AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
[Livre I] Le vent de prospérité change bien souvent de côté

avatar
L'équilibre de la meute
Messages : 187
Membre du mois : 34
Date d'inscription : 03/06/2017
Célébrité : Amanda Seyfried
Crédit : NC
Caractère : Prudente - Opportuniste - Têtue - Sociable - Capricieuse - Patriote
Métier : Bibliothécaire

L'équilibre de la meute
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: [Livre I] Le vent de prospérité change bien souvent de côté    Lun 12 Juin - 21:44


Le 20 janvier 2018


Le visage meurtrie par le froid, je tentais tant bien que mal à me camoufler dans mon immense écharpe polaire, mais c'était sans compter la brise glaciale qui commençait à se lever et ne cessait de faire virevolter ma longue natte dans mon dos. Je ne lui laissais que peu de chance face à son assaillant ; un simple bout d'élastique ne pouvant rien n'y faire. Il tiendrait aussi longtemps qu'il le pourrait, mais à un moment ou un autre l'envie lui prendrait de battre en retraite et de se laisser valser au gré du vent. Je réajustais rapidement mon bonnet. La tâche s'avérait moins évidente avec cette paire de gant, qui, au final me semblait totalement inutile ; mes doigts se faisant douloureux. Quelle idée avais-je eu de vouloir faire un tour ? Ah oui, prendre quelques repères. Ce n'était pas comme si ça faisait quasiment trois mois que je vivais dans cette ville et que je n'avais osé sortir le bout de mon nez. La peur ? Non, loin de moi cette émotion. Mon emménagement s'était seulement avéré plus compliqué que prévu et c'était sans oublier ma prise de fonction au sein de l'université. J'avais à peine eu le temps de dire ouf que plusieurs mois s'étaient écoulés. Si je voulais me rendre utile, j'avais intérêt à me donner un bon coup de fouet et arrêter de flâner de la sorte. Alors pourquoi cette soudaine envie de faire du tourisme ? J'sais pas moi, j'aurais tout simplement pu continuer mes recherches chez moi. « Google » est mon meilleur ami. Non, il avait fallu que ce foutu désir d'aventure me saisisse alors que la température extérieure ne frôlait guère 0°C. Frileuse ? J'étais suédoise. Pour autant, je n'étais pas doté de fourrure épaisse qui me permettait d'ignorer le froid. Ma doudoune me réchauffait, certes, mais seulement ce qu'elle pouvait couvrir.

Une odeur familière chatouilla mes narines sensibles tandis que mes bottes continuaient de creuser lourdement la neige. Cette sensation me fit sourire. Quand j'étais petite, j'adorais jouer dans la neige. Je la trouvais si pure, bien que glacée. Chaque année je l'attendais avec une impatience certaine. Aujourd'hui, je me dépêchais simplement de rejoindre la petite file qui s'était formée autour d'une maisonnette. Des éclats de rire résonnaient tout autour de moi. Je n'y prêtais pas plus d'attention, beaucoup trop occupée à me réchauffer les mains dans un mouvement frénétique. Lorsque ce fut mon tour, je commandais naturellement un chocolat chaud. Je payais ma dette, offrais mon plus charmant sourire et attrapais l'objet tant convoité. Le liquide était si chaud que même le plastique n'empêcha pas la chaleur soudaine de me brûler. Je grimaçais, mais ne m'en séparais pas pour autant. J'étais gelée et déshydratée. Que risquais-je, si ce n'était d'avoir les doigts endoloris et légèrement rouges. Je reprenais tranquillement ma route.

Bientôt, l'immensité du lac accaparât mon champ de vision et je ne pus m'empêcher de siffler mon admiration à son encontre. La fine poudreuse l'avait recouverte et lui donnait un air surréaliste. Pour autant, je ne m'y risquerais pas. Finir sous la glace n'était pas dans mes projets du jour. Je sillonnais du regard les alentours. Il n'y avait pas foule. Avec le froid et les événements récents, les habitants et, éventuellement, les touristes préféraient rester au chaud et en sécurité. Comme si une simple porte allait les protéger... Mes pas se faisaient lent et ma tresse avait commencé à se défaire de ses liens. Je m'étonnais à me demander ce que pouvaient bien faire les autres illuminati de cette ville. Était-ce réellement important ? Je m'arrêtais subitement devant un grand panneau. On y voyait plus grand chose – la glace étant sa prison. Je prenais une grande aspiration et soufflais plusieurs fois sur la vitre. Le plan de la ville apparut par partie. « Vous êtes ici » indiquait un cercle rouge. Ce n'était pas ce qui m'intéressait. Je soufflais plusieurs fois à différents endroits, mais rien n'y fit et tout ce que je récoltais de ma quête était un toussotement disgracieux. Mes bronches me faisaient mal et je n'arrivais à rien avec cette toux. Je renversais sans le vouloir quelques gouttes du chocolat chaud qui contrastèrent violemment sur la neige et formèrent en quelques secondes un trou. Je jurais avant de m’abreuver maladroitement de ce liquide chaud – encore trop chaud.  
code by Silver Lungs

_________________
Les destins nous conduisent ; le rôle de chacun est fixé dès la première heure de sa naissance.© By Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
“Le chaos n'est qu'un principe méconnu de l'ordre.”
Messages : 1620
Membre du mois : 91
Date d'inscription : 05/11/2016
Age : 34
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Tag
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel

“Le chaos n'est qu'un principe méconnu de l'ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Le vent de prospérité change bien souvent de côté    Mar 4 Juil - 23:47

Le 20 janvier 2018





Chacune de mes enjambées étaient calculées et mon souffle régulier afin de je dépense le moins d’énergie… Je n’étais pas censé être là, une légère baisse de régime m’avait affaibli, assez pour annuler une journée de rendez-vous. Mais que voulez-vous ? J’étais et je resterais quelqu’un de têtu… De plus cette course dans les bois était beaucoup moins sportive que les moments que j’avais passés avec Sigrid, ma masseuse… en théorie. Cette pensée me fit esquisser un sourire avant que je me concentre de nouveau sur ces lieux que je visitais pour la troisième fois seulement. J’étais curieux de nature mais surtout quelqu’un de très occupé et même si j’avais apprécié l’endroit, je n’avais pas eu le loisir de le fouiller dans ses moindres détails.
Mes pas foulaient en silence le sol enneigé et humide des bois se trouvant aux abords du Lakestorm me permettant ainsi de capter les bruits de la nature.
Ce qui fait la popularité du lac est sa couleur, non bleue, mais bleu-vert et littéralement vert sous les rayons du soleil. Pour ma part je n’ai pas eu l’occasion de le voir ainsi… Les trois fois où je suis venu le lac était gelé comme il l’était aujourd’hui. J’étais d’ailleurs certains que la famille que j’avais croisé allait patiner sur ce dernier. Un sourire aux lèvres je me demandais alors si mon don serait assez puissant pour fragiliser la glace et ainsi provoquer la mort des habitants s’amusant dessus. Quoi ? On est SD ou on ne l’est pas…

Cependant, même mentalement ailleurs, je parvenais à intercepter ce qui se passait autour de moi… Bien sûr je ne m’attendais pas à apercevoir un loup et je manquais de peu de trébucher sur une branche ! L’animal m’avait-il vu ? Senti ? Et puis était-il bien un loup ? Je n’en savais rien, je ne le pensais pas et j’aurais sûrement dû faire demi-tour en le voyant mais la curiosité fut plus forte. Aussi je sprintais pour voir la direction que prenait l’animal avant de ralentir… Et s’il ne s’agissait pas d’un loup classique ? Un sourire aux lèvres j’avançais en trottinant. Mais l’animal avait disparu… laissant place à quelques promeneurs.

En me rendant compte de ma proximité avec l’humanité j’en déduisais que je n’avais pas du apercevoir un loup mais un chien. Je haussais les épaules en hésitant quand à la démarche à suivre… Allais-je continuer à courir ? La première réponse fut oui mais mon regard se posa sur quelque chose de charmant. Quoi ? Bon, d’accord… Mon regard se posa sur quelqu’un de très charmant. Passant négligemment ma main dans mes cheveux pour accentuer l’effet coiffé-décoiffé, je me dirigeais vers le grand panneau d’indication et accessoirement vers la blonde qui se trouvait devant.
J’arrivais doucement juste derrière la jeune femme au moment même où cette dernière se mit à souffler sur le panneau embué. Cela me fit sourire et je ne pus m’empêcher de m’adresser à la blonde qui semblait vouloir se réchauffer avec sa tasse fumante. Du moins je m’adressais à elle après plusieurs tentatives de sa part pour visiblement trouver un endroit sur la carte. Son toussotement et juron terminés, je demandais simplement.



- Besoin d’un renseignement ? Vous cherchez un endroit précis ? demandais-je en souriant pour attirer l’attention de la jolie blonde.


Bien entendu, je ne connaissais pas le plan par cœur mais je pourrais le télécharger en moins embué sur mon smartphone en cas de besoin. Merci les nouvelles technologies.



..

Hrp :
 

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
L'équilibre de la meute
Messages : 187
Membre du mois : 34
Date d'inscription : 03/06/2017
Célébrité : Amanda Seyfried
Crédit : NC
Caractère : Prudente - Opportuniste - Têtue - Sociable - Capricieuse - Patriote
Métier : Bibliothécaire

L'équilibre de la meute
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Le vent de prospérité change bien souvent de côté    Sam 8 Juil - 20:09


Le 20 janvier 2018


Une voix masculine résonna soudainement derrière moi. Je sursautais sans le vouloir et manquais de renverser une bonne fois pour toute ce fichu gobelet. Depuis quand je me laissais surprendre de la sorte ? Trop d'attention sur quelque chose pouvait vous rendre quelque peu … à l'ouest. Je tâcherais de m'en souvenir pour les jours à venir, car oui, je me doutais bien que les surprises seraient nombreuses et qu'il valait mieux que je me prépare mentalement à les subir. Même si... en règle général, je ne me laissais pas aller de la sorte. Franchement, cette idée de faire du tourisme semblait de plus en plus mauvaise.

Posant les yeux sur l'homme qui venait d'apparaître, mon étonnement laissa place à un sourire éblouissant. Pas trop non plus – question qu'il ne se fasse pas trop d'illusions. Sait-on jamais. « Prudence est mère de sûreté » avais-je lu une fois et mon petit doigt me disait – oui, ça lui arrive, que je devais protéger mes arrières au maximum.

- Peut-être pourriez-vous me guider sur les incontournables du coin ? Je débarque un peu et … Je me suis dit que découvrir les secrets de la ville pourrait être amusant.

Je me retournais vers la pancarte qui était à nouveau prise par la glace. J'affichais une mine boudeuse. Mon travail n'avait strictement servi à rien. J'aurais pu continuer à souffler encore longtemps que tout ce que j'aurais pu récolter était mon idiotie.

- Sauf qu'il semblerait que le temps ne soit pas du même avis. Bien entendu, c'est toujours dans ces moments que la technologie décide de nous fuir,
gloussais-je légèrement en indiquant mon portable.

Je buvais quelques gorgés de mon chocolat chaud qui avait un peu refroidi. Mon palais s'en extasiait et je me maudissais une nouvelle fois pour en avoir perdu plusieurs gouttes. La prochaine fois – j'y comptais bien, j'en profiterais lorsque les rayons du soleil auraient fait fondre la poudreuse et que l'air ambiant me permettrait d'enlever une couche de vêtements. Sur un banc avec les oiseaux qui gazouillent, le lac devait être sacrément reposant à contempler. Trouverais-je le temps d'ici là ? Je ne prenais conscience de ma frustration que lorsque mes traits se détendirent.

Mes doigts tapotèrent un à un le plastique tiède tandis que j'accordais une certaine importance à l'inconnu. J'espérais pouvoir dégoter quelques champs d'observation astucieux, des endroits prisés qui pourraient éventuellement attirer les créatures surnaturelles, peut-être même faire un tour sur la fameuse place où le jour de la grande révélation a eu lieu et bien d'autres éléments utiles qui pourraient me permettre d'avancer. Si le couvre-feu n'avait pas été mis en place quelques semaines plus tôt, je me serais débrouillée pour trouver ses emplacements la lune battante. Néanmoins, il faut toujours trébucher sur quelques bâtons avant d'arriver au sommet de la montagne. C'est bien connu ! Et je n'allais certainement pas échapper à la règle. Bien entendu je n'allais pas révéler mes intentions à un parfait étranger – ni même qui que ce soit d'autre. Je ne comptais que sur moi-même ; mon plan se ficelant petit à petit le long de mes doigts tels les pièces d'un échiquier en vue de la victoire. Rien ne servait de se précipiter si l'on voulait éviter de se retrouver face à un mur. La patience nous mènerait au but comme elle l'avait toujours fait depuis des siècles – à l'ombre des mouvements futiles.

-Alors, des suggestions ? Demandais-je sans me départir de mon sourire. La vue du lac est certes sublime, mais un peu de hauteur serait... ressourçant.

Après tout, ne venait-il pas de proposer son aide ? Il était trop tard pour faire marche arrière.   
code by Silver Lungs

_________________
Les destins nous conduisent ; le rôle de chacun est fixé dès la première heure de sa naissance.© By Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
“Le chaos n'est qu'un principe méconnu de l'ordre.”
Messages : 1620
Membre du mois : 91
Date d'inscription : 05/11/2016
Age : 34
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Tag
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel

“Le chaos n'est qu'un principe méconnu de l'ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Le vent de prospérité change bien souvent de côté    Sam 8 Juil - 23:56

Le 20 janvier 2018





Mon approche avait peut-être été plus silencieuse que je ne l’avais cru puisque la jeune femme à la boisson chaude sursauta au moment où je m’adressais à elle. Bien entendu, j’aurais pu lui dire que j’étais désolé mais je n’en faisais rien pour la simple et bonne raison que je n’en avais pas envie. Il était rare que je fasse des excuses et lorsque c’était le cas c’était que j’étais en quelques sortes obligé de les faire. Devant un juge pour un retard par exemple. Bref, je ne m’excusais pas mais cela n’empêcha pas la jolie blonde de m’accueillir avec un merveilleux sourire.
Ce dernier embellissait en tout point son visage et me fit sourire en retour. Visiblement je ne la dérangeais pas et c’était une bonne chose. Ce que j’attendais de cette rencontre ? Rien. J’aimais simplement être en compagnie de jolies jeunes femmes et l’inconnue en était une.

J’écoutais donc la blonde me dire qu’elle débarquait tout juste et qu’elle aurait aimé visiter les coins incontournables de la ville mais aussi en découvrir ses secrets. Cette réponse me fit sourire et je hochais la tête d’un air entendu.
Je répondais à sa demande alors qu’elle portait son attention sur le panneau à nouveau gelé. Ses efforts pour le rendre lisible avaient été réduits à néant le temps qu’elle échange quelques mots avec moi.



- Les lieux incontournables de la ville sont faciles à trouver… comme dans toutes les cités, il suffit de suivre la foule, déclarais-je avec un haussement d’épaules. Pour les endroits plus secrets c’est forcément plus difficiles… mais cela rend les découvertes plus intéressantes selon moi. Je marquais une pause. Il y a peu de temps on m’a dit qu’il fallait être fou pour s’installer ici. J’espère la raison de vôtre arrivée n’est pas la folie, déclarais-je en souriant.


Puis je jetais un coup d’œil à son téléphone portable qui l’avait lâchement abandonné. C’était le problème avec les nouvelles technologies ! Il fallait toujours qu’elles fassent de leur siennes aux mauvais moments ! Enfin, pour le coup je n’allais pas me plaindre. Sans son souci de portable, je n’aurais peut-être pas croisé la jeune femme.


- Le temps n’est pas si vilain que ça… du moins comparé au mois dernier, dis-je simplement. Le mauvais temps et le froid ne m’avait jamais déranger. Pourtant avec cette humidité ambiante difficile de faire cramer quoique ce soit ! Mais je n’étais pas là pour ça. Et en toute honnêteté je ne me plaindrais pas de ces défaillances de technologie puisqu’elles permettent parfois de faire des rencontres. D’ailleurs je ne me suis pas présenté. Samuel Jelsi, enchanté ! déclarais-je en lui tendant la main.


Puis je laissais la jeune femme m’observer pensivement. Elle n’était peut-être pas si partante que ça pour visiter le coin en compagnie d’un inconnu ! Mais dans le cas contraire, je connaissais deux endroits pas mal et qui étaient très peu visités. Il faut dire qu’il fallait un peu jouer les hors-la-loi pour accéder à l’un d’eux. Cette pensée me fit sourire.
Mais je reportais très vite mon attention sur la blonde lorsqu’elle me demanda si j’avais des suggestions. Un sourire éclaira mon visage lorsqu’elle parla de hauteur. J’avais donc le coin parfait, du moins si elle n’était pas flic…



- Un peu de hauteur pour une vue d’ensemble des environs ? demandais-je sans attendre la réponse. J’ai un coin sympa en tête. Puis je fronçais les sourcils. Enfin… ça dépend ! Vous n’êtes pas flic, rassurez-moi ?! Parce que je ne suis pas certain que l’accès soit autorisé au public, avouais-je avec un sourire charmant. Mais la vue est imprenable.


Bien entendu, j’étais parfaitement sûr que l’endroit était interdit au public mais je ne lui disais pas. Et puis les flics de la ville avaient d’autres chats… enfin lycaons et vampires à fouetter !




..

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
L'équilibre de la meute
Messages : 187
Membre du mois : 34
Date d'inscription : 03/06/2017
Célébrité : Amanda Seyfried
Crédit : NC
Caractère : Prudente - Opportuniste - Têtue - Sociable - Capricieuse - Patriote
Métier : Bibliothécaire

L'équilibre de la meute
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Le vent de prospérité change bien souvent de côté    Lun 17 Juil - 21:21


Le 20 janvier 2018


Le vent continuait son ascension s'élevant un peu plus chaque seconde. Par moment, mes yeux se plissaient tellement que je distinguais à peine ce qui m'entourait. Cette sensation était encore plus agaçante lorsque mes cheveux me fouettaient violemment le visage. C'était toujours dans ces moments-là qu'on regrettait de les avoir aussi longs. Ils étaient certes jolis – un rendu très féminin, mais lorsque le soleil était timide et laissait place à la colère des cumulus, ils n'étaient qu'une masse sauvageonne dont l'impossibilité de la dompter vous frappait sans ménagement. A plusieurs reprises, je dus les remettre à leur place sans laisser paraître mon irritation. Cette dernière s'envola subitement à l'écoute des paroles de l'inconnu. Je laissais un rire franc s'échapper d'entre mes lèvres.

- Les commérages vont de bon train, c'est connu. Que la folie m'ait gagné ou non, je vous laisse le loisir d'en juger par vous-mêmes,
réussissais-je à articuler entre deux gloussements.

Je comptais jusqu'à dix afin de me calmer. Une astuce qui avait le mérite de fonctionner à chaque fois. Je poussais un soupire de satisfaction lorsque les derniers soubresauts de mon rire s'estompèrent. Vivement, je ramenais les quelques mèches qui s'étaient engouffrées dans la commissure de mes lèvres. Cette rafale était une vraie misère. Le froid en lui-même ne me dérangeait pas. J'aimais la neige. Ce qui n'était pas le cas du vent et de l'humidité dont je me serrais bien passée en cette journée.

- Samuel, donc.
Répétais-je docilement. Vous pouvez m'appeler Léo, tout simplement.

Il était rare que je donne mon nom en entier, seulement en cas de nécessité. Cet homme n'allait pas échapper à la règle. Mon souhait de hauteur semblait le ravir, ce qui m'enchanta aussitôt. On dit que le bâillement est contagieux, mais c'est aussi le cas du sourire. Le contentement d'une personne provoquera généralement une émotion positive – ou alors, il fallait vraiment être buté et en vouloir au monde entier pour continuer à faire la tronche comme un enfant face à un caprice.

Une lueur malicieuse dilata mes pupilles.

- M. JELSI, il semblerait que vous ayez des choses à vous reprocher,
plaisantais-je. Vous avez de la chance, je ne suis qu'une bibliothécaire dont les livres ne seront jamais une arme suffisante pour vous arrêter.

Je terminais d'une traite mon chocolat chaud. J'indiquais à Samuel mon intention de jeter le gobelet et n'attendant aucune réponse de sa part me dirigeais vers la poubelle la plus proche – prenant bien garde au respect du tri collectif. Un geste pour la planète. Je revenais près du tableau d'affichage prise en proie d'une folle envie d'aventure. J'espérais ne pas être déçue et surtout arriver à mes objectifs du jour.

- Bien ! Il est l'heure de prendre un peu d'altitude,
lançais-je tout sourire. Je vous suis.

Les mains dans les poches pour me réchauffer au mieux, j'attendais la direction à prendre.
code by Silver Lungs

_________________
Les destins nous conduisent ; le rôle de chacun est fixé dès la première heure de sa naissance.© By Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
“Le chaos n'est qu'un principe méconnu de l'ordre.”
Messages : 1620
Membre du mois : 91
Date d'inscription : 05/11/2016
Age : 34
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Tag
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel

“Le chaos n'est qu'un principe méconnu de l'ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Le vent de prospérité change bien souvent de côté    Mar 18 Juil - 15:13

Le 20 janvier 2018





Il était rare que j’aborde les jeunes femmes de cette manière et cela l’était d’autant plus dans ce genre de cas. Je venais de courir, pas assez pour m’épuiser ou me mettre en sueur, heureusement. Mais ma tenue laissait à désirer contrairement à d’habitude ! Enfin, n’allez pas penser que je portais des guenilles pour faire du sport, ce n’était pas le cas. J’avais mon image à entretenir en toute occasion ! Cependant, je préférais tout de même entamer les discussions avec des inconnues en ne portant pas des vêtements de sport. Enfin, il fallait un début à tout et la jolie blonde ne sembla pas m’en tenir rigueur.
Mes paroles arrivèrent même à la faire rire. Non pas un léger et discret, mais un rire franc auquel je participais brièvement. Sa réponse ne me disait pas ce qui l’avait conduite ici mais elle me fit sourire. On aurait dit une réplique d’avocat. Du genre ni oui, ni non.



- Je tâcherai de le découvrir, déclarais-je simplement avant  d’ajouter, mais entre nous ! Que serait la vie sans un grain de folie ?


Ok ! Mon statut de semi-démon faisait de moi une personne carrément instable. Si, si ! Je vous jure. Il est possible pour les enfants du chaos d’agir comme le commun des mortels comme il leur est possible de basculer rapidement dans une folie destructrice. Pour le moment je n’en étais pas là… Je ne niais pas ! Un psy aurait eu beaucoup de travail avec moi mais je n’étais pas totalement déséquilibré.
J’affichais une mine surprise lorsque la jolie blonde me donna ce que je considérais comme une partie de son prénom ou juste un surnom.



- Léo ? répétais-je. Original… et surtout surprenant.


J’aurais pu l’interroger au sujet de cette nomination très surprenante mais je n’en faisais rien. Je réfléchissais déjà au lieu qui pourrait lui sembler intéressant. Un de ceux qui me venait à l’esprit n’était pas autorisé au public mais le goût de l’interdit m’avait fait m’y rendre un jour. Je demandais simplement à la belle si elle était flic en précisant que nous allions peut-être enfreindre une règle ou deux… Cela sembla l’amuser tandis qu’elle m’apprenait qu’elle était bibliothécaire. Et bien ! J’aurais volontiers emprunté plus de livre si ma bibliothécaire avait été comme elle.


- En effet ! Les livres sont rarement des armes… Bien qu’un bon coup d’encyclopédie sur le crâne ne soit pas agréable du tout, déclarais-je en connaissance de cause. Cependant je les considère plus comme une porte ouverte sur le voyage et la découverte ! Dommage que je n’ai pas assez de temps pour me consacrer à la lecture.


En même temps j’avais d’autres priorités et je trouvais que question lecture mes dossiers m’en donnaient déjà bien assez. Ils servaient à remplir mon compte en banque et donc me permettaient de voyage.
J’oubliais tout cela lorsque Léo déclara qu’elle me suivait. Avec un sourire je fourrais moi aussi mes mains dans les mes poches.



- Allons-y ! C’est dans cette direction. Y’a en pour cinq minutes à peine.


Ou sept selon ma montre. C’est le temps qu’il nous fallut pour nous retrouver au pied d’une immense tour de guet. Elle avait résisté à bien des années et tenait encore bon. Un beau travail de construction, il fallait le reconnaître. Et une fois à son sommet, la vue y était à couper le souffle. Elle le serait d’autant plus avec les lumières illuminant la nuit.


- Prête à gravir un nombre incalculable de marches ? demandais-je à la jeune femme sans quitter la tour des yeux.


..

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
L'équilibre de la meute
Messages : 187
Membre du mois : 34
Date d'inscription : 03/06/2017
Célébrité : Amanda Seyfried
Crédit : NC
Caractère : Prudente - Opportuniste - Têtue - Sociable - Capricieuse - Patriote
Métier : Bibliothécaire

L'équilibre de la meute
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Le vent de prospérité change bien souvent de côté    Sam 26 Aoû - 20:12


Le 20 janvier 2018


Cinq minutes ? Parcourant du regard les alentours, je ne distinguais que l'imposante étendue d'eau. Aucune chance qu'il ait prévu un plongeant glacial – j'en étais certaine. Aussi, me contentais-je de le suivre docilement ; les pulsations de mon cœur se remplissant d’adrénaline à chacun de mes pas. J'ai toujours aimé l'aventure, les voyages, l'inconnu... Cette sensation de découverte, d'énergie ou même d’appréhension qui comblent votre existence. Des choix contrôlés ou une volonté incertaine. Vivre ou mourir. Survivre... Mon souffle se figea.

- Le temps n'est qu'une idéologie inventée par l'homme. Le savoir, quant à lui, est toujours à porter de main. Le tout n'est qu'une question d'envie.  

La tour était somptueuse – là, se dressant majestueusement face à nous. L'impact des années embrassait chaque pierre qui, pour autant, continuait à se tenir fièrement les unes contre les autres. Je vaquais dans ma contemplation me souvenant de vieilles ruines que j'avais eu la joie d'étudier. Je laissais mes doigts glissaient contre le roc – enchantée d'une pareille trouvaille. Je retirais l'un de mes gants et posais ma main libérée. La pierre était froide, imprégnée par la température saisonnière. Si j'avais été seule, j'aurais pris le temps de l'examiner plus attentivement. La voix de Samuel me rappela que ce n'était pas le cas.

- Toujours partante si cela est votre question,  gloussais-je.

Lui lançant un sourire enthousiaste, je remettais mon gant et ne perdais pas plus de temps pour gravir les marches. Je m'engouffrais à corps perdu dans cette vieille bâtisse dont il me tardait de connaître l'un de ses secrets. Les marches étaient pour la plupart bien conservées. Certaines étaient brisées par endroit – histoire d'un ancien temps dont la majorité avait probablement oublié l'existence, d'autres beaucoup trop lisses  manquèrent de me faire dégringoler. Mon endurance était bonne, mais elle n'empêcha pas mes jambes de s'engourdir vers la fin. Je les secouais vivement comme pour me débarrasser d'une vilaine bête. Samuel ne tarda pas à me rejoindre. Sa tenue, moins contraignante, lui avait certainement causé moins de difficultés. Une excuse comme une autre, songeais-je.

Arrivée au sommet, mon corps tout entier s'immobilisa. Les yeux ronds, j'admirais le paysage dont le bellissime manqua de me couper la respiration. Pendant un instant, ce besoin naturel me sembla obsolète, mais comme toute nécessité, mon organisme prit le relais spontanément. Mes mains agrippèrent le rebord tandis que j'évaluais la hauteur. Je comprenais la raison d'un tel poste d'observation et je ne doutais que ce dernier ait été utile à de nombreuses reprises. Quel panorama ! Il m'était possible d'admirer l'envergure de la ville et par la même occasion confirmer mon manque de connaissance du terrain.

- C'est magnifique, soufflais-je.

Je circulais en continue cherchant à graver chaque détail.

- Au départ, je m'attendais à de l'escalade ; avouais-je en raison de son allure. Néanmoins, ce que vous m'offrez là... Mes mots se perdirent. Je ne sais comment le décrire.

Mes pas s'arrêtèrent.

- Merci. Vous avez su me surprendre, Samuel. La vue est imprenable, confirmais-je ses dires.  
code by Silver Lungs

_________________
Les destins nous conduisent ; le rôle de chacun est fixé dès la première heure de sa naissance.© By Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
“Le chaos n'est qu'un principe méconnu de l'ordre.”
Messages : 1620
Membre du mois : 91
Date d'inscription : 05/11/2016
Age : 34
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Tag
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel

“Le chaos n'est qu'un principe méconnu de l'ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Le vent de prospérité change bien souvent de côté    Mer 30 Aoû - 20:25

Le 20 janvier 2018





J’écoutais la réponse de la jeune femme concernant le temps mais je ne répondais rien à cela. Pour moi il n’avait qu’une signification et cette dernière était très connue ! Le temps c’est de l’argent. Je n’aimais perdre aucun des deux et cela n’était pas le cas en ce moment même. Dans le cas contraire je n’aurais pas abordé la jeune femme ! A vrai dire, j’étais en train de la conduire vers l’un des plus magnifiques points de vue de la ville uniquement parce que je n’avais que cela à faire. Bien entendu je souriais tout de même à la jeune femme alors que nos pas nous rapprochaient de la tour de guet. Après un bref coup d’œil aux alentours j’étais certain de personne d’autre n’était présent et je demandais à la jeune femme si elle était prête. Le nombre de marches à gravir était incalculable autant qu’elle le sache de suite.
Je ne remarquais que trop tard que la blonde était si contemplative. J’aurais pu lui laisser le temps d’admirer la tour et sa structure mais le plus magnifique restait à venir. Avec un pass d’accès que je n’aurais jamais du avoir, j’ouvrais la porte au moment même où Leo se disait toujours partante. Je n’eus pas besoin de lui demander si elle était sûre car elle m’avait devancé et était entrée la première. J’esquissais un sourire et fermais la porte derrière nous afin de ne pas éveiller les soupçons.



- Et quel entrain ! J’espère que vous ne serez pas déçue ? déclarais-je en commençant l’accession de la tour que je connaissais par cœur.


J’avais l’habitude de venir ici mais jamais je ne l’avais fait en étant accompagné. C’était une première ! Je connaissais donc les endroits où les marches étaient glissantes ou bien abîmées. Cela faisait que je n’étais pas très loin derrière la jeune femme.
Une fois arrivé au sommet, j’observais la réaction de la jeune femme et je sus qu’elle n’était pas déçue. Comment aurait-elle pu l’être. La vue était grandiose ! Moi-même, qui la connaissais par cœur, je ne cessais d’être émerveillé par elle. Et pourtant, quiconque connaissant un SD, savait qu’il fallait faire fort pour nous impressionner.



- C’est au-delà de ça ! répondis-je en me tournant pour observer l’étendue noire et scintillante du lac. Les anciennes constructions des hommes sont de véritables trésors.


Je lâchais la vue des yeux pour reporter mon attention sur Leo et lui sourire. Elle était tout aussi agréable à regarder que la vue grandiose qui s’offrait à nous.


- Les mots sont difficiles à trouver pour pareil spectacle… Mais une chose est sûre ! Lorsque je suis ici, j’ai l’impression que tout le reste s’efface, comme si j’étais hors du temps.


Mes pas rejoignirent ensuite ceux de la blonde tandis qu’elle me remerciait. J’esquissais un sourire en regardant au loin.


- J’étais quasiment sûr de moi en vous conduisant ici… Il est impossible de ne pas succomber devant un tel panorama ! Puis je tournais mon regard vers Leo. Maintenant il va falloir que vous arriviez à me surprendre tout autant ! C’est le défi que je vous lance, déclarais-je en souriant.



..

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
L'équilibre de la meute
Messages : 187
Membre du mois : 34
Date d'inscription : 03/06/2017
Célébrité : Amanda Seyfried
Crédit : NC
Caractère : Prudente - Opportuniste - Têtue - Sociable - Capricieuse - Patriote
Métier : Bibliothécaire

L'équilibre de la meute
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Le vent de prospérité change bien souvent de côté    Dim 1 Oct - 16:32


Le 20 janvier 2018


La tour de guet surplombait majestueusement le lac – si reposant en cette période de l'année. Pourtant, d'en bas, il était impossible de se douter qu'un tel monument existait. Coïncidence ? Probablement pas. L'on pouvait également apercevoir plusieurs quartiers de la ville. Il ne faisait aucun doute que c’était un très bon repère et maintenant que je le connaissais, j'étais certaine d'y revenir au moins une fois de plus. Je notais qu'il serait judicieux d'apporter une carte cette fois-là. La brise était plus imposante et s'engouffrait chaque minute un peu plus à l'intérieur me procurant d'incontrôlables frissons. Je n'avais plus aussi froid qu'avant, le peu de sport effectué se reflétant encore sur mes joues rougies. Le ciel était nuageux, grisâtre – signe que le temps allait bientôt se gâter. Je ne détestais pas la neige, mais je ne pouvais pas en dire autant pour la pluie. L'air devenant lourd ne faisait que confirmer mes soupçons.

- Et les hommes ne savent pas prendre soin de leurs trésors, répondis-je à demi-consciente.

Mes doigts frôlèrent une nouvelle fois la pierre gelée, la caressaient. Je ne saurais dire combien de temps s'écroulèrent avant que l'homme me ramène une nouvelle fois à la réalité. Un sourire se dessina sur mes lèvres tandis que je me rapprochais de lui plus que nécessaire. Cette distance, intime, m'obligeait à lever la tête afin de parler à ses yeux plutôt qu'à son torse.

- Les meilleures choses ont besoin de patience M. JELSI, murmurais-je. J'entends votre défi et j'y répondrais. Mais... à mes conditions.

Mes lèvres s'étirèrent un peu plus. Mes doigts effleurèrent le haut de son col effectuant les mêmes mouvements qu'avant telle une découverte continue. Je rapprochais mon corps contre le sien, me levais sur la pointe des pieds et déposais un baiser furtif sur le haut de sa pommette. Puis, je reprenais ma place à une distance normale.  

- Une objection ? Demandais-je avec une pointe d'humour.

Je ne lui laissais pas le temps de prendre la parole. Après tout, je n'attendais aucune réponse de sa part. C'était à prendre ou à laisser.

- Prochainement, je vous retrouverais et je vous surprendrais. Je jetais un rapide regard sur la pluie qui s'était manifestée. J'avais espéré qu'elle attende ma rentrée, mais personne ne peut contrôler le temps - ou bien ? Soyez prêt, M. JELSI.

Je progressais vers les marches, mais m'arrêtais une dernière fois.

- Encore merci pour cette escapade, je m'en souviendrais. J'espère que vous saurez vous montrer patient. Après tout, c'est ce qui permet de rendre les choses plus... palpitantes.

Sur ces mots, je prenais le chemin du retour en pensant dores et déjà à notre prochaine rencontre, car oui, il y en aurait une. Je n'aime pas perdre aux jeux et je n'étais pas prête à abandonner un défi aussitôt lancé.

 
code by Silver Lungs


HRP:
 

_________________
Les destins nous conduisent ; le rôle de chacun est fixé dès la première heure de sa naissance.© By Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
“Le chaos n'est qu'un principe méconnu de l'ordre.”
Messages : 1620
Membre du mois : 91
Date d'inscription : 05/11/2016
Age : 34
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Tag
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel

“Le chaos n'est qu'un principe méconnu de l'ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Le vent de prospérité change bien souvent de côté    Mer 4 Oct - 13:30

Le 20 janvier 2018





Cette rencontre me paraissait être une parenthèse… Elle avait été le fruit du hasard mais je ne m’en plaignais pas ! Je préférais être là à admirer la vue en charmante compagnie plutôt que de continuer à courir à travers les bois même si cela était un bon moyen de me défouler. J’observais la jeune femme dont je ne connaissais que le prénom qui était d’ailleurs sûrement un surnom mais je m’en fichais. Pour sa part, elle connaissait mon identité mais cela ne voulait pas dire qu’elle savait qui j’étais ! Dans un tel cas, elle serait déjà loin. Je souris à cette pensée tandis que ma main jouait avec le briquet qui se trouvait dans ma poche.
Après quelques minutes je complimentais ces trésors anciens que des hommes disparus depuis longtemps avaient su construire. Malheureusement, de nos jours ce n’étaient plus vraiment le cas ! Je jetais un léger coup d’œil à la jeune femme lorsqu’elle dit quelque chose de tout à fait vrai.


- En réalité les hommes ne savent pas voir ce que sont les vrais trésors qui les entourent… Ce qui est encore plus triste ; voir pathétique ! annonçais-je en regardant au loin.


A vrai dire, j’avais beau avoir les mêmes faiblesses que le genre humain ce n’était pas pour autant que je les comprenais. Ils restaient, à mes yeux, faibles, pathétiques et dénués d’un raisonnement logique.
Pourtant, malgré ce jugement, je me devais de les fréquenter ! Cela me réservait parfois d’agréable surprise comme ce soir et après lui avoir parlé de mes impressions quant à cet endroit je ne me gênais pas pour lancer un défi à Léo.
Avec un sourire, je la regardais réduire la distance entre nous. Je baissais le regard tandis qu’elle levait le sien vers moi. Mon sourire s’agrandit lorsque la jolie blonde accepta mon défi… à ses conditions. Peu m’importait ce détail. J’étais un joueur !


- Avec plaisir, déclarais-je juste avant qu’elle ne dépose en baiser furtif sur ma joue et ne se recule à nouveau.


J’eus un léger et bref rire à sa question mais ne répondis pas. Je n’en aurais pas eu le temps si je l’avais voulu ! Je me contentais donc de l’écouter avant de répondre.


- Il a toujours été difficile de me surprendre, déclarais-je alors que Leo se dirigeait vers les escaliers.


En réponse à ses remerciements je me contentais d’un sourire et d’un hochement de tête en guise d’accord puis je la regardais disparaître. Une fois seul, je m’accoudais pour admirer la vue et me fumer une cigarette non sans me demander comment cette jeune femme allait faire pour relever le défi.
Puis je me décidais à rentrer chez moi après m’être arrêté chez mon traiteur préféré.



..

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Livre I] Le vent de prospérité change bien souvent de côté
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obligation d'accepter la CB : la vérité change selon les AGA
» - livre - la mémoire des paras à DIEN BIEN PHU
» ON NE CHANGE PAS L'HISTOIRE CAR LA VERITE EST TETUE
» michel georget: vaccins, les vérités indésirables
» Formations universitaires aux Métiers du livre par diplôme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ragnarök :: 
Valhöll
 :: 
Le vieux Valhöll
 :: 
Le Lakestorm
-
Sauter vers: