AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
[Livre I] Si vous ne pouvez les convaincre, semez le doute dans leur esprit.

Invité
Invité

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: [Livre I] Si vous ne pouvez les convaincre, semez le doute dans leur esprit.   Mar 15 Nov - 14:00

Le 9 décembre 2017


Crédit google img


Il est temps d'aller le voir. Depuis quand ne l'a-t-elle pas vu d'ailleurs ? Juste avant qu'elle ne se rebelle ouvertement, ils avaient remis le couvert, comme ça leur arrive épisodiquement. Quelques mois donc. Sauf que ce n'est pas pour une partie de jambes en l'air qu'elle décide de le retrouver ce soir, à moins qu'il se montre plus réceptif qu'elle l'imagine.

Elle redoute un peu sa réaction quand il la découvrira sur le pas de sa porte, sans aucun doute il ne sera pas enchanté, sans aucun doute ne voudra-t-il aucunement être lié à elle de quelconque façon. De peur de subir des représailles de Bael probablement. Mais elle se doit d'essayer de le convaincre qu'il fait le mauvais choix en restant auprès de son père. Aslaug sait, elle en est certaine, qu'il finira par l'écouter, quant à savoir s'il la suivra, elle en est moins sûre.

La semi-démone croise le regard d'un loup, dans l'ombre du bâtiment, il l'observe, la surveille. Non pas qu'il n'ait pas confiance en elle, il s'assure simplement que rien ne lui arrive, comme lui a ordonné son Ulfric. Il n'a donc pas été ravi d'apprendre qu'il ne pourrait pas la suivre une fois à l'intérieur, elle ne lui a guère laissé le choix. Il restera dehors le temps qu'il faudra jusqu'à ce qu'elle en sorte et qu'il puisse l'escorter jusqu'au domaine.

Quant à elle, Aslaug se pointe devant le portique de la cour et attend qu'un habitant pointe le bout de son nez. L'immeuble est grand, ce qui signifie beaucoup de voisins susceptibles de rentrer à n'importe quelle heure, et si ce n'était pas le cas, elle ne perdrait pas son temps. Quelle chance, elle n'attend que 10 minutes quand une femme se pointe au moment ou quelques flocons de neige commencent à tomber. Serait-elle chanceuse ?

Elle se fait passer pour la fiancée d'un habitant de l'immeuble, prétend qu'elle veut lui faire une surprise, mais qu'elle a oublié le code d’accès. La femme se fait facilement berner, une romantique sans aucun doute pour croire une histoire pareille, sans se méfier. Les plus idiotes et naïves du point de vue d'Aslaug. Il se serait agi d'un homme, elle aurait trouvé un autre discours pour pénétrer l'endroit.

La semi-démone se retrouve prise à son propre piège lorsque la femme commence à lui parler de sa propre histoire avec des yeux brillants d'amour, elle s'emporte pendant qu'elles empruntent toute deux l'ascenseur. Aslaug espère qu'elle s'arrêtera avant elle et non au même étage, que ce laïus ennuyeux à mourir cesse enfin. L'idiote croit sincèrement en l'amour, et l'idée tente sérieusement la semi-démone de séduire son petit ami pour la désillusionner. Si elle avait du temps à perdre, sans doute se serait-elle laissé tenter, mais c'est loin d'être le cas.

Les portes de l'ascenseur s'ouvrent enfin et Aslaug est soulagée de voir l'humaine quitter l'habitacle, elle lui fait ses adieux avec un grand sourire aux lèvres. La blonde grimace tandis que les portes se referment, c'est affligeant de voir une femme aussi stupide. Il est temps de penser à la rencontre à venir d'ici quelques secondes. La semi-démone retire bonnet, gants et écharpe, fourre le tout dans son sac, se peigne les cheveux à l'aide de ses doigts, histoire d'être un minimum présentable et marche jusqu'à la porte du semi-démon à laquelle elle frappe.

Elle sait qu'il est présent, puisqu'elle a vu son appartement illuminé depuis le bas de l'immeuble. Elle s'écarte pour ne pas être visible par le juda et patiente une fois qu'elle a frappé 3 fois sur la porte. Aslaug aurait pu mandater quelqu'un d'autre pour le cas de Samuel, au lieu de quoi, elle a refusé que quiconque aille à sa rencontre. Elle a bien l'intention de s'occuper de son cas personnellement.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Messages : 1781
Membre du mois : 96
Date d'inscription : 05/11/2016
Age : 34
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Kanala
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel



Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Si vous ne pouvez les convaincre, semez le doute dans leur esprit.   Mar 15 Nov - 16:11

Le 9 décembre 2017


Crédit Monroe


- Si vous aviez fait faire boulot correctement, je n’aurais pas raté cette affaire ! déclarais-je hors de moi. Et je me fiche que votre fils était malade ce jour là… Si vous n’arrivez pas à gérer, il ne fallait pas faire de gosse ! Je soupirais en entendant un sanglot à l’autre bout de mon téléphone qui m’empêcha de bien saisir les paroles de mon assistante. Comment ça tout est réglé ? … Bon sang mais arrêter de pleurer ! … Un rendez-vous ? Avec Monsieur Jørgensen ? Bien sûr que je veux la date et l’heure ? répondis-je en levant les yeux au plafond.

Alors que je notais les informations j’en venais à penser qu’il fallait que je me rattrape. Sigrid était la seule assistante à avoir tenu plus de deux mois comme assistante dans mon cabinet et je venais de lui gueuler dessus sans raison. Enfin, de mon point de vue j’en avais une mais si je l’avais écouté je me serais rendu compte qu’elle avait rattrapé sa connerie. Bien évidemment il était hors de question que je m’excuse ! Après tout, elle avait quand même failli me faire passer à côté d’une affaire qui allait sûrement me rapporter pas mal de fric.
Je notais donc l’heure du rendez-vous et me raclais la gorge avant de reprendre.



- Sigrid ! Prenez donc une semaine de repos… … Mais non je ne vous vire pas ! dis-je en levant de nouveau les yeux au plafond. Je me levais et allais en direction de la baie vitrée. Je vous paie une semaine à rester chez vous et profitez de la fin de semaine prochaine pour partir avec votre fils au frais du cabinet.

Après avoir supporté un millier de remerciements je pouvais enfin raccrocher. Mais quelle idiote ! Si j’avais fait cela c’était uniquement parce que je n’avais pas de temps à perdre à me chercher une nouvelle assistante. Et puis au moins je ne l’aurais pas sur le dos pendant une semaine… si elle restait chez elle bien entendu ! Car si Sigrid avait une qualité, c’était son professionnalisme. Elle avait accepté le week-end mais pour le reste, elle n’en avait pas parlé. Enfin, je verrais bien cela lundi.
Et en attendant, cette bonne nouvelle m’avait donné faim. Avoir Jørgensen pour client devait être fêté ! Oui, je suis du genre à vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Je composais donc le numéro de téléphone du traiteur le plus en vue du coin et passais la commande de deux filets de bœuf Rossini accompagné d’une bouteille de son meilleur vin rouge. Est-ce que j’attendais quelqu’un ? Par le feu de Satan, non ! Mais demain c’était dimanche et après mon repas je sortirais sûrement pour rentrer très tard. Ainsi j’aurais donc déjà de quoi manger pour demain. Oui, je sais, je suis très organisé !

Souriant à cette pensée, je me servais un verre de Cognac Hennessy Paradis avant de saisir ma veste pour sortir sur le balcon… Après mettre amusé quelques secondes avec mon briquet tempête je m’allumais une cigarette et contemplant l’extérieur durant plusieurs minutes. Je récupérais mon verre et appréciais infiniment la première gorgée de ce breuvage. Rouvrant les yeux, je constatais que la neige recommençait à tomber doucement et je me décidais à rentrer pour apprécier la chaleur de mon luxueux appartement.
Ce fut à cet instant que trois coups frappés à la porte se firent entendre. Intrigué, mon verre à la main, j’avançais vers l’entrée. Il était trop tôt pour mon repas et le livreur aurait dû sonner à l’interphone. Je soupirais, exaspéré, en pensant qu’il devait s’agir d’un de mes voisins…

Mais je glissais bien vite la main dans ma poche pour récupérer mon briquet lorsque je ne vis personne par le judas. Je posais mon verre à l’abri… car oui, ce nectar ne se gaspille pas et j’ouvrais la porte tout en jouant avec mon feu. J’avais beau avoir de l’assurance, cela ne m’empêcha pas d’être surpris en LA voyant.



- Tu n’es pas comme tes nouveaux alliés ? Tu n’as pas peur du feu ? déclarais-je froidement en m’adressant à Aslaug. Tu es sûrement au courant des ordres qui nous ont été donné à ton égard, continuais-je. Qu’est-ce que tu fous là ? T’es suicidaire ?


La flamme dans ma main s’était attisée mais Aslaug me connaissait assez pour savoir que je ne tenterais rien, pour le moment. J’étais seulement en rage de la voir débarquer ici mais cela ne m’empêcha pas de m’écarter pour la laisser entrer.

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Si vous ne pouvez les convaincre, semez le doute dans leur esprit.   Mer 16 Nov - 10:39

La porte s'ouvre et laisse à découvert le pyromane qu'elle côtoie depuis des années désormais. Comme plusieurs autres, mais celui-ci est particulier. Elle lui a donné sa virginité, il lui a donné un fils. Bien évidemment, comme elle l'a estimé, il n'est pas ravi de la découvrir là. Fut un temps, c'était le cas pourtant. Surtout pour passer du bon temps, il ne l'accueillait pas avec une main enflammée.

C'est avec méfiance qu'elle l'observe, un léger froncement de sourcil qui peut exprimer aussi bien l'inquiétude, comme la contrariété. Elle le connaît assez pour savoir qu'il ne l'attaquera pas dans l'immédiat, sans doute par rapport à leur histoire. Tout le monde ne peut pas se vanter d'avoir une histoire aussi ancienne que la leur, sans s'être entre-tué, pourtant l'enfer sait qu'elle y a pensé plus d'une fois. Pour des semi-démons, c'est un tour de force.

« Je suis au courant, il s'est montré très explicite dans la lettre qu'il m'a adressée et j'en ai fait autant. » Elle ne reviendra pas en arrière, hors de question. Maintenant qu'elle est lancée, elle ne désire que voir jusqu'où elle mènera sa quête. A terme, elle l'espère bien. Samuel est fâché, mais contre toute attente, il s'écarte du seuil de la porte pour la laisser entrer. Aslaug sourit, un peu soulagée, toujours méfiante.

« S'il désire tellement me voir morte, je le serais déjà Samuel. Ce qu'il ne vous dit pas, c'est que dans ce conflit, je suis sa nouvelle source d'amusement, il ne me prend pas au sérieux, pas encore, mais si je deviens une rivale de poids... Tu sais bien qu'il n'aura qu'à le penser sincèrement pour que je sois morte dès le lendemain. Non, pour l'instant rien ne lui ferait déjà plus plaisir que de me mettre des bâtons dans les roues. »

Un démon comme ennemi n'est pas une menace à prendre à la légère, en tout cas Aslaug n'est pas assez arrogante pour l'ignorer. Si encore elle n'avait que son père, mais non les vampires ne sont pas des alliés, il n'y a qu'une lignée qui ne se soit pas clairement déclaré ouvertement ennemie des loups-garous, les Myklebust, ça ne signifie pas qu'ils sont amis. Il est impératif d'agrandir les rangs des loups, et de ses fidèles.

Elle entre enfin dans l'appartement luxueux. La semi-démone ne tente pas le diable en l'embrassant, comme elle l'aurait fait dans d'autres circonstances, ça ne l'amadouerait pas une seconde en plus de l'insulter. Ce n'est pas le but de sa venue. Cela dit, comme elle avise son verre à moitié vide, elle peut bien le servir de nouveau et se servir elle par la même occasion.

« Au moins je ne t’interromps pas avec une galante compagnie. » Remarque-t-elle avec un brin d'optimisme. Aslaug s'empare du verre, et comme si elle était chez elle, se dirige vers le bar du semi-démon. Elle le ressert en Cognac, tandis qu'elle se sert une Vodka. Ravie de constater qu'il ne s'est pas débarrassé du seul alcool qu'elle affectionne, en dehors du vin. « Alors, est-ce qu'il te surveille ? Il doit bien se douter que j'entrerai en contact avec toi. » S’enquit-elle en revenant vers lui pour tendre son verre.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Messages : 1781
Membre du mois : 96
Date d'inscription : 05/11/2016
Age : 34
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Kanala
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel



Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Si vous ne pouvez les convaincre, semez le doute dans leur esprit.   Mer 16 Nov - 11:33

Le 9 décembre 2017


Crédit Monroe


Bien sûr que je n’attaquerais pas la sublime blonde ! Pour commencer nous étions sur le pas de ma porte, donc niveau discrétion cela n’aurait pas été le top. Et surtout, j’avais des questions à poser à Aslaug, la première étant de savoir pourquoi elle nous avait trahis ! Les semi-démons avaient toujours été alliés et unis jusqu’à présent. Ok ! Ils nous arrivaient de nous mettre des bâtons dans les roues et d’éliminer celles et ceux qui échouaient au test de Bael mais une fois intégrés nous étions une sorte de grande famille chaotique. Pourquoi avait-il fallu qu’elle s’allie avec ces chiens ? Qu’est-ce qui lui était passé par la tête ?
Toutes ces questions avaient accentué ma colère et ainsi attisé le feu de ma main. Que voulez-vous j’étais un impulsif de naissance et je ne remarquais la flamme grandissante que lorsque le regard d’Aslaug se posa sur ma main. Je prenais donc une grande inspiration avant de m’écarter de l’encadrement de la porte alors qu’elle me répondait.

Cette fois ce fut à mon tour de froncer les sourcils et ce, uniquement par curiosité. Qu’est-ce que Bael avait bien pu lui écrire ? Sûrement de laisser tomber ce qu’elle était en train d’entreprendre et de revenir auprès de son père. Mais elle ? J’ignorais ce qu’Aslaug avait pu lui répondre mais je me doutais que la missive de cette dernière n’avait pas plu à mon mentor…
Malgré mes pensées, je ne loupais pas le sourire de la belle qu’il m’avait toujours été impossible de ne pas trouver attirante et ce, depuis notre première nuit ensemble. Je ne pouvais donc m’empêcher de la détailler lorsqu’elle pénétrait dans mon appartement. Mais très vite je délaissais cette charmante vision pour n’être attentif qu’à ses paroles.



- Est-ce que tu sous-entends que ses ordres de nous en prendre à toi n’étaient pas tout à fait réels ? demandais-je dubitatif. Puis je réfléchissais… Elle avait sûrement raison ; si Bael voulait vraiment la voir morte, elle le serait déjà. Il ne te prend pas au sérieux comme rivale ? Alors renonce… quoique tu sois en train d’entreprendre ! C’est peut-être sa façon de te laisser une dernière chance de ne pas complètement nous trahir… Pourquoi tu ne la saisis pas ?


Mais déjà, pourquoi faisait-elle cela ? Je ne lui posais pas la question car ses agissements m’avaient vexé au plus haut point ! Oui, j’ai bien dit vexé. Depuis plus de vingt elle était mon amante, mon alliée et mon ennemie. Mais elle avait toujours été ma rivale dans le sens où nous désirions être celui qui obtiendrait la confiance totale de Bael.
Depuis plus de vingt ans j’étais persuadé de connaître Aslaug aussi bien qu’elle me connaissait. Alors pourquoi n’avais-je pas sentir venir cette trahison que je ne comprenais pas !? Que lui était-il arrivé ? Quelle folie l’avait saisi pour qu’elle tourne le dos à son père ? Je n’arrivais même pas à avoir un début de réponse dans mon esprit.

Je revenais à la réalité lorsqu’elle s’adressa de nouveau à moi pour m’entendre soupirer suite au souvenir de ma discussion précédente.
Je la regardais ensuite saisir mon verre pour me servir avant de prendre un verre de vodka, ce qui me fit sourire… Je n’appréciais pas cet alcool et pourtant je n’avais pas eu l’idée de me débarrasser des trois variétés de luxe que je possédais.



- Non, je suis seul ce soir puisque j’ai dû, une nouvelle fois, faire face à l’incompétence du genre humain ! Mais je ne vais pas t’ennuyer avec ces histoires, déclarais-je en prenant mon verre et en allant dans le salon. Je te laisse te débarrasser de ton manteau, ajoutais-je en indiquant la penderie de l’entrée.


Une fois dans le salon je regardais par la fenêtre avant de me retourner vers Aslaug.


- Oui, je suis certain que je le suis mais pas jusque dans mon propre appartement et encore moins par Bael en personne ! Il est trop occupé avec les Mykeblust, répondis-je au sujet de la surveillance. Et toi ? As-tu un de tes nouveaux amis dans le coin ? demandais-je avec amertume avant de boire une gorgée de mon cognac pour tenter de faire passer cette rancœur.


_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Si vous ne pouvez les convaincre, semez le doute dans leur esprit.   Jeu 24 Nov - 10:44

« Oh non ses ordres sont les ordres, bien sûr, vous ne pouvez pas y désobéir. Pas plus que je ne vous laisserai me tuer et il le sait parfaitement. Il ne s'attend pas à ce que l'un de vous réussisse et lui ramène mon cadavre. » D’ailleurs, elle ne serait pas étonnée qu’il abatte le premier qui apporterait son cadavre s’il y arrivait. Ou qu’il le punisse pour l’avoir sévèrement frustré en tuant sa nouvelle source d’amusement. Bael a beau être son géniteur, il n’a jamais été pourvu de la moindre fibre paternelle, bien qu’il sache prendre soin de ses propres rejetons.

Elle ne doute pas cependant, que sa trahison lui reste en travers de la gorge. Il y a encore quelques mois on ne pouvait réfuter qu’elle lui soit totalement fidèle, jusqu’à sa rencontre avec un illuminati, puis un loup. La suite des événements se sont déclenchés rapidement et ses ambitions de même. Encore une fois on a voulu l’utiliser, hors Aslaug est beaucoup de choses, mais certainement pas un pion que l’on peut manipuler à sa guise.

« Que se passe-t-il Samuel ? Je pourrais penser que tu t'inquiètes pour moi. » S’enquit-elle le sourire aux lèvres. Pas le genre de sourire ravi, plutôt du genre vorace. S’il témoigne un tant soit peu d’affections à son égard, elle ne fera qu’une bouchée de ce bellâtre. Les sentiments sont une faiblesse, elle n’a jamais eu l’occasion d’en saisir tous les tenants et aboutissants, mais elle le sait c’est tout.

« Trop aimable. » En effet, elle n'a que faire de la raison de sa solitude puisque ça l'arrange bien. Tandis qu’elle se débarrasse de son manteau pour dévoiler une tenue tout ce qu’il y a de plus confortable pour une saison d’hiver, elle hausse un sourcil évocateur lorsqu’il lâche que Bael s’intéresse aux Myklebust. Samuel a-t-il conscience qu’il vient de lâcher une information qu’elle n’est probablement pas censée connaître ? Enfoiré de paternel ! 2 lignées de vampires au cul des loups ne semblent pas lui suffire, il veut ajouter la troisième? Elle se chargera de cette histoire, voilà déjà plusieurs jours qu'elle tente d'entrer en contact avec eux.

« En bas, oui. Un loup, peut-être un autre, ils savent se faire discret quand ils le veulent. » Répond-elle avec franchise. Elle note l'amertume dont il semble être saisi. Aslaug s'approche de lui, son verre à la main, elle le rejoint derrière la fenêtre qui offre une superbe vue sur le quartier. Se sent-il trahit ? Difficile à dire, leur relation n'a jamais été au beau fixe. Elle l'a déçu plus d'une fois et réciproquement.

« Pourquoi n'ai-je pas saisi cette chance me demandes-tu ? Je l'ai saisi, il y a de nombreuses années, j'ai fait exactement tout ce qu'il me demandait, j'ai gagné sa confiance et tout ça pour quoi ? Pour n'être toujours que ses pantins... Certes, c'est amusant de s'amuser aux dépens de ces humains, mais qu'est-ce que l'on y gagne concrètement ? Ça fait des années qu'il fait des promesses, c'est comme ça qu'il nous maintient sous sa coupe, sans jamais tenir sa parole. Je doute sérieusement qu’il puisse faire de nous ce que l’on espère au plus profond de notre être, alors je vais le chercher par un autre moyen. »

Ce n’est pas là l’unique raison de sa rébellion, mais chaque chose en son temps. Samuel est ouvert à la conversation, elle ne compte pas le braquer aussi vite avec ses grandes idées. Elle doit déjà tâter le terrain, instiller le doute dans son esprit avec une certaine part de vérité.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Messages : 1781
Membre du mois : 96
Date d'inscription : 05/11/2016
Age : 34
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Kanala
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel



Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Si vous ne pouvez les convaincre, semez le doute dans leur esprit.   Jeu 24 Nov - 19:41

Le 9 décembre 2017


Crédit Monroe


- Comme si j’avais l’air de vouloir te tuer en cet instant et déclencher mon alarme incendie ! répliquais-je. Cependant je reconnais que si tu continue à prétendre que je suis un incompétent… continuais-je en jouant avec mon briquet… l’idée pourrait m’effleurer l’esprit ! annonçais-je clairement et froidement.


Autant dire que j’étais convaincant à souhait, exactement comme lorsque je plaidais, mais j’avais des doutes. Non pas sur le fait que je sois capable ou non de la tuer mais concernant ce qu’elle venait de dire. Si elle avait raison et que l’un des fidèles du Prince venait à lui ôter la vie alors que ce n’était pas vraiment ce qu’il voulait… qu’adviendrait-il du coupable ? J’éteignais mon briquet en sachant pertinemment qu’elle était la réponse. Autant dire qu’elle ne me plaisait guère puisque je tenais à la vie. Je n’étais pas suicidaire moi !  
Et puis comment aurais-je pu tuer Aslaug ? J’avais trop de questions pour tenter quoique ce soit même si j’avais beaucoup de mal à digérer sa trahison. Ok ! Nous ne nous faisions pas de cadeaux en tant qu’alliés mais c’était le jeu. Maintenant, tout était différent ! Ses alliés étaient des boules de poil puantes…

Je sortais de mes pensées pour dévisager la jeune femme au sourire carnassier qui voulait savoir si je m’inquiétais pour elle. J’eus un léger rire amusé ! Ne me connaissait-elle pas assez pour éviter ce genre de question stupide ?



- En effet, je m’inquiète… Je me fais du souci pour ta santé mentale ! déclarais-je avec ironie. Ok, nous autres SD ont à la fâcheuse tendance à être tarés, psychopathes même ; mais là… Je soupirais en la fixant. Mais là, tu as carrément déraillée pour te fourvoyer avec ce genre de sous-merdes que sont les loups ! Ils n’ont même pas été capable de protéger leur secret ce qui ne présage rien de bon pour leur avenir… et tu en fais partie maintenant. Je marquais une pause. Enfin, tout ça c’est l’avis des petits nouveaux ou des cons de semi-démons qui ne te connaissent pas. Je suis persuadé que tu n’es pas folle et que tu as un plan bien précis ! Tu as été seulement trop égoïste pour en faire part à qui que ce soit !


Pourquoi est-ce que je ne lui posais pas directement la question de savoir quels étaient ses projets ? La fierté sûrement. Je ne voulais pas avoir l’impression de la supplier pour obtenir les raisons de son départ. Tandis que d’autres questions me traversaient l’esprit, je répondais à celles de la blonde sans trop réfléchir… Cependant, sa mimique à la prononciation du nom de la lignée des Myklebust de fit revenir à la réalité ! J’avais sûrement fait une bourde monumentale car j’avais oublié que l’annonce faite par Bael concernant les vampires coïncidait avec celle de sa traitrise. Bien sûr je ne laissais rien paraître… sauf peut-être mon amertume !
Je me détournais de la vue splendide pour observer la merveille qui était à présent à mes côtés. Mais je ne retenais pas une grimace de dégoût lorsqu’elle avoua qu’un toutou ou deux devaient être là, aux pieds de mon immeuble.



- Se faire discret et jouer aux chiens de garde aussi apparemment… Tu pourras leur offrir un susucre pour leur obéissance, dis-je avec sarcasme.


Ok, ok ! Il fallait vraiment que je fasse taire cette rancœur. Entre nous ça avait toujours été ainsi… à se décevoir constamment pour ensuite se ralliés, le plus souvent sur l’oreiller ! Cette simple pensée me fit esquisser un sourire séducteur avant de me rappeler que cette fois-ci, c’était plus qu’un coup bas !
Puis la blonde reprit la parole alors que je me tournais une nouvelle fois vers la fenêtre en frôlant accidentellement sa hanche. Euh… oui, oui, accidentellement ! Ses premiers mots m’intéressèrent mais pas autant que les suivants… Qu’est-ce que notre dévouement nous rapportait ? Je lui faisais de nouveau face en fronçant les sourcils ! J’entrouvris la bouche pour parler mais Aslaug ne me laissa pas ce plaisir. Pensait-elle vraiment ce qu’elle disait ? Je devais le savoir…



- Tu oublie tout ce que nous lui devons ? Est-ce que tu serais celle que tu es, et de même pour moi, si nous ne l’avions pas eu pour mentor ? Je vidais mon verre, pensif. Puis je faisais face à Aslaug, me rapprochant d’elle, mon regard plongé dans le sien. Et que veux-tu, qu’est-ce que nous voulons tous ? Que nous autres semi-démons nous dominions ce monde et que les démons s’occupent du leur ? C’est utopique… Bael est trop puissant ! Quiconque décidera de l’affronter signera son arrêt de mort, à l’exception faite de sa fifille traîtresse…




.

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Si vous ne pouvez les convaincre, semez le doute dans leur esprit.   Mar 6 Déc - 12:05

Bien sûr qu'il pourrait la tuer, songe-t-elle en fixant son maudit briquet. Mais elle espère l'avoir convaincu quant au fait qu'il commettrait une terrible erreur. Samuel est un peu trop susceptible ce soir, elle va devoir faire attention à ce qu'elle dit. Quand bien même il n'a jamais été son intention de le sous-estimer ou le traiter d'incompétent.

« Je constate que tu te fais une haute opinion de mes nouveaux compagnons, c'est un tort de sous-estimer autrui. De l'ambition Samuel, il s'agit d'ambition, pas de folie. Je sais que c'est réalisable et j'irai jusqu'au bout. Je débute peut-être de pas grand chose, mais à terme, j'arriverai à de grandes choses et je pourrais être fière de ce que j'ai accompli. Bien plus que ce que je n'ai jamais fait pour Bael. »

Dans sa voix, on peut aisément percevoir la force de cette décision, une ambition qui lui coûtera autant qu'elle lui donnera. Qui ne tente rien n'a rien et Aslaug tente le coup à 100%. Plus question de n'être plus qu'un vulgaire pion dans quelconque échiquier. Quand la meute sera renforcée, le sang coulera, le chaos se déversera, renversera la tendance et les vampires n'auront qu'a bien se planquer. Mais entre deux, ce sera la guerre.

Elle aurait pu se lier à ces derniers, elle a préféré les loups, bien que beaucoup moins nombreux. Elle ne serait pas semi-démone si elle n'appréciait pas la bestialité de ces bêtes à poil. La manière dont ils peuvent démembrer par la force de leurs crocs, ce n'est pas anodin, c'est jouissif. Les vampires font pale figures à côté.

« Ce que nous lui devons ? Penses-tu... » Lâche-t-elle sarcastique, mauvaise. « N'avons pas tué pour lui ? Certains d'entre nous ont tout sacrifié, même leur avenir professionnel, pour satisfaire Bael. D'autres, comme nous, sommes à son service depuis plus de 20ans, pour seul acquis d'avoir appris à contrôler nos pouvoirs ? Il nous a promis de faire de nous des démons, qu'attend-il ? Que nous dépassions les 80 ans ? Nous sommes mortels et contrairement à lui, nous vieillissons. Que ferons-nous lorsque notre corps nous trahira ? Il nous demandera encore et encore de faire nos preuves ? J'ai suffisamment attendu, j'obtiendrais ce que je veux par un autre moyen. »

39 ans, merde quoi ! Attendait-il qu'elle n'ait plus toutes ses dents pour satisfaire ses rêves ? Les semi-démons ne sont pas éternels, contrairement aux démons qui le sont dans leur dimension et sur terre puisque voilà des siècles que Bael y erre. Aslaug ne désire plus vivre dans un corps qui vieillit, certes, elle est encore bien conservée à l'approche de la quarantaine, mais pour combien de temps encore ? Elle veut un corps plus jeune, avoir l'opportunité d'en posséder un.

« Je veux beaucoup de choses Samuel. Je veux faire de cette terre un enfer, pas seulement pour nous, on peut le partager avec des démons, j'ai bien l'intention de les inviter à la sauterie. Je veux faire de cette terre un chaos bien ordonné, dont je serais à la tête d'un nouveau gouvernement, avec l'aide de mes plus fidèles compagnons. Pourquoi se contenter de répandre le chaos, on peut faire bien plus, Bael ne tire pas de nous le meilleur potentiel, il est dépourvu d'autres ambitions que nous trouver, nous former et lui obéir en prétextant pouvoir nous offrir ce dont il ne nous a jamais fourni la preuve d'en être capable. »

Peut-être que s'il avait déjà fait d'un semi-démon, un démon à part entière, cela aurait changé beaucoup de choses. Peut-être lui serait-elle encore totalement fidèle, dans l'espoir qu'il fasse d'elle ce qu'elle attend depuis tant d'années. Mais les peut-être sont des incertitudes qu'elle a jetées aux oubliettes depuis qu'elle est certaine de ce qu'elle fait.

La jeune femme se tourne vers son amant, son ennemi, il partage sa vie depuis si longtemps qu'elle n'envisage pas la suite sans lui, quand bien même ils se sont trahis plus d'une fois. Sa main se pose sur l'avant-bras du semi-démon et remonte jusqu'à son coude. Son regard exprime son désir, impérieux, mais rien à voir les plaisirs de la chair dont ils sont tous deux friands. Elle le veut, tout simplement. « Tu as ta place dans mes projets. Je te veux à mes côtés Samuel. » De cela, il doit s'en douter puisqu'elle ne serait pas ici sinon. Il n'est pas sans savoir qu'elle recrute et qu'elle a déjà réuni des fidèles de Bael sous sa coupe.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Messages : 1781
Membre du mois : 96
Date d'inscription : 05/11/2016
Age : 34
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Kanala
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel



Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Si vous ne pouvez les convaincre, semez le doute dans leur esprit.   Mer 14 Déc - 11:27

Le 9 décembre 2017


Crédit Monroe


Est-ce que je désobéissais au moment même où je rangeais mon briquet ? A vrai dire je n’en savais rien alors que j’aurais répondu oui il y avait encore quelques minutes. Les ordres avaient pourtant été des plus clairs mais les paroles d’Aslaug avaient soulevé des doutes et j’avais trop attendu de la voir pour tenter de la tuer dans la seconde. Est-ce qu’elle me manquait ? Allons… Nous autres SD étions dépourvus de sentiments ! Mais il était vrai que j’avais voulu la voir, lui parler dès que j’avais appris sa trahison envers son père et notre cause.
J’éclatais de rire quand elle m’expliqua qu’il s’agissait d’ambition et non pas de folie. Amusé, je buvais une gorgée de mon verre tout en la fixant ! Pour moi c’était du pareil au même… Le final serait soit un échec, soit sa mort ! Car fille ou pas, il était évident que Bael ne lui laisserait pas lui faire de l’ombre. Pourtant, je devais dire que cette détermination était curieusement attirante. J’avais envie d’en savoir plus !



- On peut tous arriver à de grandes choses si l’on s’en donne les moyens, répliquais-je. C’est davatange le cas lorsque l’on est doté de dons comme les nôtres ! Je marquais une pause et fixais la blonde. Mais ce genre d’ambitions est de suite moins facile à réaliser lorsqu’un démon et ses sbires on fait de nous des cibles !


Avais-je dit nous ? C’est bien ce qu’il semblait… Cela ne voulait pas dire que j’étais d’accord avec elle ! Je n’en savais rien. Au fur et à mesure de la conversation je pesais et le pour des ses actions. Ne plus être un simple pion était une idée plaisante ; mais s’allier aux charognards puants qu’étaient les loups rendait le principe moins attirant. Je grimaçais même légèrement à cette pensée ! Je n’aurais jamais pensé qu’Aslaug en arriverait là.
Puis arrivèrent d’autres arguments qui me firent tendre l’oreille. Niveau carrière, je n’avais pas à me plaindre… bien au contraire ! Il suffisait de regarder ce que je possédais. Pour les meurtres, que dire… j’avais déjà oublié le nombre de victimes que j’avais pu faire ! Mais pour le reste, je me mis à réfléchir… Il était vrai que le temps passait et que j’approchais des quarante ans ! Je maîtrisais pleinement mon pouvoir mais cela ne m’empêchait pas d’un simple mortel. Je tiquais ! Quelle pensée était une vérité désagréable… Je soupirais légèrement en me rendant compte qu’Aslaug n’avait pas tort, en partie. Pourquoi Bael ne faisait-il pas de nous des démons à part entière ? Craignait-il la concurrence ? A cette pensée mon regard se posa sur Aslaug… *Et il aurait raison !*



- Son ambition est peut-être de rester le plus puissant ! Ou alors il attendait d’être certain qu’il ne se créerait pas d’ennemis en faisant de nous des démons à part entière… En voyant le résultat avec sa propre fille on peut dire que c’est raté ! Je marquais une pause pensive. La dernière hypothèse serait aussi qu’il ne sait pas comment faire d’un semi-démon un véritable démon… Après tout ; l’a-t-il déjà fait une seule fois ? Pas dans mes souvenirs…


Venais-je de remettre en question la toute puissance de mon mentor ? Oui et cela était surprenant… Mais quand on se pose trop de questions c’est souvent ce qui arrive. Je fronçais les sourcils en me demandant quelle pouvait être la façon pour un SD tel que moi pour devenir immortel. Mais le cours de mes pensées fut interrompu par les projets d’Aslaug qui me revenaient à l’esprit et qui étaient forts tentant. Cependant, je ne le lui disais pas ! Contrairement à elle, je n’étais pas le fils de Bael et une trahison de ma part envers le démon risquait d’être beaucoup plus mortelle pour moi que pour la blonde.
Mais j’attendais sa proposition ! Je savais qu’Aslaug n’était pas venue ici juste pour taper la discussion… Depuis le temps, je la connaissais ! Et l’attitude qu’elle venait d’adopter à mon égard ainsi que son regard sur moi me prouvaient que l’instant attendu allait arriver. Avec un sourire en coin je plongeais mon regard dans celui de la blonde.



- Cette demande serait presque touchante si elle avait été unique, déclarais-je amusé. Car je savais que je n’étais pas le seul à être recruté. Puis je reprenais avec sérieux tout en fixant mon amante. Ce que tu veux Aslaug… c’est ma vie ! Car si j’accepte d’être à tes côtés je signe mon arrêt de mort… Je ne suis pas le fils de Bael, et sa ‘‘clémence’’ ne me sera pas, comme à toi, offerte. Voilà plus de vingt ans que j’attends la récompense ultime… et la question que je me pose à présent est : « Ton projet, aussi fou soit-il, m’apportera-t-il ce que je veux au final ? »


Oui, je remettais tout en cause et surtout l’autorité de Bael… Mais qui ne tente rien, n’a rien ! Et les projets d’Aslaug étaient si attirants… et surtout tellement plus en rapport avec mes attentes.
A ce moment précis, aucune réponse claire de ma part ne vint car la sonnerie de l’interphone se fit entendre. Avec un sourire à l’égard de la blonde je passais près d’elle pour aller ouvrir et attendre l’arrivée du livreur qui ne se fit pas prier.



- Filets de bœuf Rossini et leur garniture, un Domaine Perrot-Minot Charmes Chambertin vieilles vignes 2012, et Cheesecakes au smoothie de menthe fraîche.


Après avoir réglé et récupéré le dîner, le refermais la porte avec un sourire. On aurait presque pu croire que ce repas avait été commandé spécialement pour Aslaug et moi alors que sa visite était une surprise totale.


.

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Si vous ne pouvez les convaincre, semez le doute dans leur esprit.   Mar 17 Jan - 15:54

“Nous ne serons jamais plus forts que d’autres si nous restons dans leur ombre. Si tu penses que c’est folie ou suicidaire, je pense que c’est l’acte le plus courageux que j’ai fait de mon existence.” Et elle est honnête. Elle n’est pas arrogante au point de ne pas craindre son père et ses fidèles, mais elle ne restera pas d’avantage cloîtrer dans la peur d’être tué par ces derniers. Elle sera une adversaire des plus redoutables lorsqu’elle aura atteint le sommet de l’apprentissage de son pouvoir.

En croisant le regard de Samuel, elle sait qu’elle l’a touché avec une partie de ses arguments. Elle le connaît depuis de nombreuses années, elle voit ces choses-là sans pouvoir l’expliquer. Quasiment 20 ans de vie commune, d’étreintes passionnées comme de violentes et brutales disputes. Aslaug connaît Samuel autant qu’elle connaissait son propre mari et autant que Sebastian. Il ne serait pas lui s’il ne la contrer pas de quelques arguments, le métier d’avocat était fait pour lui.

“Il n’y a pas de plus puissant qui tienne si l’on a pas de concurrence à sa hauteur. Je suis pour la dernière hypothèse. Il est indéniable que Bael est un démon, mais de quel ordre ? Quelle puissance ? Nous savons qu’il est l’un des rares démon à errer sur terre depuis des décennies, s’il avait la puissance nécessaire ne penses-tu pas qu’il aurait appelé à lui d’autres démons ? Pourquoi se contenter de semi-démons à la puissance moindre ? Le but de tout démon n’est-il pas de mener l’enfer sur terre ?”

Jusque là, elle ne s’était jamais donné la peine d’y réfléchir, d’une fidélité indéfectible, elle suivait son père sans broncher, sans réfléchir. Il a suffi qu’un illuminati l’approche pour mettre ses résolutions à rude épreuves. Qu’elle approche un loup et en fasse l’Ulfric pour découvrir ce dont elle est capable, plus qu’être un bon toutou pour le prince démon. Pour Aslaug, il est de plus en plus certain que son père n’a simplement pas le pouvoir de faire d’eux des démons.

Elle poursuit en avouant qu’elle le veut de son côté et il répond avec justesse et vérité sur les intentions de la semi-démone. L’interphone sonne, elle fronce les sourcils, agacée d’être interrompu par une visite impromptue. Elle entend la voix d’une personne à l’entrée, annonçant ce qui semble être le plat du soir de son hôte. Elle avise que le sac contient plus d’un repas pour une personne et devine qu’il a commandé pour deux. Soit il attendait une autre visite que la sienne, soit il a commandé pour le lendemain comme à son habitude.

“Il n’y a de mort que si tu te laisses avoir. Tu es puissant Samuel, ton pouvoir et ton manque d’état d’âme est craint parmi les fidèles de Bael, tu le sais bien. J’ai une autre question pour toi : Penses-tu recevoir la récompense ultime en te refusant à mon plan ? Penses-tu que Bael acceptera de te donner cette récompense pour la simple raison que tu t’es refusé à moi, alors que tu fais tout depuis 2 décennies pour l’obtenir ?”  

Il a beau être avocat, elle n’est pas dépourvue du sens de la répartie ou de contradiction. Sans attendre qu’il l’invite, Aslaug s’impose et se rend dans la cuisine récupérer verres, assiettes et couverts et les disposer sur la table. “En toute honnêteté, j’ignore si j’arriverai à mon but, mais je peux t’assurer que je ne suis pas égoïste. Si j’ai le pouvoir de faire de mes fidèles des démons, j’agirai au lieu de vous faire croire que je le peux.”
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Messages : 1781
Membre du mois : 96
Date d'inscription : 05/11/2016
Age : 34
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Kanala
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel



Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Si vous ne pouvez les convaincre, semez le doute dans leur esprit.   Sam 28 Jan - 18:39

Le 9 décembre 2017


Crédit Monroe


Aslaug savait se montrer convaincante… Je le savais depuis toujours ! Mais je ne lui laissais pas le plaisir de remarquer à quel point ses arguments remettaient en cause mon dévouement et ma loyauté pour Bael. Au contraire… même si j’étais intéressé par ses explications je tentais de démolir ses arguments à chaque fois. Je n’étais pas avocat pour rien.
En bref, je ne laissais rien paraître face à celle que j’aurais dû considérer comme une traîtresse. D’ailleurs, même si je me doutais du pourquoi de sa présence, elle ne m’avait pas encore demandé clairement de la rejoindre. Elle en était aux préliminaires et ces derniers étaient de plus en plus attirants. J’esquissais même un sourire lorsqu’elle décrivit sa trahison comme l’acte le plus courageux de sa vie… C’était son point de vue ! Pour moi cela restait une folie pure et simple… Et pourtant, je commençais à envisager cette option moi aussi. Que voulez-vous ? Je n’étais tout simplement pas aussi sain d’esprit que mon existence aurait plus le laisser paraître aux yeux de l’humanité.


Ce fut à ce moment que je baissais ma garde en ne dissimulant plus que je réfléchissais à tout ce que la blonde me disait. Je ne le faisais pas uniquement pour la contrer… Je le faisais aussi car je savais ce qu’elle me demanderait à un moment ou un autre !
Pourtant, je tentais une dernière contrattaque en laissant cependant une part de doute à l’égard des compétences de mon mentor. C’était une première pour moi ! Jamais je n’avais remis en cause ce que nous avait promis Bael… jamais je n’avais douté de sa puissance et de son pouvoir. Pourtant, aujourd’hui c’était le cas. Aslaug avait posé les questions qui fâchent et j’avais tenté d’y répondre pour me rendre compte qu’il n’y avait pas de réponse. Fronçant les sourcils en passant ma main sur mon menton, j’écoutais mon amante valider ma dernière hypothèse. Notre mentor se serait-il moqué de nous toutes ces années ? Se pouvait-il réellement qu’il n’ait fait que nous manipuler dans son propre intérêt ? Alors que je me rendais compte que c’était une éventualité je ne remarquais pas de suite que les braises dans la cheminée s’attisaient de nouveau pour devenir un feu qui enflait en même temps que la colère sourde qui montait en moi… Après un coup d’œil à ce dernier je m’éloignais pour me rapprocher d’Aslaug.


- Et tu pense qu’il savait depuis le début qu’il ne pourrait pas faire de nous des démons ou alors a-t-il juste surestimé ses propres pouvoirs ?


Est-ce que je cherchais des excuses à celui qui m’avait tout appris ? Non… Ou peut-être ! A vrai dire je n’arrivais pas à accepter le fait que j’ai pu être manipulé tout ce temps. Moi qui me plaisais à traiter la plupart des gens comme des marionnettes je ne supporterais pas d’avoir été un pantin. Aslaug aussi était de ce genre là. Était-ce pour cette raison qu’elle avait tourné le dos à notre chef ? Sûrement… Mais que s’était-il passé pour qu’elle remette tout en question ?
Je n’eus pas le temps de lui poser la question car nous étions interrompus par l’arrivée du livreur et par le fait qu’elle répondait à mes doutes par des questions d’autant plus pertinentes. Bael saurait-il me récompenser comme il se devait si je déclinais l’offre d’Aslaug ? Avant qu’elle ne débarque à l’improviste j’aurais répondu ‘‘oui’’ sans réfléchir. Et le problème était bien là… maintenant je réfléchissais à la réponse la plus logique et non pas à celle que Bael voudrait entendre.


- Est-ce qu’il me récompenserait si je restais à ses côtés malgré cette offre ? répétais-je plus pour moi que pour mon… invitée. Avant que tu débarque comme une fleur j’aurais dit oui, déclarais-je en toute honnêteté alors que la blonde mettait la table pour deux. Mais maintenant je t’avouerai que la réponse n’est plus si certaine…


J’eus ensuite un sourire lorsqu’elle déclara qu’elle n’était pas égoïste… Mouais ! Elle aurait pu nous épargner le fait d’avoir un gamin humain mais je ne disais rien. Après avoir posé le dîner sur le plan de travail je me contentais de m’approcher d’elle et de la tourner de sorte qu’elle soit face à moi. Je m’avançais au plus près d’elle alors que la table l’empêcherait de reculer, mon regard plongé dans le sien…
Je voulais savoir, et je voulais voir dans son regard si un quelconque mensonge s’y cacherait.


- Sois sincère et dis-moi ce qui a tout changé… Quel a été l’élément déclencheur pour que tu remettes tout en cause ? demandais-je en accentuant notre proximité. Et ne me dis pas que tous ces doutes t’ont assailli un matin en te réveillant…


.

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Si vous ne pouvez les convaincre, semez le doute dans leur esprit.   Ven 17 Mar - 22:06

Le raisonnement de Samuel n’est pas nul de sens. Est-ce que son père les avait bernés depuis le début ou avait-il surestimé ses capacités ? Avait-il vraiment voulu faire d’eux des démons avant de réaliser qu’il n’en avait pas le pouvoir ? “Quelle importance! Si c’était le cas, il aurait cessé de faire promesse qu’il savait ne pas pouvoir tenir à tous ceux qui nous ont rejoint.” C’est tout ce qu’il faut retenir, 20 ans c’est long, et en 20 ans Bael a largement eu le temps de tenter l’expérience pour se rendre compte qu’il n’était pas en mesure d’exaucer leurs voeux le plus cher. Et alors même, il a choisi de continuer avec ses fausses promesses.

Elle n’y a pas vraiment pensé jusque là, mais rien que l’odeur qui se dégage des sachets, la semi-démone en a l’eau à la bouche. Connaissant Samuel, il a dû faire appel à un excellent traiteur et le repas sera gargantuesque. L’inconvénient de vivre auprès de la meute, certes il n’existe aucune chance de mourir de faim, mais les simple repas à ou pour deux, n’existent pas. De même, exit les repas gastronomique, leur viande est plus souvent saignante qu’à point. Son estomac fait alors des siennes et hurle son appétit vorace.

Elle grimace, la semi-démone a toujours eu horreur de ce genre de faiblesse humaine. Les gargouillements, les nausées, un corps vieillissant. C’est toutes ces petites choses, anodines pour les humains, qu’elle cherche à fuir, à supprimer définitivement de son corps. Devenir une démone à part entière, voilà qui devrait supprimer ces faiblesses humaines. Samuel la ramène à la réalité. Aslaug sourit, elle sait qu’elle a fait mouche dans sa loyauté envers Bael. Elle connaît son père, pourquoi récompenserait-il quoi que ce soit qu’il prend pour acquis ? Dont la loyauté de Samuel.

La suite se déroule sans qu’elle ne songe une seconde à fuir, acculée contre un corps chaud et une table, elle croise ce regard qu’elle connait que trop, qui la sonde comme s’il pouvait obtenir toutes les réponses. Ce regard, si identique à celui de leur fils. Aslaug prend le temps de réfléchir avant de répondre, tandis que sa main remonte lentement sur le torse de l’homme avant de s’emparer de sa cravate, son autre main remonte le long de son bras pour venir se glisser jusqu’à sa nuque et la naissance des cheveux qu’elle caresse du bout des doigts.

“En un mot. L’emprise.” La semi-démone se surélève sur la pointe des pieds pour poser ses fesses sur la table qu’elle vient de dresser, elle enroule ses jambes autour de la taille de Samuel et continue ce petit jeu de séductrice. “Il suffit d’avoir l’emprise sur une personne, la bonne. J’ai rencontré un homme loup et j’en ai fait un Ulfric, en conséquence de quoi j’ai obtenu toute une meute. Ils n’égalent pas les vampires en nombre, mais ils sont forts. Ils sont miens.” Elle ponctue ce mot par une pression sur sa cravate pour le rapprocher plus encore d’elle.

“Je t’ai déjà raconté qui était ma première victime avant l’arrivée de Bael, mon frère, mais je ne t’ai jamais raconté pourquoi. J’avais rendu un exposé, sur les dictateurs, dont le plus populaire, Hitler. Ce sujet, m’a toujours tenu à coeur, alors quand il a commencé à me charrier, me traiter de folle je l’ai envoyé se suicider. J’avais nourri l’espoir que Bael s'élèverait en ce sens, ce fut vain, il n’a jamais eu cette ambition et j’ai fini par… Abandonner ne serait pas le bon mot, j’étais fidèle à mon père donc j’ai toujours fait ce qu’il attendait de moi, l’idée me trottait toujours dans la tête, sans avoir le courage d’aller plus loin. Mais cette nouvelle emprise a éveillé en moi ce qui m’a toujours fasciné.”
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Messages : 1781
Membre du mois : 96
Date d'inscription : 05/11/2016
Age : 34
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Kanala
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel



Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Si vous ne pouvez les convaincre, semez le doute dans leur esprit.   Ven 31 Mar - 14:02

Le 9 décembre 2017


Crédit Monroe


Quelle importance ? Je n’en savais rien ! Peut-être que j’aurais eu moins de mépris pour Bael si ce dernier s’était tout simplement surestimé. Ou peut-être pas ! Mais l’excuse était quand même plus digeste que de savoir que le démon nous avait bernés ces vingt dernières années… C’est alors que je me rendais compte que je pensais comme si j’avais déjà tourné le dos à mon mentor ! Mais ce n’était pas le cas… enfin, c’était ce que je pensais. Je lui étais toujours fidèle mais je discutais avec une traîtresse. Il y avait de quoi s’embrouiller non ? Si, si, cela devait être ça. La situation était trouble... Pas mon positionnement ! Je crois...
Comme toute réponse, et ne sachant pas vraiment quoi dire puisque je m’interrogeais aussi concernant mes doutes, je me contentais de hausser les épaules en affichant un sourire mi-charmant, mi-amusé. Pourquoi étais-je soudainement amusé ? Mais par la réaction d’Aslaug face à son estomac qui réclamait subitement la nourriture qui était en train d’agréablement parfumer ma cuisine. Humant l’air, j’étais moi-même impatient de goûter à ce que j’avais commandé. J’étais s’autant plus ravi de constater que la dégustation se ferait en sublime compagnie.

Mais avant de m’octroyer ce petit plaisir et d’en offrir à la belle blonde, je voulais obtenir quelques réponses. Bloquant de manière sensuelle la jeune femme contre la table je scrutais son regard pour tenter d’y obtenir des réponses ou alors d’y déceler le mensonge lorsqu’elle me répondrait. Mais pour le moment, j’avais l’impression qu’elle tentait de me distraire… et je devais reconnaître que sa main se promenant sur mon torse et l’autre me caressant la nuque n’étaient pas pour me déplaire. Saleté de désir ! Voilà une rare faiblesse que je devais me reconnaître. Le sexe ! Enfin, cela n’était pas tout à fait vrai… Mais concernant Aslaug, c’était différent. Bien entendu, il ne m’était pas impossible de la repousser mais cela me faisait royalement chier.



- L’emprise ! me contentais-je de répéter alors que la blonde enroulait ses jambes autour de ma taille et que, par automatisme, je posais mes mains autour de la sienne.


Puis, même si j’aurais pu être déconcentré, j’écoutais attentivement les paroles de celle qui n’aurait même pas du se trouver chez moi. Je ne pus retenir une légère grimace lorsqu’elle me parla de son Ulfric et des lycans en général. Je les détestais cordialement ces sales cabots ! Pourquoi ? Parce que… J’étais persuadé qu’ils tenaient plus de l’animal que de l’humain. Et encore… Un chien était sûrement plus fiable qu’eux.
Mais je ne pensais pas plus longtemps à cette sous-espèce tandis qu’Aslaug me rapprochait encore un peu plus d’elle en tirant sur ma cravate. Mes lèvres à quelques centimètres des siennes je sentis parfaitement son souffle lorsqu’elle reprit la parole. Je l’aurais presque embrassé si je n’avais pas été intrigué par ses propos. Ce fut surtout son évocation de Hitler qui capta mon attention.



- Je comprends parfaitement, dis-je pensif. Après, est-ce que je suis d’accord avec cela, c’est une autre histoire, vins-je lui murmurer à l’oreille. Puis je m’écartais d’elle en lui offrant un sourire séduisant. Je te laisse prendre place. Le dîner va refroidir, déclarais-je en faisant le service. Puis, amusé, j’ajoutais… Un exposé sur Hitler ? Et tu ne m’en a jamais parlé… A moi ! Allemand de naissance. C’est une honte ! déclarais-je en souriant. Et pourquoi ton frangin t’a traité de folle au juste ? demandais-je en m’asseyant.


Le temps du repas je décidais de laisser de côté les histoires de trahison, Bael et les autres SD de côté.


.

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Si vous ne pouvez les convaincre, semez le doute dans leur esprit.   Dim 23 Avr - 14:40

Dès l’instant où Bael a frappé à sa porte, dès l’instant où il lui a avoué ce qu’elle était, Aslaug lui a voué une admiration sans borne. Malgré toutes les crasses qu’elle a essuyées, la compétition qu’elle a écrasée non sans difficultés, une éducation plus que douteuse, tandis qu’il s’échinait à faire d’elle une arme, son arme, elle a tout fait pour s’attirer les faveurs du Prince Démon. Le satisfaire, sans limites. Persuadée qu’il sera son dictateur, qu’il fera d’elle son bras-droit, une arme que tous craindront.

Elle a fini par ouvrir les yeux. Elle ouvre petit à petit les yeux de quelques autres, comme Eoghan. Son plus fidèle, son bras droit. Il gère les semi-démons, tandis qu’elle gère les loups. Mais ils sont encore trop peu nombreux. Elle veut Samuel et pour lui, elle est prête à tout.

Durant un moment, pendant qu’il lui murmure à l’oreille avec ses mains sur ses hanches, elle pense avoir réussit. A le séduire. L’avoir convaincu qu’il pouvait la prendre sur cette table inconfortable, qu’elle n’y rechignerait pas. Au contraire. Non pas qu’elle s’imagine déjà qu’il la rejoindrait, pour elle le sexe et qu’il la rejoigne sont 2 choses totalement différentes. Au lieu de quoi, il s’éloigne, comme si elle ne lui faisait absolument aucun effet. Vexée, fâchée, elle l’est. Le défierait-elle ?

“Il y a beaucoup de choses que je ne te dis pas mein geliebter (mon aimé) Murmure-t-elle tandis qu’il s’éloigne d’elle. De nombreux secrets existent entre eux. Ils n’ont jamais fait preuve de transparences l’un envers l’autre. Élevé, formaté ainsi par Bael. Compétition, sans cesse. Aslaug et Samuel l’ont été, et si Samuel n’avait pas rejeté leur fils, il aurait été plus difficile pour Bael de les pousser l’un contre l’autre, afin de voir le potentiel de l’un et de l’autre. Pourtant, ils n’en ont gardé qu’une rancune minime.

Ils ont toujours fini par revenir l’un vers l’autre. Pardonnant les pires crasses qu’ils ont pu se faire d’un revers de la main. Aslaug ne pense pas une seconde être arrogante en songeant qu’il lui pardonnera d’avoir trahi Bael. Ennemis ou alliés, ils se retrouveront, se battront et finiront par baiser. C’est toujours ainsi. Il n’y a pas de raison pour que ça commence à changer maintenant.

“Nikola et moi… On s’est jamais entendu. Il m’a toujours inspiré de l’antipathie et c’était réciproque au grand dam de nos parents.” Elle hausse les épaules en prenant place à table, ça remonte à si loin qu’elle ne saurait même pas dire d’où venait cette antipathie. “Dès que nous pouvions emmerder l’autre on sautait sur l’occasion. Bien sûr, quand l’école a convoqué mes parents au sujet de mon exposé non-conventionnel, il en a profité pour me rabâcher les oreilles sur les remontrances de nos parents. Il disait qu’ils avaient peur, il avait raison, je pouvais le voir et ça me plaisait. Pour lui, j’ai toujours été une folle, encore une fois, il avait raison.”

Avec Bael, elle avait pu mettre une cause à sa folie. Ce besoin irrépressible de faire le mal, de se réjouir des horreurs du monde. De désirer être à l’origine des pires horreurs.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Messages : 1781
Membre du mois : 96
Date d'inscription : 05/11/2016
Age : 34
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Kanala
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel



Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Si vous ne pouvez les convaincre, semez le doute dans leur esprit.   Lun 24 Avr - 19:35

Le 9 décembre 2017


Crédit Monroe


Étais-je en train de commettre l’impensable ? Du point de vu de Bael et ses sbires il n’en ferait aucun doute. J’étais en présence de l’ennemi et je ne prenais même pas la peine d’agir contre elle, ni même de les prévenir. Cela était très risqué quand on savait ce que faisait le Prince Démon aux enfants du Chaos qui le décevaient ! Mais attendez… Cette façon de penser… M’avait-elle retourné le cerveau ? J’étais censé faire parti des sbires de Bael. J’aurais du dire ‘‘nous’’ et non pas ‘‘eux’’. Elle avait du talent, c’était certain. Aslaug avait su mettre en avant les défauts de mon mentor, les failles dans ses promesses… et voilà que pour la première fois depuis qu’il m’avait recueilli, je doutais. C’était impensable !
Cependant, je devais avouer que c’était aussi inattendu et excitant. Frôler le danger était une chose que les semi-démons aimaient ! Je ne passais pas à côté de cette règle. Mais je gardais mes distances avec la blonde. Enfin, pas physiquement car nous étions au contraire très très proches, et cela aussi était excitant. Je restais en apparence, insensible à sa proposition mais montrais clairement qu’il en était différent pour ses charmes.

Je souris à cette pensée, et cela fut d’autant plus le cas lorsque je m’éloignais d’elle. Agir ainsi ne fut pas simple car je n’avais eu qu’une idée en tête lorsqu’elle avait enroulée ses jambes autour de ma taille et elle était loin d’être catholique croyez-moi. Mais que voulez-vous ? J’aimais me faire désirer et cela était encore davantage le cas puisqu’elle avait eu la mauvaise idée de s’envoyer en l’air avec un loup ou plusieurs la connaissant. J’étais quand même mieux que ces choses ! Enfin…
Mes pensées se stoppèrent lorsqu’elle termina sa phrase en allemand. Séduit, je me mordillais inconsciemment la lèvre inférieure. Les mots n’étaient pas le plus intéressant… L’accent qu’Aslaug avait en parlant allemand, lui, était des plus délicieux entre ses lèvres. J’en regrettais presque de m’être éloigné et m’arrêtais même, hésitant.



- Tu ne t’imagine pas à quel point tu es sexy quand tu parle allemand, déclarais-je avec un sourire séduisant.


Mais restant sur mon élan je prenais place à table et servais Aslaug en vin. Je n’attaquais pas le dîner et écoutais avec attention le récit de la blonde, le sourire aux lèvres. A nous deux nous formions une belle paire ! Mon premier meurtre n’était pas en rapport avec ma famille mais il n’en restait pas moins horrible. Enfin, du point de vue humain car pour ma part, en y réfléchissant, je le trouvais fade. Je n’avais fait qu’attiser le feu qui avait brulé les deux petits cons qui s’étaient moqués de moi. Et c’est la gravité de leurs blessures les avaient conduit dans un monde meilleur… ou pas !


- S’il avait deviné tout ça il a été encore plus fou de rester ! déclarais-je amusé. En tout cas, je dois t’avouer que ton histoire m’a toujours impressionnée, avoua-je en souriant. Tous les semi-démons n’ont pas des débuts aussi spectaculaires ! Tuer son frère dans la demeure familiale… Je dis bravo. Avec un clin d’œil, je prenais mon verre que je levais en direction d’Aslaug. A cette soirée inattendue… Bon appétit ! annonçais-je en buvant une gorgée.


Je saisissais ensuite ma fourchette pour goûter au plat délicieux que j’avais commandé afin d’orienter mes pensées sur autre chose que mes désirs de plus en plus présents pour Aslaug. Si je les avais écouté je l’aurais déjà rassise sur cette table pour la prendre.



.

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Si vous ne pouvez les convaincre, semez le doute dans leur esprit.   Mar 25 Avr - 17:44

Il y a quelque chose d’irréel à se trouver assise à table en compagnie d’un homme qui pourrait aussi bien décider que le jeu n’en vaut pas la peine et de l’abattre en un claquement de doigts. Il se serait agi d’un autre que Samuel, elle n’aurait même pas tenté l’expérience. La menace plane toujours, sans aucun doute, mais contrairement aux autres, il sera fair-play. Elle ose l’espérer en tout cas. Leur passif est trop lourd pour qu’il la poignarde dans le dos.

Il avoue qu’il a toujours admiré son histoire, son passé. En voilà une nouvelle qui cloue le bec de la semi-démone. “C’était un idiot. Bon appétit.” Répond-elle en levant son verre en retour pour frapper délicatement celui de Samuel et boire une gorgée qui vin qui paraît excellent. “J’ai peut-être eu des débuts spectaculaires, je n’ai pas un pouvoir aussi prodigieux que le vôtre. Je ne peux rien faire d’aussi théâtral -et tu connais mon goût pour la mise en scène- que relever des morts ou attiser les flammes. Je t’ai longtemps jalousé.”

Une jalousie que Bael a longtemps attisée pour la pousser à accomplir le meilleur d’elle-même. Envers et contre tout, sa jalousie envers les autres a été son moteur pour se donner à fond. Satisfaire son égo, ainsi que son père. “Je serais toujours reconnaissante envers Bael, il m’a montré la voie, permis de mettre en oeuvre tout ce que je désirai, je ne réfute pas tout cela.” Son père est un mentor hors pair, quand bien même ses méthodes sont discutables. On ne peut pas lui retirer qu’il a su faire d’eux des monstres sans foi ni loi. Sans remords.

Sauf qu’elle n’a plus envie d’être qu’un bon soldat dont il pourra disposer à toute heure du jour ou de la nuit. Elle a les moyens de se constituer une autre armée désormais, dont elle est à la tête. Certes, elle est encore fragilisée, mais elle renforcera la meute. Rome ne s’est pas construit en un jour. Si elle doit y consacrer sa vie, elle le fera. Quand elle a quelque chose en tête, il est impossible de la dévier de sa trajectoire.

“Pourquoi ne m’as-tu pas encore tuée ?” Demande-t-elle de but en blanc avant de croquer dans un morceau de viande ultra tendre. Cuit à point. Un délice. Orgasme culinaire. Elle en jouirait tant ça change des viandes trop saignantes que cuisinent les loups, mais elle a un minimum de tenue. “Si le Prince Démon a vent de ma visite, et je ne doute pas que ce sera le cas, tu recevras son attention, que tu n'apprécieras sans doute pas.” Encore une fois, elle ose espérer avoir touché une corde sensible, convaincu Samuel que l’avenir qu’elle offre vaut mieux que celui de Bael.

Ou il tentera de la tuer, telle une prisonnière, une fois son dernier repas terminé. Elle ne peut pas se permettre de relâcher l’attention. Quand bien même ses papilles ne cessent de jouir de ce repas si délicieux. C’est pourquoi elle touche à peine à son vin, ne fait qu’y tremper les lèvres. Au moins, la bouffe ne risque pas de l’enivrer et affaiblir son pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Messages : 1781
Membre du mois : 96
Date d'inscription : 05/11/2016
Age : 34
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Kanala
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel



Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Si vous ne pouvez les convaincre, semez le doute dans leur esprit.   Mar 2 Mai - 22:55

Le 9 décembre 2017


Crédit Monroe


Nous devions la retrouver et elle le savait ! Pourtant, Aslaug était venue d’elle-même tout en sachant que j’aurais très bien pu la tuer dès la première seconde. Cette pensée me fit sourire. Un de ces sourires qui ne s’adressaient qu’à moi-même. Mais cela ne m’empêchait pas d’écouter ce que me disait la blonde. Je pouvais avoir l’esprit occupé par mille et une choses, il était toujours attentif quand il s’agissait de la jeune femme. Pourquoi ? Sûrement à cause de ce lien qui nous unissait depuis des années. Notre histoire, toute aussi tordue, originale et complexe, était ce qui nous liait. Ce qui faisait que je ne l’avais pas attaqué ; ce qui faisait que je la laissais s’assoir à ma table plutôt que de prévenir Bael pour qu’il vienne la cueillir ici et que je récolte les lauriers.
Et puis elle avait des arguments concernant sa trahison et ces derniers me laissaient songeur. Au point de la rejoindre ? Je n’en savais rien. Mais mentalement j’étais en plein conflit, même si je n’en laissais rien paraître. Au contraire, je paraissais serein.

Je fronçais cependant les sourcils lorsqu’elle parla de son don et du fait qu’elle m’avait longtemps jalousé. Pour une surprise, cela en était une. L’inverse était de mise aussi ! J’avais toujours envié Aslaug pour son don, si discret mais tellement efficace. Ainsi que pour sa relation avec Bael. Jamais je n’aurais deviné qu’elle puisse avoir ressenti de l’envie vis-à-vis de mon pouvoir. Ce dernier pouvait être impressionnant et il l’était davantage depuis que je le maîtrisais totalement mais il avait ces inconvénients.
Avalant la bouchée que j’étais en train d’apprécier, j’esquissais un sourire à l’attention de la blonde.



- Laisse-moi apprécier cette information, déclarais-je amusé. Car jamais je ne l’aurais cru si ces paroles n’étaient pas sorties de ta bouche. Je buvais une gorgée avant de reprendre. Mon pouvoir est certes théâtral mais pour la discrétion, on repassera, annonçais-je simplement. Et puis un incendie, même ravageur, peut être contré. Bien sûr, cela ne veut pas dire que je n’aime pas mon don. Au contraire, j’adore réchauffer l’ambiance. Puis je marquais une pause en la fixant. Mais ton don est, quant à lui, une merveille. Tu as toute une meute à ton service… et ça c’est grandiose. Il est plus difficile de libérer un esprit ensorcelé que d’éteindre des flammes !


Je dégustais ensuite l’accompagnement de la viande sans faire aucune remarque suite aux propos d’Aslaug au sujet de Bael. J’aurais pu répondre quelque chose, ou lui poser des questions mais je continuais de m’interroger au sujet de ma propre loyauté. Ces questions qui me venaient à l’esprit et qui remettaient en doute les compétences de mon mentor étaient-elles la preuve que mon dévouement envers le Prince des démons faiblissait ? Oui… non… je n’en savais rien.
Chaque enfant remettait l’autorité de ses parents à un moment ou un autre non ? Je secouais légèrement la tête ! J’essayais de me convaincre. Mais de quoi ? Que je croyais encore à cent pour cent aux promesses de Bael ? Oui. Mais ce n’était plus le cas. Aslaug avait insinué le doute dans mon esprit. Je fronçais légèrement les sourcils… Usait-elle de son don ? Non, je l’aurais senti.



- Quoi ? demandais-je spontanément alors que sa question avait stoppé ma réflexion. Puis je souriais. Je n’ai pas forcément envie d’expliquer la présence d’un cadavre à ma femme de ménage je pense. Puis je marquais une pause. Bien sûr qu’il en aura vent, mais pas de suite… à moins que tu ne compte le lui dire, formulais-je en la fixant droit dans les yeux. Personnellement, ce n’est pas mon cas !


Est-ce que je sous-entendais qu’elle pourrait elle-même me balancé à son géniteur ? J’avais envie de penser que non mais j’étais soudain pris d’un doute. Et si elle était venue là pour m’éliminer et non pas me recruter ?
Après avoir bu la dernière gorgée de mon verre je regardais celui d’Aslaug.



- Je t’ai connu moins sage, déclarais-je en fixant la coupe de la blonde. Il fut un temps où il te plaisait de boire en ma compagnie, déclarais-je presque nostalgique. Ce dernier est-il révolu ? Ou cherches-tu à rester lucide et donc sur tes gardes en ma compagnie ?


Vexé ? Oui, si j’avais vu juste je le serais. Mais je comprendrais aussi parfaitement. Pour le moment j’étais encore un des fidèles de Bael censés la traquer… mais j’étais aussi… Moi ! Elle me connaissait non ?




.

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Si vous ne pouvez les convaincre, semez le doute dans leur esprit.   Mer 10 Mai - 22:25

HRP:
 

La semi-démone a un petit sourire en coin lorsqu’il mentionne son emprise sur la meute, certes, et elle n’est pas peu fière de ce fait qui n’aurait jamais fonctionné sans son pouvoir. C’est la première fois que son ensorcellement prend une si grande ampleur. Mais elle n’a pas atteint sa pleine puissance et arriver à ce stade, sera ralenti par le fait qu’elle ait trahi son mentor. Qu'à cela ne tienne, à force d'entraînement, elle deviendra plus puissante encore.

Elle hausse les sourcils, lorsqu’il répond à sa question. Il sait très bien qu’il suffirait d’appeler Bael pour qu’il envoie un de ses sbires enlever son cadavre de l’appartement de Samuel, bien avant que sa femme de ménage ne se pointe. L’argument n’est pas très convaincant, irrecevable et elle ne s’amusera pas à lui balancer un objection votre honneur. mais elle y pense très fort. Elle a trahi Bael, non sans raisons, l’une d’elle n’est certainement pas de chercher à s’attirer de nouveau ses faveurs en balançant ceux qu’elle approche. Pas plus que la colère des semi-démons qu’elle a balancé. Elle a déjà assez d’ennemis comme ça.

“Je n’y gagnerais rien à te balancer.” Répond-elle simplement. A l’inverse, elle aurait peut-être hésité, mais selon les intérêts, elle aurait fini par le faire. Samuel le sait, il la connaît et il en ferait autant. Au final, tant que l’un ou l’autre n’est pas mort, ils finiront toujours par se réconcilier. Pour l’instant, elle le veut de son côté et non contre elle. Aslaug doute que quiconque lui offre une récompense pour avoir balancé Samuel.

Il relève qu’elle n’a bu que quelques gorgées de son vin. Observateur et perspicace. “Ta conclusion est bonne. Je tiens trop à ma vie pour me laisser à l’arrogance de sous-estimer l’ennemi. Toi y compris, ne le prend pas personnellement, jusqu’à preuve du contraire tu es du côté de Bael et nous sommes ennemis.” Elle fixe alors son regard au sien, lève son verre et en boit une gorgée.

“Il fut un temps où nous faisions plus que boire. Ce ne sera plus révolu lorsque tu m’aura rejoint.” Là, elle fait preuve d’arrogance. Mais elle ne peut imaginer Samuel rester plus longtemps auprès de Bael, pas après tout ce qu’elle lui a dit. Parce qu’elle le sait bien, elle a visé juste quelque part.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Messages : 1781
Membre du mois : 96
Date d'inscription : 05/11/2016
Age : 34
Célébrité : Michael Fassbender
Crédit : Kanala
Caractère : Organisé » Impulsif » Séducteur » Manipulateur » Rusé » Menteur
Métier : Avocat - Cabinet Týr
Affinités : ♦️ Histoire ♦️ Liens ♦️ Rp ♦️ Tel



Modo ♦️ “Le Chaos n'est qu'un principe méconnu de l'Ordre.”
Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Si vous ne pouvez les convaincre, semez le doute dans leur esprit.   Dim 14 Mai - 17:08

Le 9 décembre 2017


Crédit Monroe


Je mentais légèrement face à Aslaug mais ce n’était en aucun cas pour lui nuire. Disons que je faisais l’imbécile ! Je savais parfaitement que si je dénonçais la belle et qu’elle était tué chez moi il n’en resterait aucune trace moins d’une heure après. Je savais aussi pourquoi je n’avais pas dénoncé Aslaug, pourquoi cette idée ne m’avait pas vraiment effleuré et pourquoi je ne l’avais pas attaqué. Dès lors que j’avais appris sa trahison j’avais été certain que j’agirais de la sorte en la voyant. Il me fallait des explications et je les avais eues. Ces dernières m’avaient d’ailleurs confortée dans le fait que je ne ferais rien à la blonde. Bien évident j’étais trop fier pour lui dire que cela me ferait tout simplement chier de devoir m’en prendre à elle. Cette démone était futée, elle avait compris d’elle-même et j’étais persuadé qu’elle était dans le même cas que moi. Nous nous en prendrions l’un à l’autre que si nous y étions obligés, j’en étais certain. Notre histoire était ainsi…

Mais je ne disais rien et me contentais de savourer mon dîner jusqu’à ce que mon invitée surprise déclare qu’elle n’aurait rien à gagner en me balançant auprès de Bael. Je hochais la tête d’un air entendu ! Elle avait parfaitement raison et même si elle tentait de faire marche arrière, ce qui n’était absolument pas le cas à mon avis, cela ne fonctionnerait sûrement pas auprès du Prince des démons.



- Tu n’y gagnerais rien et quel amant tu perdrais, déclarais-je avec un sourire charmant.


Je lui adressais un clin d’œil mais cela ne m’empêcha pas de remarquer un détail qui avait son importance. Aslaug ne buvait pas ce qui sous-entendait qu’elle préférait rester lucide. Je n’avais pourtant rien fait qui puisse lui faire penser qu’elle était en danger et cela me vexa. Cela étant dit, j’étais quand même un ennemi de son point de vue. J’eus un léger soupir lorsque la belle me l’avoua même à voix haute… déposant mes couverts je la fixais sans rien dire alors qu’elle reprenait la parole.  
Je me servais un nouveau verre que je levais également avant d’en boire une gorgée. La seconde qui suivait j’arquais un sourcil en entendant les paroles d’Aslaug. Je reposais mon verre avec un léger froncement de sourcil suivi d’une moue brièvement boudeuse.



- Privé de sexe ! Par les flammes de l’enfer… Tu n’y vas pas un peu fort là ?! déclarais-je avant d’ajouter avec un sourire malicieux. En plus tu te punis aussi !


Je finissais ensuite tranquillement mon assiette quand une pensée inattendue me traversa l’esprit. Il était rare que je pense à lui ! Pourtant cela m’arrivait parfois et malgré l’interdiction d’Aslaug il m’était arrivé d’aller l’observer de loin de temps en temps. Et pas que, puisque j’avais été son avocat ! De manière tout aussi spontanée que mes pensées, je prenais la parole.


- Tu as eu des nouvelles de Rhyodan ? interrogeais-je Aslaug avant de me demander si j’avais bien fait de poser la question.


Il faut dire que le sujet était difficilement abordable à cause de la phrase puérile que j’avais lâchée en apprenant la grossesse d’Aslaug. M’attendant à une réponse hargneuse je prenais mon verre pour en boire une longue gorgée.





.

_________________
Child of the Demon
“Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.”

Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Si vous ne pouvez les convaincre, semez le doute dans leur esprit.   Lun 15 Mai - 17:44

Quel amant elle perdrait ? Elle sourit, faisant clairement comprendre par celui-ci qu’il se fait beaucoup trop prétentieux. Des amants, elle en a la pelle, tout comme des maîtresses. Dont un régulier, un loup à l’appétit démesuré. Une humaine serait vite rassasiée, pas elle. Aslaug est née dans le chaos et la luxure, l’un comme l’autre, elle ne sait y résister. Il n’y a que des humains pour se priver de ce qui est bon.

Il fait justement remarquer qu’elle se prive de lui dans le même temps. Pas faux. Sans cette histoire de camp, ou plutôt s’il se décidait à la rejoindre, ils seraient déjà au pieu, ou sur cette table à sauter comme des lapins. C’est étonnant qu’aucun ne se soit lassé de l’autre, c’est plutôt courant pourtant. Avec elle, ça peut durer une nuit comme des mois, mais elle finit toujours par se lasser. Seulement, Samuel et elle trouvent toujours de nouvelles choses à expérimenter, des expériences à faire qu’avec des personnes de confiance.

Ok, elle s’apprête à réviser sa position, mais il pose la question qui fâche. Des nouvelles de Rhyodan ? Ca lui arrive de temps à autre, comme une mouche qui le pique et lui rappel à son bon souvenir qu’elle a porté et mis au monde son gosse. Gosse qu’il a rejeté dès qu’il a su qu’il l’avait engrossé. Elle n’avait pas plus l’intention que lui de garder l’enfant, preuve en est, puisqu’elle l’a fait adopter. Pourtant, elle n’avait su se résoudre à l’effacer de sa mémoire.

“Qu’est-ce que ça peut bien te faire ! Tu t’intéresses à lui tous les 5 ans et je te réponds toujours la même chose, rentre toi ça dans le crâne une bonne fois pour toute.”  Ca la rend toujours folle furieuse dès qu’il fait mention de Rhyodan. Il n’a aucun droit sur lui, aucun droit d’avoir de ses nouvelles, aucun droit de s’en approcher. 22 années n’ont pas suffi à amoindrir sa colère. Elle est si fière de son fils, qu’elle ne souhaite pas le partager.

“Merci pour le repas.” Lâche-t-elle en se relevant sans plus de cérémonie. Avec Samuel, il suffit d’un sujet pour la faire décamper. Même si elle attendait toujours une réponse concernant son allégeance, elle ne restera pas plus longtemps ici. “Réfléchis à tout ce que je t’ai dit. Tu passeras le bonjour à mon père.” Elle attrape son sac, son manteau et après un bref signe de la main, claque la porte derrière elle. Il connaît son numéro, s’il change d’avis. Il connaît même l’adresse de sa maison, où vit désormais Rhyodan. Elle ne s’en fait pas pour son fils, il aura tôt fait de rembarrer Samuel s’il s’y présente.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Dévoiler les compétences
en cliquant ici
MessageSujet: Re: [Livre I] Si vous ne pouvez les convaincre, semez le doute dans leur esprit.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Livre I] Si vous ne pouvez les convaincre, semez le doute dans leur esprit.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» livre d'or vous dites
» Y a t-il des aliments que vous ne pouvez pas manger?
» l'accessoire mac dont vous ne pouvez vous passer
» Un job à Paris, ça vous dit ? Buongiorno a tutti!!!!
» [LIVRE] Ma blessure de guerre invisible par Sylvain FAVIERE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ragnarök :: 
Valhöll
 :: 
Le Valtechnologie
 :: 
Habitations
 :: 
Appartement Samuel
-
Sauter vers: