plus tard. Reposes-toi. Ses yeux se ferment aussitôt sans attendre. Elle est en sécurité, Elle ne craint plus rien. Elle a réussi. »


 
Entrevue

M. X et le sergent Graff  
le 09 février 2018.

« Le sujet 15 s’est enfuie. Le garde n’en menait pas large. Il n’était que le messager mais il n’était pas rassuré pour autant. Son patron est un Homme parfois impulsif, et Il pourrait le tuer uniquement parce qu’il est porteur d’une mauvaise nouvelle. Il a beau avoir fait l’armée par le passé, puis servi en tant que mercenaire, il reste terrifié par cet Individu. Il dégage quelque chose de… Maléfique. Oui c’est le terme. En acceptant ce taf, il ne pensait pas qu’il signerait un pacte avec le Diable. Ou tout comme. Et il en avait trop fait pour partir impunément. Pas sûr d’ailleurs qu’Il accepterait sa démission sans le tuer. Il n’était pas assez sot pour ne serait-ce qu’essayer. Il n’était pas bête, et il savait que cela n’en valait pas la peine. Comment ? Sa voix était douce, mais dangereusement douce. Le garde déglutit avant de répondre Elle a frappé son garde chargé de lui donner à manger et lui a pris son arme. Elle en a tué deux autres avant de s’enfuir par les conduits d’aération. Les chiens ont perdu sa trace quand elle a plongé dans la rivière. Est-elle morte ? Nous l’ignorons… Nous cherchons son corps. Le verre que tenait son Patron se brise dans ses mains. Alors qu’est-ce que vous faites là ? Trouvez-la. Fouillez toutes la forêt. Si elle rejoint les Siens, vous savez ce qui vous attends. Oh oui, il le savait. Il le savait même très bien. Si cette bête arrivait à rejoindre ses semblables, Elle les amènera tout droit sur eux. Et leur Patron les laissera se faire dévorer sans lever le moindre petit doigt. Ce n’était qu’un labo parmi tant d’autres après tout. »



Rassemblement lupin

La meute
le 12 février 2018.

« Par ma chair et mon sang tu m’appartiens Elle leva les yeux vers lui, alors que sa bouche était encore en train de le mordre. Elle lécha une dernière fois son poignet avant de s’écarter de l’Ulfric. Elle avala le morceau de peau qui lui restait en bouche avant de dire à son tour, d’une voix forte et déterminée Par ta chair et ton sang, je t’appartiens. Une vague étrange l’envahie aussitôt, faisant s’emballer son cœur. C’était indescriptible comme sensation, si étrange et… Réconfortant. Elle le sentait en elle-même. Désormais, elle n’était plus seule. Elle appartenait à une famille, à une meute. Elle se précipita vers son Sauver, pour se jeter dans ses bras. Zeÿ ! J’ai envie de courir. S’il te plaaaaaaiiitttt !. lui dit-elle en lui faisant les yeux doux. Elle voulait  profiter de cette journée et Elle ne le ferait pas aussi pleinement s’il n’était pas là. Il l’avait sauvé et cela avait créé un lien entre eux deux. Elle ne se sentait pleinement en sécurité que lorsqu’il était là. Elle détestait lorsqu’il s’en allait du domaine. Elle faisait souvent des pieds et des mains pour l’accompagner, mais l’Ulfric avait toujours refusé. Elle était trop vulnérable tant qu’il ne l’avait pas revendiqué. Et il avait eu des affaires plus urgentes à régler avant de l’introduire dans la meute. D’après ce qu’Elle était arrivée à comprendre – les autres loups avaient refusé de lui répondre quand elle leur avait demandé -, il avait dû tuer sa Lupa, une Lupa qui l’avait trahi. Un truc du genre. Bref, Elle n’avait pas eu l’autorisation de quitter cette maison. Mais maintenant qu’Elle était l’un des leur à part entière, Elle comptait bien tout faire pour rester dans le giron du loup qui, de toute façon, n’arrivait pas à lui dire non. Aleksandra… Viens avec nous. Aleksandra. C’était le prénom qu’Elle s’était choisie. Elle avait encore du mal à s’y faire, mais cela viendrait. Et Ezeÿel lui avait dit qu’il était très beau alors Elle l’aimait déjà même si Elle n’y était pas habituée. Si cela avait été un loup autre que Sebastian, Elle n’aurait pas tourné la tête. Mais l’Appel de son Ulfric était plus fort que tout le reste. Elle se vit avancer vers lui et trouver du réconfort dans son regard, dans sa proximité. Autant qu’elle pouvait en trouver avec son sauveur. Plus même.

Elle entama sa transformation sur son ordre, qu’Elle savait plus rapide que les autres loups. C’était l’une de ses particularités. Elle n’avait pas mal non plus quand Elle changeait. Et elle était rapide, oui drôlement rapide. Ils lui avaient fait quelque chose, modifiée son code génétique, quelque chose dans le genre. Elle n’avait pas tout compris ce que le loup médecin avait dit après qu’Elle est racontée ce qui lui était arrivé, accrochée au cou du fils du premier. Elle leur avait raconté qu’Elle ne se rappelait pas de grand-chose, simplement des barreaux d’une cage dans laquelle Elle semblait avoir toujours vécue. Ils l’appelaient toujours « 15 » quand ils la désignaient, avant de l’emmener dans des salles qui sentaient fort d’alcool et le propre. Elle passait beaucoup de temps sur une table, attachée alors qu’ils promenaient leurs outils tranchants et brûlants sur sa chair. Il leur arrivait également de la brûler avec le feu ou avec des goûtes contenu avant dans des une éprouvette. Ils lui plantaient aussi des seringues dans la peau avant de la garder non pas dans la cage dans une chambre blanche. Les jours suivants, ils revenaient la voir, vêtus de combinaisons et de masques. Elle avait été leur cobaye pendant longtemps, même si Elle n’avait su dire combien de temps exactement.

Elle avait connu quelques Loups comme Elle. C’était ainsi qu’Elle avait compris ce qu’Elle était. Et Aniya avait peaufiné ses connaissances. Elle avait longuement parlé de la louve, du soutient qu’elle avait été pour Elle, de l’affection qu’elle lui avait donné aussi. Elle leur raconta ce qu’elle lui avait dit, et comment elle avait été capturée. Elle était sous forme lupine avec son compagnon et ils chassaient un gibier. Ils avaient suivi leur piste mais alors qu’ils s’apprêtaient à une sauter dessus ils avaient été touchés par des fléchettes. Son dernier souvenir avait été de voir son époux attaquer des humains armés. Quand Aniya s’était réveillée, elle se trouvait dans Sa cage. Elle n’avait pas revu le loup qu’elle aimait, et avait prié pour qu’il soit mort, et non pas entre leurs mains à eux. Elle aussi avait subi des expérimentations. Tous les jours. Jusqu’à ce qu’elle ne revienne plus. Ils l’avaient tué, et en le déclarant, Elle avait senti des larmes couler sur ses joues, des larmes que sécha Ezeÿel avant de demandait à ce qu’on finisse de l’interrogeait plus tard, dans un grognement. Son père lui avait alors beuglé dessus et Elle s’était interposée en sentant le loup adopter une position défensive vis-à-vis de son géniteur. Elle avait même essayé de lui sauter dessus d’ailleurs et si Sebastian n’avait pas soufflé « assez » d’une voix autoritaire, Elle l’aurait attaqué. Il avait voulu congédier le jeune homme mais Elle avait refusé de continuer à parler s’il s’en allait. L’Ulfric avait alors ordonné à l’Artiste de se taire, pour interroger de plus belle la Louve mais Elle avait refusé de continuer de parler… Du moins jusqu’à ce que ses yeux se posent dans ceux de l’Ulfric. Là seulement Elle avait accepté  de leur répondre qu’Elle ne savait pas où Elle était retenue, mais qu’Elle se souvenait d’une prairie, d’une forêt et d’une rivière dans laquelle elle avait sauté pour s’enfuir. Une fois qu’ils avaient été certains qu’Elle ne possédait pas plus d’informations, ils l’avaient laissée tranquille et confiée à Ezeÿel qu’elle refusait de quitter depuis qu’il l’avait ramené chez les siens. Ils avaient quitté le salon et d’autres loups et louves avaient fini par envahir le lieu pour faire sa connaissance. Elle avait fini par s’endormir dans les bras d’Ezeÿel, bercée par sa voix, sa chaleur et l’odeur des siens.»



Situation

Baël
le 12 février 2018.

« Assis devant la télévision, Baël sourit en voyant les informations. Tout se déroule comme il l’avait imaginé, sans aucun accroc. Il avait tout prévu, tout programmé et il ne s’était pas trompé. Les autres créatures étaient vraiment stupides, oui si stupides. Il avait été tellement simple pour le Démon de tous les manipuler. Il avait tout d’abord tendu un piège aux vampires, en les envoyant au casse-pipe, vers cet ancien bâtiment de l’état humain qui avait servi à des expérimentations sur les lycanthropes –sous sa supervision –. Puis, une fois les lignées envoyées, il avait appelé la police anonymement. En parallèle de cela, il était allé avec ses enfants attaquer les Eskil. Son pouvoir avait protégé la majorité des siens et décimés tous les vampires appartenant à cette lignée. Et pour ne pas leur laisser le moindre répit, il avait ordonné l’extermination pure et simple de tous les nids en Norvège. En l’espace d’un soir, il avait réduit à zéro le nombre de ses sangsues qui n’avaient pas respecté les termes de leur accord.

Il avait attendu le lendemain matin pour appeler l’Ulfric de la meute et dénoncer sa fille. Il était impossible de la ramener dans le droit chemin. Il avait pourtant essayé mais elle était trop ambitieuse, trop naïve aussi si elle pensait pouvoir s’échapper à son courroux. Il avait envoyé toutes les preuves nécessaires au loup pour comprendre qu’elle s’était jouée de lui et le couperet n’avait attendu pour tomber. Car ce soir au journal national, on annonçait l’incendie de la maison de la semi-démone et la mort d’une dizaine de personnes. La dissidence avait été exterminée en un soir, sans qu’il ne se salisse les mains en plus.

Il n’y avait eu qu’un seul hic dans tous ses plans : l’évasion de l’un de ses cobayes mais ce n’était pas si grave que cela, les résultats ayant été sauvées. Il suffisait simplement d’inoculer de nouveau le virus lupin à un autre enfant et continuer. Et même si son corps n’avait pas été retrouvé et qu’elle avait rejoint une meute – ce qui était peu probable – ce n’était pas un problème. Il était impossible de remonter jusqu’à lui, il s’en était assuré après tout. Et cela pourrait le servir au contraire. Si l’Etat humain était accusé alors il aurait tout gagné. Pour détruire le pays, après tout, il fallait ébranler ses fondations. Et il n’y avait rien de tel que des expérimentations sur des enfants pour soulever les foules.

Oui, vraiment Baël ne pouvait être qu’heureux de la tournure des évènements… »


 
Conférence de presse

Loups & Journalistes
le 13 février.

« Le dos bien droit, la démarche assurée, l’exécuteur de la meute s’avance sur l’estrade. A ses cotés se tient l’exécutrice sous sa forme lupine. Un léger grognement s’échappe de sa gorge alors qu’un humain essaye de la toucher. Elle fait claquer ses dents à quelques millimètres de la main qui allait se poser sur elle en guise d’avertissement. L’homme recule aussitôt, effrayé et conscient qu’il aurait pu y perdre des doigts. Se collant contre les jambes du lupin non changé, elle regarde un à un les journalistes en face d’eux, n’hésitant pas parfois à montrer les crocs de plus belle et à grogner dès que l’un se met à parler. Elle installe un silence assourdissant, rompu uniquement par des éternuements gênés. Le lupin pose sa main sur le flanc de sa sœur de meute avant de prendre la parole, sous le crépitement des appareils photos et l’œil des caméras. Mon identité importe peu. Sachez simplement que je suis le représentant de la Meute de Vallhöl. Je ne suis pas venu ici en paix. Vous autres humains ne méritez pas que nous vous l’apportions. De légères exclamations se font entendre, mais le loup reste imperturbable. Après la diffusion de la vidéo révélant notre existence ainsi que celles des sangsues, nous avons vu fleurir des groupes de haine à l'encontre de mon espèce. A croire que vous n’avez pas vu la même vidéo que nous. Mon frère de meute a sauvé l’un des vôtres. Il aurait pu le laisser se faire vider de son sang et ne pas agir. Mais il a écouté sa conscience, et ce que son âme lui dictait. Il a combattu le vampire, pris le risque de mourir pour sauver cette vie innocente. Et comment a-t-il été remercié en retour ? Monstre. Abomination de la nature. Et j’en passe. Certains d’entre vous ont même exigé qu’on vous le livre en pâture.  Il a sauvé une vie et c’est ainsi que VOUS autres l’avaient remercié. Son ton était colérique, tout comme son visage. La louve grogna et claqua des dents une fois de plus, montrant son mécontentement. Nous aurions dû pourtant nous en douter. Ce n’est pas la première fois que votre espèce agit ainsi. Depuis plusieurs siècles nous nous battons pour vous et pour votre gouvernement. Nous avons été de la chair à canon dans VOS guerres. Nous vous avons protégés. Nous avons été l’instrument de la réussite de vos combats. Et comment mes ancêtres ont été remerciés ? Votre Etat a laissé ses sangsues, ces tueurs d’humains s’installer sur des terres qui nous avaient été promises. Vous les avez laissés nous attaquer, tuer nos femmes, nos enfants, nos frères alors même que mon espèce saignait toujours pour les vôtres. Il laissa passer quelques secondes le temps que les humains intègrent toutes les informations qu’il venait de leur donner. Il y a quelques semaines les miens ont commencé à disparaitre mais encore une fois, les autorités humaines n’ont pas bougé le plus petit doigt. Au contraire. Nous avons appris il y a peu qu’elles sont à l’origine de ses disparitions. Les miens ont servi de cobayes dans la conception d’armes contre mon espèce. Ils ont été enlevés, torturés, tués ! Il y a quelques jours l’un de mes Frères a trouvé une enfant de dix ans, une enfant de dix qui a été changée de force par VOS chercheurs avant d’être torturée pendant des années entre VOS mains pour tester sa résistance. Honte à vous ! La rage du loup était on ne peut plus palpable. Elle irradiait à travers ses pores et seule la présence discrète dans la foule de l’oméga de la meute l’empêchait de se transformer. Les phalanges de ses poings étaient livides tant il les serrait. Les vôtres ont financé le CNRB afin qu’ils créaient des armes pour exterminer les miens, les miens qui n’ont pourtant jamais eu de cesse de VOUS protéger. Honte à vous Madame Raulne. Honte à vous d'avoir développé ce projet alors même que mon espèce a protéger votre centre pendant tant d'années ! Honte à vous pour vos mensonges, et pour ne pas nous avoir averti que ce sont ces armes qui ont été volées lors du cambriolage. Je ne sais pas comment vous faites pour vous regarder le matin dans un miroir. Nouvelle petite pause. Le loup crache à terre comme pour illustrer ses paroles avant de reprendre. Il y a quelques jours vous vous êtes attaqués à notre chef. Vous avez frappé nos femmes et nos frères avec vos matraques. Qu’avaient-ils fait de mal ? N’avaient-ils pas le droit de se défendre contre VOS fanatiques haineux comme tous citoyens de ce pays ? Les miens n’ont que trop soufferts. Désormais ce temps est révolu. Aujourd’hui je suis le porte-parole des miens pour vous mettre en garde. Les loups ne sont désormais plus citoyens de ce pays. Ils ne répondront plus à vos lois, ni à vos règles. Tout humain surpris sur nos terres sera tué sur le champ, sans avertissement. Pour chaque loup qui disparaitra, un humain innocent disparaitra également. Pour chaque loup emprisonné dans vos cellules, un humain sera emprisonné dans les nôtres. Nous appliquerons la devise œil pour œil dents pour dents. Nous rendrons chaque coup qui nous fera fait et cela tant que vos autorités n’auront pas répondu de leurs actes, fait cesser ces expériences aberrantes, et inhumaines et tant que ces mouvements de haine à l’encontre des miens existeront. Nous avons appelé aux rassemblements de tous les loups du pays et tous les Ulfrics ont répondu présents. Vallhöl n’est pas la seule ville concernée. Tous les loups agiront ainsi à travers l’ensemble du pays. Portez nous un coup et nous vous vous le rendrons en bien pire. Des exclamations de peur se firent entendre mais cela n’empêcha pas le loup de continuer. Arrangez le bordel que vous avez créé. Arrêtez de vous en prendre aux nôtres qui n’ont fait que vous aidez, et vous servir. Et alors peut-être, je dis bien peut-être, nous reviendrons sur notre décision. Sans laisser la parole aux journaliste, l’exécuteur s’écarte du pupitre et du micro. D’un simple regard il fait s’écarter les humains sur son passage, sa sœur de meute sur les talons pour le couvrir. Et à mesure qu’ils s’avançaient d’autres loups et louves sortirent de la foule pour le rejoindre jusqu’à ce qu’ils entrent tous dans de nombreux véhicules et ne quittent les lieux.
L’avertissement avait été donné et était on ne peut plus clair. Le reste ne dépendait désormais que des humains. »



La Chasse

Semi-démons & Loups
le 10 février.

« De rage, Sebastian envoya valser son téléphone portable à travers la pièce. L’appareil s’écrasa contre le mur avant de retomber en plusieurs morceaux sur le sol. Face à lui, les deux loups n’avaient pas bougé d’un poil. Ils pouvaient sentir la colère de leur chef. Elle s’échappait de lui et venait se heurter contre celle qu’eux même ressentaient. Ils allaient changer c’était certain. Ils ne pourraient pas continuer à contenir leurs loups en eux. Mais pas encore. Bientôt. L’Ulfric renversa son bureau et le meuble lui aussi s’écrasa contre le sol dans un grand fracas. Aussitôt quatre loups émergèrent dans la pièce, dont l’oméga de la meute. Sa présence fit aussitôt retomber la tension d’un cran, même si elle était toujours palpable. Au moins pourraient-ils encore parler quelques instants, mettre un plan au point avant d’aller changer et courir. Ils avaient encore quelques heures devant eux pour se mettre en chasse, assez de temps pour reprendre totalement le contrôle sur eux-mêmes, primordial pour ce qui les attendaient.
[…]

L’odeur de sang et de mort avait envahi la maison dans laquelle le petit groupe de lupins s’était engouffré quelques instants plus tôt. Il n’y avait désormais plus d’ennemis même si un loup au pelage aussi noir que la nuit était toujours en train de s’acharner sur le corps mort d’une femme blonde, une femme qui avait été pendant de nombreux mois sa Lupa. Elle l’avait trahi et l’avait payé de sa vie. Tout comme ceux qui se trouvaient chez elle ce soir là. Ils avaient été plus nombreux que prévu et un loup était mort, donnant sa vie pour son Ulfric. Une louve avait été blessée grièvement mais elle s’en remettrait. L’exécutrice avait repris forme humaine, ainsi qu’Ezeÿel et ils s’occupaient d’elle. Les trois autres loups, dont le bras droit de l’Ulfric étaient toujours à quatre pattes, et assistaient silencieusement à la mise en pièces du corps. Ils attendraient tous patiemment que leur Ulfric ait finit avant de s’en aller, et de rentrer chez eux, laissant derrière eux les flammes dévorer cette maison dans laquelle ils avaient tué pas loin de dix rejetons des enfers. »


 
Arrivée

Emmanuel Brunet, "La Bête"
le 15 février.

« Emmanuel quitte la gare de Vallhöl en tirant un gros bagage. Même s’il ne regarde personne, ne dit rien, les citoyens s’écartent de lui. Il faut dire que la lumière des réverbères accentue les horribles brûlures et cicatrices qui ornent son visage. L’homme n’est pas du genre à se cacher sous un chapeau ou autre accessoire. Les marques qu’il a, il est affiche fièrement. Elles sont le reflet de tous les combats qu’il a mené et emporté. S’il est arrivé à la place qu’il occupe actuellement ce n’est pas un hasard. Et c’est d’ailleurs pour cela qu’il a été envoyé ici, dans cette ville précisément. L’homme a une réputation au sien des Illuminati qui le précèdent.

Il sort une cigarette de sa proche et l’allume aussitôt. Une bouffée est inspirée entre ses dents, avant qu’il ne la recrache en formant des ronds. Cela l’a toujours amusé comme un gosse de faire ça. Il s’assoit ensuite sur le premier banc qu’il trouve, ne se préoccupant pas du froid, ni de la neige qui le recouvre, une neige qui tombe en continue. Emmanuel est joueur. Il a caché sa puissance et sa présence ici, mais il compte bien désormais l’annoncer, et cela en grande pompe. Il défait les barrières qu’il a érigées, et laisse son pouvoir se déverser sur toute la ville. Dès qu’il entre en contact avec un Illuminati, il force ses défenses une à une sans le moindre mal et envahi son esprit. En à peine deux minutes, il est arrivé à tous les connectés à lui. Mais cela n’a rien d’étonnant. C’est un Archonte après tout et tous peuvent le sentir.

Il leur ordonne mentalement de le rejoindre immédiatement et que toute absence sera puni par la mort. Il n’a pas de temps à perdre avec des incapables et il leur fait d’ailleurs bien savoir et sentir. Sa colère rode et n’attend qu’être alimentée par ceux qu’il considère comme des imbéciles et des incapables. Ils ont vingt minutes pour le rejoindre. Pas plus. Certains arrivent à immédiatement, d’autres se font un peu plus attendre, guidés jusqu’à lui par ce pouvoir qui suinte de son corps. Mais tous arrivent dans les temps. Il ne leur accorde aucune attention, aucun regard. Adossé au dossier du banc, les jambes écartées, il a la tête penchée dans le vide et continue de fumer. On pourrait le penser inconscient, mais en cet instant, il est le plus prédateur des environs. Et même s’il ne regarde pas en face de lui, il sait exactement ce qui se trouve là.

Le délai écoulé, il jette son mégot dans la neige qui recouvre le sol. Lentement il redresse sa tête et affiche son visage aux illuminati présents. Presque tous se mettent à frissonner. La Bête… La Bête se trouve sous leurs yeux et cela n’est pas réjouissant, loin de là. Cela implique qu’ils sont en dangers, tous autant qu’ils sont et ils le savent. Non seulement la Bête est Archonte, mais c’est aussi un Illuminati intransigeant, dur. Il sert l’équilibre, uniquement l’équilibre et n’a jamais hésité à tuer ses semblables déviants. Il n’a aucune pitié, et il est impossible de l’attendrir. Il est connu pour redresser les situations et les villes qui basculent de plus en plus dans le déséquilibre, et de remettre aussi les siens dans le droit chemin.

Il laisse passer quelques secondes de silence de plus avant de prendre la parole. Sa voix est douce, aussi douce que son visage est ravagé. Et son norvégien est impeccable, sans qu’aucun accent français ne vienne le gâcher.  Je ne peux pas dire que cela est un bonheur de vous rencontrer. Je vois quelques visages familiers. Mlle Jaeger, cela fait longtemps et c’est un déplaisir de vous trouver ici. J’aurais pensé que la situation de votre Mère aurait été un exemple à ne pas suivre pour vous. Il me semble pourtant que vous avez eu la vision de la Chasse que j’ai menée. un sourire satisfait s’étire sur ses lèvres décharnées alors qu’il évoque ce souvenir. Il a traqué pendant plusieurs jours la femme, jouant avec elle comme un chat joue avec une souris. Elle a rompu l’équilibre et il a pris plaisir à l’éliminer. Il ne vit que pour ça, que pour servir l’équilibre, même si cela implique de se salir les mains. Il n’aime pas particulièrement tuer, mais il le fait quand cela est nécessaire, et mets en scène chaque Chasse, pour montrer l’exemple et ce qu’il en coute de trahir les siens. Bref, ne parlons plus du passé. Vous avez été très vilains mes enfants, oui vraiment très vilains pour qu’on m’envoie ici. Sachez qu’à partir de maintenant, vous allez être non seulement sous mon autorité mais aussi jugés. Je suis là pour voir si vous avez un avenir ou si je dois vous donner la Chasse. Soyez certains d’ailleurs que si cela arrive, j’y prendrais beaucoup de plaisir. Son regard se porte sur chaque illuminati, un par un. Non seulement sous votre supervision, des loups-garous ont été enlevés, torturés, tués, mais une lignée tout entière a été détruite. Les humains ont développé ici même des armes anti-espèce surnaturelles. Et tout cela a été orchestré par le Prince Démon sans qu’aucun d’entre vous ne s’en doute, et n’intervienne pour empêcher cela. Vous êtes décevants, oui très décevants. A cause de votre incompétence, les Myklebust et Orvandil se sont alliés. La balance est déséquilibrée et c’est entièrement de votre faute. Il est temps de remettre de l’ordre ici. Ceux qui en seront incapables seront Chassés. Les autres peuvent éventuellement espérer survivre. Après tout, ne dit-on pas que l’espoir fait vivre ? Il ressort une cigarette de son étui, puis l’allume. Il tire plusieurs taffes avant de reprendre. Rentrez chez vous aujourd’hui. Faites-vous porter pale à vos emplois. Mettez de l’ordre dans vos affaires. Préparez une valise avec vos effets personnels. Nous allons désormais tous vivre ensembles au QG, comme la grande et belle famille que nous formons. Vous passerez une bonne nuit et demain tout commencera. Vous avez jusqu’à dix-huit heures pour m’y rejoindre. Si vous êtes en retard ou absent, je vous Chasserais…. Alors ? Qu’attendez-vous ? Il arque un sourcil et aussitôt les troupes se dispersent Une fois seul, la Bête réfléchi à la suite des évènements. Il attend de l’obéissance pure et simple et il va les tester continuellement même s’ils ne s’en doutent pas. Il n’a aucune intention de tous les faire vivre au même endroit même s’il leur a dit le contraire. Il n’est question de les tester, de déterminer ceux qui ont des choses à cacher, ceux qui ne servent pas son ordre mais leur intérêt propre. Et rien ne mieux pour cela que de commencer par leur faire croire que tous leurs secrets seront éventrés du fait de la proximité avec les leurs à venir. Deux. Peut-être trois. Sur les cinq illuminati gênés par cette annonce, il pensait que deux ou trois étaient réellement des dissidents, des traitres à éliminer. Pour l’équilibre. »



Article de journal

Le Fenrir déchainé  
le 14 février.

« Depuis le début du mois, de nombreux évènements se sont déroulés en ville, des évènements qui n’ont pas manqué de terrifier tous nos citoyens. Cela a commencé par l’incident au marché de noël de la ville. Un groupe anti-loup s’y était rassemblé pour diffuser leur parole et point de vue. Ils ne s’étaient pas attendus à ce que des lycanthropes s’y rendent ce jour-là. Cela a très vite dégénéré en bagarre. La police a dû intervenir, mais trop tard. Les blessés se sont comptés par dizaine, tout comme les arrestations. Certains ont passé leur journée et nuit en cellule, alors que d’autres ont été libérés immédiatement. Les noms de Philippe Raulne, Lorenzo Knight et Théa Maya Thorsen nous ont été donnés par nos contacts.

Moins de 24h après, la police a fait une déclaration à la presse annonçant qu’elle avait trouvé un entrepôt désaffecté, qui a vraisemblablement servi de centre d’expérimentation sur les lycanthropes. D’après le témoignage anonyme d’un de nos agents, la scène était insoutenable. « Il y avait des morceaux partout, et du sang, tellement de sang […] Nous avons retrouvé une main à moitié transformée… Une main qui a les dimensions de celle d’un enfant. » lorsqu’il a été interrogé sur les coupables, il nous a avoué que l’enquête était encore en cours mais que des vampires étaient présents sur les lieux et que tout laisse à penser qu’ils étaient là pour nettoyer leur œuvre. Pour l’heure, l’Etat a refusé de s’adresse à nous sur ce sujet qu’il juge ne pas être le plus urgent. D'après nos renseignements, Lionel Wahrsager a été arrêté mais relâché après quarante-huit heures de garde à vue. Ce dernier se serait trouvé à proximité des lieux.

En effet, vous n’êtes pas sans savoir tous les incidents qui se sont déroulés. Un domaine aux abords de la forêt a été détruit dans une explosion importante. Une vingtaine de corps calcinés ont été retrouvés, mais d’après nos sources, les victimes se comptent en centaine. En effet, il ne s’agissait pas d’une maison comme toutes les autres, mais d’un repère de vampires. Si aucun élément n’a été trouvé en ce sens, il est plus que probable que cela soit intentionnel. La piste d’un pyromane est on ne peut plus probable compte tenu que plusieurs autres maison en ville et dans sa banlieue ont-elles aussi disparue dans les flammes. Dans l’une d’elle, une dizaine de corps ont été retrouvés, dont celui de la directrice du Zoo de notre ville. Nous adressons d’ailleurs toutes nos condoléances aux familles des victimes.

En parallèle de cela, suite à toutes les révélations faites lors de la conférence de presse du représentant des loups, de nombreux manifestations et grèves ont eu lieu en ville. Les citoyens sont en colère contre leur gouvernement. Certains ont même lancé des cocktails Molotov sur des bâtiments officiels. Les slogans varient tous d’une manifestation à l’autre, mais tous réclament la même chose : une justification du gouvernement et une transparence pleine et entière. La seule réponse officielle apportée pour l’heure a été le renforcement du couvre-feu. L’un de nos contacts au sein de l’armée et un autre des forces policières nous ont indiqué que les lycanthropes font désormais l’objet d’une surveillance accrue de notre gouvernement. « Leur avertissement a été pris très au sérieux en Haut […] Nos équipes sont déployées le long de leur territoire pour empêcher toute intrusion […] Nous avons aussi pour ordre de ficher chacun d’entre eux, mais ils sont nombreux à sortir du domaine sous forme lupine, si bien qu’il est impossible de les identifier. ». La tension est plus que palpable, même si l’Etat essaye tant bien que mal de les contenir. Le CNRB a été fermé pour une durée indéterminée le temps qu’une enquête soit menée. Cela n’a malheureusement pas empêché des individus de s’attaquer à la famille Raulne. Nous avons appris que Solvej a été agressée alors qu’elle sortait de chez elle par trois individus masqués. Ils ont été mis en fuite par Philippe Raulne, qui d’après les rumeurs, leur aurait tiré dessus. La nuit même, leur maison a pris feu, les forçant à la quitter et se loger autre part. Nous ignorons où elle a trouvait refuge, ni si elle a ou sera entendu par les autorités comme le réclame la population.

Si vous êtes nombreux à réclamer justice et transparence, nous tenons à vous rappeler chers concitoyens, que la violence n’est pas une réponse appropriée.
»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 441
Membre du mois : 706
Date d'inscription : 11/10/2016

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: Intrigue n°3 : De causes à effets   Dim 29 Oct - 11:40




Avancée de l'intrigue

La meute
le 25 février 2018.

« Deux jours... Cela fait maintenant deux jours que Brishen, Théa et Lorenzo sont partis faire des courses et qu'ils ne sont pas rentrés. Et aucun loup n'a de doute sur ce qui leur est arrivé. Sebastian, tout aussi fort soit-il, n'a pas été capable de contenir totalement l'impact de leur mort, principalement celle de l'oméga de la meute Brishen. Cette douleur a été perçue par tous les loups de la meute, bien qu'elle est touchée plus durement l'ulfric et ses deux exécuteurs qui eux aussi, ont essayé de la contenir pour épargner leur chef et les leurs. Cela fait deux jours que les loups pleurent les leur. Si Sebastian n'avait pas une telle poigne, les loups seraient allés tuer sans distinction tout humains croisant leur route. Un oméga... Un oméga a été tué et l'équilibre de la meute a manqué de basculer. Si leur Ulfric n'avait pas été aussi fort les loups seraient entrés en frénésie, il n'y a aucun doute à ça. Tout comme il n'y a aucun doute sur le fait que cela a tout de même affaiblie l'homme qui doit sans cesse maintenir les siens à flot.

Deux jours, cela fait deux jours que Sasha et son homologue loup ne quittent pas d'une semelle leur chef, prêt à le défendre contre toute tentative de défis venant d'autres loups. Et ils ne sont pas les seuls d'ailleurs. Dans leur sillage, on trouve le jeune Ezeÿel Sköell qui ne manque jamais de provoquer une bagarre, trouvant toujours un prétexte bidon et détournant à chaque fois l'intention sur lui. Il joue à un jeu dangereux, il le sait, mais c'est un risque qu'il accepte de courir pour protéger de manière indirecte son Ulfric, un ulfric qui commence à prendre de plus en plus conscience du potentiel de ce loup pendant longtemps brutalisé moralement par les siens ; un loup qui est prêt à sacrifier sa vie pour le bien être d'un sien ; un loup qui a tout d'un alpha même s'il ne le reconnaitra et ne l'acceptera jamais...  

Si pour l’instant les loups n’ont pas encore agi, cela ne saurait tarder, ça ne fait aucun doute désormais. Pour l’heure, la protection du dernier oméga de la meute est leur priorité. Mais ils n’oublient pas. Non ils n’oublient pas que quelqu’un à tuer trois des leurs ; qu’un lâche a posé une bombe sous leur voiture, une bombe déclenchée à distance dès qu’ils furent tous trois de nouveau installés dans l’habitacle, le coffre plein de ravitaillement. Non ils n’oublient pas. Et leur vengeance n’en sera que plus terrible. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Intrigue n°3 : De causes à effets
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Stérilet et effets secondaire
» Coupe-faim et effets néfastes à retardement : appel à la vig
» Effets CSS pour belle présentation de vos images
» Effets des vitamines sur nos cheveux
» Effets bizarres avec pendentif obsidienne noire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ragnarök :: 
Le background
 :: 
Les fondations
 :: 
Contexte & Intrigues
-
Sauter vers: