AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
[Livre I - terminé] Save yourself.

Invité
Invité

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: [Livre I - terminé] Save yourself.   Mer 22 Mar - 15:48


Save yourself.
Gaïa & Brishen

______9 Janvier 2018.

La situation s’est encore aggravée ces derniers jours, nul doute que ça va continuer encore. Personne ne pourrait prédire la suite des évènements, entre le récent cambriolage du CNRB et les tensions en ville... Tout ça ne m’aide pas vraiment à me concentrer sur les études. Les profs ne font aucun cas des évènements récents et n’ont pas changé leur programme de devoirs et d’examens. C’est vrai que ce n’est pas le plus important, je pourrais rester auprès de la meute, au domaine, comme durant les quelques jours qui ont suivi la découverte des cadavres de loups. Cependant, toute cette tension va finir par me rendre fou si je ne sors pas un peu. Les cours ont été bénéfiques en ce point ; ils m’ont changé les idées. Un peu.

Mais au lieu de rentrer chez moi après, je décide d’aller à la bibliothèque de l’université. J’aurais bien moins de distractions pour bosser sur quelques cours qui m’ont déjà bien pris la tête ces derniers temps. Tout ce qui a rapport à l’économie se porte bien mieux en étant loin de moi. Pourtant, c’est un passage obligé pour la gestion écologique. Et j’aime vraiment, mais vraiment pas ça. Si ça n’était pas aussi indispensable, je ne ferais que le strict minimum pour ce cours. Je fais à peine plus que cela, mais ce n’est pas faute d’essayer. Les maths n’ont jamais été mon fort, et tout ce qui est administratif me monte à la tête en un rien de temps. Donc, pour travailler dans de bonnes conditions, et espérer une appréciation correcte sur le devoir de recherche que j’ai à rendre, la bibliothèque est le meilleur endroit où me poser.

En traversant le campus – ce qui ne prend pas si longtemps –, j’ai déjà l’impression qu’il fait nuit, alors qu’il n’est pas 16h. Heure à laquelle le soleil disparait officiellement, ayant fini sa journée hivernale. Le temps est épouvantable. Nuage, neige, et vent sont de la partie. Rien qui ne donne envie de traîner dehors. Alors la clope que je me grille avant d’entrer dans le bâtiment est très rapide. Dans la bibliothèque, des élèves sont répartis en plusieurs groupes, certains sont devant leurs ordinateurs portables ou utilisent ceux mis à disposition. Je pousse un bref soupir en passant une main dans mes cheveux, leur donnant un semblant de discipline. Je ne remarque pas tout de suite de tête connue, tout d’abord parce que je n’en cherche pas. Je navigue parmi les étagères pleines de livres jusqu’à la section qui m’intéresse. Quelques articles pourraient m’être utiles, et éventuellement un ou deux bouquins. Je pousse un nouveau soupir rien qu’en voyant les titres, mais bon. J’en prends déjà un, puis hésitant sur un deuxième, je laisse mon regard se balader. C’est alors que je vois une tignasse de cheveux pâles que je reconnaîtrais entre mille sans pour autant les avoir beaucoup côtoyés.

Je prends le second bouquin presque sans le regarder, et me dirige vers la table occupée par la jeune femme. Elle semble seule, et penchée sur quelques livres ou magazines. Je me rappelle que Gaïa poursuit un cursus d’art contemporain et de photo. Le département artistique de l’université n’est pas bien grand, surtout comparé aux sciences, alors tout le monde se connait plus ou moins. Même si j’ai arrêté il y a déjà un an, j’ai toujours quelques potes là-bas, avec qui je me retrouve parfois. Ez’ fait partie de mes connaissances ; de façon un peu forcée parfois, nous nous retrouvons dans le même groupe. L’art nous rapproche de toute façon, alors je ne sais pas si ça le dérange vraiment quand c’est dans ces circonstances. Toujours est-il que c’est grâce à lui que j’ai rencontré la petite Gaïa. Il tente de la mettre dans son lit (comme toutes les personnes de sexe féminin du campus).

« Hey  Gaïa, t’es toute seule ? » l’abordais-je avec un grand sourire. J’attends à peine sa réponse pour continuer, et tirer la chaise en face de la jeune femme. « J’peux m’asseoir ? Comme ça on sera seul à deux, il paraît que c’est plus marrant. » Je lui offre un petit clin d’œil, tout en déposant mes livres sur la table, mon sac par terre, et mes fesses sur la chaise. Dans cet ordre. « Ca fait un moment qu’on s’est pas croisés. » Au moins depuis le nouvel an. « Ça va ? Les études tout ça ? Zeÿ est toujours aussi lourd... ? » demandais-je finalement en me penchant un peu au-dessus de la table, jouant l'inquiétude, même si un léger sourire en coin me trahit. Tout ça, au fond, ça me fait rire. Ezeÿel est intenable, mais je le comprends aussi, Gaïa est très mignonne.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
DC Modo ♦️ "Ange terrestre soumis à la tentation..."
Messages : 1788
Membre du mois : 66
Date d'inscription : 08/12/2016
Célébrité : Kerti Pahk
Crédit : Kanala
Caractère : Patiente » Secrète » Enjouée » Manipulatrice » Sociable » Jalouse »
Métier : Etudiante en Master Photographie et Art Contemporain - Serveuse dans le salon de thé "La Table du Chapelier".
Affinités :

Spoiler:
 


DC Modo ♦️
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I - terminé] Save yourself.   Jeu 23 Mar - 23:50

Le 09 janvier 2018


Crédit tumblr




Les murmures incessants concernant les dernières actualités m’avaient agacé au plus haut point ! Nous étions en cours pour étudier et non pas pour refaire le monde ou critiquer le gouvernement en place. Attention… Cela ne voulait pas dire que les récents événements ne m’intéressaient pas. Au contraire ! Cependant, je savais quand en parler sans pour autant déranger… Et le cours de langue appliquée n’était pas fait pour ça. Voilà pourquoi je poussais un soupir de soulagement à la dernière minute de ce cours chaotique… En quatrième vitesse j’avais récupérer mes affaires en retrouvant déjà le sourire ! J’allais me rendre dans mon endroit fétiche de l’université… La bibliothèque !
Bien entendu, j’échangeais quelques banalités avec mes camarades qui, elles, préféraient rentrées. Du moins je me doutais bien en voyant ma montre afficher 15h30 qu’elles allaient faire du shopping ou aller boire un verre mais je n’étais pas intéressée et je leur avais coupé l’herbe sous le pied en leur disant que j’allais réviser à la bibliothèque. Elles n’avaient eu le temps de me faire aucune proposition et elles s’étaient contentées de hausser les épaules.

Je les quittais donc rapidement et me retrouvais dans la bibliothèque de l’université cinq minutes plus tard. Comme à mon habitude je me trouvais un coin tranquille et commençais à déballer mes affaires pour mon exposé. Il avait bien avancé mais je devais tout de même rajouter quelques références que je ne trouverais qu’ici ou sur Internet. Mais j’adorais manipuler les livres et j’avais donc opté pour des recherches papiers même si elles étaient plus longues. Je ne m’inquiétais pas de l’heure non plus car j’avais prévenu Maja.
J’avais ensuite quitté ma place pour aller prendre les ouvrages qui m’intéressaient sur les étagères. J’en ramenais quatre pour commencer… deux autres suivraient sûrement par la suite. Une fois bien installée, je me plongeais dans tous ces ouvrages avec passion en oubliant ce qui m’entourait. Lorsque j’étudiais j’étais dans une sorte de bulle rien qu’à moi…

Mais après un peu plus d’une demi-heure mon téléphone vibra ce qui me fit lever les yeux au plafond. Je récupérais ce dernier pour en lire le message qui me fit froncer les sourcils. Une des autres pommes de sang de Maja me disait qu’elle avait, ce matin, glissé dans mon sac un des mes foulards… Chose étrange car contrairement à elle je ne laissais pas trainer mes affaires partout. C’est d’ailleurs ce que j’allais lui répondre lorsque je fus interrompue par l’arrivée inattendue de Brishen. Ravie, je lui rendais son sourire alors qu’il me demandait si j’étais toute seule.
Le brun ne me connaissait pas vraiment car il aurait su que je ne venais qu’en compagnie de mes cours et livres à la bibliothèque. Je me contentais donc de hocher la tête de manière positive avant de répondre à sa deuxième question. Ainsi, j’oubliais complètement cette histoire de foulard qui se trouvait dans mon sac posé à même le sol. Cependant, avant de parler, je regardais à droite, à gauche, derrière Brishen qui s’installait et pivotais même brièvement sur ma chaise. Ouf ! Son pote n’était pas là. Avec un sourire, je prenais la parole…



- Être seul à deux ! Concept intéressant ma foi… Et il serait marrant de réviser ensemble puisqu’on ne suit pas du tout le même cursus… traître ! dis-je à celui qui avait abandonné l’art en lui rendant son clin d’œil. Je t’ai aperçu juste avant les vacances de Noël à vrai dire… mais tu n’étais pas tout seul et je devais filer bosser. Entendez par là qu’il était avec Monsieur-Je-Drague-Tout-Ce-Qui-Ressemble-A-Une-Fille Ezeÿel ! D’ailleurs, Brishen aborda ce sujet, ce qui me fit hausser les épaules, amusée. Je vais bien… toujours le nez dans mes bouquins ! D’ailleurs certaines personnes trouvent amusant de me surnommer ‘‘Hermione’’… Moi ça m’amuse ! Et pour Zeÿ… je dois dire que je n’ai pas croisé son chemin depuis un petit moment. Et toi ? Que racontes-tu de beau ?


Je me rendais compte que nous n’avions jamais vraiment parlé tous les deux… discuté de temps en temps quand nos groupes respectifs fusionnaient pour blablater mais rien de plus. Cela étant dit, c’était dommage ! Brishen avait l’air super sympa et en plus il était vraiment mignon.





.

_________________
 
Gaïa L. S.
“Au Ciel, un ange n'a rien d'exceptionnel...
Autant rester sur Terre et vivre !”
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I - terminé] Save yourself.   Sam 25 Mar - 21:43


Save yourself.
Gaïa & Brishen

______9 Janvier 2018.

Je m’apprêtais à être seul pour bosser, vraiment. Je le jure, ça partait d’une bonne intention. La bibliothèque a l’habitude de ma présence pour travailler. Ou simplement lire, on y trouve des ouvrages très intéressants. Mais je suis la plupart du temps seul pour cela, dans ma bulle. Un peu comme Gaïa l’est aujourd’hui, alors que mon regard s’accroche à elle. Quoiqu’en m’approchant, je note vite fait qu’elle vient de sortir son portable. Elle oublie ce détail bien vite quand je l’aborde et lui parle. Bien moins rentre dedans qu’Ez’. Je n’ai aussi aucune envie de me la taper, ça doit jouer dans le fait que je garde un comportement agréable. Je manque sûrement un peu de politesse, mais je pouvais deviner que la jeune femme ne me dirait pas non. Alors je m’installe, puisqu’elle accepte de toute façon que je m’assois à sa table. Après un rapide coup d’œil aux alentours, je remarque qu’en effet, toutes les tables sont plus ou moins occupées. Certaines sont assez grande pour accueillir une personne de plus sans forcer à être sociable mais... Mais non, c’est Gaïa que je vais embêter un petit peu.

J’ai gardé une bonne impression d’elle, les quelques fois où on s’est croisé. Et j’ai eu pitié d’elle, comme de toutes les filles, devant la lourdeur d’Ezeÿel. Et dire qu’il arrive parfois à ses fins. L’étudiante me répond trouver amusant mon concept d’être seul à deux, puis elle me vanne. Oui, j’ai abandonné mes études d’art avant le diplôme, et oui c’est sujet à plaisanteries pour ceux au courant, même si ça fait déjà plus d’un an que j’ai changé de branche. J’hausse les épaules, totalement innocent, lorsqu’elle me traite de traître avec humour. Je les lève mains, en signe de reddition. « Coupable, je n’ai rien à dire pour ma défense. »

Je souris ensuite, puis elle m’apprend m’avoir vu avant les vacances de noël, mais – et je comprends qu’elle parle de Zeÿ bizarrement – elle ne voulait pas me déranger et elle était pressée. Personnellement, ça doit faire plus longtemps que je n’avais pas vu sa crinière platine, néanmoins j’ai pas toujours une bonne mémoire, alors on peut douter. J’hoche la tête, puis pose ensuite les questions classiques, comment va-t-elle, tout ça... Et aussi par rapport à mon frère de meute. Gaïa s’en amuse. D’abord, elle m’indique que tout va bien pour elle. La routine, avec ses livres. Je souris en coin en apprenant son surnom, et, sans pour autant l’interrompre, le note dans un coin de ma tête. Ça, ça peut toujours servir. Se faire appeler ‘Hermione’ ne la dérange pas ; elle a raison, il n’y a rien de péjoratif à mon avis. Ensuite, elle évoque Zeÿ, et je crois qu’elle paraît soulagée en disant qu’elle ne l’a pas vu depuis un moment.

« Et ben, pas grand-chose. Enfin, si », commençais-je, pour répondre à ses questions. « Y’a quelques jours j’suis passé à travers la couche de glace du lac, par chance j’étais pas loin du bord, j’étais trempé que jusqu’à la taille. Sur l’moment c’était froid et pas drôle, mais en y repensant la scène devait être comique. » Je me marre un peu, en me grattant machinalement la mâchoire. « Sinon rien d’neuf, à part l’actualité et mes profs qui se sont mis en tête de m’rendre la vie difficile. L’économie, c’pas d’la merde ça ? Ça m’fait regretter la tranquillité des études d’art j’te jure. » dis-je en tapotant mes livres. Je reporte ensuite mon attention sur Gaïa. « Tu bosses sur quoi toi ? »

Non, je ne repousse pas l’échéance. Je m’intéresse tout simplement. Elle est entourée de quatre bouquins, et autres affaires qui indiquent qu’elle est là depuis un moment. L’art est encore un grand pan de ma vie, je n’ai pas cessé de dessiner subitement après l’arrêt du cursus. Ensuite je me mettrais au boulot.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
DC Modo ♦️ "Ange terrestre soumis à la tentation..."
Messages : 1788
Membre du mois : 66
Date d'inscription : 08/12/2016
Célébrité : Kerti Pahk
Crédit : Kanala
Caractère : Patiente » Secrète » Enjouée » Manipulatrice » Sociable » Jalouse »
Métier : Etudiante en Master Photographie et Art Contemporain - Serveuse dans le salon de thé "La Table du Chapelier".
Affinités :

Spoiler:
 


DC Modo ♦️
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I - terminé] Save yourself.   Ven 31 Mar - 18:34

Le 09 janvier 2018


Crédit tumblr




La bibliothèque du campus était un peu comme une seconde maison pour moi. Peu importait qu’il y ait du monde ou pas, je me sentais bien ici, à ma place. Les lieux étaient toujours paisibles et studieux… En même temps les élèves n’avaient pas vraiment le choix s’ils ne voulaient pas se retrouver à la porte ou se faire expulser de manière définitive. Il y avait bien quelques murmures parfois, surtout aux moments des examens, lorsque certains venaient faire des révisions de dernières minutes en priant pour avoir des résultats passables. Je n’étais pas de ceux-là car je recherchais la perfection. Je voulais être la meilleure afin d’avoir les plus belles opportunités d’avenir. Pour cela je mettais toutes les chances de mon côté et cela me réussissait plutôt bien. J’étais une brillante élève et si je n’avais pas été aussi consciencieuse il était évident que Maja ne se serait pas gênée pour me rappeler à l’ordre.
Bref, j’étais bien ici, entourée de livres et de notes, et ma force de concentration était telle que je faisais totalement abstraction du reste. Je vous l’ai dit… J’étais dans ma petit bulle de confort et de révisions. Si je l’avais toujours été à son arrivée je n’aurais sûrement pas remarqué aussi vite la présence de Brishen. Mais, une chance pour lui, j’avais été déconcentrée par un message quelques secondes avant qu’il ne débarque. C’était aussi une chance pour moi car je le trouvais sympa, même si je ne le connaissais pas vraiment, et je m’en serais voulu de lui mettre un vent sans même m’en rendre compte… Ce n’était pas du tout mon genre !

J’accueillais donc le jeune homme avec un sourire et ce dernier était d’autant plus franc lorsque je constatais qu’il n’est pas en mauvaise compagnie… enfin c’était méchant ça ! Bref, pour être plus gentille je devrais dire que j’étais ravie qu’il ne soit pas en compagnie de Monsieur-Je-Drague-Tout-Ce-Qui-Ressemble-A-Une-Fille !
Je taquinais même Bribri (ne lui dites pas que je l’appelle comme ça) concernant son abandon des études d’art. Bien sûr ce n’était pas un reproche, loin de là. Et il le comprenait parfaitement aux vues de sa réaction. Cette dernière m’amusa et j’eus même un léger rire discret.



- Si ta nouvelle orientation te plait c’est le principal, déclarais-je simplement. Tu fais des études en rapport avec… euh… la faune et la flore si je me trompe pas ! Ça doit être sympa d’être aussi proche de la nature. J’adore la photographier… Je marquais une pause. Mais entre les études et mon boulot, je n’ai pas trop le temps !


J’adorais la nature et les diverses possibilités photographiques qu’elle offrait. Je ne me lassais pas de capturer des paysages, des animaux avec mon appareil dès que je mettais le nez dehors. Voilà pourquoi je l’avais constamment avec moi… pour ne pas perdre la moindre occasion de faire un joli cliché. Cependant, je ne me plaignais pas de ma situation car c’est elle qui me permettrait de faire le métier dont je rêvais.
Je me concentrais donc sur le brun qui me laissa stupéfaite lorsqu’il me raconta une histoire des plus surprenantes. La bouche entrouverte, je le laissais finir avant de reprendre ses premiers propos.



- Heureusement que tu étais près du bord ? Heureusement que tu n’es pas mort de froid oui ! Tu devais carrément être congelé… mais quelle idée aussi de s’aventurer sur un lac gelé ! déclarais-je en lui faisant signe qu’il était fou. Puis je me penchais un peu en avant pour le fixer en plissant les yeux. Ce n’était pas pour impressionner une demoiselle j’espère !? Ma question posée, j’affichais un grand sourire amusée. Pour l’économie je ne peux pas te dire, je n’en ai pas, et c’est tant mieux, dis-je en mimant un bâillement. Et pour l’actualité on ne peut pas la louper… tout le monde en parle ; même en cours, précisais-je sur un ton de reproche. Enfin, certains pourraient parler de tout et rien pour faire passer les heures de cours plus vite, dis-je en haussant les épaules. Sinon, je bosse sur un exposé oral et toi ?


Parce qu’il était bien venu ici pour travailler une quelconque matière non ? Enfin, cela ne me dérangeait de discuter un peu puisque j’avais largement le temps pour faire mon exposé… plus d’un mois en réalité ! Mais j’aimais prendre de l’avance lorsque je le pouvais.





.

_________________
 
Gaïa L. S.
“Au Ciel, un ange n'a rien d'exceptionnel...
Autant rester sur Terre et vivre !”
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I - terminé] Save yourself.   Sam 1 Avr - 14:54


Save yourself.
Gaïa & Brishen

______9 Janvier 2018.

Je suis assez content de trouver Gaïa, et de parler un peu. La dernière fois qu’on s’est vu, c’était il y a pas mal de temps finalement, et j’apprécie sa compagnie. Une humaine de son âge pas trop stupide, et qui repousse Zeÿ, presque un jackpot. Elle est très studieuse, peut-être trop, ça je l’ai rapidement compris. Ainsi, je suppose qu’elle travaille déjà à la bibliothèque depuis un moment, et qu’une petite pause n’interférera pas là-dedans. Y’a moyen qu’elle prenne juste de l’avance, en plus, ce qui une très bonne tactique à l’université. Tactique que je n’arrive guère à appliquer à toutes les matières, mais j’arrive quand même à m’en sortir. Bien sûr, Gaïa ne manque pas de me charrier sur mon changement de cap. J’ai en effet arrêter l’art, je n’avais pas l’impression que la dernière année me serait d’une grande utilité et surtout, je ne me voyais pas finir dans un simple musée – trop monotone bien qu’enrichissant je suppose –, et je suis passé à quelque chose de plus terre à terre. Je ne pris pas la plaisanterie personnellement, et y répondis même avec un certain humour.

Gaïa s’en amuse, puis assure qu’elle n’y voit aucun mal. Si mes études me plaisent c’est tout ce qui compte, je fais bien ce que je veux. Elle se rappelle que ça a un rapport avec la nature, sans en être trop certaine. Elle aussi adore ça, surtout la photographier, malgré son manque de temps dû aux études et au boulot. « C’est ça ouais, gestion de la nature, pour faire bien pompeux. C’est sympa, mais comme tu dis, c’pas évident entre les cours et le travail. Dès que j’ai un moment j’me balade, mais moi je préfère dessiner ou peindre. J’serais une bille avec un appareil photo », expliquais-je avec un léger rire. Je sais me débrouiller avec un appareil, en vrai. Je connais les bases, mais je suis loin de tout maîtriser. Simplement les notions de cadrage sont les mêmes, ce qui sauve pas mal de mes photos. « Mais je connais des coins supers dans les montagnes et la forêt, par contre faut un peu de rando, et parfois du camping, pour être là au bon moment, et avoir une chance d’observer des animaux. J’te donnerais des tuyaux, si ça te dis. »

C’est vrai qu’il y a en photographie une façon de jouer avec la lumière toute particulière et sublime. Néanmoins pour moi, il manque ce côté vraiment manuel, le coup de crayon authentique, le coup de pinceau qui rendra une aquarelle banale en une scène vivante. J’aimerais quand même savoir ce que Gaïa pourrait faire de nos paysages ; on est gâté en Norvège en plus, c’est dommage de ne pas en profiter. Mais la vraie vie reprend toujours le pas. En parlant de ça, nous prenons un peu des nouvelles de chacun, et je lui raconte ma mésaventure sur – et dans – le lac. Avec un sourire, bien sûr, car tout a bien fini et au final c’était plus comique. Comme d’habitude, j’ai été trop hardi, et je l’ai payé. Mais je n’apprends jamais de mes erreurs...

Je rigole quand Gaïa me fait remarquer que le plus important soit que je ne suis pas mort de froid. Merci à ma nature de lycanthrope, pour ça. « Non c’était pas pour une meuf, y’avait personne si tu veux savoir. J’voulais aider un oiseau et pis, ça me paraissait assez solide ! Les gens font de la patinoire dessus ! » m’exclamais-je, construisant un peu ma défense. « Et elle était pas si froide l’eau », ajoutais-je, avec une légère moue, comme si j’étais offusqué qu’elle me pense aussi faiblard. Ceci pour plaisanter bien sûr. Puis je reviens à un sujet bien moins fun ; l’économie. Et puis l’actualité, aussi. Ça a l’air de l’agacer que tout le monde en parle au point que ça dérange ses cours, et ça ne m’étonne pas d’elle. Je souris légèrement, puis lui demande si quoi elle travaille en ce moment. Un exposé oral. « Mh, ça m’a jamais passionné l’oral, même en art. » grimaçais-je en regardant ses bouquins et ses notes. « Moi j’essaie surtout de comprendre les cours d’économie dans la gestion écologique qu’on a eu. On aura un écrit bientôt, et j’ai pas envie de trop me rater. »

Se disant, je me penche pour sortir un cahier de mon sac, au sol, quand je perçois une odeur qui met immédiatement mes sens en alerte. Les vampires étant nos ennemis séculaires, leur simple odeur nous met sur nos gardes. Je me fige un instant, puis après avoir renifler un peu avec plus d’attention, j’ai l’impression que ça vient du sac de Gaïa. Ce n’est pas une vampire pourtant ! Je me redresse alors, vite. Trop vite. Si bien que je me prends la table à l’arrière du crâne. « Aïe ‘tain quel con » marmonnais-je sèchement envers moi-même, me frottant l’arrière de la tête. De l’autre main je dépose cahier et stylo sur la table devant moi, à côté de mes livres sortis des étagères.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
DC Modo ♦️ "Ange terrestre soumis à la tentation..."
Messages : 1788
Membre du mois : 66
Date d'inscription : 08/12/2016
Célébrité : Kerti Pahk
Crédit : Kanala
Caractère : Patiente » Secrète » Enjouée » Manipulatrice » Sociable » Jalouse »
Métier : Etudiante en Master Photographie et Art Contemporain - Serveuse dans le salon de thé "La Table du Chapelier".
Affinités :

Spoiler:
 


DC Modo ♦️
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I - terminé] Save yourself.   Mer 12 Avr - 16:25

Le 09 janvier 2018


Crédit tumblr




La bibliothèque c’était mon excuse anti-sortie improvisée ! Aussi étrange que cela puisse paraître, beaucoup de mes amis la fuyaient comme la peste alors qu’elle était notre principal atout pour réussir nos études. Certes, il y avait Internet mais les résultats de recherches n’étaient pas toujours fiables. Il fallait donc faire le tri et cela faisait perdre autant de temps qu’à chercher dans un livre qui, lui, serait sûr à cent pour cent. Je souris en repensant à mon opinion que j’étais visiblement la seule à avoir… Le monde recherchait la simplicité et la rapidité à présent et notre très cher ‘‘Google’’ était devenu le meilleur ami de beaucoup d’étudiants, et pas que.
Tout ça pour dire que j’étais toujours toute seule à la bibliothèque ! Les lieux n’étaient pas vide de toute présence bien sûr… mais aucun de mes amis ou vague connaissance ne m’accompagnaient jamais. Cependant, aujourd’hui serait différent puisque Brishen venait de débarquer et s’installer à ma table… pour étudier ? Visiblement pas de suite puisqu’il entama la discussion. Ravie de le revoir, je délaissais ce que je faisais ! Si vraiment j’avais été sur un travail urgent je lui aurais dit mais ce n’était pas le cas.

Je mimais une mine impressionnée lorsqu’il m’énonça le nom de ses études avant de sourire. Je hochais ensuite la tête d’air air entendu. Il n’y avait pas que moi qui n’avais pas une minute apparemment ! J’avais hâte d’avoir mon diplôme en poche et à la clé un vrai travail qui me plairait.
Pour ce qui était de la difficulté de se servir d’un appareil photo, je haussais les épaules. Il n’y avait rien de difficile. Du moins pour avoir les bases ! Ensuite, on avait l’œil ou pas.



- L’entrainement suffit pour ne plus être une bille, déclarais-je en souriant. Les bases sont mêmes très simples à acquérir. Après, il est vrai que certaines techniques demande du temps, beaucoup plus de temps, expliquais-je en me remémorant les défauts que Maja avait trouvé sur mes clichés. Moi aussi j’aime beaucoup peindre et dessiner… je trouve cela relaxant à vrai dire.


Marquant une légère pause pensive je réfléchissais à ce que le brun venait de me dire. J’étais curieuse de nature et découvrir de nouveaux coins photos était plus que tentant. En plus de ça, même si je n’en avais pas l’air, la randonnée ou même le camping ne me faisaient pas peur. Enfin, concernant la deuxième option, je me voyais mal partir avec ma tente en solitaire.


- Si t’as des tuyaux je les veux bien… et pour la rando, même pas peur ! Mon apparence laisse à croire le contraire mais je suis sportive, dis-je amusée. Par contre pour le camping je dois avouer que je ne m’y risquerai pas seule. On ne sait jamais !


Bah oui quoi ! Je n’avais pas forcément envie de tomber sur un psychopathe… ou un vampire ou même un loup-garou ! Et j’étais presque certaine que Maja ne voudrait jamais que j’aille camper au milieu de nulle part toute seule.

Lorsque la conversation s’orienta vers les dernières nouvelles que nous avions à partager et je serais tombée le cul par terre si je n’avais pas été assise. Brishen m’annonçait qu’il était passé au travers la glace du lac comme si de rien n’était ! Et il n’avait même pas l’air d’avoir été ou d’être malade. Personnellement, je serai morte dans le pire des cas ou j’aurais chopé une méga pneumonie dans le meilleur.  
Enfin, le principal était qu’il était toujours de ce monde et qu’il n’avait pas fait cela pour une demoiselle. Non ! Ça c’était plutôt le genre de son pote. J’ouvrais des yeux ronds de surprise.



- Pas si froide ? La surface est tout de même gelée… donc, elle est glaciale selon moi, déclarais-je en frissonnant rien qu’à la pensée d’y tremper un doigt de pied. Et sinon, tu as pu l’aider au final l’oiseau ? Ce serait bête que tu aies failli mourir pour rien, l’embêtais-je.


Pour ce qui était des examens oraux, j’adorais cela et je me contentais de hausser les épaules en entendant Brishen dire le contraire. En même temps j’étais une vraie bavarde alors comment aurais-je pu ne pas aimer ce type d’épreuves.


- Quand on est une pipelette comme moi on ne peut que aimer les examens oraux… bien sûr il ne faut pas se disperser mais ça va, je m’en sors ! expliquais-je avant d’ajouter plus sérieusement. Je n’étudie pas cette matière mais si t’as besoin d’un coup de main pour tes révisions je peux t’aider si tu veux.


Je n’eus pas de réponse de suite puisque le brun s’était penché pour récupérer ses affaires… Chose qui me fit sursauter de surprise ! Non pas le fait qu’il s’installe vraiment mais le coup qu’il donna à la table de la tête ! Ouille, je n’aurais pas aimé pas aimé me cogner de la sorte. Avec une légère mimique de compassion je m’adressais au jeune homme.


- J’n’aurais pas aimé me cogner de la sorte ! Ça va ? Pas trop sonné ? demandais-je avant de ramasser mon sac qui s’était reversé à cause de l’à-coup mit à la table. J’ai de l’arnica dans mon sac si tu veux, continuais-je en posant ce dernier sur la table.  Et pas de commentaire à ce sujet ! Vu le nombre de fois où je me cogne, je suis devenue prévoyante, précisais-je amusée.






.

_________________
 
Gaïa L. S.
“Au Ciel, un ange n'a rien d'exceptionnel...
Autant rester sur Terre et vivre !”
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I - terminé] Save yourself.   Dim 16 Avr - 16:19


Save yourself.
Gaïa & Brishen

______9 Janvier 2018.

Parler d’art n’est pas une chose inhabituelle pour moi. Malgré mon changement d’orientation, j’ai encore bien des connaissances qui suivent les cursus artistiques. J’ai des potes, étonnement. Et Gaïa en fait partie ! Je trouve plus agréable d’engager la conversation avec elle que de bosser mon économie. Elle me parle de son appareil photo, et j’avoue être un peu une bille avec ça. Sur les reflex, il y a trop de paramètres à mon goût, je me débrouille mieux avec un crayon à papier et une feuille. D’après la blonde, il suffit d’entraînement, comme tout en fin de compte, et les bases sont aisées à acquérir. Elle m’avoue aussi aimer la peinture et le dessin, alors j’évoque des coins à l’extérieur de la ville qui devraient lui plaire, pour des tableaux ou des photos, peu importe. Pour les animaux, ça mérite de la patience, et les lumières magnifiques sont imprévisibles, mais je ne lui apprends rien je parie. Gaïa m’affirme que malgré son apparence, la randonnée serait un jeu d’enfant pour elle ! Je ris légèrement, amusé tout comme elle.

« Bizarrement je te crois », lançais-je, avant de reprendre sur le camping, sur un ton un peu plus sombre. « T’as raison, c’est pas le moment pour traîner seul dans la forêt en plus. » C’est aussi valable pour nous autres loups, signe que le danger est bien là, et ne doit pas être pris à la légère. Ça ne m’empêche pas de faire mes petites virées, mais c’est une autre histoire... Je lui raconte ma mésaventure du lac, ce qui la surprend parfaitement. J’ai survécu oui, ça doit être assez étonnant. « Non même pas, il avait disparu quand j’ai repris mes esprits », expliquais-je à propos du petit oiseau. Elle aussi doit me trouver un peu stupide, irresponsable, irréfléchi, ou je ne sais quel autre adjectif, comme ce Maori. Ils n’ont pas forcément tort ceci dit.

On évoque ensuite nos devoirs, car je lui demande ce qu’elle est en train de faire. Les examens oraux n’ont jamais été ma tasse de thé, ce qui n’est absolument pas le cas pour elle. Elle est bavarde sans partir dans tous les sens et n’a pas de mal à faire passer ses idées. Elle a bien de la chance la petite. Et elle est gentille, en apprenant ce que j’étudie, et n’ayant pourtant aucune connaissance à ce sujet, elle se propose de m’aider. Souriant, je secoue la tête. « Ça ira t’en fais pas pour moi, j’arriverais à me débrouiller. » Et je ne veux pas non plus l’embêter avec ça. Tout en disant cette phrase, je me penche pour récupérer mes affaires. Il est sans doute temps pour moi de me mettre à travailler un peu. C’est alors que je flaire une odeur de vampire, et je me redresse tellement rapidement sous la surprise que je heurte la table de plein fouet. Immédiatement, je porte une main à l’arrière de mon crâne en jurant face à ma stupidité. « Ca va, ça va», assurais-je en hochant la tête. Puis je rigole doucement lorsqu’elle me propose de l’arnica, en expliquant qu’elle en a toujours sur elle car elle se cogne souvent. « Non ça ira merci, garde-le pour toi si t’en aura plus besoin. » Surtout, je ne pense pas que ça marchera sur moi. De toute façon, je n’en ai réellement pas besoin.

Mais elle avait posé son sac que la table à présent, et mon regard était arrêté sur lui. Un instant trop longtemps, sans doute. Cependant cette odeur était très nette, nulle chance que je me trompe. Et elle vient bel et bien du sac de la jeune femme, ce qui m’intrigue énormément. Je reporte alors mon regard sur Gaïa, avant de commencer à ouvrir mon cahier et à récupérer mes stylos, pour paraître naturel. « Alors, raconte un peu, tu penses quoi des derniers évènements ? Depuis que y’a eu cette vidéo ? J’pose la question à tout le monde quasiment, j’suis curieux, et j’avais pas encore eu l’occasion d’avoir ton avis. » Je souris simplement, comme si ce sujet de discussion était semblable à tout autre. Ce n’est pas réellement le cas, pourtant. Et surtout, j’ai bien ma petite idée derrière la tête en amenant ça sur le tapis. « T’as vu qu’on a retrouvé des loups, morts, dans la forêt ? J’me demande si c’étaient des vrais loups... »

Revenir en haut Aller en bas

avatar
DC Modo ♦️ "Ange terrestre soumis à la tentation..."
Messages : 1788
Membre du mois : 66
Date d'inscription : 08/12/2016
Célébrité : Kerti Pahk
Crédit : Kanala
Caractère : Patiente » Secrète » Enjouée » Manipulatrice » Sociable » Jalouse »
Métier : Etudiante en Master Photographie et Art Contemporain - Serveuse dans le salon de thé "La Table du Chapelier".
Affinités :

Spoiler:
 


DC Modo ♦️
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I - terminé] Save yourself.   Dim 23 Avr - 21:34

Le 09 janvier 2018


Crédit tumblr




J’aimais discuter de tout et de rien… De l’art aux dernières nouvelles, je n’étais fermée à aucune discussion ! J’avais, durant de longues années, vécue dans le silence et à présent j’aimais partager. Entendre l’avis d’autres personnes était enrichissant et c’est pourquoi je ne ratais jamais une occasion de pouvoir bavarder. Cependant, c’était la première fois que je me retrouvais à la bibliothèque en train de parler plutôt que de travailler mais cela ne me dérangeait pas. J’étais en avance sur mon planning et j’appréciais Brishen. Il était simple de discuter avec lui et en plus il n’était pas sans connaissance coté art !
Cette conversation nous amena à parler de la nature et du fait que j’étais assez sportive. Je prenais soin de mon corps sans vouloir être un modèle de bodybuilding. Je souris lorsque le brun déclara me croire ! En même temps je ne voyais pas pourquoi j’aurais prétendu aimer la randonné et le camping si ce n’était pas le cas. Aussi je haussais la tête d’un air entendu.



- C’est important de prendre soin de soi et le sport est bon pour le corps, déclarais-je. Enfin, ça l’est du moment qu’on ne s’amuse pas à prendre des trucs à côté pour gagner en muscles. Je trouve ça idiot d’ailleurs ! Puis je me taisais et devins légèrement pensive. C’est vrai que traîner en pleine forêt la nuit ne serait pas une excellente idée ! Sauf si on est un adepte et un pro de la survie. … … Ce n’est absolument pas mon cas ! précisais-je en riant doucement pour ne pas faire de bruit.


Bien sûr, question survie en milieu urbain j’étais assez douée… voir plus ! Tout le monde n’est pas capable de survivre à la rue en étant à peine âgé de sept ans. Je m’étonnais encore d’avoir réussi ce miracle ! Ok, j’avais été poignardée sans raison par un fou SDF avant d’être sauvée par Leÿgh… Quoi qu’il en soit cela ne changeait rien au fait que j’avais réussir à survivre dans la rue durant deux longues années !
Mais ça, personne ne le savait. C’était un secret que je n’avais jamais dévoilé… et il en resterait ainsi. Aussi je me concentrais sur Brishen, que je surnommais mentalement Bribri, et lui adressais un sourire.



- Un vrai ingrat ce piaf ! déclarais-je amusée.


Puis je n’insistais pas concernant ma proposition pour l’aider à réviser. Je n’avais pas envie qu’il pense que je le draguais, même si j’aurais volontiers bu un verre avec lui. Il n’était pas comme son pote, pas un dragueur compulsif ou alors il cachait bien son jeu ou alors je n’étais pas son genre… Bref, il savait de toute façon que cela ne me dérangerait pas au cas où il aurait besoin d’aide.

Après m’avoir fait la peur de ma vie en s’assommant sous la table, Brishen me confirma qu’il allait bien et refusa l’arnica. Finalement, je n’étais pas la seule maladroite à cette table. Cette pensée me fit sourire mais je la gardais pour moi, laissant Brishen installer ses affaires.
Puis ce fut lui qui reprit la parole le premier pour me parler des récents événements. Je haussais les épaules ! C’était ma réaction à chaque fois que le sujet était abordé. Mais habituellement on ne me demandait pas précisément ce que j’en pensais. J’allais le lui dire mais je répondais à ces dernières paroles pour commencer.



- De vrais loups ? Tu pense que ça aurait pu être des… … … loups-garous ? demandais-je en baissant la voix. Je pensais qu’ils reprendraient forme humaine à leur mort. Enfin, c’est ce que j’ai toujours vu dans les films. Le peu que j’ai vu de ce genre ! précisais-je pensive. Pour la vidéo, elle est surprenante. Mais après, je reste méfiante… Si ces créatures existent vraiment… comment cela se fait-il que nous n’en ayant jamais eu la preuve avant ? Je le fixais quelques secondes. Et toi, tu en pense quoi de tout ça ?


.

_________________
 
Gaïa L. S.
“Au Ciel, un ange n'a rien d'exceptionnel...
Autant rester sur Terre et vivre !”
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I - terminé] Save yourself.   Jeu 27 Avr - 19:49


Save yourself.
Gaïa & Brishen

______9 Janvier 2018.

Passé de l’art à la nature, voilà une conversation presque idéale pour moi. J’apprends que Gaïa est plus sportive que son apparence ne le laisse entendre, et que la randonnée ne lui fait pas peur, bien qu’elle préfère ne pas être seule pour cela par les temps qui court. Qui plus est, elle qui fait de la photo, elle aime beaucoup les paysages et les animaux comme sujet. Je la crois assez lorsqu’elle me dit tout ça, et elle explique un peu plus que prendre soin de soin est important tant qu’évidemment, on ne tombe pas dans l’excès comme par exemple ces bodybuilders. J’hoche la tête, complètement d’accord avec elle. Les humains font vraiment des trucs chelous. Et puis j’approuve aussi sa prudence quant à passer une nuit en forêt bien que pour nous autres lycanthropes c’est loin d’être un problème, même si ces jours on ne peut être trop prudent avec ces vampires.

Puis j’évoque ma mésaventure au lac, et le fait que l’oiseau que je voulais aider s’était tiré avant que je ne l’atteigne. Il ne devait pas avoir tant besoin de moi que ça au final. Cela amuse bien Gaïa en tout cas. Concernant mes cours et mes révisions, elle se propose très gentiment de m’aider, même si c’est loin d’être son domaine. Souriant, je décline son aide ; j’arriverais à me débrouiller seul et je ne voudrais pas lui imposer quoi que ce soit. L’économie ce n’est pas marrant pour moi, alors pour elle... La pauvre. Elle n’insiste pas, et je vais récupérer quelques affaires de mon sac sous la table. L’odeur de vampire que je perçois me fait me redresser brusquement et je heurte la table de plein fouet. Grimaçant de douleur, je refuse poliment l’arnica de Gaïa, en me frottant le crâne ; ça finit par passer, même si la douleur fût aigüe quelques moments.

Je prends ce temps-là pour reprendre mes esprits. L’odeur est toujours là, et en me concentrant deux minutes, j’ai l’impression clair que cela vient du sac de la jeune femme. Je me pose alors mille questions, et tente de rester naturel en ouvrant mon cahier. Je commence à jouer avec stylo, réfléchissant un peu à la façon d’amener le sujet. Assez naturellement – et le fait que ce soit devenu naturel est, je trouve, assez triste –, j’aborde la question des derniers évènements. J’explique que c’est une question que je pose à quasiment tout le monde, car je suis très curieux. Ce qui est tout à fait vrai. Et j’ajoute, au vu des derniers jours, qu’on a retrouvé des cadavres de loups, et je laisse une réflexion à voix haute dans l’air. Par la vidéo, les gens doivent avoir compris que loups garous et loups normaux se confondent. Alors la question se pose.

Gaïa paraît surprise, et avoue penser que les lycanthropes se retransformeraient en humain après leur mort. D’après les films. J’haussais les épaules. « Ben, dans les films ils montrent aussi des loups garous comme des trucs difformes. Mais si les lycanthropes étaient tout autant des loups qui se transforment en humain que des humains en loup, hm ? » J’avais toujours pas mal d’arguments. En plus, cela m’amusait bien trop d’être au courant de tout et de titiller l’intelligence et l’imagination de ces humains ignorant. Les faire réfléchir à ce qu’ils croient acquis, et, à l’occasion, les faire voir les loups d’un meilleur œil. Gaïa me répond aussi au sujet de la vidéo, qu’elle trouve assez incroyable dans le premier sens du terme. Elle voit ça d’un œil méfiant, car comment ces créatures auraient pu passer sous notre nez ? Je souris légèrement quand elle me retourne la question, et me penche en avant, croisant les bras sur la table.

« Moi j’y crois », soufflais-je, conspirateur, mais sans me départir d’un côté rieur qui dessert le sérieux de mon affirmation. « Tu sais, il y a beaucoup de choses dont on ne se doute même pas de l’existence. Genre les sociétés secrètes, les francs-maçons par exemple, ça existe. Mais on n’y connaît rien nous autres pauvres humaines. N’empêche qu’ils existent. » J’hausse les épaules. « En plus, peut-être que le gouvernement savait des trucs, mais nous l’a caché ! » Je me redresse un peu, regardant vite fait autour de nous. « T’aurais pas des soupçons sur quelqu’un toi ? Quelqu’un qu’aime pas l’ail, ou peut-être sensible au soleil, ou qui te paraît trop.. sauvage ? » demandais-je avec un sourire. Ce n’est peut-être qu’un hasard cette odeur de vampire. Peut-être qu’elle en croisé un sans le savoir. « Ils sont sûrement parmi nous », murmurais-je finalement.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
DC Modo ♦️ "Ange terrestre soumis à la tentation..."
Messages : 1788
Membre du mois : 66
Date d'inscription : 08/12/2016
Célébrité : Kerti Pahk
Crédit : Kanala
Caractère : Patiente » Secrète » Enjouée » Manipulatrice » Sociable » Jalouse »
Métier : Etudiante en Master Photographie et Art Contemporain - Serveuse dans le salon de thé "La Table du Chapelier".
Affinités :

Spoiler:
 


DC Modo ♦️
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I - terminé] Save yourself.   Mar 2 Mai - 23:24

Le 09 janvier 2018


Crédit tumblr




Pourquoi est-ce que nous n’avions jamais pris le temps de discuter avant ça ? Pourtant nous nous étions déjà croisés à de multiples reprises ! Cela venait peut-être du fait qu’Ezeÿel était toujours, enfin, souvent dans le coin. Nos groupes se rejoignaient parfois mais nous ne parlions pas tous ensemble. Et puis je ne restais jamais très longtemps… J’étais avenante avec tout le monde sans pourtant être accro aux immenses réunions d’étudiants post-cours. Cela se transformait souvent en sorties ou tout simplement en beuveries improvisées et ce n’était pas mon truc. Mes amis proches connaissaient mon mode de vie mais il était parfois fatiguant de devoir répéter que je ne buvais pas d’alcool, ne fumais pas, ne mangeais pas n’importe quoi. Et puis, il y avait toujours le gros risque pour que je passe pour la nana super chiante alors que ce n’était pas le but.
Enfin… tout ça pour dire qu’il était dommage que Brishen et moi ne nous croisions pas plus souvent. Il était agréable de discuter avec lui et on changeait de sujet comme si de rien n’était. On était sur la même longueur d’onde et en même temps il n’y avait rien d’étonnant à ça puisque nous avions des points en communs. Avec un sourire, je reprenais la parole spontanément.



- C’est étonnant qu’on n’ait jamais eu de discussion plus longue que nos « Salut ! ça va ? » avant ça. Je marquais une pause avant de préciser le fond de ma pensée. Parce qu’on a l’air d’avoir pas mal de point en commun tous les deux. 


Je me taisais en me demandant soudainement si cette dernière phrase ne faisait pas un peu plan drague. Cette pensée me gêna un peu mais je n’osais rien rajouter par peur de m’embrouiller. Moi et ma spontanéité… c’était un peu à mes risques et périls quand je parlais. Heureusement pour moi, Brishen s’assomma avec la table ce qui fit diversion… non pas que j’étais contente de son malheureux, mais quand même.
Je me contentais de hausser les épaules devant son refus de l’arnica et fus très vite absorber par le nouveau sujet de conversation mis sur le tapis par le brun. Jusqu’à maintenant, l’actualité avait été au cœur de conversations de groupe auxquelles je m’étais contentée de hocher la tête sans vraiment écouter. Cette fois je donnais mon avis et surtout j’écoutais celui du jeune homme.



- Il est vrai qu’un film reste un film et que les loup-garou ont souvent été représentés de façon difformes, voir même grotesques. Regarde le Professeur Lupin dans les Harry Potter ! Et pourtant je suis une fan inconditionnelle de cette saga, déclarais-je fièrement. Mais j’aie été déçue du lycaon Lupin dans les films, il faisait presque de la peine. 


Pour la suite, je ne déclarais pas franchement si je croyais ou non à cette vidéo. Je restais floue et en profitais pour retourner la question à Brishen. Bizarrement, ou par réflexe, je me penchais aussi légèrement en avant et souriais à sa réponse positive. Je fus tout autant amusée de le voir agir comme un conspirateur… bien que son murmure était parfaitement audible.
Puis je le vis se redresser avant de regarder autour de nous. Cherchait-il quelqu’un ? Apparemment non. Il vérifiait juste que personne ne nous écoutait avant de reprendre en me demandant si j’avais des soupçons et en me précisant dans quels domaines. J’arquais un sourcil alors qu’il venait de me demander si je suspectais des vampires ou loups-garous.

Je riais doucement à ses dernières paroles avant de hausser les épaules en affichant un sourire radieux et amusée.



- Et bien la plupart des étudiants de dernières années ressemblent à des zombies mais je ne suis pas sûre que cela compte… c’est sûrement dû au stress ! Et je n’en ai vu aucun manger de la cervelle… à moins qu’ils la camouflent dans de la nourriture normale, comme dans la série iZombie,  plaisantais-je. Je marquais une pause. Après je dois reconnaître que certains clients du salon de thé sont assez… bizarres et pâles ! Mais je pense que je ressens ça parce que j’y travaille le plus souvent le soir. Puis je fixais Brishen avec curiosité. Mais t’as des soupçons sur des gens toi ?  


Je regardais autour de nous. Les rares étudiants se fichaient royalement de notre présence comme moi de la leur jusqu’à maintenant. Ils me paraissaient tous normaux mais je savais que cela ne voulait rien dire. Brishen pourrait tout aussi bien être un loup que je serais incapable de le savoir. J’étais une simple humaine moi ! Pomme de sang, certes ! Mais humaine…



.

_________________
 
Gaïa L. S.
“Au Ciel, un ange n'a rien d'exceptionnel...
Autant rester sur Terre et vivre !”
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I - terminé] Save yourself.   Dim 14 Mai - 20:20


Save yourself.
Gaïa & Brishen

______9 Janvier 2018.

Gaïa est le genre de fille sage, qui ne boit pas, ne fume pas, ne fait pas d’excès... Je n’ai rien à dire là-dessus, chacun fait bien comme il l’entend, mais ça explique sans doute pourquoi on ne se croisait pas souvent. Et puis, Ezeÿel était aussi souvent là. On n’a rarement pu aussi avoir une vraie discussion, le genre comme maintenant, ou le genre aussi qui arrive en soirée, lorsqu’on est peu et qu’avec l’ambiance, on discute de tout et de rien. Mais, avant tout, Gaïa est sympa et ouverte, pas le type renfermé sur soi-même et complètement rabat-joie. Donc je ne regrette pas du tout d’être venu à sa table, ça égaye un peu cette session de révision qui ne m’enchantait pas. Gaïa se fait un peu la même réflexion que moi en disant qu’il est bizarre que nous n’ayons jamais eu, avant maintenant, de vraie discussion au-delà de salutations basiques.

« Je suis bien d’accord, c’est assez curieux. Mais, maintenant qu’on sait qu’on a des points communs, on peut se rattraper ! » fis-je remarquer avec un sourire. Je connais davantage le rôle de bon copain, mais ça ne me dérange pas, je peux me montrer sociable quand la personne d’en face me paraît valoir le coup. Je suis mauvais dragueur contrairement à Zeÿ, et je ne cherche pas non plus à me caser ; nous autres loups préférons les louves pour du long-terme, aussi rares soient-elles, les humaines sont davantage un passe-temps. Ce qui m’amusait, c’est que j’avais réussi là où Ezeÿel avait échoué : simplement l’approcher. Le pauvre ne savait pas comment l’aborder et ses premiers essais ont été si désastreux qu’il a été black-listé pour la jeune femme, si bien qu’il est persuadé qu’elle est lesbienne. C’est peut-être le cas, d’ailleurs, mais la situation est plus marrant si on part du principe que Gaïa est hétéro.

Et puis ma maladresse reprit le dessus quand, me penchant sous la table pour récupérer mes affaires, je sentis l’odeur d’un vampire. Je me redressai brusquement mais me paya la table. Le coup était franc, net, mais rien de trop gênant car la douleur passa assez vite. Je m’installe donc, oubliant peu à peu ce coup d’éclat merveilleux, et me posant plutôt des questions sur cette odeur qui est bel et bien réelle. Et qui émane du sac de Gaïa. Je décide alors de lancer le sujet des actualités, en précisant que je demande l’avis de quasiment tous ceux que je croise. Je la questionne vraiment, montrant que je ne veux pas qu’une réponse rapide et bateau. J’évoque alors les loups retrouvés morts. Elle pensait que des loups-garous se retransformeraient en humain une fois mort, et n’avait donc pas songé que ce pût être des lycanthropes. Elle doit bien avouer que se baser sur des films pour réfléchir à nos problèmes surnaturels à Valhöll amènera forcement des idées fausses.

« Je crois que c’était le but justement, de le montrer aussi... pitoyable. Parce qu’après on voit Greyback qui lui a embrassé sa condition et il a plus une gueule de méchant garou », commentais-je en partant sur ce sujet des Harry Potter et de la représentation de Lupin. « Mais c’est pas vraiment notre sujet. Quoique ça montre qu’on peut pas compter sur des films pour savoir la vérité. »

Je lui souris après ça, et l’écoute douter de la vidéo. Elle ne déclare pas franchement y croire, mais à l’inverse elle n’affirme pas ne pas y croire. Elle trouve étrange qu’on n’ait jamais rien remarqué, et puis avec les effets spéciaux, de nos jours... Mon sourire s’acère alors que, me penchant un peu plus en avant au-dessus de la table, pour garder notre conversation discrète, je lui annonce de but en blanc que moi je crois à cette vidéo. J’ajoute à mon attitude un petit côté conspirateur pour plaisanter, et je crois que ça marche et aide à détendre Gaïa. De façon toute aussi légère, mais cachant un dessein bien précis, je lui demande si elle ne soupçonne personne de son entourage. Par exemple quelqu’un qui n’aime pas l’ail, ou un autre qui devient colérique à l’approche de la pleine lune... J’ajoute à la manière d’un complotiste qu’ils sont peut-être déjà parmi nous. Elle rit et rétorque que les dernières années ont bien l’air de zombies mais qu’ils ne mangent pas encore de cervelles. « Mh, ça peut être une piste ça... Ils viennent qu’à la nuit tombée ou pas ? » demandais-je au sujet de ses clients au salon de thé où elle travaille et qu’elle trouve bizarres. Puis je fais une moue, réfléchissant. « Ah non attends, peut-être qu’en fait les vampires ils craignent pas vraiment le soleil... En fait on sait rien, n’importe qui peut se faire bouffer comme ça. » soupirais-je de dépit.

Puis Gaïa me demande alors si, moi, j’ai des soupçons sur des personnes. J’hausse les épaules, en secouant la tête. « Nope, aucun. A part peut-être un prof vraiment chiant, mais ça serait plus un troll qu’un loup-garou ou un vampire. Mais tu vois, s’ils sont aussi discrets que ça, même en sachant qu’ils existent on a aucun moyen de savoir qu’ils y sont, ça m’étonne pas qu’on s’en soit jamais rendu compte avant cette vidéo... » Visiblement, soit elle ne sait vraiment pas qu’elle est en contact avec un vampire, soit elle a pris cette écharpe qui empeste vraiment le vampire sans faire gaffe, soit elle sait des trucs mais, bien sûr, ne dira rien. Mais je n’arrive pas à me décider sur ces options-là, elle paraît assez sincère et naïve pour n’être au courant de rien, cependant on n’est jamais trop méfiant. Les apparences sont trompeuses en plus. Je me passe une main dans les cheveux, changeant de sujet. « Il est sympa ton foulard tiens, c’est un nouveau ? », lançais-je, totalement nonchalant.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
DC Modo ♦️ "Ange terrestre soumis à la tentation..."
Messages : 1788
Membre du mois : 66
Date d'inscription : 08/12/2016
Célébrité : Kerti Pahk
Crédit : Kanala
Caractère : Patiente » Secrète » Enjouée » Manipulatrice » Sociable » Jalouse »
Métier : Etudiante en Master Photographie et Art Contemporain - Serveuse dans le salon de thé "La Table du Chapelier".
Affinités :

Spoiler:
 


DC Modo ♦️
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I - terminé] Save yourself.   Mar 16 Mai - 9:06

Le 09 janvier 2018


Crédit tumblr




Curieux mais pas incompréhensible. J’étais toujours très occupée entre mes études, mon boulot au salon et la préparation de mes expositions. Mais il n’y avait pas que ça ! J’étais différente des autres jeunes gens de mon âge… Mon train vie était dicté par mon statut de Pomme de Sang mais pour les autres j’étais juste une intello trop coincée pour s’amuser. Les ‘‘on-dit’’ m’importaient peu mais pas au point de me rendre dans des soirées où l’on m’observerait de travers en marmonnant à mon sujet. Je préférais largement rester au domaine ou faire des sorties ciné en solo ou en comité restreint.
Cependant, même si j’acceptais cette privation que je m’imposais, un sourire éclaira mon visage lorsque Brishen m’annonça qu’il était effectivement curieux que nous n’ayons jamais discuté plus que cela et que nous pourrions nous rattraper.



- La vie est faite de bizarreries, répondis-je en prenant un stylo et un papier. Je notais quelque chiffre avant de reprendre la parole. Mais je sais aussi que nous ne sommes pas croisés plus souvent parce que beaucoup me trouvent étrange, annonçais-je en le regardant dans les yeux. Visiblement il est inconvenant d’inviter à sa soirée une personne qui ne boit et ne fume pas ! Il va de soi que ne vais pas changer uniquement pour être conviée à des petites fêtes étudiantes. Je préfère largement préparer mes expos ou réviser ! Mais si toi ça ne te dérange pas, je ne suis pas contre des soirées sympa, dis-je en lui tendant le bout de papier avec le sourire. C’est mon numéro, précisais-je avant d’ajouter avec un peu moins d’assurance qu’auparavant, enfin, si tu le veux.


J’aurais peut-être du lui demander avant s’il le voulait… Il allait forcément se sentir obligé de le prendre maintenant ! Qu’est-ce que j’étais quiche parfois, avec les mecs surtout. Ils étaient un mystère pour moi ! Je n’avais pas trop d’amis et il faut dire que ma seule relation sérieuse, ou qui s’apparentait comme telle, avait été un désastre et pour le reste… et bien disons que j’avais eu quelques brèves relations avec des hommes mais plus âgés. Mais ? Attendez ! Pourquoi est-ce que j’étais en train de penser à ça moi ? Bonne question. Je ne cherchais même pas à comprendre le pourquoi de cet égarement mental et me retenait de rire lorsque le brun s’assomma. Il n’y avait pas à dire, je le trouvais de très bonne compagnie… même quand il faisait preuve de maladresse ou abordait des sujets que j’aurais pu considérer comme dangereux.  Car oui, il y en avait à cause de ma vie qui n’était qu’une façade pour beaucoup de choses.

La vidéo avait beaucoup fait parler d’elle, tout comme les récents événements, mais je n’avais jamais trop pris part aux conversations concernant ces deux sujets. Aujourd’hui je le faisais car nous n’étions que deux interlocuteurs mais forcément je devais mentir. Cela ne me plaisait pas forcément même si j’étais des plus douées dans ce domaine. Cependant, je ne pouvais pas dire la vérité à Brishen qui semblait croire à la vidéo et qui avait d’ailleurs raison. Les personnes qui pensaient que tout cela était vrai devaient sûrement être devenues plus vigilantes. C’était donc une bonne chose ! Le brun était gentil et je n’avais pas envie qu’il puisse lui arriver malheur. J’esquissais un sourire à son allusion à l’univers de J.K. Rowling puis je répondais à mon tour.



- C’est vrai que les films ne montrent pas la réalité… en même temps ce n’est pas le but de leur existence ! dis-je pensivement. Ils ne sont créés que dans le but de divertir en règle générale.


Puis nous en venions à parler d’éventuelles personnes suspectes de nos entourages respectifs. Les étudiants de dernière année pourraient faire d’excellents zombies et certains clients du salon de parfaits vampires. Voilà ce que j’avais répondu à Brishen avant de réfléchir avec un semblant sérieux à sa question.


- Oui, certains de nos clients ne viennent que le soir. Ils veulent décompressés après de longues journées de boulot. Ce qui est parfaitement compréhensible en même temps. Puis je réfléchissais à son hypothèse sur les vampires supportant le soleil. Non ! Impossible ! Ils auraient déjà pris le contrôle du monde non ? Ah… Je sais ! Ils ne craignent pas le soleil mais ce dernier les fait briller tels des diamants, comme dans Twilight. Du coup, ils ne peuvent sortir que par temps de pluie ou neige, racontais-je en terminant par un léger rire.


Puis Brishen énonça un fait des plus réels. Les créatures surnaturelles existaient et c’était le cas, elles savaient parfaitement se cacher ! Beaucoup d’humains seraient terrifiés en réalisant cela alors que j’en étais rassurée. La lignée Myklebust était ma seule famille et je ne voulais pas la perdre à cause d’une fichue vidéo. Je ne répondais rien à ça et me contentais de hocher la tête…

Un court silence s’installa avant que le brun ne reprenne la parole pour parler du foulard qui n’était pas le mien. Il était vraiment joli et fait dans un tissu d’excellente qualité. Je l’effleurais du bout des doigts et m’apprêtais à répondre la vérité ou presque…



- Oui, il est super mais il n’est pas à moi ! Enfin… Il ne l’était pas, répondis-je avant de préciser, mais une amie me l’a offert. C’est une habituée du salon qui m’en a fait cadeau. Elle aussi est fan de foulards et d’écharpes, racontais-je en souriant.


Tout était vrai sauf que je ne précisais pas que cette amie vivait au même endroit que moi. Et puis en quoi cela aurait-il pu intéresser Bribri ?!




.

_________________
 
Gaïa L. S.
“Au Ciel, un ange n'a rien d'exceptionnel...
Autant rester sur Terre et vivre !”
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I - terminé] Save yourself.   Dim 21 Mai - 22:48


Save yourself.
Gaïa & Brishen

______9 Janvier 2018.

Après avoir fait la remarque que c’était dommage que nous ne nous côtoyions pas davantage, Gaïa me répond que ce n’est pas si curieux que ça en y réfléchissant. En effet, elle ne sort pas beaucoup, faisant partie de ces filles « sages » qui ne boivent et ne fument pas, alors certains la trouvent bizarre. Je roule des yeux ; les humains sont débiles quand même. Elle n’est pas invitée aux soirées et ne veut de toute façon pas y aller si elle doit changer ce qu’elle est pour cela. Elle préfère aller visiter des expos ou les soirées en comité restreint. « Pourquoi ça me dérangerait ? Si y’a un truc de bien, et qu’t’as pas peut-être pas encore remarqué, c’est qu’on peut faire c’qu’on veut dans la section artistique. Le lycée était pire que ça. » Cependant que je prends le papier où est inscrit son numéro de téléphone, je souris. « On verra à l’occas’ alors, si y’a une expo sympa en ville, ou quelque chose du genre. » Je plie le morceau de papier et le glisse dans ma poche, avec encore l’impression d’avoir gagné là où Ezeÿiel a échoué, sans même avoir essayé. Je ne recherche rien de particulier, mais je viens de me faire une pote visiblement, et c’est toujours une sensation agréable de rencontrer quelqu’un avec qui on peut partager des choses.

La suite prit une direction inattendue ; en me penchant pour chercher mes affaires dans mon sac, je sens une odeur de vampire qui me fait me relever très brusquement. Tellement que je me cogne la tête contre la table en un grand bruit. Les circonstances m’amènent à comprendre que l’odeur qui me ferait froncer le nez si je ne me retenais pas vient du sac de Gaïa. Pourtant, elle n’est pas une vampire. Donc elle doit bien en côtoyer. J’aborde les sujets de la vidéo et de l’existence des loups et des sangsues. Je lui pose mes questions habituelles et, voyant qu’elle est un peu sur la réserve, j’y mets un peu plus d’intensité en avouant par exemple que moi, je crois que la vidéo, ainsi que tout ce qu’elle implique, est bien réelle. En tout cas, ça ce n’était pas un mensonge du tout puisque je faisais moi-même parti de cette réalité qui avait été cachée aux hommes (et qui tente de le rester pour les civils). Nous partons dans un court débat sur le loup-garou comme il est représenté en la personne de Lupin dans l’univers cinématographique d’Harry Potter. Ce n’est qu’un des nombreux exemples où l’imagination humaine s’est approprié notre nature. Je ne sais même pas si on peut leur en vouloir, tout ce qu’ils savent de nous n’est que légendes et superstitions venues sur Moyen-Âge, qui ont évoluées au court du temps. « Ouais, mais pas tous, pis mais même s’ils voulaient montrer la réalité ils pourraient pas. » dis-je simplement.

Puis, avec quelques amusements dans la tête, je demande à Gaïa si elle soupçonne des gens. Ce qui est source de plaisanteries par la suite. Puis la jeune femme fait preuve de sérieux, alors que je viens de faire la réflexion qu’en fait, peut-être que les vampires peuvent sortir de jour. Elle dit alors que si c’était le cas, ils auraient déjà pris le contrôle du monde. Involontairement, je grimace. Ces maudites chauves-souris nous ont volé nos territoires, ont tué nombre de loups-garous, et nous ne faisons pas le poids maintenant que trois familles se sont prises de passion pour la Norvège. A moins de les diviser au point qu’elles s’anéantissent entre elles... Puis je secoue la tête à l’évocation de Twilight ; j’aurais dû le prévoir. Malgré la vision plutôt juste du loup-garou dans ces bouquins, ils me désolent quand même, ça reste des trucs de filles. « Oh pitié pas ça, des vampires qui brillent, c’est sûrement la chose la plus ridicule jamais inventé. » Ceci dit, ça n’a peut-être pas dû leur faire plaisir qu’on les imagine scintiller au soleil comme des boules disco. Et l’idée me fait sourire en coin.

Mais je réponds à Gaïa lorsqu’elle me demande si j’ai mes propres doutes. Je conclus qu’en tout cas, les créatures surnaturelles savent se cacher (je suis bien placé pour le savoir) et que ce n’est pas étonnant que les citoyens n’aient rien vu avant. Un silence s’installe, la jeune femme semble sérieuse, et assimile mes propos. C’est alors que je change de sujet en regardant le foulard, nonchalamment, et avec une légèreté de ton retrouvé, en demandant si c’était le sien, avec un compliment au passage. Elle me raconte que ce n’était pas le sien, enfin pas vraiment, mais une amie habituée du salon lui en a fait cadeau il y a peu. D’accord, ainsi y’a vraiment des vampires qui fréquentent son salon de thé... « Oh je vois, en tout cas elle a bon goût. Il te va bien je trouve, enfin, avec la couleur de tes cheveux, ça s’accorde bien. » Je finis ma phrase avec un sourire ; les compliments ça fait toujours un petit effet. « Et il est où ce salon de thé où tu travailles.. ? » demandais-je, avec le léger sous-entendu que, peut-être, je passerais la voir. S’il fallait que je me rapproche d’elle pour lui éviter d’être bouffée par un putain de vampire, je le ferais, je n’ai pas peur.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
DC Modo ♦️ "Ange terrestre soumis à la tentation..."
Messages : 1788
Membre du mois : 66
Date d'inscription : 08/12/2016
Célébrité : Kerti Pahk
Crédit : Kanala
Caractère : Patiente » Secrète » Enjouée » Manipulatrice » Sociable » Jalouse »
Métier : Etudiante en Master Photographie et Art Contemporain - Serveuse dans le salon de thé "La Table du Chapelier".
Affinités :

Spoiler:
 


DC Modo ♦️
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I - terminé] Save yourself.   Sam 27 Mai - 18:45

Le 09 janvier 2018


Crédit tumblr




Je fus amusée par la remarque de Brishen. C’était aussi ce que je pensais mais ce n’était pas tout à fait vrai non plus ! Personne ne me reprochait mon mode de vie, du moins pas ouvertement et c’est pour cela que mes invitations à des soirées étaient très limitées. Il faut aussi dire que je les déclinais souvent ! Je n’avais pas le choix à vrai dire. Soit je travaillais, soit je préférais rester au domaine au cas où Maja aurait besoin de se nourrir. Je préférais de loin plaire à la vampire plutôt qu’à des étudiants dont je n’aurais sûrement plus aucune nouvelle après nos études. Et puis mon cercle d’amis me convenait parfaitement même si je venais de faire une tentative pour l’agrandir.
Visiblement c’était bien partie pour puisque Brishen récupéra mon numéro. Et je n’avais pas l’impression qu’il était du genre à prendre le morceau de papier pour le jeter plus tard. Cependant, je pouvais me tromper ce que je n’espérais pas. Avec un sourire, je reprenais la parole.



- Tu vas sûrement me prendre pour une folle mais j’ai adoré le lycée, dis-je avec un haussement d’épaules. Tout semblait plus simple !  Je marquais une pause. Cela étant dit, maintenant que je suis à l’université je ne retournais là-bas pour rien au monde.  Puis j’ajoutais concernant une éventuelle sortie. Une expo ça peut être pas mal… aller voir un film ou boire un verre aussi. Enfin, en n’oubliant pas le couvre feu,  précisais-je en souriant.


Non, je ne draguais pas ! Je crois… Je voulais juste qu’il comprenne que nous n’étions pas obligé de faire une sortie à rapport avec l’art. Ce n’était pas notre seul point commun de toute évidence. La conversation qui suivit me le prouva ! En l’écoutant parlé je me rendais compte que j’aurais parfaitement pu dire que je croyais en cette vidéo et à l’existence des créatures surnaturelles ! Je ne savais pas pourquoi je prétendais le contraire… Les personnes pensant cette vidéo était réelle devaient être très nombreux et pas pour autant pris pour des fous ! Mais non, il m’était impossible de dire que je croyais à tout ça et cela était sûrement du au fait que je cachais le secret de cette réalité depuis des années.
Concernant les films et la façon dont ils montraient les créatures, je ne rajoutais rien. Nous avions fait le tour même si la conversation continuait de concerner les créatures surnaturelles.

Les vampires étaient à présents à l’honneur et je faisais référence à la saga Twilight à propos du résultat de l’exposition au soleil des vampires dans ces livres et films. La réaction de Brishen ne se fit pas attendre et autant dire que j’en fus soulagée.
J’eus un léger rire. Il aurait pu être en rapport avec les paroles du brun mais non. Je venais d’imaginer Maja toute scintillante au soleil ! Elle n’aimerait pas du tout… de même pour Julien. J’avais d’ailleurs du mal à les imaginer en train de profiter du soleil.



- Ouf ! On est d’accord ; cette saga est un scandale sans nom, déclarais-je regardant Brishen avec un sourire. Je les ai tous lu par principe et surtout parce que c’était un cadeau mais cela a été un calvaire. Pour le dernier tome je me suis forcé à lire un chapitre par soir… c’est pour dire !


Il était bien connu que j’aimais lire et il n’était pas rare que l’on m’aperçoive le nez plongé dans un bouquin. Si je m’étais carrément forcé à lire ce dernier bouquin c’était tout dire au sujet de mon avis le concernant lui et les autres.
Puis la discussion devint plus légère et le brun me complimenta sur mon nouveau foulard. Oui, je me l’étais un peu, beaucoup, approprié mais la jolie blonde à qui il appartenait ne m’en tiendrait pas vigueur. Elle-même m’empruntait parfois des vêtements.



- Oui, elle a très bon goût, confirmais-je avant d’ajouter, merci pour le compliment. J’aurais presque pu rougir mais non, je me contentais de répondre à la question. Il était vrai que je n’avais jamais compté Brishen parmi mes clients. Je travaille dans le salon de thé "La table du Chapelier". Il se trouve dans le centre commercial de Valtech'. Et pour les clients sympas, une viennoiserie est offerte avec la boisson chaude, rajoutais-je amusée. Et comme on me pose souvent la question, non, on ne vend pas que du thé !



.  

_________________
 
Gaïa L. S.
“Au Ciel, un ange n'a rien d'exceptionnel...
Autant rester sur Terre et vivre !”
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I - terminé] Save yourself.   Sam 3 Juin - 23:21


Save yourself.
Gaïa & Brishen

______9 Janvier 2018.

C’est avec plaisir que je récupère le numéro de téléphone de Gaïa. Nous avons pas mal de points communs et elle est moins débile que les autres humaines, pourquoi se priver. Je ne suis pas le genre à courir après les amis, mais je ne repousse pas non plus de nouvelles connaissances quand elles sont aussi agréables. Nous discutons assez bien tous les deux, de pas mal de choses. La jeune femme m’apprend même qu’elle avait adoré le lycée, ce qui me fait arquer un sourcil étonné. Cependant elle ajoute quand même qu’elle n’y retournerait pas, maintenant qu’elle est à l’université. Elle change ensuite de sujet pour revenir sur une possible sortie. Entre un ciné ou une expo, tout m’irait, je suis pas trop difficile. « Oh on trouvera bien », répondis-je en souriant. Effectivement cette histoire de couvre-feu n’est pas marrante, et restreint pas mal toutes sorties, mais ça ne durera qu’un temps. Je crois. Même au sein de la meute il y a ce genre de règles instaurées par les chefs, et c’est pas marrant du tout.

C’est à mon tour de changer de sujet, et de partir sur ce qui intrigue tout le monde, la récente vidéo et toutes ses conséquences. J’ai envie d’avoir l’avis particulier de Gaïa, car par un concours de circonstances (un peu douloureux), je me suis rendu compte que dans son sac se trouvait un objet, un foulard, qui avait une forte odeur de vampire. J’essaie de la mettre à l’aise, en avouant moi-même que j’y crois à cette vidéo, et en prenant tout ça un peu à la rigolade. On discute même des films en arrivant à la conclusion qu’on ne peut pas se fier à eux, ni même à quoique ce soit. On est restés cachés tellement longtemps, les sangsues et nous, que les humains auront de la peine à démêler le vrai du faux dans toutes les légendes et mythes. Sauf ces abrutis du gouvernement, mais c’est encore un tout autre sujet. Après les loups-garous, on parle un peu des vampires, mais je n’en tire rien. Gaïa, si elle est consciente de côtoyer un vampire, le cache bien. En même temps, elle paraît toute innocente et mignonne, facile de cacher son jeu.

Cependant, après avoir fait un peu le tour – on a même discuter de Twilight –, je parle du fameux foulard. Un petit compliment au passage, et j’apprends qu’il lui a été donné en cadeau par une amie et cliente fidèle de son salon de thé. Par association, je pige que la fameuse cliente est forcément une vampire, et qu’il y en a sûrement d’autres qui fréquentent l’établissement. Je demande alors le nom du salon de thé où travaille Gaïa ; j’irais peut-être y faire un tour, même si pour se rendre dans un coin bourré de vampires (si c’est le cas) faut être sacrément idiot. Ça mérite inspection en tout cas, je n’ai pas envie de voir Gaïa dans le journal en tant que victime. « J’passerais faire un tour je pense, la prochaine fois que j’vais faire un tour au centre commercial. Et, prépare-moi déjà une viennoiserie, j’suis un client sympa, tu verras », ajoutais-je avec un léger rire.

J’allais continuer quand je sentis mon téléphone vibrer. Je le sors alors et lis rapidement le message qui vient d’un des loups. Je soupire lourdement en me levant. « Faut qu’j’y aille, problème de famille. » lançais-je comme excuse. Ce qui n’est pas un mensonge d’ailleurs, la meute est une famille. Et outre ma présence requise au domaine, il est vrai que de toute façon, il se fait tard, et l’Ulfric pourrait carrément envoyer des types pour me chercher. Personne n’aime savoir l’oméga seul, au dehors, en ces temps troublés. Surtout quand ledit oméga a encore une fois fait des siennes à peine deux jours plus tôt. « Désolé d’partir comme ça Gaïa. C’était super sympa de discuter avec toi en tout cas », expliquais-je en rangeant vite fait mes affaires. « Faudra refaire ça à l’occasion. A plus ! » Je lui souris une dernière fois en repoussant ma chaise sous la table avant de tourner les talons et partir, son numéro de portable toujours dans la poche.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
DC Modo ♦️ "Ange terrestre soumis à la tentation..."
Messages : 1788
Membre du mois : 66
Date d'inscription : 08/12/2016
Célébrité : Kerti Pahk
Crédit : Kanala
Caractère : Patiente » Secrète » Enjouée » Manipulatrice » Sociable » Jalouse »
Métier : Etudiante en Master Photographie et Art Contemporain - Serveuse dans le salon de thé "La Table du Chapelier".
Affinités :

Spoiler:
 


DC Modo ♦️
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I - terminé] Save yourself.   Jeu 8 Juin - 22:25

Le 09 janvier 2018


Crédit tumblr




Je prenais les devants pour faire de nouvelles rencontres même si ce contact ne correspondait pas forcément à la demande de Maja. Brishen n’était pas une pomme de sang, je l’aurais su ! Et dans le cas contraire, cela aurait voulu dire qu’il l’était pour une autre lignée ce qui aurait été une très mauvaise nouvelle. Mais cela m’étonnait fortement. Enfin, je ne le pensais pas jusqu’à ce que la petite voix de ma conscience me dise qu’il était peut-être aussi bon comédien que moi. Et cette idée me déplut même si elle n’ôta en rien mon sourire en voyant le jeune homme prendre mon numéro de téléphone.
Je hochais ensuite la tête avec un enthousiasme certain lorsqu’il déclara que nous n’aurions aucun souci à nous trouver une sortie intéressante. Je me retenais juste de dire que ce fichu couvre feu y mettrait un terme bien rapidement. Saleté de règlement ! Je m’empêchais de soupirer… Je trouvais dommage de se priver de vivre et cela l’était d’autant plus que je ne pouvais pas inviter Bribri au domaine.

J’allais lui demander mine de rien où est-ce qu’il vivait ; non pas pour m’incruster mais par simple curiosité. Cependant, je n’en eus pas le temps car un sujet d’actualité anima notre conversation. La vidéo faisait beaucoup parlée, comme les récents événements, mais pour une fois la discussion me plaisait. Il ni avait pas cette pointe d’angoisse dans la voix de Brishen comme dans celles de mes autres camarades de classe. Au contraire, le ton était plutôt à la plaisanterie et j’aimais ça. C’était surtout le petit air conspirateur du brun qui m’amusait ! C’était d’ailleurs la première fois que je discutais au lieu de réviser… mais il faut une première à tout me direz-vous.
La conversation dévia ensuite sur l’endroit dans lequel je travaillais et je n’hésitais pas à en faire de la pub. Et puis j’étais tout à fait honnête lorsque je disais que les clients sympas avaient le droit à des viennoiseries gratuites, Jøran était l’exemple parfait ! Mais bizarrement je ne citais pas son prénom devant le brun. Allez savoir pourquoi !



- Mais je n’en doute pas, déclarais-je en souriant. Mais attention ! continuais-je en pointant mon index en direction de Brishen, Que je ne te vois pas passer devant le salon sans rentrer. J’suis une spécialiste de l’attaque bombe de chantilly, précisais-je en plissant les yeux, amusée.


Puis notre conversation fut malheureusement interrompue par son téléphone. Je ne l’avais pas entendu mais je le compris quand Brishen sembla lire un message avant de soupirer… Je comprenais immédiatement qu’il allait partir. Dommage !


- Oui, c’était sympa ! Mais la famille c’est le plus important, lui dis-je en souriant comme si je savais de quoi je parlais.


Je lui adressais ensuite un signe de la main en le regardant partir. Lorsqu’il eut complètement disparu, je faisais comme si cet interlude n’avait jamais eu lieu et je reprenais mes livres pour une bonne heure avant de partir à mon tour.




.  

_________________
 
Gaïa L. S.
“Au Ciel, un ange n'a rien d'exceptionnel...
Autant rester sur Terre et vivre !”
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Livre I - terminé] Save yourself.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Formations universitaires aux Métiers du livre par diplôme
» Master pro métier du livre de Grenoble 2
» Formations universitaires aux Métiers du livre par région
» master 2 "monde du livre" à aix
» Livre synthétique sur l'art d'écouter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ragnarök :: 
Valhöll
 :: 
Le Valtechnologie
 :: 
L'université
-
Sauter vers: