AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
L'Art et la Manière

avatar
Mortal ♦ Innocent
Messages : 334
Membre du mois : 85
Date d'inscription : 22/04/2017
Célébrité : Lily James
Crédit : tumblr
Caractère : Attentionnée » Baisse facilement les bras » Douce » Discrète » Indépendante » Manque de confiance en soi » Passionnée » Sensible à l’art » Trouillarde
Affinités :
Spoiler:
 


Mortal ♦ Innocent
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: L'Art et la Manière   Sam 15 Juil - 13:59



Lionel Wahrsager & Saara Nygård



22 janvier 2018

Debout à l’accueil de sa galerie, Saara tapote sur la surface du comptoir avec son index, tandis que sa main gauche tient le combiné du téléphone. À l’autre bout du fil, on la mise en attente. Et si habituellement, elle est patiente, ce n’est pas le cas cet après-midi-là. La semaine débute mal pour elle. Elle n’est pas à son affaire. Un peu plus tôt, elle a passé commande d’un socle pour poser une sculpture qu’on lui livrera prochainement, mais en relisant le bon de commande, elle s’est rendu compte d’une erreur de dimension et de couleur ! Alors oui, elle n’expose pas souvent des sculptures, mais son étourderie a si peu avoir avec ça… Elle pousse un soupire d’exaspération. Se croyant visé, son interlocuteur se confond en excuse. "Non, ce n’est pas à cause de vous. Excuse-moi, j’ai simplement soufflé une poussière." Elle a un maigre sourire, lorsque son interlocuteur lui annonce qu’il a intercepté la commande avant qu’elle parte chez leurs fournisseurs. Il lui propose alors de faire lui-même la modification si elle peut juste le renseigner sur les dimensions et la couleur désirées. Si elle peut de tête lui donner la couleur, elle a, en revanche, un doute sur les dimensions. "Je peux vous faire patienter." Elle repose le combiné sur le comptoir. Cela aurait été plus pratique qu’elle passe l’appel depuis son bureau, mais si elle s’est postée à l’accueil, c’est parce qu’elle attend la venue d’un couple de clients qui cherche à acquérir des toiles pour décorer l’aile de leurs invités. Elle se rend rapidement dans son bureau. Malgré l’ordre qui y règne, elle n’arrive pas à mettre la main sur le dossier concernant la sculpture. "Ce n’est pas vrai, qu’est-ce que j’en ai fait.." Elle croyait l’avait posé en évidence, mais apparemment il n’y en est rien. Elle s’intime de prendre son mal en patience. Cela ne sert à rien de s’énerver sinon à la rendre plus désordonnée. Calmement, elle s’assoit sur son siège et réactive son ordinateur. Elle ouvre le fichier de la sculpture et sur un post-it, elle note soigneusement les dimensions. En retournant à l’accueil, elle est contente de constater que ses clients ne sont pas encore arrivés. Elle finalise sa commande et raccroche, un peu plus apaisé. Elle s’étonne du retard de ses clients, ceux-ci lui avaient pourtant précisé qu’ils avaient un planning millimétré. Pour anticiper la suite de sa journée, elle consulte à nouveau son propre agenda… "Oh... !" Elle se cognerait le front sur le comptoir. Elle se rappelle maintenant ; les clients attendus avaient appelé la semaine passée pour changer le rendez-vous. C’est la semaine prochaine qu’ils passeront. Ce qui est une chance, parce que dans son état, elle se serait saboté la vente !

Après avoir tenté de faire un peu d’administratif sans grand succès, la galeriste s’apprête à s’assoir un moment devant une toile pour se changer les idées, mais une sonnerie l’arrête. Elle décroche le combiné du téléphone de la galerie. "Bonjour, Saara Nygård… Évidemment, personne." Elle raccroche, parce qu’en fait, la sonnerie appartient à son mobile. Elle l’attrape sous le comptoir. À mesure qu’elle écoute son interlocutrice, un sourire pointe sur son visage. "Merci, tu es la meilleure ! Je t’en dois une, tu sauves ma journée !" La communication terminée, elle réarrange presto quelques affaires et va verrouiller l’entrée de sa galerie. Hormis le samedi qui est le seul jour fixe d’ouverture de sa galerie au public, les autres jours, il n’y a pas véritablement d’horaires. Souvent c’est sur rendez-vous, mais il est vrai qu’elle se trouve assez souvent pour que rarement, les gens tombent sur porte close.

Son taxi la dépose au grand centre commercial en banlieue. Cela fait un bon moment qu’elle n’y a pas fait un tour. Pour la plupart, elle trouve son bonheur dans le centre commercial à la Valtech. De toute façon, elle ne vient pas pour un achat, mais pour provoquer une rencontre bien particulière. En effet, l’appel qu’elle a reçu était celui d’un contact à la Mairie. Elle y connaît du beau monde là-bas, mais son contact siège à un poste plus modeste qui lui permet néanmoins d’intercepter des informations anodines, mais pas inutiles. Son contact lui a donc prévenu que le nouvel adjoint au Maire venait de quitter son bureau avec pour intention de se rendre à HOME SWEET HOME. Il doit lui manquer quelque chose au bureau ou chez lui. Mais qu’importe, l’adjoint au Maire, Saara veut le rencontrer ! Elle pourrait prendre un rendez-vous auprès de lui, mais nouveau à son poste, il a d’autres chats à fouetter qu’une rencontre de courtoisie avec une directrice d’une galerie d’art. Elle ne veut pas se présenter entre deux rendez-vous à la va-vite. Et si avant le couvre-feu, les soirées mondaines fleurissaient, en ce moment, elles se font plus occasionnelles. C’est pourquoi notre galeriste apparente une allée en zieutant dans les rayons à recherche de sa cible. *Non.. Non… Pas lui.. Pas lui.. Non… Hep !* Arborant un charmant sourire, la jeune femme rebrousse chemin et s’engage lentement dans le rayon où se tient l’homme qui l’intéresse. "Bonjour." Sa voix est douce et claire. "Pourriez-vous me rendre un grand service. Je n’arrive pas atteindre un article sur le haut d'une étagère et je n’ai pas trouvé un vendeur dans les parages." Si elle l’a déjà rapidement entraperçu à la Mairie, l’autre jour où elle s’y est rendue pour déposer une demande, elle n’avait alors pas loisir d’étudier sa belle allure.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
La vérité d'un homme c'est d'abord ce qu'il cache
Messages : 127
Membre du mois : 42
Date d'inscription : 30/06/2017
Age : 34
Célébrité : Daniel Henney
Crédit : BeCrash
Caractère : Loyal - Impitoyable - Cultivé - Ambitieux - Consciencieux - Sournois

La vérité d'un homme c'est d'abord ce qu'il cache
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: L'Art et la Manière   Dim 16 Juil - 8:11

ft. Saara Nygard

ft. Lionel Wahrsager

「L'art et la manière」
La journée qui vient de se terminer à été une longue journée pour moi. Pourtant en prenant office dans une petite ville, j'ai eu l'espoir, l'espace d'un instant, d'avoir un emploi du temps moins chargé que ceux que je n'avais eu pas le passé. À mon plus grand malheur, c'est tout le contraire qui arriva. J'eus à peine le temps de me familiariser avec les lieux et la fonction, que le maire me jetta directement dans le bain. Jonglant entre les meetings avec les notables de la ville, la gestion du personnel, les doléances des citoyens ; inquiets de la vague de violence et des disparition de plus en plus fréquente dans la région. Non, pas qu'on puisse leur reprocher leurs plaintes, quand on sait ce qui se terre dans l'ombre, juste à la périphérie de leur vision, parfois même, juste en face d’eux. Rien que d'y penser, je sens mes poils se hérisser. Pauvres ignorants.

La pauvre semaine écoulée depuis mon arrivée ici m'a fatigué, c'est vrai, mais, cela n'a pas été en vain. Les employées de la mairie ont l'air m’apprécier, ou du moins, ils apprécient de ne plus être directement exposé au tempérament du maire, ainsi qu'aux nombreuses heures supplémentaires imposée par ce dernier, conséquence directe de la situation difficile dans laquelle la ville se trouve actuellement. Quant au maire, son invitation à dîner chez lui plus tard dans la semaine, sans être une preuve d’amitié, montre clairement qu'il a apprécié la diminution de sa charge de travail, tout comme sa femme d'ailleurs, qui n'a pas manqué de me faire parvenir sa gratitude sous la forme d'un panier garni.

Ce sont sur ces réflexions que je me dirige lentement vers la sortie de la mairie, saluant au passage quiconque s'y trouve encore, malgré l’heure tardive. Une fois arrivé à l’extérieur, dieu merci sans me faire prendre à partir par qui que se soit, je sers autour de moi les pans de mon trench coat, sentant le froid glacial pénétré entre les fibres pourtant épaisse de mon manteau. Je m’arrête un instant et contemple le paysage qui s’étend devant moi : à perte de vue, un épais manteau de neige recouvre tout et donne un faux sentiment de calme, de sérénité au Vieux Valhöll, si j'ajoute à cela la nuit interminable qui domine l'hiver en Norvège, il n'est pas étonnant que je me sente fatigué à ce point, heures de travail supplémentaires ou non.

Soupirant profondément, je me dirige d'un pas prudent vers ma berline noire qui m'attend sagement à quelques pas à peine. Une fois en sécurité à l’intérieur, je m'empresse d’allumer le chauffage, me sentant déjà glacé jusqu’à la moelle après avoir passé quelques instants à l’extérieur. Décidément, je ne suis définitivement pas fait pour le nord et ses hivers rigoureux, mais si je suis ici, c'est pour une bonne raison ; pour l’équilibre.

Lorsque je démarre la voiture, non sans difficultés, le moteur ayant un peu de mal à démarrer à cause du froid, je mets quelques instants avant de décider ou aller. Si je songe d'abord à rentrer chez moi, cette idée est vite écartée à la faveur de celle de visiter le « Home sweet Home » afin d’acheter quelques bricoles pour mon appartement.

C'est ainsi que je me retrouve un soir d'hiver au rayon bien-être du magasin en train de comparer les vertus thérapeutiques des lampes de luminothérapie quand une voix douce et féminine vient interrompre ma réflexion. Je prends le temps de composer mon visage en une expression avenante avant de répondre.

« Bien entendu, dites-moi juste où elle se trouve et c'est avec plaisir que je vous aiderai Mademoiselle. »


Tout en lui parlant, j'en profite pour la détailler : la vingtaine, habillée de manière simple mais élégante, ses vêtements semblent être de bonne qualité ce qui suggère qu'elle appartient au milieu bourgeois ou qu'elle le fréquente. Pas d’accent, elle est donc une Norvégienne et un petit quelque chose dans la posture et dans le sourire qui suggère que la demoiselle n'est pas vraiment à la recherche d'un chevalier servant. Je range les résultats de ma petite analyse impromptue dans un coin de ma tête et adresse un sourire charmeur à l'inconnue.

« Après vous. »


_________________


       
« Ex nihilo nihil fit. »
Sun-Tzu ▬ Sois subtil jusqu'à l'invisible; sois mystérieux jusqu'à l'inaudible; alors tu pourras maîtriser le destin de tes adversaires.
       

(c) Myuu.BANG!

       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'Art et la Manière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ecrire les histoires de nos vies « à la manière de George Sand »
» Sa copine le trompe il se venge de manière originale
» (bio).....ou comment se moquer du consommateur peu informé......
» Poème à la manière de ........Ronsart
» comment les conseiller ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ragnarök :: 
En dehors de la ville
 :: 
Banlieue sud
 :: 
Home Sweet Home
-
Sauter vers: