AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
The timing's never right - Avec Ezeÿel Sköell

avatar
Moon
Messages : 132
Membre du mois : 14
Date d'inscription : 07/05/2017
Célébrité : Kaya Scodelario
Crédit : Ephémère
Caractère : Amicale » Anxieuse » Perspicace » Terre-à-terre » Serviable » Discrète » Naturelle
Affinités :


~
Liens:
 


Moon
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: The timing's never right - Avec Ezeÿel Sköell   Lun 15 Mai - 11:35




« The timing's never right »


Avec Ezeÿel Sköell, 27 Janvier 2018.





J’ai développé, avec le temps, une habitude qui tient plus de la pathologie qu’autre chose. Une fois rentrée de mon travail, j’ai besoin d’éliminer les odeurs du dehors, de ne sentir que « la maison ». Impossible de me détendre ou de faire autre chose tant que cette étape n’est pas réglée. J’imagine que ça à avoir avec les odeurs de nourritures de la cuisine et de la foule… Je n’ai jamais autant côtoyé l’extérieur, depuis ma transformation – enfin, jusqu’à mon arrivée ici. C’est sans doute une autre piste. Sous le jet d’eau chaude – ayant réussi à m’endormir la veille encore habillée, à peine rentrée d’un service plus tardif, je veille à me défaire des effluves de la rue, de la friture et de la sueur – la cuisine se transforme en fournaise, aux heures de pointe, si bien que j’évite d’y rester trop longtemps, les odeurs environnantes semblant s’incruster à mes vêtements comme à mes cheveux sans vraiment me ménager. Puis j’enfile un t-shirt gris et un jean délavé. Ils ne sont ni parfaitement propres ni trop portés, si bien que l’odeur qui en ressort m’est agréable, comme un cocon olfactif. Je ne suis pas censée travailler avant ce soir, et j’ai ainsi une bonne partie de la journée devant moi.
Je laisse mes cheveux humides pendre dans mon dos et, un livre abîmé à la main, me dirige vers la cuisine, à la recherche d’un en-cas, sucré, de préférence. Dénichant une barre de céréales quelconque, je rencontre un des loups de la meute. Qui me fourre dans les mains un dossier, avec un sourire qui se veut contrit – même si c’est loin d’être le cas, il y met un minimum de forme, voilà tout.
Et je me retrouve à remonter me changer en maugréant contre les deux frères. A moi le détour par l’université pour sortir de la panade Ezeÿel. Comme s’il ne pouvait pas faire attention, ou au moins assumer ! Ma mauvaise humeur est certainement exagérée, oui, mais je n’y peux rien. Je n’ai pas remis les pieds sur un campus depuis très, très longtemps. Et ce n’est pas faute de ne pas le vouloir. Je soupire, me perds un instant dans mes souvenirs et abandonne mon planning détente pour les transports en commun. Je prends quand même mon livre, dans l’espoir de pouvoir avancer dans les transports, tout de même contrariée. Je ne suis habituellement pas aussi revêche, mais il s’agit d’Ezeÿel, et son frère – ce fourbe – ne m’a comme qui dirait pas demandé si j’étais d’accord. Il m’a refilé le bébé avant de fuir !
Je me retrouve perdue dans un campus inconnu tout simplement bourré d’inconnus. Bon.. M’armant de courage et de mon téléphone, j’essaie d’appeler le malotru tête-en-l’air.

- J’ai ton dossier, je suis devant le campus, où-es-tu ?

Je ne cache pas spécialement ma lassitude, après tout, c'est ma journée de repos qu'on vient de me bousiller.


_________________
 



« The house was awake
With shadows and monsters »


« I'm meaner than my demons
I'm bigger than these bones »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
DC ADMIN ♦ Certain(e)s mettent les dents
Messages : 155
Membre du mois : 33
Date d'inscription : 31/01/2017
Célébrité : Alex Pettyfer
Crédit : Avatar (c) Faith
Caractère : Protecteur - Insouciant - Rigolo - Dragueur - Tête brûlée - Ne pense jamais aux conséquences de ses actes - Vantard - Sociable - Volontaire

DC ADMIN ♦ Certain(e)s mettent les dents
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: The timing's never right - Avec Ezeÿel Sköell   Dim 21 Mai - 18:26

Le 27 janvier 2018


Crédit tumblr



Mon clavier de téléphone me démangeait. J’avais bien envie de répondre « dans ton cul » à la louve, mais j’pouvais pas. Ca faisait trois fois que j’l’écrivais et trois fois que j’l’effaçais. Elle avait mon dossier, c’lui que Jay devait me rapporter. C’était qu’une peste, une emmerdeuse de première. Si j’lui répondais c’que j’voulais elle allais, j’sais pas, jeter mon dossier, le brûler, le faire disparaître. Et bordel, j’pouvais pas le permettre. J’avais passé trop de temps dessus. J’avais bossé comme un fou sur les planches à dessins contenus dans la pochette. C’était mon domaine de prédilection de dessiner un tableau qui en cachait un autre différent si on regardait au-delà de la première impression. J’avais soigné à mort mon taf, et j’étais certain d’ailleurs qu’en les montrant à Saara, elle me ferait les réaliser en grand, les passer en couleurs pour pouvoir les vendre. Elle avait un goût certaine pour ma peinture et j’l’avoue, j’en étais pas peu fier. La réputation de l’humaine était grande dans le milieu et n’était plus à faire. Et j’pensais de plus en plus à lui demander de devenir mon manager exclusif à la fin de mes études. J’travaillais avec plusieurs directeurs de galerie, mais c’était celle qui, j’sais pas comment le dire, qui arrivait vraiment à comprendre l’âme de mes toiles. Elle me demandait pas d’ajouter de la couleur sur un portrait noir et blanc. Elle me demandait pas d’être plus soft quand je dessinais des scènes érotiques ou sanglantes. Non. Elle passait plusieurs minutes à leur regarder, à noter chaque détail. Et si elle avait des choses à me faire modifier, c’était réellement des axes d’amélioration. Ouais, elle avait l’œil et un talent certain.

Je poussais un soupir et demandais à Karl de garder mes affaires avant de me lever. On était en plein cours de dessin mais j’m’en foutais. Le professeur ne me dirait rien. J’étais en avance sur pas mal de monde dans notre classe et il savait que j’rattraperais mon retard. J’avais rien rendu à la bourre et mes travaux étaient de qualité. Et puis, dessiner une femme nue qui posait c’était pas comme si je savais pas faire.  Je sortais de la salle et, les mains dans les poches, maugréant contre mon frangin je pris la direction de l’entrée de la faculté. Je me déridais même pas en voyant les jumelles me lancer un regard coquin. Ce soir. J’me les faisais ce soir avec leur aînée qui avait fini par venir me voir n’en pouvant plus que je souffle le chaud et le froid. Elle avait collé son magnifique corps contre le mien, pour venir m’embrasser à pleine bouffe dans le hall, devant tout le monde ya deux jours. Elle m’avait donné rendez-vous le soir même mais je m’étais pas pointé. Ni même hier. Faut se faire désirer après tout. Mais ce soir, je comptais bien me rendre chez elles et profiter de leur trois corps et m’en délecter… Mais en attendant je devais m’occuper de l’autre conne de louve. Putain que je pouvais la blairer celle là. Et dire que Maëve était amie avec elle. J’la comprenais pas. Et si jusque là j’m’étais jamais mêlé de ces fréquentations, j’allais finir par lui en toucher deux mots. J’pouvais pas accepter qu’elle soit pote avec une  louve qui passait son temps à m’en foutre plein la tronche. J’étais sympas, mais fallait pas pousser non plus. En attendant j’men glissais sous le vent et dans le dos de la louve qui avait l’air aussi contente d’être là que moi d’la voir. La neige qui était tombée étouffait complètement le bruit de mes pas. Arrivé dans son dos,  je soufflais dans le cou et lui dis dans un murmure Bouh. T’es morte. Haha j’avais kiffer sa réaction de peur. Ya pas de petite victoire pas vrai ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Moon
Messages : 132
Membre du mois : 14
Date d'inscription : 07/05/2017
Célébrité : Kaya Scodelario
Crédit : Ephémère
Caractère : Amicale » Anxieuse » Perspicace » Terre-à-terre » Serviable » Discrète » Naturelle
Affinités :


~
Liens:
 


Moon
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: The timing's never right - Avec Ezeÿel Sköell   Lun 22 Mai - 18:45




« The timing's never right »


Avec Ezeÿel Sköell, 27 Janvier 2018.





Puis il ne me reste qu'à attendre que ce dernier écoute sa boîte vocale et daigne me répondre. Je trépigne, mal à l'aise. La tentation de reprendre ma lecture est grande - après tout, je ne sais pas s'il est en mesure de me répondre, actuellement. Et j'essaie vraiment de l'imaginer studieux, ou, au moins, véritablement en cours. Je ne doute pas de ses capacités, non, juste de sa motivation, parfois.  Et pas besoin d’être un géni pour comprendre où il trouve la plupart de ses amies. Pas que je tienne à en savoir plus sur ces loisirs intra et extrascolaire, oh non, je me sens déjà bien trop au courant.
Je n’ai en général pas de problèmes avec les autres, d’autant plus quand il s’agit des membres de ma meute, avec qui j’essaie de maintenir des liens amicaux. Impossible de m’en tenir à mes bonnes résolutions le concernant. Je sais que ce n’est pas volontaire, et que mon aversion a certainement été inconsciente de prime abord, mais j’ai eu, depuis, le temps d’étudier la chose. Ce dernier ne me supportant pas non plus – à cause de ma froideur et de mon antipathie de plus en plus croissante, peut-être ? Ou bien avons-nous les mêmes critères, finalement, et nos trop grandes différences de point de vue l’ont emportées sur le reste. Enfin me voilà sur son campus, un dossier lui appartenant. Ma curiosité l’aurait peut-être emporté sur le reste s’il n’avait pas s’agit d’Ezeÿel. Je n’ai pas à fouiller ses affaires, comme je le veux en dehors des miennes. Oui, c’était peut-être frustrant, comme décision, mais voilà, j’essaie de conserver certains de mes principes, qu’importe la personne en face.
Je maugréais contre son manque de réponse, sa lenteur ou que sais-je en consultant une énième fois l’heure. Toujours pas de réponse, au passage. Le malotru des malotrus, disais-je. Les bras croisés, je tâchais sans y parvenir à m’habituer au bruit et aux passages, mais mes sens n’étaient vraiment pas au mieux, là. Et j’aurais dû m’y attendre, évidemment. Bien sûr qu’il lancerait les hostilités, pour s’amuser, comme ça. Sans penser que je pourrais, étonnement, mal prendre certaines choses. A moins que ce ne soit le but, d’ailleurs. Souffle dans ma nuque, mesquin comme toujours.

- Bouh. T’es morte.

Je sursautais et m’écartais, passablement énervée, sinon hors de moi. Ce qui n’était qu’un signe d’impatience vint se poser en barrière de protection. Trop proche et non désiré.

- Nous ne sommes pas proches, gardes tes distances, merci. J’ai ton dossier, mais fais plus attention, quelqu’un ne pourra pas toujours se libérer pour t’apporter tes affaires..

J’espérais être somme toute neutre – et insister sur mon exaspération par rapport à la seconde partie. Vieux réflexe : diminuer l’importance de ce qui me dérangeait vraiment. J’ouvrais mon sac en bandoulière et lui tendais le tout, dont j’avais malgré tout pris soin – pas excessivement, non, mais impossible de rendre quelque chose en mauvais état. Ce dossier, quel qu'il soit, ne m'avait rien fait, après tout.


_________________
 



« The house was awake
With shadows and monsters »


« I'm meaner than my demons
I'm bigger than these bones »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
DC ADMIN ♦ Certain(e)s mettent les dents
Messages : 155
Membre du mois : 33
Date d'inscription : 31/01/2017
Célébrité : Alex Pettyfer
Crédit : Avatar (c) Faith
Caractère : Protecteur - Insouciant - Rigolo - Dragueur - Tête brûlée - Ne pense jamais aux conséquences de ses actes - Vantard - Sociable - Volontaire

DC ADMIN ♦ Certain(e)s mettent les dents
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: The timing's never right - Avec Ezeÿel Sköell   Mer 12 Juil - 13:48

Le 27 janvier 2018


Crédit tumblr



la louve sursaute et je lâche un grand éclat de rire. Elle si fière, si sûre d’elle. Je venais de la surprendre comme un jeune louveteau. C’était tordant ouais, très tordant. Ok elle était venue me déposer un dossier dont j’avais besoin mais franchement j’vois pas pourquoi je devrais être sympa pour autant avec une garce pareille. Cette nénette, elle se la joue trop. Elle me prend de haut et pense tout savoir sur moi et sur la vie. Elle se fourre le doigt dans l’œil mais jusqu’au coude. Ce n’est qu’une imbécile pourrie gâtée qui se surestime. Voilà ce qu’elle est.

Je lâche un nouveau rire à ses propres. Garder mes distance vraiment ? Et si j’avais pas envie ? Pour preuve je me rapprochais d’elle de nouveau, en envahissant son espace personnel. Je la regardais, la mettant au défi de faire quelque chose. Parce que c’était bien le début d’une menace qu’elle m’avait dit, même si son ton était resté neutre. Je lui récupère des mains mes affaires. Quelle idée Jay’ avait eu de lui filer pour qu’elle me l’emmène. Sans doute a t il oublié ce qu’elle représentait à mes yeux et la manière dont elle se comporte avec moi. Peut-être même l’ignore-t-il d’ailleurs ? J’ai toujours réglé mes histoires seul. Enfin sauf celle qui concerne les humains. Ca c’est mon frangin qui s’en occupe pas moi. J’en ai rien à foutre des lois de cette espèce. Je n’obéis qu’à moi-même et mon ulfric. Les autres, ils peuvent aller au diable. Et la louve en face de moi la première. Sinon tu vas faire quoi cocotte ? lui souffle avant de rire de nouveau et de reculer de deux pas. Sans attendre sa réponse, j’ouvre mon porte document et vérifie qu’elle n’a rien abimé. J’ai passé toute la nuit à finir ces dessins. J’ai dû dormir quoi ? Deux heures, trois à tout casser ? Mais ça en valait la peine. J’avais changé de mon habituel noir et blanc et opter pour un bicolore rouge et bleu. C’était surprenant, inattendue, mais harmonieux. J’avais esquissé les contours de la ville sous une aurore boréale fictive, quelques animaux et plantes se trouvant dans la forêt… Et bien évidement des corps, nus pour la plupart ; de dos pour ceux que j’avais dessiné intégralement ; du bas du visage au pied pour ceux que j’avais croqué de face ou de profil. Il n’était pas question qu’on puisse les reconnaitre après tout.  Je réorganise vite fait les dessins, sans me préoccuper de la louve, avant de les ranger de nouveau et le poser dans mon sac avec le reste de mes affaires. T’es encore là ? Qu’est-ce que tu veux encore ? Un petit tour sur mon manège histoire de te décoincer peut-être ? dis-je à la louve en arquant un sourcil. Ouais qu’est-ce qu’elle faisait encore là ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
The timing's never right - Avec Ezeÿel Sköell
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des photos prises dans le bon timing
» nacelle MATRIX PRO de JANE compatible avec chassi LOOLA ?
» Poussette avec landau pour campagne
» accrocher des sacs sur une poussette avec guidon
» coque avec base ceinture juste a cliper???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ragnarök :: 
Valhöll
 :: 
Le Valtechnologie
 :: 
L'université
-
Sauter vers: