AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
|Livre I| On a beau faire, la famille est toujours la famille

avatar
Servir sans faillir
Messages : 388
Membre du mois : 73
Date d'inscription : 25/11/2016
Célébrité : Emilia Clarke
Crédit : sophie.
Caractère : Impétueuse » Sauvage » Naturelle » Sarcastique » Solitaire » Douée dans son métier
Métier : Assistante de Maître Jelsi

Servir sans faillir
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: |Livre I| On a beau faire, la famille est toujours la famille   Mar 11 Juil - 17:59






Elle a agi en automate, prouvant qu’elle est capable de faire fi de tout pour son frère. Désormais, son instinct lui souffle qu’il n’est pas humain, ce vampire lui fait clairement quelque chose. Elle connait son frère par coeur, malgré la distance qui les as séparé depuis des années, malgré les secrets qu’ils ont pu garder pour eux, et Philippe ne serait surement pas resté planté là comme un abruti à court de mots. De cause à effet, le vilain de disney se retrouve avec une balle dans le bras.

Le Phil qu’elle connaît réagit au quart de tour, comme maintenant, quand il lui demande de courir. Elle ne se le fera pas dire deux fois. Elle ne résiste donc pas quand il lui saisit la main et entame la course. Cassandra garde son arme au poing, le doigt relevé de la gâchette, ça ne lui fait pas vraiment plaisir de savoir la créature dans leur dos, c’est pourquoi elle ose un regard par dessus son épaule. Et ne voit rien, du moins pas la créature, mais son coup de feu a attiré l’attention des indésirables. Foutu couvre-feu !

Les sirènes retentissent, provoquant encore plus de boucan que son tir et le vampire a disparu. Ca ne signifie pas qu’il n’est pas à leur poursuite, Dieu sait à quoi s’attendre avec une créature pareille. Elle doute qu’il laisse passer l’affront aussi facilement, mais entre son frère et le vampire, elle n’a pas hésité, elle recommencerait même si la situation devait se répéter.

Heureusement qu’elle est en bonne condition physique ou la course effrénée n’aurait pas manqué de la laisser sur le carreau. Cassandra suit le guide, il n’y a que lui pour savoir où aller dans ces circonstances, du moins elle l’espère, il vit en Norvège depuis plus longtemps qu’elle, il doit forcément connaître un coin où les flics ne les trouveront pas. “On va où?” Demande-t-elle entre deux souffles. “Chez moi ?” Suggère-t-elle puisqu’ils en sont pas loin. Même si ce ne serait pas raisonnable sachant qu’un vampire les poursuit peut-être, mais les flics ne les trouveront pas dans son immeuble.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Running After My Fate
Messages : 2550
Membre du mois : 126
Date d'inscription : 29/08/2016
Age : 27
Célébrité : Ben Affleck
Crédit : Eden Memories
Caractère : Courageux - Secret - Tacticien - Rieur

Running After My Fate
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: |Livre I| On a beau faire, la famille est toujours la famille   Sam 15 Juil - 14:42

Nous ne nous en sommes sortis que de justesse. Nous entendons les sirènes de police alors que nous nous lançons en pleine course. Je cours comme je n’ai plus couru depuis des années, ça n’a plus rien à voir avec le sprint final d’un petit entraînement le dimanche matin, c’est plutôt une course contre la montre. La moindre seconde de retard, le moindre problème dans mon rythme de course et c’est forcément le bordel en cascade ; tellement de choses pouvaient mal tourner et rendre la situation invivable ! Les sirènes de police semblent se rapprocher et nous courrons comme si nos vies en dépendaient –c’était la vérité !-. On ne pouvait pas prendre le risque de se faire prendre. Armés, on risquait la taule direct. Les norvégiens ne rigolaient pas avec ce genre de choses en plein couvre-feu. Ils n’allaient pas chercher à comprendre quoi que ce soit à notre situation ; on sera battus, emmenés de force probablement au commissariat central ou au QG des bataillons militaires en périphérie de la ville et de là, nous serions écroués. D’autant que l’arme de ma sœur portait des traces de poudre récentes, ils découvriraient qu’elle venait tout juste de s’en servir, ce qui aggraverait encore nos cas. On devait donc s’échapper, c’était impossible autrement.


Ma sœur en tout cas est en forme, et je remercie mon putain d’ennui de m’avoir montré la direction de la piste derrière la maison pour aller entretenir un peu ma condition physique. J’arrive toutefois essoufflé plusieurs rues plus loin, tenant toujours ma sœur fermement par la main. Je jette un coup d’œil à son arme dans la main et lui lâche d’un air réprobateur.



| Range ça, si on croise une patrouille, autant éviter de se faire tirer dessus. Ouais on va chez toi maintenant, c’est plus proche et ça doit grouiller de flics entre ici et ma caisse. Allez go, montres-moi le chemin ! |


On court encore un moment, en nous glissant dans les rues les plus sombres, les moins éclairées et surtout les plus tortueuses pour des véhicules. Finalement, on arrive devant une grande porte et malgré le froid hivernal, j’ai le front moite de sueur, et c’est haletant que je lâchais…


| C’est là ? |


_________________

"Omnia si perdas, famam servare memento.
Même si tout est perdu, sache qu'il reste l'honneur à sauver"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/ En ligne

avatar
Servir sans faillir
Messages : 388
Membre du mois : 73
Date d'inscription : 25/11/2016
Célébrité : Emilia Clarke
Crédit : sophie.
Caractère : Impétueuse » Sauvage » Naturelle » Sarcastique » Solitaire » Douée dans son métier
Métier : Assistante de Maître Jelsi

Servir sans faillir
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: |Livre I| On a beau faire, la famille est toujours la famille   Mer 19 Juil - 22:14





Son frère lui donne un ordre, si la situation était tout autre, elle ne manquerait pas de lui rappeler qu’elle manipule les armes depuis des années. Peu de chances que son doigt glisse maladroitement sur la gâchette, c’est une experte, tout comme lui. Deuxièmement, avec un vampire potentiellement au cul, c’est peut-être con, mais elle préfère avoir son flingue dans la main. Ok, il n’a pas totalement tort, avec les flics au cul en prime il est plus sage de rengainer, mais l’idée lui plait moyennement. Cependant, elle s’exécute et sa main toujours dans la sienne, elle l’entraîne à sa suite.

Elle sait exactement où elle va, sachant qu’elle a fait tout un tas de repérage lorsqu’elle a emménagé dans son studio. Ils finissent donc par s’arrêter devant un immeuble de 3 étages, pas de première fraîcheur, mais fonctionnel. Cassandra retire sa main moite de celle de son frère, sort ses clés et ne peut s’empêcher de regarder derrière eux tandis qu’elle ouvre la porte grinçante de l’immeuble. Elle regarde encore à travers la vitre une fois la porte refermée. “Oui.” Répond-elle seulement entre deux souffles.

Son frère ne semble pas au mieux de sa forme, normalement, elle l’aurait taquiné à ce sujet, mais la situation la rend plus sérieuse. Il est à la retraite depuis plus longtemps qu’elle, en prime elle aime le sport et fait donc ce qu’il faut pour en faire quotidiennement. Puisqu’aucune créature cauchemardesque ne vient frapper à la porte de l’immeuble, elle s’autorise à détourner le regard de la rue pour se diriger vers l’escalier. “C’est au dernier étage.” Il ne devrait pas être là, ils s’étaient mis d’accord pour se voir que dans des endroits neutre, public et le moins possible. Quelle merde !

“Mon voisin est un flic.” Lance-t-elle quand ils passent devant la porte d’Akahata. Elle s’empare d’une seconde clé de son trousseau et ouvre la porte de son appartement. Un studio, tout ce qu’il y a de fonctionnel et pas trop moche. Elle a même une mezzanine qui fait office de chambre, ce qui lui laisse à peu près 20m² habitable comprenant cuisine américaine et salle d’eau. La porte refermée, elle s’y adosse et pousse un soupir à fendre l’âme.

“C’en était un ?” La question, elle se la pose, pense avoir la réponse, mais elle a besoin de l’avis de son frère. Son corps tremble, l’adrénaline fait encore vibrer son corps, sous le coup d’une peur qu’elle n’a pas ressentie depuis ses début en tant que flic.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Running After My Fate
Messages : 2550
Membre du mois : 126
Date d'inscription : 29/08/2016
Age : 27
Célébrité : Ben Affleck
Crédit : Eden Memories
Caractère : Courageux - Secret - Tacticien - Rieur

Running After My Fate
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: |Livre I| On a beau faire, la famille est toujours la famille   Mar 25 Juil - 14:00

Ma vie commençait à virer au cauchemar. Ca avait commencé par cette petite soirée tranquille avec cette étudiante. Putain, cette nana m’avait fouetté les sangs, moi qui avait eu l’impression de nier ma libido depuis des mois sinon des années, ça m’avait réveillé d’un coup à la vraie vie. Mais finalement ça n’avait été qu’une illusion. Plus j’enterrais les non-dits et même les mensonges sous des tonnes de bonne volonté et de faux-semblants, et plus je ne faisais que me leurrer. Les horreurs auxquelles j’avais assisté dix ans plus tôt revenaient avec toute la puissance de l’inertie de cette longue absence et je chancelle sous le poids successifs des conséquences de mon acte, nombreuses et bouleversantes. Et ma soeur risquait la mort. Et à cause d’elle, toute ma famille. A cause d’elle et à cause de ma femme. Foutues inconséquentes. Nous courrons donc et nous fuyons avec courage et empressement, pour enfin finir par nous mettre à l’abri. Je sens le souffle de ma soeur contre ma peau ; j’entendrais presque son coeur battre si je n’écoutais pas ce qu’il se passait dehors, si nous n’étions pas suivis. Mais non, tout semblait bien aller. Je soupirais bruyamment une fois que j’avais enfin la conviction que nous n’étions plus en danger immédiat.


Je me rappelais alors, que je n’étais pas encore venu chez ma soeur depuis son « emménagement ». Je reprends mon souffle, difficilement. Et elle me dit qu’elle habite au dernier étage. Je ne peux m’empêcher de maugréer.



| Très pratique pour s’enfuir, le dernier étage. T’as une bonne porte pour retenir les connards, au moins ? |


Elle me dit que son voisin est un flic. Bon. C’est déjà ça. Je hoche la tête en enregistrant l’explication, c’est au moins ça de pris, un autre pécore armé dans le coin. Dans le doute, le mec sans connaître ma soeur, serait à même de tirer quelques pélos sur les enfoirés qui pourraient venir leur chercher des noises. En entrant, je vois qu’elle habite dans un petit studio tout ce qu’il y a de plus classique, bien qu’un peu petit. Elle s’adosse contre la porte tandis que je fais le tour et que je vais observer l’extérieur par la fenêtre. Cass’ me demande si le type de dehors était un vampire et je frissonne, je me sens encore terrifié par la rencontre et par l’exercice de son terrible pouvoir. J’ouvre la bouche et la referme. Puis je la regarde à nouveau.


| Tu aurais quelque chose de fort à boire ? |


Je bois trop, mais je m’en cogne. Selon toutes probabilités, je ne serais pas mort dans l’alcool, pas avec tous ces dangers qui nous guettaient.


| Oui. Non. Je sais pas. Celui que j’ai rencontré en Afghanistan était caché par ses vêtements, par ce turban qui lui entourait une partie du crâne. Il faisait nuit, mais ses yeux ressortaient forts aux infrarouges. Je n’ai pas vu celui-là en action, mais le « mien », il y a dix ans, a tué plusieurs soldats compétents avant qu’on le piège. Tu n’es pas en sécurité ici, et je ne suis plus en sécurité chez moi non plus. Ils ont déjà su te retrouver, bordel de merde. Il savait qui tu étais, c’est certain ? |

_________________

"Omnia si perdas, famam servare memento.
Même si tout est perdu, sache qu'il reste l'honneur à sauver"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/ En ligne

avatar
Servir sans faillir
Messages : 388
Membre du mois : 73
Date d'inscription : 25/11/2016
Célébrité : Emilia Clarke
Crédit : sophie.
Caractère : Impétueuse » Sauvage » Naturelle » Sarcastique » Solitaire » Douée dans son métier
Métier : Assistante de Maître Jelsi

Servir sans faillir
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: |Livre I| On a beau faire, la famille est toujours la famille   Mar 1 Aoû - 14:37





Son studio ne fait office que d’un abri où se planquer, ici nul porte blindée, ni armes planquées partout, elle y loge seulement pour s’éloigner des Raulne. Un flic en guise de voisin, qu’elle apprend tout juste à connaître, de temps à autre lorsqu’ils se croisent dans les couloirs. La jeune femme n’est pas en sécurité pour autant, sa situation est et sera toujours précaire tant qu’elle et son frère n’y auront pas mis un terme. Cassie doit s’habituer à vivre avec une peur constante, un danger permanent rôdant autour d’elle.

Une fois à l’intérieur de son “chez elle” il lui demande quelque chose à boire. Ah ça oui, elle a. Quand elle ne bosse pas pour son nouveau patron, quand elle ne fait pas de recherches avec Barabas, elle picole. Chez elle en solitaire, ou en compagnie d’une jeune homme qu’elle a rencontré et qui n’a de cesse de vouloir la convaincre de se faire sauter, ce dont elle s'accommode plutôt bien. Étrangement. Si elle n’a pas sauté le pas, c’est parce qu’elle est toujours en deuil, Brandon lui manque cruellement. Cassandra ouvre une porte de placard et en ressort 2 verres, puis des glaçons de son mini congélateur qu’elle jette distraitement dans les verres, pour finir, elle sort la vodka.

Elle écoute attentivement Philippe tandis qu’elle leur sert une belle rasade du spiritueux qu’elle affectionne. Alcool de gonzesse lui dira sûrement son frangin, mais ici, il ne trouvera pas de whisky, ni bière. Elle n’avait pas prévu qu’il lui rende “visite”, ni ce soir, ni jamais, c’était leur accord. “Il savait. Je n’ai parlé de mon identité à personne ici, tout le monde me connaît comme Anne Labro. Il m’a appelé Miss Raulne.”

Ce n’est pas ce qui inquiète le plus la jeune femme. S’il n’est plus en sécurité chez lui, sa femme et ses enfants non plus. “A ce qu’il prétend… Il a scanné mon portable, tous mes contacts, menacé notre famille. Il va s’en prendre à vous si je ne coopère pas.” Les deux verres dans ses mains et la bouteille sous le bras, elle se rapproche de lui pour tendre son verre empli du liquide transparent. Ils vont avoir besoin de toute la bouteille. Elle est agitée, sa main tremble légèrement tandis qu’elle lève son verre à ses lèvres.

Elle déteste cette impuissance. A Paris, elle aurait su exactement quelles ficelles tirer, sur qui compter, qui menacer pour obtenir les réponses désirées. Ici, elle ne peut que dépendre de son frère et ses relations. Ils doivent accélérer leurs investigations, avant que les créatures ne viennent à bout de leur vie. Comment ont-ils pu la retrouver si vite alors qu’elle avait pris toutes les précautions imaginables ? Ils ont sans doute retrouvé Philippe, mais pour cela, il aurait fallu avoir accès aux dossiers du gouvernement français pour découvrir qu’elle a un frère. De là, ils ont pu découvrir qu’il vivait en Norvège et l’ont fait surveiller. Ils ont ensuite découvert qu’elle était pas loin.

“Ils disposent de bien plus de moyens que nous n’en avons.” Autrement dit, il leur faut des dispositions identique. Plus de relations. “Jaana doit bien avoir des relations non ? Peut-elle nous aider ?”

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Running After My Fate
Messages : 2550
Membre du mois : 126
Date d'inscription : 29/08/2016
Age : 27
Célébrité : Ben Affleck
Crédit : Eden Memories
Caractère : Courageux - Secret - Tacticien - Rieur

Running After My Fate
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: |Livre I| On a beau faire, la famille est toujours la famille   Lun 7 Aoû - 22:40

Putain ça y est, en plus d’avoir la haine j’avais la migraine. Le monde de quiétude et de sécurité que j’avais bâti de moi en dix ans volait en éclats en même temps que la totalité des certitudes que j’avais pu nourrir dans ma vie ou reconstruire au cours des dix dernières années. C’était la mort cette histoire, c’était vraiment la fin de tout. Putain. Jaana impliquée dans ces horreurs, ma sœur pourchassée, on était maintenant identifiés par au moins deux factions de ces fils de putes et c’était peut être même pire d’ailleurs, si ces mecs faisaient en fait partie du même groupe. Ca voudrait dire qu’ils avaient le bas horriblement long, bien plus que moi. Et pourtant, en tant que chef de sécurité d’une multinationale influente politiquement et économiquement dans ce pays, je n’étais pas le petit notable du coin, même si je n’avais jamais étalé cette influence ni même n’avait eu besoin de la mettre sur le tapis. Et maintenant que je risquais d’en avoir cruellement besoin, je me rendais compte que ça ne me servirait à rien. Qui que soient finalement nos ennemis, ils semblaient être bien plus importants que moi. Ma sœur revient me voir, me donne un grand verre bien rempli et me dit que le vampire, cette espèce de saloperie de mort-vivant, connaissait bel et bien son identité. Putain de merde, mais j’ai jamais jamais de chance moi dans la vie !


| Bon. Ben c’est niqué. Putain de merde, s’ils savent qui tu es, ils savent qui je suis. Qui crèche chez moi. Ils savent tout, putain. On est baisé, Cass’. |


Je n’étais pas du genre à baisser les bras rapidement d’ordinaire, mais avec tout ce qui me tombait dessus en ce moment, au boulot, à la maison, avec ma sœur, ça faisait vraiment beaucoup à encaisser, beaucoup à anticiper. Et voilà qu’elle m’explique qu’en plus, avant que j’arrive, son portable avait été scanné. Et je levais les yeux au ciel, un peu agacé.


| Putain, mais tu pouvais pas prendre un prépayé et retenir simplement mon numéro ? Il y avait qui dans ton téléphone ? Me dis pas qu’il y avait les enfants ! |


Etrangement, je connaissais déjà la réponse à ma question. Et je pestais, lâchant une bordée de jurons. De mal en pis ! C’est encore pire quand ma sœur parle de Jaana, je m’énerve en claquant mon verre sur sa table, me relevant d’un bond, furibond.


| Ne compte pas sur Jaana. J’ai appris qu’elle était impliquée auprès de ces saloperies inhumaines ; elle bosse sur eux dans son putain de laboratoire. On va divorcer, probablement. Je lui ai dit que je la trompais depuis un moment comme elle n’était jamais là, et elle m’a balancé qu’elle faisait des saloperies sur ces choses depuis des mois sinon des années. Ce n’est pas une alliée, Cass’. Elle bosse pour et avec ceux qui nous mentent. |


_________________

"Omnia si perdas, famam servare memento.
Même si tout est perdu, sache qu'il reste l'honneur à sauver"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/ En ligne

avatar
Servir sans faillir
Messages : 388
Membre du mois : 73
Date d'inscription : 25/11/2016
Célébrité : Emilia Clarke
Crédit : sophie.
Caractère : Impétueuse » Sauvage » Naturelle » Sarcastique » Solitaire » Douée dans son métier
Métier : Assistante de Maître Jelsi

Servir sans faillir
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: |Livre I| On a beau faire, la famille est toujours la famille   Ven 18 Aoû - 9:41





Ne pas lui dire que ses enfants sont dans son répertoire, elle ne le dit pas, il le sait très bien. Ils sont baisés et ça va faire mal. Cassandra se sent terriblement coupable, elle se faisait encore l’espoir de ne pas représenter une menace pour sa famille, mais c’est désormais avéré que tous doivent craindre pour leur vie. A moins qu’elle ne se rende et encore n’a-t-elle pas l’assurance qu’ils seront en paix. Et tel qu’elle connait son frère, il remuera terre et ciel pour la retrouver. De la même façon la fratrie Raulne, fera tout pour protéger les enfants. Putain, ils parcoureront l’enfer pour la famille entière.

Tandis qu’elle poursuit ses réflexions, elle fait part du besoin d’avoir plus de relations et sa belle-soeur est la seule native de la Norvège avec un poste des plus important. La réponse de son frère fuse comme un rocket, il devient furieux sous le regard hagard de sa soeur au fur et à mesure qu’elle l’écoute. Bon sang ça fait beaucoup à encaisser, d’autant qu’il parle si vite qu’elle pense mal comprendre.

La jeune femme reste sans voix, il y a de quoi l’être. Apprendre que sa belle-soeur travaille avec ces saloperies, qui en ont après sa peau, en plus des problèmes de couple de son frangin, elle était loin, bien loin d’imaginer un retournement de situation de cette envergure. Elle imagine sans mal à quel point Philippe doit se sentir trahi par sa propre femme, indépendamment de l’adultère dont il est fautif.

Bordel, elle s’imaginait que son frère et Jaana vivaient heureux dans leur ménage, il a tout quitté pour eux. Elle a bien constaté que leur travail à tous deux empiète sur leur vie de couple, Jaana rentrait tard, souvent, et il arrivait que le travail de Phil le retienne plus longtemps que prévu. Cassie n’est pas aveugle, mais depuis des années qu’ils sont mariés, elle s’est simplement imaginé que c’est ainsi qu’ils vivaient et qu’ils avaient trouvé leur équilibre d’une autre façon.

Il est fâché, trahit, mais cela n’empêche pas que Jaana se révèle être une source d’information plus importante qu’elle ne le pensait. Le CNRB cache bien son jeu, sa belle-soeur aussi. Enfin, futur-ex-belle-soeur. Peut-être. “Tu veux en parler ? Plus calmement.” Lance-t-elle finalement, après quelques secondes de silence. Cassie espère qu’il le fera, qu’elle puisse lui être une oreille attentive, lui venir en aide comme ils l’ont toujours fait.

“Tu l’aimes toujours ?” S’enquit-elle en se rapprochant de lui. L’amour ne fait pas tout dans un couple, mais en ce nom ils se doivent de faire des concessions. Auquel cas, il vaut mieux divorcer. Les enfants sont assez grand maintenant pour comprendre, pour s’en accomoder.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Running After My Fate
Messages : 2550
Membre du mois : 126
Date d'inscription : 29/08/2016
Age : 27
Célébrité : Ben Affleck
Crédit : Eden Memories
Caractère : Courageux - Secret - Tacticien - Rieur

Running After My Fate
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: |Livre I| On a beau faire, la famille est toujours la famille   Dim 20 Aoû - 18:27

Baisés avant même d’avoir pu travailler à trouver une solution. J’étais vraiment sur la mauvaise pente et j’avais le plus grand mal à voir le bon côté des choses. Il y avait au moins une certitude là-dedans, c’était que jamais je n’aurais cru que ma vie aurait pu partir autant en cacahuète. J’étais bien, j’étais rangé, posé, depuis près de dix ans. Petit poste de cadre avec des déplacements intéressants, une mission tranquille, pépère, un salaire très confortable, une grosse baraque, des gosses qui bossaient bien à l’université… J’allais dire une femme aimante, mais plutôt une maîtresse régulière, avec qui les choses étaient claires dès le départ. Là, ça partait en vrille et ça devenait ingérable. Les choses allaient de mal en pis au boulot, outre ma réputation je pouvais perdre ma place. Mon mariage était un camp de ruines. Ma femme était de connivence avec les saloperies inhumaines qui courraient après ma sœur. C’était la merde, et là je ne voyais aucune solution. Si ces enculés voulaient faire du mal à mes proches, je ne pourrais pas les en empêcher, et ça me filait la nausée, ça m’angoissait terriblement. J’avais toujours eu l’habitude de gérer, de contrôler les choses. Et voilà que je n’avais plus le contrôle de rien.


Et je mets ma propre sœur sur le cul sous le poids de mes révélations. De toute évidence, elle ne s’était pas attendue à ça ! Elle encaisse comme elle peut, garde le silence un moment, sans doute le temps de s’y retrouver. Et elle me demande si je veux en parler calmement. Les muscles de ma mâchoire se crispent alors que je serre les dents, faisant un signe de dénégation.



| Non, j’ai pas envie d’en parler. |


C’était clair, net, et précis. On ne pourrait pas me reprocher mon honnêteté en tout cas. Et elle me demande si je l’aime toujours. Je soupirais. Je n’avais vraiment pas envie d’en parler. Et je ne savais même pas ce que je devais répondre. Je suis toutefois reconnaissant envers ma sœur qui ne me juge pas quand je lui révélais que j’avais été infidèle à Jaana, que je l’avais trompé. Le « plusieurs fois » aurait pu vouloir dire « plusieurs partenaires », car en plus de Tonni, la plus régulière, il y avait cette incartade avec Gaia, l’amie de mes gosses. Mais tout ça, Cass’ n’avait pas besoin de le savoir. Je soupirais encore.


| Ouais, sans doute. Mais j’arrive pas à passer outre tout ça. De toute manière, qu’est ce que ça change maintenant ? Elle bosse avec l’ennemi. |

_________________

"Omnia si perdas, famam servare memento.
Même si tout est perdu, sache qu'il reste l'honneur à sauver"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/ En ligne

avatar
Servir sans faillir
Messages : 388
Membre du mois : 73
Date d'inscription : 25/11/2016
Célébrité : Emilia Clarke
Crédit : sophie.
Caractère : Impétueuse » Sauvage » Naturelle » Sarcastique » Solitaire » Douée dans son métier
Métier : Assistante de Maître Jelsi

Servir sans faillir
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: |Livre I| On a beau faire, la famille est toujours la famille   Sam 2 Sep - 22:36





Il ne veut pas en parler, elle n’insiste pas. Ils n’ont pas besoin de tout se raconter pour être proche, sinon il y a bien longtemps que la distance les aurait séparé. Ils en parleront, quand il se sentira prêt, qu’il sera décidé. Un choix qu’il souhaite prendre de lui-même, elle le comprend. S’il l’a trompait avant d’avoir appris la trahison de sa femme, cela signifie que leur couple est au plus mal. Plus que ce qu’elle l’imaginait, auquel cas son frère n’aurait jamais pensé aller voir ailleurs. Quoi qu’il en soit, c’est triste à penser, mais Cassandra sera toujours du côté de son frère, que de Jaana.

Malgré tout, il ne réalise pas la chance qu’il a. Il a une chance de régler ses problèmes, une chance de les arranger, ou le choix d’une séparation en bonne et due forme. Cassie n’a pas eu cette chance, la mort lui a retiré l’homme qui devait devenir son mari. Une information qu’ignore Philippe, elle n’a pas eu le temps de lui annoncer ses fiançailles, elle comptait le faire lors d’un voyage surprise, lui annoncer de vive voix avec Brandon. Elle savait déjà qui aurait été sa demoiselle d’honneur, sa nièce et son témoin, son frère. Elle qui n’a rien d’une grande romantique, s’est surprise à planifier un beau mariage tout en simplicité.

La main de la jeune femme se relève pour se saisir inconsciemment de sa bague de fiançailles, recyclé en pendentif. Elle n’a pas eu la force de s’en séparer. Sa mère, bien évidemment, est au courant, elle a été la première informée. “Papa et maman ne doivent pas l’apprendre.” Pas encore. Ils prendraient le premier avion pour venir soutenir leur fils, de fait ils découvriront que Cassandra est aussi présente et découvriront qu’elle a démissionnée. Sa mère l'interrogera alors sur Brandon, elle n’aura pas la force de lui mentir et donnera doublement raison à la matriarche de rester auprès de ses enfants. Madame Raulne est tenace quand il s’agit de ses enfants.

Le frère et la soeur s’accorderont à dire que ce n’est pas le moment de voir les parents débarquer. Il va déjà falloir assurer la sécurité de Joran et Solvei. Jaana, pour le coup, semble tout à fait en mesure d’assurer sa sécurité. Quoiqu’avec le cambriolage du CNRB ce n’est pas si certain. Bref, les emmerdes s’accumulent, le danger s’aggrave. Mais en toute objectivité, il reste une chance de s’en tirer, une chance à exploiter. Jaana choisira-t-elle ces monstres, ou sa famille ? “Si tu estimes que Jaana ne nous sera d’aucune aide, je te suis, mais nous devons essayer. Nous n’avons pas le choix, nos vies sont en jeu.”

Il doit parler à sa femme, c’est une certitude, une nécessité malgré leur différend. Si Cassandra s’en voudra toute sa vie, jusqu’à sa mort qui peut arriver très prochainement, il n’en reste pas moins qu’ils sont tous en danger désormais. “Avec le couvre-feu il vaut mieux que tu restes ici pour la nuit. Tu peux prendre le lit ou le canapé.” Elle se détourne de son frère pour se diriger vers la salle de bain et hésite sur le pas de la porte. “Philippe… Il est encore temps, elle est toujours en vie.” Oui, la vie est une sale chienne, injuste, on se poignarde dans le dos et elle a mal pour son frère, mais putain ils peuvent encore réparer les choses. Si Jaana fait les bons choix, si Philippe écoute sa femme, ou l’inverse pour autant qu’elle en sache. Cassandra est sûre d’une chose, elle préfèrerait que Brandon soit en vie, que mort. Elle ne peut qu’espérer que Philippe et Jaana réalisent leur chance dans leur malheur.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Running After My Fate
Messages : 2550
Membre du mois : 126
Date d'inscription : 29/08/2016
Age : 27
Célébrité : Ben Affleck
Crédit : Eden Memories
Caractère : Courageux - Secret - Tacticien - Rieur

Running After My Fate
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: |Livre I| On a beau faire, la famille est toujours la famille   Jeu 7 Sep - 20:35

Ma sœur ne comprenait pas. Elle n’avait jamais eu ce genre d’histoire. Elle n’avait jamais été mariée. Je ne savais pas grand-chose de sa vie amoureuse, affective, mais je la connaissais. Elle avait toujours eu du mal à se fixer. Elle aimait bien les histoires sans trop de prise de tête. Je ne l’imaginais pas à coucher à droite à gauche, loin de là, mais je ne pensais pas non plus qu’elle soit du genre à entretenir une vraie relation avec qui que ce soit. Son boulot ne le lui permettait pas. Et puis, il y avait le passé. Le sien, le nôtre. Ce que j’avais fait il y avait quoi maintenant, vingt-cinq ans ? C’était si loin. Et pourtant je m’en rapellais comme si c’était hier. Elle, toute fragile, toute naïve. Si forte en apparence, mais au fond une vraie guimauve. Et ce fils de pute qui voulait en profiter… J’avais découvert deux choses ce jour-là. La première était sur elle et sur moi. Jamais, plus jamais, je ne pourrais tolérer de la savoir en danger à cause des autres. La seconde était sur moi, rien que sur moi. J’avais découvert ce jour-là que je tapais vite et fort, que je savais viser d’instinct. Je savais où faire mal. Où incapaciter. Et j’aimais ça. J’aimais ça, putain de merde. Mais là tout ce qu’il se passait, c’était simplement beaucoup trop pour moi. Je n’étais pas un cérébral. Je ne connaissais qu’une seule manière de réagir aux épreuves. Je soutiens le regard de ma sœur.


| Ne t’en fais pas, je comptais pas les appeler. Pour leur dire quoi ? Que leur crétin de fils s’est planté, encore une fois ? |


J’avais toujours eu le sentiment de les rendre fiers, mais jamais de les rendre fier pour ce que j’étais, simplement pour ce que je faisais. C’était étrange, comme sensation. Difficile à expliquer, aussi. Je soupirais, je passais une main dans ma barbe mal taillée sur mon menton, râpant ma peau contre les picots rêches qui sortaient de ma peau. Elle avait raison, merde. Nos vies étaient en jeu. Et Jaana savait peut être quelque chose. Mais je ne pouvais pas non plus lui parler de la situation réelle de ma sœur. Sans le savoir, elle pouvait la mettre en danger. Je me méfiais des secrets… Parce qu’ils finissaient toujours par se savoir… Et j’étais bien placé pour le savoir. Je devais réfléchir à comment aborder la chose pour éviter qu’elle ne se retourne contre moi.


| Je dois y réfléchir, ne lui dis rien en attendant. |


Je réfléchis en sirotant mon verre, avant de l’engloutir et de me lever pour me resservir tout seul. Je hausse les épaules à ses paroles.


| Oui, elle l’est toujours. Mais nous sans doute plus pour longtemps. |


Je m’allonge sur le canapé, je regarde le plafond en sirotant un second verre. Je ne pense même pas à prévenir ma femme, honnêtement on a un peu dépassé ça.

_________________

"Omnia si perdas, famam servare memento.
Même si tout est perdu, sache qu'il reste l'honneur à sauver"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/ En ligne
 
|Livre I| On a beau faire, la famille est toujours la famille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» |Livre I| On a beau faire, la famille est toujours la famille
» Quel livre pour m'aider à faire une dissertation sur l'infor
» LE BEAU VALENTINO, CHAT CALIN, CHERCHE UNE BONNE FAMILLE/ 13
» Patchwork
» OPEX : Castelsarrasin. Mme le colonel, Armelle Contamin, passe à l'attaque !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ragnarök :: 
Valhöll
 :: 
Le vieux Valhöll
 :: 
Habitations
-
Sauter vers: