AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
The timing's never right - Avec Ezeÿel Sköell

avatar
Moon
Messages : 150
Membre du mois : 0
Date d'inscription : 07/05/2017
Célébrité : Kaya Scodelario
Crédit : Ephémère
Caractère : Amicale » Anxieuse » Perspicace » Terre-à-terre » Serviable » Discrète » Naturelle
Affinités :


~
Liens:
 


Moon
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: The timing's never right - Avec Ezeÿel Sköell   Lun 15 Mai - 11:35




« The timing's never right »


Avec Ezeÿel Sköell, 27 Janvier 2018.





J’ai développé, avec le temps, une habitude qui tient plus de la pathologie qu’autre chose. Une fois rentrée de mon travail, j’ai besoin d’éliminer les odeurs du dehors, de ne sentir que « la maison ». Impossible de me détendre ou de faire autre chose tant que cette étape n’est pas réglée. J’imagine que ça à avoir avec les odeurs de nourritures de la cuisine et de la foule… Je n’ai jamais autant côtoyé l’extérieur, depuis ma transformation – enfin, jusqu’à mon arrivée ici. C’est sans doute une autre piste. Sous le jet d’eau chaude – ayant réussi à m’endormir la veille encore habillée, à peine rentrée d’un service plus tardif, je veille à me défaire des effluves de la rue, de la friture et de la sueur – la cuisine se transforme en fournaise, aux heures de pointe, si bien que j’évite d’y rester trop longtemps, les odeurs environnantes semblant s’incruster à mes vêtements comme à mes cheveux sans vraiment me ménager. Puis j’enfile un t-shirt gris et un jean délavé. Ils ne sont ni parfaitement propres ni trop portés, si bien que l’odeur qui en ressort m’est agréable, comme un cocon olfactif. Je ne suis pas censée travailler avant ce soir, et j’ai ainsi une bonne partie de la journée devant moi.
Je laisse mes cheveux humides pendre dans mon dos et, un livre abîmé à la main, me dirige vers la cuisine, à la recherche d’un en-cas, sucré, de préférence. Dénichant une barre de céréales quelconque, je rencontre un des loups de la meute. Qui me fourre dans les mains un dossier, avec un sourire qui se veut contrit – même si c’est loin d’être le cas, il y met un minimum de forme, voilà tout.
Et je me retrouve à remonter me changer en maugréant contre les deux frères. A moi le détour par l’université pour sortir de la panade Ezeÿel. Comme s’il ne pouvait pas faire attention, ou au moins assumer ! Ma mauvaise humeur est certainement exagérée, oui, mais je n’y peux rien. Je n’ai pas remis les pieds sur un campus depuis très, très longtemps. Et ce n’est pas faute de ne pas le vouloir. Je soupire, me perds un instant dans mes souvenirs et abandonne mon planning détente pour les transports en commun. Je prends quand même mon livre, dans l’espoir de pouvoir avancer dans les transports, tout de même contrariée. Je ne suis habituellement pas aussi revêche, mais il s’agit d’Ezeÿel, et son frère – ce fourbe – ne m’a comme qui dirait pas demandé si j’étais d’accord. Il m’a refilé le bébé avant de fuir !
Je me retrouve perdue dans un campus inconnu tout simplement bourré d’inconnus. Bon.. M’armant de courage et de mon téléphone, j’essaie d’appeler le malotru tête-en-l’air.

- J’ai ton dossier, je suis devant le campus, où-es-tu ?

Je ne cache pas spécialement ma lassitude, après tout, c'est ma journée de repos qu'on vient de me bousiller.


_________________
 



« The house was awake
With shadows and monsters »


« I'm meaner than my demons
I'm bigger than these bones »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
DC ADMIN ♦ Certain(e)s mettent les dents
Messages : 266
Membre du mois : 38
Date d'inscription : 31/01/2017
Célébrité : Alex Pettyfer
Crédit : Avatar (c) Dreamy
Caractère : Protecteur - Insouciant - Rigolo - Dragueur - Tête brûlée - Ne pense jamais aux conséquences de ses actes - Vantard - Sociable - Volontaire - Terrifiant - Sans compromis
Métier : Etudiant en troisième année d'art & Artiste connu sous le pseudonyme de Zeÿ, vendant ses toiles et peintures
Affinités :

DC ADMIN ♦ Certain(e)s mettent les dents
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: The timing's never right - Avec Ezeÿel Sköell   Dim 21 Mai - 18:26

Le 27 janvier 2018


Crédit tumblr



Mon clavier de téléphone me démangeait. J’avais bien envie de répondre « dans ton cul » à la louve, mais j’pouvais pas. Ca faisait trois fois que j’l’écrivais et trois fois que j’l’effaçais. Elle avait mon dossier, c’lui que Jay devait me rapporter. C’était qu’une peste, une emmerdeuse de première. Si j’lui répondais c’que j’voulais elle allais, j’sais pas, jeter mon dossier, le brûler, le faire disparaître. Et bordel, j’pouvais pas le permettre. J’avais passé trop de temps dessus. J’avais bossé comme un fou sur les planches à dessins contenus dans la pochette. C’était mon domaine de prédilection de dessiner un tableau qui en cachait un autre différent si on regardait au-delà de la première impression. J’avais soigné à mort mon taf, et j’étais certain d’ailleurs qu’en les montrant à Saara, elle me ferait les réaliser en grand, les passer en couleurs pour pouvoir les vendre. Elle avait un goût certaine pour ma peinture et j’l’avoue, j’en étais pas peu fier. La réputation de l’humaine était grande dans le milieu et n’était plus à faire. Et j’pensais de plus en plus à lui demander de devenir mon manager exclusif à la fin de mes études. J’travaillais avec plusieurs directeurs de galerie, mais c’était celle qui, j’sais pas comment le dire, qui arrivait vraiment à comprendre l’âme de mes toiles. Elle me demandait pas d’ajouter de la couleur sur un portrait noir et blanc. Elle me demandait pas d’être plus soft quand je dessinais des scènes érotiques ou sanglantes. Non. Elle passait plusieurs minutes à leur regarder, à noter chaque détail. Et si elle avait des choses à me faire modifier, c’était réellement des axes d’amélioration. Ouais, elle avait l’œil et un talent certain.

Je poussais un soupir et demandais à Karl de garder mes affaires avant de me lever. On était en plein cours de dessin mais j’m’en foutais. Le professeur ne me dirait rien. J’étais en avance sur pas mal de monde dans notre classe et il savait que j’rattraperais mon retard. J’avais rien rendu à la bourre et mes travaux étaient de qualité. Et puis, dessiner une femme nue qui posait c’était pas comme si je savais pas faire.  Je sortais de la salle et, les mains dans les poches, maugréant contre mon frangin je pris la direction de l’entrée de la faculté. Je me déridais même pas en voyant les jumelles me lancer un regard coquin. Ce soir. J’me les faisais ce soir avec leur aînée qui avait fini par venir me voir n’en pouvant plus que je souffle le chaud et le froid. Elle avait collé son magnifique corps contre le mien, pour venir m’embrasser à pleine bouffe dans le hall, devant tout le monde ya deux jours. Elle m’avait donné rendez-vous le soir même mais je m’étais pas pointé. Ni même hier. Faut se faire désirer après tout. Mais ce soir, je comptais bien me rendre chez elles et profiter de leur trois corps et m’en délecter… Mais en attendant je devais m’occuper de l’autre conne de louve. Putain que je pouvais la blairer celle là. Et dire que Maëve était amie avec elle. J’la comprenais pas. Et si jusque là j’m’étais jamais mêlé de ces fréquentations, j’allais finir par lui en toucher deux mots. J’pouvais pas accepter qu’elle soit pote avec une  louve qui passait son temps à m’en foutre plein la tronche. J’étais sympas, mais fallait pas pousser non plus. En attendant j’men glissais sous le vent et dans le dos de la louve qui avait l’air aussi contente d’être là que moi d’la voir. La neige qui était tombée étouffait complètement le bruit de mes pas. Arrivé dans son dos,  je soufflais dans le cou et lui dis dans un murmure Bouh. T’es morte. Haha j’avais kiffer sa réaction de peur. Ya pas de petite victoire pas vrai ?


_________________
« Just because I don't care doesn't mean I don't feel. Just because I don't believe doesn't mean I don't understand. We are one in the unified field  »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Moon
Messages : 150
Membre du mois : 0
Date d'inscription : 07/05/2017
Célébrité : Kaya Scodelario
Crédit : Ephémère
Caractère : Amicale » Anxieuse » Perspicace » Terre-à-terre » Serviable » Discrète » Naturelle
Affinités :


~
Liens:
 


Moon
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: The timing's never right - Avec Ezeÿel Sköell   Lun 22 Mai - 18:45




« The timing's never right »


Avec Ezeÿel Sköell, 27 Janvier 2018.





Puis il ne me reste qu'à attendre que ce dernier écoute sa boîte vocale et daigne me répondre. Je trépigne, mal à l'aise. La tentation de reprendre ma lecture est grande - après tout, je ne sais pas s'il est en mesure de me répondre, actuellement. Et j'essaie vraiment de l'imaginer studieux, ou, au moins, véritablement en cours. Je ne doute pas de ses capacités, non, juste de sa motivation, parfois.  Et pas besoin d’être un géni pour comprendre où il trouve la plupart de ses amies. Pas que je tienne à en savoir plus sur ces loisirs intra et extrascolaire, oh non, je me sens déjà bien trop au courant.
Je n’ai en général pas de problèmes avec les autres, d’autant plus quand il s’agit des membres de ma meute, avec qui j’essaie de maintenir des liens amicaux. Impossible de m’en tenir à mes bonnes résolutions le concernant. Je sais que ce n’est pas volontaire, et que mon aversion a certainement été inconsciente de prime abord, mais j’ai eu, depuis, le temps d’étudier la chose. Ce dernier ne me supportant pas non plus – à cause de ma froideur et de mon antipathie de plus en plus croissante, peut-être ? Ou bien avons-nous les mêmes critères, finalement, et nos trop grandes différences de point de vue l’ont emportées sur le reste. Enfin me voilà sur son campus, un dossier lui appartenant. Ma curiosité l’aurait peut-être emporté sur le reste s’il n’avait pas s’agit d’Ezeÿel. Je n’ai pas à fouiller ses affaires, comme je le veux en dehors des miennes. Oui, c’était peut-être frustrant, comme décision, mais voilà, j’essaie de conserver certains de mes principes, qu’importe la personne en face.
Je maugréais contre son manque de réponse, sa lenteur ou que sais-je en consultant une énième fois l’heure. Toujours pas de réponse, au passage. Le malotru des malotrus, disais-je. Les bras croisés, je tâchais sans y parvenir à m’habituer au bruit et aux passages, mais mes sens n’étaient vraiment pas au mieux, là. Et j’aurais dû m’y attendre, évidemment. Bien sûr qu’il lancerait les hostilités, pour s’amuser, comme ça. Sans penser que je pourrais, étonnement, mal prendre certaines choses. A moins que ce ne soit le but, d’ailleurs. Souffle dans ma nuque, mesquin comme toujours.

- Bouh. T’es morte.

Je sursautais et m’écartais, passablement énervée, sinon hors de moi. Ce qui n’était qu’un signe d’impatience vint se poser en barrière de protection. Trop proche et non désiré.

- Nous ne sommes pas proches, gardes tes distances, merci. J’ai ton dossier, mais fais plus attention, quelqu’un ne pourra pas toujours se libérer pour t’apporter tes affaires..

J’espérais être somme toute neutre – et insister sur mon exaspération par rapport à la seconde partie. Vieux réflexe : diminuer l’importance de ce qui me dérangeait vraiment. J’ouvrais mon sac en bandoulière et lui tendais le tout, dont j’avais malgré tout pris soin – pas excessivement, non, mais impossible de rendre quelque chose en mauvais état. Ce dossier, quel qu'il soit, ne m'avait rien fait, après tout.


_________________
 



« The house was awake
With shadows and monsters »


« I'm meaner than my demons
I'm bigger than these bones »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
DC ADMIN ♦ Certain(e)s mettent les dents
Messages : 266
Membre du mois : 38
Date d'inscription : 31/01/2017
Célébrité : Alex Pettyfer
Crédit : Avatar (c) Dreamy
Caractère : Protecteur - Insouciant - Rigolo - Dragueur - Tête brûlée - Ne pense jamais aux conséquences de ses actes - Vantard - Sociable - Volontaire - Terrifiant - Sans compromis
Métier : Etudiant en troisième année d'art & Artiste connu sous le pseudonyme de Zeÿ, vendant ses toiles et peintures
Affinités :

DC ADMIN ♦ Certain(e)s mettent les dents
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: The timing's never right - Avec Ezeÿel Sköell   Mer 12 Juil - 13:48

Le 27 janvier 2018


Crédit tumblr



la louve sursaute et je lâche un grand éclat de rire. Elle si fière, si sûre d’elle. Je venais de la surprendre comme un jeune louveteau. C’était tordant ouais, très tordant. Ok elle était venue me déposer un dossier dont j’avais besoin mais franchement j’vois pas pourquoi je devrais être sympa pour autant avec une garce pareille. Cette nénette, elle se la joue trop. Elle me prend de haut et pense tout savoir sur moi et sur la vie. Elle se fourre le doigt dans l’œil mais jusqu’au coude. Ce n’est qu’une imbécile pourrie gâtée qui se surestime. Voilà ce qu’elle est.

Je lâche un nouveau rire à ses propres. Garder mes distance vraiment ? Et si j’avais pas envie ? Pour preuve je me rapprochais d’elle de nouveau, en envahissant son espace personnel. Je la regardais, la mettant au défi de faire quelque chose. Parce que c’était bien le début d’une menace qu’elle m’avait dit, même si son ton était resté neutre. Je lui récupère des mains mes affaires. Quelle idée Jay’ avait eu de lui filer pour qu’elle me l’emmène. Sans doute a t il oublié ce qu’elle représentait à mes yeux et la manière dont elle se comporte avec moi. Peut-être même l’ignore-t-il d’ailleurs ? J’ai toujours réglé mes histoires seul. Enfin sauf celle qui concerne les humains. Ca c’est mon frangin qui s’en occupe pas moi. J’en ai rien à foutre des lois de cette espèce. Je n’obéis qu’à moi-même et mon ulfric. Les autres, ils peuvent aller au diable. Et la louve en face de moi la première. Sinon tu vas faire quoi cocotte ? lui souffle avant de rire de nouveau et de reculer de deux pas. Sans attendre sa réponse, j’ouvre mon porte document et vérifie qu’elle n’a rien abimé. J’ai passé toute la nuit à finir ces dessins. J’ai dû dormir quoi ? Deux heures, trois à tout casser ? Mais ça en valait la peine. J’avais changé de mon habituel noir et blanc et opter pour un bicolore rouge et bleu. C’était surprenant, inattendue, mais harmonieux. J’avais esquissé les contours de la ville sous une aurore boréale fictive, quelques animaux et plantes se trouvant dans la forêt… Et bien évidement des corps, nus pour la plupart ; de dos pour ceux que j’avais dessiné intégralement ; du bas du visage au pied pour ceux que j’avais croqué de face ou de profil. Il n’était pas question qu’on puisse les reconnaitre après tout.  Je réorganise vite fait les dessins, sans me préoccuper de la louve, avant de les ranger de nouveau et le poser dans mon sac avec le reste de mes affaires. T’es encore là ? Qu’est-ce que tu veux encore ? Un petit tour sur mon manège histoire de te décoincer peut-être ? dis-je à la louve en arquant un sourcil. Ouais qu’est-ce qu’elle faisait encore là ?


_________________
« Just because I don't care doesn't mean I don't feel. Just because I don't believe doesn't mean I don't understand. We are one in the unified field  »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Moon
Messages : 150
Membre du mois : 0
Date d'inscription : 07/05/2017
Célébrité : Kaya Scodelario
Crédit : Ephémère
Caractère : Amicale » Anxieuse » Perspicace » Terre-à-terre » Serviable » Discrète » Naturelle
Affinités :


~
Liens:
 


Moon
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: The timing's never right - Avec Ezeÿel Sköell   Lun 24 Juil - 13:44




« The timing's never right »


Avec Ezeÿel Sköell, 27 Janvier 2018.





Il se rapproche encore et je tâche de rester de marbre - une grimace lui ferait bien trop plaisir. Je ne retiens cependant pas un regard noir tout en serrant les dents. Bien sûr qu'il s'en amuse. Mes sentiments pour lui sont plus que partagés et lui ne s'embarrasse pas de la cordialité minimale que j'essaie malgré tout de mettre en place. Il n'a de respect pour rien, se pense au dessus de tout. Je ne sais pas ce que je peux bien espérer, comme prise de conscience, mais il m désespère chaque fois plus - une bonne raison de l'éviter.

- Sinon tu vas faire quoi cocotte ?

Je n'ai jamais été douée pour les menaces, curieusement. A croire que ce n'est ps héréditaire. Je frémis mais me contient. Je ne vais évidemment pas lui sauter dessus, il aurait très certainement le dessus, il y a bien trop de monde, et je ne veux pas en faire mon genre.. J'ai eu assez de violence pour une vie. Pas besoin d'en venir aux mains. Pas avec lui, en tout cas. Il s'absorbe dans la contemplation du dossier qu'il m'a finalement arraché des mains, me donnant l'impression d'avoir sali son travail. Je croise les bras en ravalant un grognement - c'est un putain d'ingrat. Mais ce n'est pas nouveau, ça, non. Ma curiosité est passée, éclipsée par ma colère et je recule d'un pas, consultant mon téléphone en quête de l’heure – il ne devrait pas aller en cours, lui ?
Un nouveau message me tire un sourire – ma journée n’est peut être pas complètement foutue, après tout. J’envoie rapidement une réponse pendant que l’autre maniaque vérifie toujours si je ne me suis pas décidée à grignoter ses travaux – ou toute autre raison stupide évoquant ma personne et de la destruction de papier innocent. Je lève les yeux au ciel et cherche distraitement un itinéraire sur internet – l’antiquité qui me sert de téléphone hyperventile, à deux Mo de me faire un ulcère. L’information en poche, je lève les yeux et tombe sur un sourcil arqué.

- T’es encore là ? Qu’est-ce que tu veux encore ? Un petit tour sur mon manège histoire de te décoincer peut-être ?

Je réprime à grand peine un air dégoûté. Non mais vraiment ? A-t-il seulement quelque chose d’autre en tête ? Je vais finir par croire que la proposition tient vraiment, à force de l’entendre. Je pense néanmoins qu’il s’agit d’une attaque visant à me faire dégager. Incroyable. Il ne parvient même pas à imaginer que je pourrais attendre quelqu’un, par exemple. J’arque à mon tour un sourcil, lassée.

- Tourner en rond ? Très peu pour moi - et je les préfère plus mature.

Ce n'est pas parce que ma vie sexuelle est discrète qu'elle n'existe pas -
je ne le cris juste pas sur les toits, moi. Je ferme ma besace, me tourne en souriant à un nouveau message, avant d’ajouter après quelques pas, bien trop tentée :

- De rien, surtout.

J'essaie de me convaincre que s'il y a une prochaine fois, je ne lui ramènerais pas ses affaires, plus ou moins en vain. Pas sûr que j'accepte de laisser quelqu'un dans la merde. Même sil s'agit d'Ezeÿel...
Bon, plus qu’à trouver la rue en question sans me perdre en chemin, cette fois !


_________________
 



« The house was awake
With shadows and monsters »


« I'm meaner than my demons
I'm bigger than these bones »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
DC ADMIN ♦ Certain(e)s mettent les dents
Messages : 266
Membre du mois : 38
Date d'inscription : 31/01/2017
Célébrité : Alex Pettyfer
Crédit : Avatar (c) Dreamy
Caractère : Protecteur - Insouciant - Rigolo - Dragueur - Tête brûlée - Ne pense jamais aux conséquences de ses actes - Vantard - Sociable - Volontaire - Terrifiant - Sans compromis
Métier : Etudiant en troisième année d'art & Artiste connu sous le pseudonyme de Zeÿ, vendant ses toiles et peintures
Affinités :

DC ADMIN ♦ Certain(e)s mettent les dents
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: The timing's never right - Avec Ezeÿel Sköell   Lun 24 Juil - 18:20

Le 27 janvier 2018


Crédit tumblr




Théa ne me répondait pas. Le contraire aurait été étonnant. Elle était pas douée pour les menaces. Et elle était pas aussi forte que moi-même si elle l’aurait voulu. Les choses étaient ainsi même si ça lui déplaisait. Elle avait pas encore la trempe et le caractère des autres louves de la meute. Et j’pensais pas qu’un jour elle les aurait. C’était pas son genre, pas son style. Elle était faible en définitive et portait trop d’œillère pour avancer. C’était pas en la dorlotant comme l’Autre le faisait qu’elle changerait, qu’elle s’améliorerait et verrait au-delà du bout d’son nez. Elle avait beau me penser le pire connard du monde, moi au moins j’la poussais à s’améliorer et à s’tenir en éveil. La preuve encore ya que quelques minutes. Elle aurait pu être embarquée par un vamp’, ou par un humain avec une facilité déconcertante. J’comprennais pas l’qu’exécutrice la laisse sortir du domaine. Car c’était clair qu’elle était pas prête à affronter le monde extérieur. Pas seule en tout cas.

Et ça ça faisait chier bordel. Ca faisait chier parce qu’elle était ma responsabilité maintenant. Y’avais pas d’autres loups à qui j’pouvais la refourguer. J’allais devoir veiller sur elle jusqu’à c’qu’un autre loup prenne le relai. Bordel. J’allais louper mon cours de dessin. A moins qu’j’l’embarque avec moi. Ouais, ça pourrait marcher et si elle faisait pas d’connerie le prof serait ok. Dans son cours, on s’déplace comme on veut après tout. J’dirais que c’est mon modèle et basta.

La louve s’éloignait, mais j’la rattrapais en lui prenant l’bras, fermement mais sans lui faire d’mal. Dans l’genre lunatique… Ya une minute j’lui disais d’partir et maintenant et bien j’la retenais Pas si vite. Tu rentres pas toute seule. Pas avec les disparitions. Que tu sois contente ou pas t’es pas de taille à te défendre toute seule. J’t’ai surprise super facilement. Et si j’te laisse partir seule, ça va m’retomber dessus. Je regardais ma montre et ajoutais. J’ai un cours important dans moins d’cinq minutes et j’peux pas l’louper. Tu vas y aller avec moi. J’dirais au prof que tu poses pour moi aujourd’hui et il s’ra ok. Ah et t’as pas le choix tu t’en doutes. Tu me suis, de gré ou d’force j’rigole pas. J’préfère qu’tu m’détestes un peu plus – pour ce que cela va changer – et qu’tu rentres entière que tu t’fasses enlever. J’t’aime pas, mais t’es ma sœur d’meute. Et il n'y avait rien de plus important à mes yeux que la meute.



_________________
« Just because I don't care doesn't mean I don't feel. Just because I don't believe doesn't mean I don't understand. We are one in the unified field  »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Moon
Messages : 150
Membre du mois : 0
Date d'inscription : 07/05/2017
Célébrité : Kaya Scodelario
Crédit : Ephémère
Caractère : Amicale » Anxieuse » Perspicace » Terre-à-terre » Serviable » Discrète » Naturelle
Affinités :


~
Liens:
 


Moon
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: The timing's never right - Avec Ezeÿel Sköell   Lun 24 Juil - 19:48




« The timing's never right »


Avec Ezeÿel Sköell, 27 Janvier 2018.





Au final, l’entrevue n’avait pas été catastrophique. Vraiment, c’aurait pu être pire. Pas que j’appréhendais vraiment – j’étais bien trop prise dans mon livre pour ça, à vrai dire – mais je ne sais jamais jusqu’où ça va aller, avec lui. A croire que je suis la seule personne au monde qu’il ne peut pas blairer – pourquoi moi, hein ? – quoiqu’au final, je lui rends un peu de son hostilité.. Je me mords la lèvre, avant d’être brusquement coupée dans mon élan. Je me retourne, prête à demander des explications au loup – qu’est-ce qu’il a, cette fois ? – mais ce dernier me devance.

- Pas si vite. Tu rentres pas toute seule. Pas avec les disparitions. Que tu sois contente ou pas t’es pas de taille à te défendre toute seule. J’t’ai surprise super facilement. Et si j’te laisse partir seule, ça va m’retomber dessus.

J’haussais les sourcils, un peu perdue. C’était quoi ça ? Un nouveau caprice ? Avant que je n’aie véritablement le temps de lui dire deux mots, il poursuit.

- J’ai un cours important dans moins d’cinq minutes et j’peux pas l’louper. Tu vas y aller avec moi. J’dirais au prof que tu poses pour moi aujourd’hui et il s’ra ok. Ah et t’as pas le choix tu t’en doutes. Tu me suis, de gré ou d’force j’rigole pas. J’préfère qu’tu m’détestes un peu plus – pour ce que cela va changer – et qu’tu rentres entière que tu t’fasses enlever. J’t’aime pas, mais t’es ma sœur d’meute.

Une moue plus que contrariée m’échappe. D’un côté, ce qu’il se propose de faire est presque gentil - même si surtout chiant – et de l’autre, il me renvoi son antipathie à la gueule, comme ça. Je n’ai strictement rien demandé, et mon temps de repos s’en voit encore raccourci. Jayden risque d’en entendre parler, tiens. Ca devait être une petite course rapide, pas un retour à la fac ! Bon sang, je suis vexée, me sens un brin humiliée. Ses arguments se tiennent à peu près, oui, mais ce n’est pas comme si on allait me sauter dessus en plein jour, devant tout le monde ? Aïe, je crois qu’il a réveillé la parano en moi. Je l’imagine un instant me traîner – littéralement – jusqu’à la salle de cours, en grimaçant. Ne pas avoir les moyens de me payer des cours et être forcée de taper l’incruste parce qu’il la décidé passe mal. Mais je ne suis plus une enfant, pas vrai ? Je ronchonne pour la forme, envoyant un message d’annulation en même temps :

- Je fais l’aller-retour tous les jours pour le travail... Pas besoin d’aller jusque là, hein. Ton cours se termine à quelle heure ?

Je me dégage ensuite et croise les bras, ne sachant pas quoi en faire. Au final, que ce soit voulu ou non, Ezëyel a le don de foutre en l’air mes plannings. Je soupire, me souviens qu’il fait ça « pour mon bien » et tâche d’y mettre du mien.

- C’est un cours de dessin, j’imagine ?

Je ne sais pas si essayer de faire la conversation aidera en quoi que ce soit, mais si je dois rester avec lui jusqu’à notre retour au domaine, autant bien faire les choses… Non ?
Mon "frère", vraiment...


_________________
 



« The house was awake
With shadows and monsters »


« I'm meaner than my demons
I'm bigger than these bones »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
DC ADMIN ♦ Certain(e)s mettent les dents
Messages : 266
Membre du mois : 38
Date d'inscription : 31/01/2017
Célébrité : Alex Pettyfer
Crédit : Avatar (c) Dreamy
Caractère : Protecteur - Insouciant - Rigolo - Dragueur - Tête brûlée - Ne pense jamais aux conséquences de ses actes - Vantard - Sociable - Volontaire - Terrifiant - Sans compromis
Métier : Etudiant en troisième année d'art & Artiste connu sous le pseudonyme de Zeÿ, vendant ses toiles et peintures
Affinités :

DC ADMIN ♦ Certain(e)s mettent les dents
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: The timing's never right - Avec Ezeÿel Sköell   Lun 24 Juil - 21:26

Le 27 janvier 2018


Crédit tumblr




La louve est contrariée mais j’m’en tape. Tous comme son argument à deux balles. J’m’en tape parce qu’c’est pas mon problème. Là, elle est l’mien et donc les choses sont différentes. Elle s’dégage d’mon bras et j’la laisse faire. Mais j’bouge pas et j’lui fais comprendre qu’j’suis super sérieux, qu’j’lâcherais pas l’affaire. il dure quatre heures. Mais j’peux partir au bout d’deux. j’finissais souvent avant… Mais j’restais toujours. C’prof était stimulant et puis ça m’permettait d’avancer sur mes expo pour Saara, tout en bénéficiant d’conseil d’un pro. Il était bizarre comme humain, mais il avait l’art dans l’peau et il savait d’quoi il parlait. C’était un artiste de renom, et j’avais eu d’la chance d’pouvoir suivre son cours. Les places étaient chers payés et c’était l’premier inscrit, l’premier servi. J’avais passé une nuit sur l’campus pour arriver au secrétariat dès son ouverture. J’perdrais pas ma place, ça c’est clair.

La jeune femme comprit qu’elle avait pas l’choix. J’lui fis un signe affirmatif d’la tête quand elle m’demanda si c’était un cours d’dessin. Pour être sure qu’elle m’suive, j’lui pris la main et l’entrainais dans la fac et ses multiples couloirs. On courait mais c’était une louve. Elle pouvait suivre la cadence. Et si c’était pas l’cas, d’l’exercice lui f’rait pas d’mal. On arrivait juste à temps avant d’qu’la porte r’ferme sur mon nez. Monsieur Sköell, c’était moins une. Et… le regard d’mon prof se posa sur Théa. Je regardais l’homme et lui dis sur un ton pas du tout essoufflé mais on ne peut plus respectueux. Je vous présente Théa. Elle sera mon modèle aujourd’hui.. Il la regarda de haut en bas avant de soupirer. Très bien elle peut se joindre à nous. Posera-t-elle nue ? un grand sourire naquit sur mon visage alors que je me tournais vers la jeune femme. Je laissais passer quelques secondes juste pour la faire angoisser avant d’répondre. Pas cette fois. Mon professeur hocha la tête silencieusement, avant de nous permettre d’entrer. J’indiquais un tabouret à Théa, avant de poser mon sac devant le chevalet en face et récupérer du matériel. Nous n’étions que cinq étudiants. L’un de mes camarades avait lui aussi ramené un modèle, nue comme au premier jour. Je ne la reluquais pas une seule fois. Dès que j’avais franchi le pas d’la porte, j’étais pu Zeÿ l’adorateur de femme, le loup, mais Zeÿ l’étudiant. Après une hésitation, j’optais pour du fusain. Ca faisait longtemps qu’j’en avais pas utilisé et fait un portrait unicolore mais ça m’f’rait pas d’mal de m’y remettre. Je revenais avec la boite dans les mains et la posais sur la table de travail. J’ôtais mon manteau, mon pull et mon tee-shirt. C’est salissant l’fusain, et j’portais du blanc. J’dénouais mes épaules, puis j’m’installais sur le tabouret.  Prend la pose qu’tu veux. Evites simplement d’trop bouger ok ? Tu peux parler si tu veux pour passer l’temps, mais bouge pas trop. dis-je à Théa, le plus sérieusement du monde, avant de commencer à esquisser les formes générales de son corps. J’étais dans mon élément, ici, dans cette salle de classe, en train de m’adonner à l’art. J’étais fait pour ça, ça faisait parti d’moi.


_________________
« Just because I don't care doesn't mean I don't feel. Just because I don't believe doesn't mean I don't understand. We are one in the unified field  »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Moon
Messages : 150
Membre du mois : 0
Date d'inscription : 07/05/2017
Célébrité : Kaya Scodelario
Crédit : Ephémère
Caractère : Amicale » Anxieuse » Perspicace » Terre-à-terre » Serviable » Discrète » Naturelle
Affinités :


~
Liens:
 


Moon
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: The timing's never right - Avec Ezeÿel Sköell   Mar 25 Juil - 0:35




« The timing's never right »


Avec Ezeÿel Sköell, 27 Janvier 2018.





Il profite de ma semi  capitulation pour exagérer la situation – je ne pense toujours pas me faire attaquer en cherchant à prendre le métro, enfin, disons que j’en suis sûre à 75% - puis il daigne répondre à ma question.
- Il dure quatre heures. Mais j’peux partir au bout d’deux.
J’ai comme qui dirait l’impression qu’il ne l’utilise pas souvent, son, disons, « droit de retrait ». C’est plus que ce que je m’imaginais « perdre » pour lui aujourd’hui mais je n’en montre rien. Après tout, c’est peut-être  - je dis bien peut-être – l’occasion d’amorcer l’enterrement de la hache de guerre ? Beaucoup de doute, oui. Mais j’apprécie le mal qu’il se donne plus ou moins. S’handicaper et s’obliger à me supporter pendant plusieurs heures d’affilé, ce n’est certainement pas un cadeau pour lui non plus. Malgré le fait qu’il ne me supporte peu, « ne m’aime pas » (fermez les guillemets), il a, quelque part, assez de principes ou d’honneur vis-à-vis de la meute pour cela. J’en suis assez étonnée au final. C’est bien la première fois qu’il réfléchi aux conséquences de ses actes en ma présence. Ma petite personne en serait toute honorée s’il ne s’évertuait pas tant – depuis mon arrivée – à me faire sortir de mes gonds. Signe de tête, c’était bien un cours de dessin. Je n’ai pas pu profiter à nouveau de ma liberté de mouvement que je me retrouve à nouveau entravée : il me prend par la main. J’ai la vague impression d’être un enfant passant la journée « au travail de papa ». Parce que s’inquiéter – plus ou moins directement – pour moi, me protéger – contre mon avis, ça commence à faire papa poule. Je réprime un haut-le-cœur en repensant à mon propre paternel et suivais sans difficultés la cadence imposée – je suis une louve, pas une grosse grenouille, merci !
La porte vers laquelle nous nous dirigeons amorce un mouvement de fermeture mais s’arrête sur nous. Un homme – le professeur, commente notre arrivée.

- Monsieur Sköell, c’était moins une. Et…
- Je vous présente Théa. Elle sera mon modèle aujourd’hui.


Je n’ai même pas le temps de me présenter en bonne et due forme, finalement choquée par plusieurs choses. Il sait faire des phrases correctes, et même respectueuses. M’enfin le tout est contrebalancé par le contraste entre nos deux situations. Du monsieur d’un côté et un « vulgaire » prénom de l’autre. Puis mon prénom de deux syllabes et moi-même passons sous le scanner rétinien de l’homme. Je ne bouge pas, ne montre pas combien ça peut être gênant – on regarde un modèle, en général, je dois m’y faire.

- Très bien elle peut se joindre à nous. Posera-t-elle nue ?

J’hausse un sourcil. Ca, par contre, on ne le dirait pas à un enfant accompagné par son père. J’ai la folle envie de me présenter comme sa petite sœur mais me retiens – il tient à ce cours, ça se voit vraiment, et je ne cherche pas à le mettre dans l’embarras. Quoique lui semble vouloir m’embarrasser, tiens. Il me regarde avec un grand sourire, faisant durer le suspense. Je n’ai jamais posé pour un homme, au final. Encore moins nue. Il y avait bien cette fille avec qui j’étais sortie, mais elle m’avait déjà vue dévêtue avant… Etre nue devant Ezëyel, c’est une autre paire de manches. A-t-il déjà oublié ? Il ne m’aime pas et je suis sa sœur. Dessine-t-on sa sœur nue ? Je me pose la question, sans trouver de réponse tranchée. Tout dépend du contexte, j’imagine..

- Pas cette fois.

Ah, « Monsieur » a tranché. J’imagine que ça doit être un habitué en la matière. Je ne parviens pas à me dire si ça colle avec la vision que j’ai de lui ou pas. Nous entrons et je m’installe plus ou moins, regardant distraitement autour de moi – et surveillant le loup du coin de l’œil. Il ne s’attarde peut-être pas sur le modèle nu de la salle, moi, je regarde – mon regard ne change pas tandis je passe d’un vase posé sur un tabouret à la femme en question, les deux ont leur beauté. Il se met à l’aise et je tâche d’en faire autant, bien que me sentir particulièrement exposée n’aide pas.

- Prend la pose qu’tu veux. Evites simplement d’trop bouger ok ? Tu peux parler si tu veux pour passer l’temps, mais bouge pas trop.

Rester immobile, je sais faire. J’essaie de me demander ce qui pourrait être intéressant, pour lui, mais, n’y connaissant pas grand-chose, je me décide à le fixer, dans une attitude que je veux ouverte – me croquer en train de tirer la gueule ne doit pas être agréable. Je le plaindrais presque. Lui qui d’habitude ne peut pas me voir en peinture  est aujourd’hui en train de me dessiner.  Je bannie mes tics nerveux de ce que j’imagine être le « cadre » : mes jambes se balancent, une de mes mains est occupée à faire tourner ma bague. Conservant au possible la même expression, je ne me prive pas de demander, curieuse :

- Tu dois rendre ta pochette quand ?

Avant de me dire que ce n’est peut-être pas la meilleure des questions, alors je poursuis :

- Qu’est-ce que tu préfères faire ?



_________________
 



« The house was awake
With shadows and monsters »


« I'm meaner than my demons
I'm bigger than these bones »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
DC ADMIN ♦ Certain(e)s mettent les dents
Messages : 266
Membre du mois : 38
Date d'inscription : 31/01/2017
Célébrité : Alex Pettyfer
Crédit : Avatar (c) Dreamy
Caractère : Protecteur - Insouciant - Rigolo - Dragueur - Tête brûlée - Ne pense jamais aux conséquences de ses actes - Vantard - Sociable - Volontaire - Terrifiant - Sans compromis
Métier : Etudiant en troisième année d'art & Artiste connu sous le pseudonyme de Zeÿ, vendant ses toiles et peintures
Affinités :

DC ADMIN ♦ Certain(e)s mettent les dents
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: The timing's never right - Avec Ezeÿel Sköell   Ven 28 Juil - 21:54

Le 27 janvier 2018


Crédit tumblr




J’demande pas à Théa de prendre une pause spécifique. Cela m’intéresse pas. J’préfère voir comment elle veut apparaitre et retranscrire ce que je verrais. J’ferais un portrait d’elle mais pas que ça. J’dessinerais aussi les émotions et l’attitude qu’elle montrera. C’est c’que nous apprends à faire ce professeur, à voir au-delà des apparences premières. Il m’avait beaucoup aidé pour apporter de la profondeur à mes toiles et mes peintures. Voir toujours plus loin, et faire tomber les masques c’était son crédo. C’était un prof très sévère mais juste qui nous poussait au-delà de c’qu’on pouvait faire. Ces devoirs étaient lourds d’ailleurs, mais ça m’dérageait pas au contraire. J’savais que, c’qui lui plairait, Saara adorerait et arriverait à les vendre une fois reproduit en plus grand… Ou laisser parfois en miniature. C’était un pro. Et j’comptais continuer à rester dans ses petits souliers.

J’esquisse les contours d’la jeune femme, tout en lui indiquant qu’elle pouvait parler si elle le voulait. Cela me demand’ra plus d’attention et d’concentration mais ça ira. Et puis si j’peux pas lui répondre tout d’suite c’est pas grave. J’note tout ce qu’elle fait mentalement pour l’retranscrire ensuite. J’vois bien qu’elle essaye d’être « parfaite » dans son attitude, et ça va m’donner à matière pour ajuster l’décor d’ma toile. Je passe autant de temps à la regarder qu’à dessiner. J’veux pas louper des infos qui pourraient être capitales. Lorsqu’elle m’interroge, j’réponds pas tout de suite, finissant d’étaler de l’ombre au niveau d’ses cheveux en frottant mon pouce sur le trait que j’viens de faire. Pendant le cours. Le prof l’a récupèrera quand il voudra la voir. Comme il pouvait très bien pas l’faire mais cela m’aurait étonné vu qu’il récupérais toujours ce qu’il me demandait d’préparer. C’que préfère faire ? C’est-à-dire ? ajoutais-je pour répondre à sa question. Je posais mon fusain pour venir jusqu’à elle. J’essuyais vide fait mes mains sur le tissu que j’avais accroché à la ceinture de mon jean puis mis ses cheveux sur son épaule droite. Soit moins raide. J’t’ai demandé de pas trop bouger, genre pas d’un coup à t’m’être à sauter ou ce genre de connerie. T’es pas obligé d’rester complètement immobile. Regarde-moi deux minutes dans les yeux s’il te plait. lui dis-je avant d’reprendre ma place, et d’commencer à faire ses yeux. Ou du moins ma version d’son regard et c’que j’y voyais en cet instant.


_________________
« Just because I don't care doesn't mean I don't feel. Just because I don't believe doesn't mean I don't understand. We are one in the unified field  »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
The timing's never right - Avec Ezeÿel Sköell
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des photos prises dans le bon timing
» Poussette avec landau pour campagne
» Que faire avec des coings ?
» Siège auto qui se fixe avec ceinture deux points ?
» Jojo petit bébé de 3 semaines avec une SPR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ragnarök :: 
Valhöll
 :: 
Le Valtechnologie
 :: 
L'université
-
Sauter vers: